Nadine Lefaucheur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nadine Lefaucheur
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Nadine Lefaucheur, née en 1941 à Rouen, est sociologue de la famille et de la pauvreté.

Parcours de recherche[modifier | modifier le code]

Après des études de sociologie et d’histoire, Nadine Lefaucheur a enseigné l’histoire au Gabon de 1962 à 1967. Puis, rentrée en France, elle a réalisé des études appliquées de sociologie et d’urbanisme pour divers organismes d’aménagement du territoire en Normandie de 1967 à 1973. Après plusieurs enquêtes de terrain sur les rapports entre femmes et hommes ayant donné lieu à diverses publications[1], elle est recrutée par le CNRS en 1981 en tant que chargée de recherche affectée au "Groupe d’étude des rôles des sexes, de la famille et du développement humain", dirigé à l’époque par Andrée Michel. Puis elle a travaillé à partir de 1987 avec le "Groupe de recherche et d’analyse du social et de la sociabilité" que dirigeait alors Robert Castel. Ce n’est qu’en 2000 qu’elle a pu se rapprocher de ses enfants vivant en Martinique en intégrant l'équipe du Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (ou CRPLC).

Principaux thèmes de recherche[modifier | modifier le code]

Nadine Lefaucheur a consacré une grande partie de ses recherches à questionner les représentations communes des réalités familiales, que ce soit pour les images de la virilité ou des relations amoureuses qui allaient de soi chez les hommes ou pour celles qui dominaient dans la société en matière de maternité. Cet objet de recherche l'a ensuite amenée à des études historiques plus approfondies du rôle des fondateurs de l'obstétrique ou encore de la mise en place institutionnelle de la procédure de l’accouchement dit "sous X".

Coresponsable de l’enquête ENVEF-Martinique sur « le genre et les violences interpersonnelles », elle a été conseillère scientifique de l’enquête « genre et culture à la Martinique ». Puis elle a été responsable de l’enquête « Faire famille à la Martinique » (Institut national d’études démographiques, Paris), ainsi que de l’enquête sur « Les familles monoparentales et la précarité à la Martinique » (Caisse nationale des allocations familiales, Paris).

La déconstruction de la notion de "filles mères"[modifier | modifier le code]

Dans le langage commun des années 1970, une multitude de situations de mères seules, veuves, divorcées ou célibataires étaient regroupées sous l'appellation péjorative de "filles mères". Nadine Lefaucheur a pris du recul à l'égard d'une telle représentation en se fondant à la fois sur des récits de vie et sur des analyses secondaires de données statistiques permettant de mettre en évidence que cette population comprenait d'abord des familles d'un type particulier qu'elle a nommé des "familles monoparentales". Mais une telle catégorisation est insuffisante pour expliquer la diversité des conditions de vie de ces familles comme le caractère spécifique de cette population. A l'aide du recueil d’histoires de vie de mères seules combinées avec des analyses secondaires des revenus et des conditions de logement des mères isolées, il a été possible de montrer que les principales variables explicatives de la diversité des expériences et des conditions de vie de ces familles ne résident pas dans la situation monoparentale elle-même mais dans le degré d’engagement familial et dans la relation conjugale qui avait été ceux du parent seul avant la séquence monoparentale[2].

La mise en question des situations de violence conjugale en fonction du genre[modifier | modifier le code]

Nadine Lefaucheur et sa collègue Elizabeth Brown du CRIDUP se sont interrogées sur la nature des obstacles rencontrés et des ressources mobilisées pour sortir des situations de violence conjugale auxquelles s'affrontaient les femmes et les hommes en Martinique. L'enquête ENVEFF-Martinique lui a procuré un riche matériel pour questionner les rôles différents de la violence selon le genre. La problématique et le questionnaire de l'enquête réalisée en Martinique se sont largement inspirés de ceux des enquêtes sur les violences envers les femmes (ENVEFF) effectuées en France hexagonale et dans les DOM-TOM depuis 2000. Une grande différence avec l'enquête métropolitaine vient de l'inclusion dans l’enquête ENVEF-Martinique d'un échantillon d'hommes[3]. Elles ont ainsi pu noter des probabilités fortement différentes selon le sexe d’être victime, témoin ou acteur de faits violents dans les différents espaces et temps de vie[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2008 : « Du tour des enfants au ‘tour des mères’ », in Les enfants du secret : Enfants trouvés du XVIIe siècle à nos jours, Musée Flaubert et d’Histoire de la Médecine, CHU-Hôpitaux de Rouen, Magellan et Cie, 2008, 21-31.
  • 2001 : « Accouchement sous X et mères de l’ombre ». In : LE GALL & BETTAHAR (dir.), La pluriparentalité, PUF, 139-175.
  • 2000 : « Qui doit nourrir l’enfant dont le parent n’est pas – ou n’est plus – marié ? ». In : CHOQUET & SAYN (dir.), Obligation alimentaire et solidarités familiales, entre droit civil, protection sociale et réalités familiales, LGDJ, série droit, n° 31, 203-216.
  • 1997 : (Avec Claude MARTIN) « Single Mothers in France : Supported Mothers and Workers », In : Simon DUNCAN & Rosalind EDWARDS (dir.), Single Mothers in an International Context : Mothers or Workers ?UCL Press, 217-239, Londres.
  • 1999 : « Framing and Reframing Social Security Paradigms : the Case of Lone Parents ». (Avec Martin REIN), In : Stein RINGEN & Philip R. De JONG (dir.), Fighting Poverty : Caring for Children, Parents, the Elderly and Health, International Studies in Social Security, vol. V, Ashgate, 89-115.
  • 1996 : « Dissociation familiale et délinquance juvénile - ou la trompeuse éloquence des chiffres », In : Michel CHAUVIERE, Pierre LENOEL & Eric PIERRE (dir.), Protéger l’enfant. Raison juridique et pratiques socio-judiciaires (XIXe-XXe siècles) Presses universitaires de Rennes, 123-133.
  • 1996 : « Qui doit nourrir l’enfant de parents non mariés ou démariés ? Paradigmes de ‘plus grand mal’ et solutions de ‘moindre mal’ », In : Renée B. DANDURAND, Roch HURTUBISE & Céline LE BOURDAIS (dir.), Enfances. Perspectives sociales et pluriculturelles, Sainte-Foy, Institut Québécois de Recherche sur la Culture, 1996, 99-112.
  • 1995 : « La création des services de maternité et des accoucheurs des hôpitaux parisiens », In : MUSEE DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE - HOPITAUX DE PARIS (dir.), L’Heureux événement : une histoire de l’accouchement, Catalogue de l’exposition sur l’histoire de l’accouchement en France, 75-84.
  • 1995 : « French Policies Towards Lone Parents : Social Categories and Social Policies », In : Katherine McFATE, Roger LAWSON & William J. WILSON (dir.), Poverty, Inequality and the Future of Social Policy : Western States in the New World Order, New York, Russel Sage Foundation, 257-289.
  • 1995 : « L’article 9 de la loi de 1892 et la question de l’assistance aux femmes en couches », In : Leora AUSLANDER & Michelle ZANCARINI-FOURNEL (dir.), Différence des sexes et protection sociale (XIX°-XX° siècles), Presses Universitaires de Vincennes, 165-182.
  • 1995 : « Familles à risques et risques familiaux : petite généalogie de la protection sociale des filles-mères en France ». In : Comparer les systèmes de protection sociale en Europe, Rencontres d’Oxford, MIRE-Rencontres et recherches, Vol. 1, 449-469.
  • 1994 : « Union sacrée philanthropique et médecins-militants dans le combat pour la Puériculture », In : AREPPOS (collectif), Philanthropies et politiques sociales en Europe (XVIII°-XX° siècles), Anthropos-historiques, 159-170.
  • 1994 : « Psychiatrie infantile et délinquance juvénile : Georges Heuyer et la question de la genèse ‘familiale’ de la délinquance », In : Laurent Mucchielli (dir.), Histoire de la criminologie française, L’Harmattan, 313-332.
  • 1993 : « Sur la scène de l’anormalité familiale », In : M.-Thérèse MEULDERS-KLEIN & Irène Thery (dir.), Les recompositions familiales aujourd’hui, Nathan, 123-136.
  • 1993 : (Avec Claude MARTIN) « Lone-Parent Families in France : Situation and Research », In : Joe HUDSON & Burt GALAWAY (dir.), Single Parent Families, Perspectives on Research and Policy, Thompson Educational Publishing, 1993, 31-50, Toronto.
  • 1992 : « Maternité, famille, État », In : Georges DUBY, Michelle PERROT & Françoise THEBAUD (dir.), Histoire des femmes, tome V. Le vingtième siècle, Plon, 411-430.
  • 1992 : « La Puériculture d’Adolphe Pinard : une voie française de l’eugénisme », In : Ginette RAIMBAULT & Michel MANCIAUX (dir.), Enfance menacée, éditions de l’INSERM, 19-43.
  • 1992 : « La puériculture d’Adolphe Pinard », In : Patrick TORT (dir.), Darwinisme et société, PUF, 413-435.
  • 1991 : « La spécialisation des médecins des hôpitaux : l’action de Bourneville au Conseil municipal de Paris », In : Jacques POIRIER & Jean-Louis SIGNORET (dir.), De Bourneville à la sclérose tubéreuse. Un homme, une époque, une maladie, Flammarion, 91-100.
  • 1991 : « La famille monoparentale et l’État : petite généalogie du traitement social des ‘risques familiaux’ », In : François de Singly & Franz SCHULTHEIS (dir.), Affaires de famille, affaires d’État, Ed. de l’Est, 117-130.
  • 1991 : « Les familles monoparentales », In : François de Singly (dir.), La Famille : l’état des savoirs, La Découverte, 67-74.
  • 1989 : « Modèle ‘angélique’ et modèle ‘patriotique’ : des enfants trouvés aux filles mères », In : Irène Thery & Christian BIET (dir.), La famille, la loi, l’État - de la Révolution au Code civil, Centre de recherche interdisciplinaire de Vaucresson & Centre Georges Pompidou (Histoire et société), Imprimerie nationale éditions, 491-502.
  • 1986 : « How the One-Parent Families appeared in France », In : Freddy DEVEN & R. L. CLIQUET (dir.), One-Parent Families in Europe ; trends, experiences, implications, Publications of the Netherlands Inter-university Demographic Institute (NIDI) & the Population and Family Study Centre (CBGS), vol. 15, 1986, The Hague/Brussels, 73-81.
  • 1986 : « Les familles monoparentales : des chiffres et des mots pour les dire, formes nouvelles ou mots nouveaux ? ». In : AIDELF, Les familles d’aujourd’hui (diffusion PUF/INED), 173-181.
  • 1985 : « Familles monoparentales : les mots pour les dire », In : Francis BAILLEAU, Nadine LEFAUCHEUR & Vincent PEYRE (dir.), Lectures sociologiques du travail social, CRIV & Éditions Ouvrières, 204-217.
  • 1985 : (direction, avec Francis BAILLEAU & Vincent PEYRE) Lectures sociologiques du travail social, CRIV & Éditions Ouvrières, collection Politiques sociales, 220 p.
  • 1975 : (Avec Georges Falconnet), La fabrication des mâles, Le Seuil (collection Combats), 205 p. (collection Points-Poche : 1977).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dont l’enquête qu’elle a réalisée, avec Georges Falconnet, sur les représentations masculines de la virilité et des relations amoureuses, laquelle s'est prolongée dans la publication de La Fabrication des mâles, ouvrage plusieurs fois réédité aux éditions du Seuil après 1975.
  2. Voir par exemple : « Les familles monoparentales : des chiffres et des mots pour les dire, formes nouvelles ou mots nouveaux ? ». In : AIDELF, Les familles d’aujourd’hui(1986 ).
  3. Un échantillon représentatif de 1 000 femmes et 500 hommes âgés de 18 à 59 ans, joints sur leur téléphone fixe, a ainsi répondu à un questionnaire comprenant sept modules : le premier explorait les caractéristiques individuelles et biographiques des répondants et de leurs éventuel(le)s conjoint(e)s ou partenaires ; les cinq suivants étant consacrés aux violences (verbales, psychologiques, physiques et sexuelles) éventuellement subies pendant les douze derniers mois, dans la vie professionnelle ou scolaire, dans la vie conjugale ou amoureuse, dans les relations avec un ancien partenaire, dans les relations avec la famille et les proches, et, enfin, dans les espaces publics ; un dernier module relevait les principaux faits de violence (insultes, menaces, coups et autres brutalités, pratiques et relations sexuelles imposées) subis avant les douze derniers mois, en précisant s’ils l’avaient été avant ou après l’âge de 18 ans.
  4. Cf. "Difficultés de la jeunesse, entrée précoce dans la vie adulte et victimation : l’exemple de la Martinique" (par N. Lefaucheur et E. Brown), Revue française des affaires sociales, La Documentation française, 2013, Paris.