Nadia Magnenat-Thalmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nadia Magnenat Thalmann
Nadia Magnenat Thalmann.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (71 ans)
Nationalités
Formation
Activités
Conjoint
Daniel Thalmann (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Nadia Magnenat-Thalmann est une informaticienne canado-suisse, professeure en informatique à l'Université de Genève et directrice de l'Institute for Media Initiative (IMI) à Singapour à l'Université de technologie de Nanyang.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nadia Magnenat Thalmann est titulaire de plusieurs licences, notamment en psychologie, en biologie et en informatique à l'Université de Genève puis d'un doctorat en physique quantique de la même université en 1977. Elle est ensuite professeure à l'Université de Montréal jusqu'en 1989, puis à l'Université de Genève, où elle fonde le laboratoire interdisciplinaire de recherche MIRALab en 1989 et devient directrice. Elle est ensuite vice-rectrice jusqu'en 2006, date de sa démission conjointement avec le recteur et vice-recteur lors la crise de l'Université de Genève sur notes de frais abusives[1].

Parallèlement à ses recherches à MIRALab, elle est professeure invitée et directrice de l'Institute for Media Innovation de Singapour. Ses travaux de recherche portent sur les robots sociaux[2], la réalité virtuelle et la simulation 3D des articulations.

En 1987, elle est élue Femme de l'année à Montréal pour son travail de pionnière avec le projet Marilyn Virtuelle[3]. Elle a un doctorat honoris causa en sciences de l'Université Leibniz de Hanovre en 2009 et un doctorat honoris causa de l'Université d'Ottawa en 2010[4]. Elle reçoit le prix allemand de recherche Humboldt en Allemagne, qui est décerné à des universitaires dont les découvertes fondamentales, les nouvelles théories ou les connaissances ont eu une influence significative sur leur propre discipline et qui sont susceptibles de continuer à obtenir les meilleurs résultats à l'avenir[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Analyse. Dans sa chute, le rectorat Hurst laisse une Université de Genève éreintée », Le Temps,‎ (lire en ligne).
  2. (en) « default », sur imi.ntu.edu.sg (consulté le 5 février 2018)
  3. (de) « Nadia Magnenat-Thalmann », sur www.frauen-informatik-geschichte.de (consulté le 4 février 2018)
  4. Steven Piguet, « Base de données sur les Élites suisses au XXe siècle », sur www2.unil.ch (consulté le 4 février 2018).
  5. (de) « Leibniz Universität Hannover - Renommierter Alexander von Humboldt Forschungspreis geht an die Leibniz Universität Hannover », sur www.uni-hannover.de (consulté le 4 février 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]