Nabila (chanteuse camerounaise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nabila
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (25 ans)
BamendaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Nabila, de son vrai nom Fatima Rodriguez, née le 8 juillet 1996 à Bamenda, est une chanteuse et actrice camerounaise[1]. Elle est lauréate du prix de la Révélation musicale de l'année aux Canal 2'or en 2019[2]. Elle est signée sous le Label Regn Records de 2016 à 2020[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et début[modifier | modifier le code]

Nabila est née le 8 juillet 1996 à Bamenda dans la région du Nord-Ouest d'un père hispano-marocain et d’une mère camerounaise[4]. Elle développes une passion pour la musique dès son enfance et participe à des nombreux spectacles et compétitions de chant à l'adolescence[5]. Elle se lance par la suite dans le mannequinat et apparait dans les publicités de diverses marques locales parmi lesquelles Lana del cosmétiques, Rmb lbow, Source du

Pays[6].

Elle fait ses études supérieures à l’Université de Buea.

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

Nabila fait ses premiers pas dans la musique en 2015 avec son premier single intitulé Turn Up, produit par Edi le’drae[1]. Elle se fait connaitre du grand public en 2016 grâce à sa reprise de la chanson Sawa Romance de l'artiste Locko. Elle est aussitôt repérée par le label de Regn Records qui la signe la même année[5].

En 2019, Nabila présente son tout premier projet; un EP de 12 titres intitulé Mon Univers dans lequel on retrouve des collaborations avec les artistes Locko, Tenor, Tzy Panchak, Annie Anzouer et Ya Lewis et les titres à succès Pardon Pars, Tromper, Femme seule, Mi yi dima, Give me your love e[7].

Carrière d'actrice[modifier | modifier le code]

Nabila fait ses premiers pas dans le cinéma en 2019 à travers le film Broken du réalisateur camerounais Anurin Nwunembom[8]

Discographie[modifier | modifier le code]

EP[modifier | modifier le code]

  • 2019: Mon Univers

Singles[modifier | modifier le code]

  • 2017: Ça Ira
  • 2017: Prend Ma Main
  • 2018: Ça Va Aller
  • 2018: Tromper avec Tzy Panchak

Collaborations[modifier | modifier le code]

  • 2021: Nous de Blacky Carat
  • 2018: Sans Déconner de Locko

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2019: Prix de la révélation musicale de l’année aux Canal 2’Or[9].
  • 2019: Nominée aux Urban Jamz Awards dans la catégorie meilleure artiste féminine de l’année[10].
  • 2016: Nomination aux Balafon Music Awards dans les catégories: artiste féminine et Meilleure voix féminine de l'année[11].
  • 2021: Elle est nominée à la compétition de Star Urban Hit Show organisé par Orange[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Nabila, Biographie », sur www.camerounweb.com (consulté le )
  2. « Nabila (Canal 2’or act12) à ses fans : « Ce trophée est le vôtre, cette victoire est la vôtre… » », sur Culturebene, (consulté le )
  3. JERRY dit, « Portrait : Qui est Nabila la nouvelle star kamer à la voix angélique? », sur Culturebene, (consulté le )
  4. « Qui est Nabila Rodriguez, la jeune chanteuse du bled qui monte en puissance », sur People237.com, (consulté le )
  5. a et b Armand CHEMS, « NABILA LE RENOUVEAU DE LA MUSIQUE CAMEROUNAISE », sur WANDAYANCE MAGAZINE, (consulté le )
  6. (en-US) Clarisse Ndinge, « The Fast Rise Of Nabila! », sur BetaTinz, (consulté le )
  7. « Mon Univers, le premier EP tant annoncé de Nabila, est sorti », sur Auletch, (consulté le )
  8. « Cameroun: une histoire entre Nabila et l’acteur John Dumelo fait parler », sur Africa Top Success, (consulté le )
  9. StopBlaBlaCam, « Non, Nabila n’est pas le véritable prénom de la chanteuse », sur www.stopblablacam.com (consulté le )
  10. « Urban Jamz Awards 2019 : Voici la liste complète des nominées », sur People237.com, (consulté le )
  11. « Balafon Music Awards 2020 – Les Nominés », sur Kamer ShowBook, (consulté le )
  12. « Urban Hit Show : un booster pour la musique urbaine », sur www.cameroon-tribune.cm (consulté le )