Naïm Khader

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Naïm Khader
Naïm Khader.jpg
Naïm Khader en 2012.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 41 ans)
IxellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Naïm Khader, né le à Zababdeh, près de Jénine (Palestine), et mort (assassiné) le à Ixelles (Bruxelles), est un intellectuel palestinien chrétien[Information douteuse] [?], premier représentant de l’OLP auprès des autorités belges et européennes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il arrive en Belgique en 1966 pour y obtenir un doctorat en droit, puis en droit international à l’UCL. En 1968, à la suite de l'occupation de la Palestine par Israël, il adhère au Fatah et devient bientôt représentant officieux de l’OLP lorsque cette fonction est officiellement reconnue par la Belgique en 1976.

Il participe à de nombreuses missions diplomatiques au sein du Dialogue Euro-Arabe, auprès des Nations unies, des pays non-alignés, et surtout de la Commission et du Parlement européen où il lie de nombreux contacts.

Partisan de la création d’un État palestinien laïc et démocratique cohabitant pacifiquement avec Israël, il milite pour la paix et le dialogue. Il noue des relations d’amitié avec des membres de la communauté juive de Belgique. Il est l’un des artisans de la reconnaissance de la cause palestinienne en Europe. En 1976, il participe à la création de l’Association Belgo-Palestinienne avec entre autres, Marcel Liebman et Pierre Galand.

Le , il est assassiné par balles en rue, devant son domicile d'Ixelles. L’enquête judiciaire n’a jamais permis de désigner les commanditaires de l’attentat. Des accusations ont été proférées envers les services secrets israéliens et envers des groupes extrémistes palestiniens. Le père Émile Shoufani a publiquement affirmé qu'il avait été "lâchement assassiné par les siens", dans son discours de réception comme docteur honoris causa à l'UCL[1]. Le procès d’un tueur présumé, en , s’est conclu sur un non-lieu.

La Fondation Naïm Khader est créée après son décès, elle intégrera quelques années plus tard l'Association belgo-palestinienne/Naïm Khader.

Différents hommages ont été organisés en Belgique par les milieux associatifs et politiques belges en 2001 et 2006 à l’occasion des 20e et 25e anniversaires de son assassinat. En 2003, la commune d’Ixelles s’est jumelée avec la municipalité de Zababdeh, ville natale de Naïm Khader.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Textes de la révolution palestinienne 1968-1974, Bichara et Naïm Khader, Paris, Sindbad, 1975.
  • Le sens d'une vie, Naim Khader, 1981

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La route de El-Naim, Film de Michel Khleifi, portrait de Naim Khader, 1981
  • Naïm Khader, un prophète foudroyé du peuple palestinien, biographie de Robert Verdussen, éditions Le Cri, Bruxelles, 2001

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]