Naïa la sorcière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Naïa
Description de cette image, également commentée ci-après
Naïa, photographiée en 1903 par Charles Géniaux.
Naissance XIXe siècle
Malansac (Morbihan, France) [présumé]
Décès XXe siècle
Nationalité française
Activité principale

Naïa est le surnom donné à une femme considérée comme une sorcière, qui aurait vécu dans les ruines du château des Rieux à Rochefort-en-Terre dans le Morbihan à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon Charles Géniaux, qui a publié une enquête sur Naïa dans le Wide World Magazine en octobre 1899, puis dans son livre La Vieille France qui s'en va quelques années plus tard, elle était connue localement pour avoir le don d'ubiquité, pour lire l'avenir, pour ne pas ressentir la douleur[2]… Selon un de ses informateurs, elle serait née dans la commune voisine de Malansac, d'un père rebouteux[3], et son nom serait une déformation du mot « la noire ». On sait également qu'elle était instruite : sachant lire, écrire et connaissant les plantes[4].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Charles Géniaux écrit qu'elle habitait dans les ruines du château de Rochefort :

« Les plus anciens parmi les vieillards se souviennent de Naïa. Leur petite enfance fut bercée par les récits magiques de ses exploits. Ils lui ont toujours connu une silhouette unique, c'est-à-dire une même apparence, un costume invariable, ni plus neuf, ni plus vieux et sa démarche, ses traits, sa vigueur échapperaient aux atteintes de l'âge. De là ils concluent à l'immortalité de Naïa ![5] »

Charles Géniaux raconte que les gens croyaient « que Naïa ne mangeait ni ne buvait », qu'« elle fut rencontrée [le même jour] à des distances fort éloignées » (elle aurait donc disposé du don d'ubiquité), qu'elle prédisait l'avenir en lisant les lignes de la main et jetait des sorts, qu'elle invoquait le démon Gnâmi[6] et avait une insensibilité au feu, maniant les tisons et les laissant brûler sans sa paume ouverte[7].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Le musée des arts fantastique et visionnaire, installé dans le château depuis 2015, porte son nom : Naïa museum[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Batigne, Lieux de légendes et de croyances - Pays de Questembert & Rochefort-en-Terre, p. 138, 2017, (ISBN 979-10-90887-56-5)
  2. Charles Géniaux, Naïa, la sorcière de Rochefort-en-Terre, Stéphane Batigne Éditeur, 2015, (ISBN 979-10-90887-40-4)
  3. Charles Géniaux, La Vieille France qui s'en va, us et coutumes de Bretagne, vers 1900
  4. « « Naïa la sorcière » n'est pas tout à fait une légende », sur Ouest-France, (consulté le 4 janvier 2017)
  5. Charges Géniaux, Naïa la Sorcière, "Almanach de l'Action libérale populaire", 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5562055f/f135.image.r=Na%C3%AFa
  6. Selon Naïa, Gnâmi serait un être mystérieux : « Celui qui peut, Celui qui veut, Celui qu'on ne voit pas ! »
  7. C'est un procédé utilisé par des saltimbanques : il faut déposer un corps isolant sur l'épiderme avant de la faire.
  8. Le Naïa Museum, l’imaginaire fantastique investit la Bretagne, Présence d'esprits

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]