NGC 3597

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 3597
Image illustrative de l’article NGC 3597
La galaxie lenticulaire NGC 3597
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Coupe
Ascension droite (α) 11h 14m 42,0s[1]
Déclinaison (δ) −23° 43′ 40″ [1]
Magnitude apparente (V) 12,7 [2]
13,6 dans la Bande B [2]
Brillance de surface 13,70 mag/am2[3]
Dimensions apparentes (V) 1,8 × 1,4[2]
Décalage vers le rouge 0,011675 ± 0,000003[1]
Angle de position 64°[2]

Localisation dans la constellation : Coupe

(Voir situation dans la constellation : Coupe)
Crater IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 3 500 ± 1 km/s [4]
Distance 48,9 ± 3,4 Mpc (∼159 millions d'a.l.)[5]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie lenticulaire
Type de galaxie S0^+? pec[1] S0-a[2],[6]
Dimensions 83 000 a.l.[7]
Découverte
Découvreur(s) John Herschel[8]
Date 21 mars 1835[8]
Désignation(s) PGC 34266
ESO 503-3
MCG -4-27-5
AM 1112-232
IRAS 11122-2327 [2]
Liste des galaxies lenticulaires

NGC 3597 est une galaxie lenticulaire située dans la constellation de la Coupe à environ 159 millions d'années-lumière de la Voie lactée. NGC 3597 a été découvert par l'astronome britannique John Herschel en 1835.

NGC 3597 est une galaxie lumineuse dans l'infrarouge (LIRG). Elle renferme également des régions d'hydrogène ionisé[1].

NGC 3597, la fusion de deux galaxies[modifier | modifier le code]

On pense que la galaxie particulière NGC 3597 origine de la collision de deux grosses galaxies et qu'elle évolue lentement pour devenir une galaxie elliptique. Les astronomes étudient NGC 3597 et d'autres galaxies semblables pour en savoir plus sur la formation des galaxies elliptiques dont certaines ont commencé leur vie très tôt dans l'histoire de l'Univers. Ces galaxies anciennes sont surnommées «rouges et mortes» (red and dead) par les astronomes parce qu'elles ne produisent plus de jeunes étoiles bleues et qu'elles sont donc surtout constituées de populations stellaires plus rouges[9].

Mais avant que cette inactivité ne s'installe, certaines galaxies plus récentes connaissent une dernière poussée de jeunesse comme c'est le cas pour NGC 3597. Des galaxies peuvent entrer en collision, se briser et regrouper la matière disponible, gaz et poussière, et ainsi déclencher de nouveaux cycles de formation d'étoiles. Une partie de la matière mise en commun peut aussi se retrouver dans des poches denses que l'on nomme des amas proto-globulaires. Ces poches continueront de s'effondrer sous l'effet de leur propre gravité et ils finiront par donner naissance à des amas globulaires refermant des millions d'étoiles. On en retrouve des dizaines dans NGC 3597[9],[10].

NGC 3597 par le télescope spatial Hubble.
NGC 3597 dans le visible par le télescope spatial Hubble.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 3597 (consulté le )
  2. a b c d e et f « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 3500 à 3599 »
  3. La brillance de surface (S) se calcule à partir de la magnitude apparente (m) et de la surface de la galaxie selon l'équation
  4. On obtient la vitesse radiale d'une objet céleste à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage Doppler (redshift ou bleushift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble-Lemaître : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc). L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  6. (en) « NGC 3597 sur HyperLeda » (consulté le )
  7. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  8. a et b (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le )
  9. a et b (en) « Hubble Space Telescope, A galactic mega-merger » (consulté le )
  10. Duncan A. Forbes et G.K.T. Hau, « Imaging of the merging galaxy NGC 3597 and its population of protoglobular clusters », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 312#4,‎ , p. 703-711 (DOI 10.1046/j.1365-8711.2000.03175.x, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 3589  •  NGC 3590  •  NGC 3591  •  NGC 3592  •  NGC 3593  •  NGC 3594  •  NGC 3595  •  NGC 3596  •  NGC 3597  •  NGC 3598  •  NGC 3599  •  NGC 3600  •  NGC 3601  •  NGC 3602  •  NGC 3603  •  NGC 3604  •  NGC 3605