NASCAR Cup Series 2017

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
NASCAR Cup Series 2017
Description de l'image MonsteEnergyNASCARCupSeriesLogo.jpg.
Généralités
Sport NASCAR Cup Series
Création 1949
Organisateur(s) NASCAR
Édition 69e
Nombre de manches 36 courses
Site web officiel
Palmarès
Champion pilote Martin Truex Jr.
Champion constructeur Toyota

Navigation

Martin Truex Jr., champion 2017 de la Cup Series.

Le NASCAR Cup Series 2017 est la 69e édition du championnat organisé par la NASCAR aux États-Unis et la 46e édition saison de l'ère moderne.

L'événement étant sponsorisé par la société Monster Energy, le nom officiel du championnat est la Monster Energy NASCAR Cup Series 2017[1] Le logo de la saison a été adapté en fonction de ce changement de sponsoring.

La saison débute au Daytona International Speedway par la course d'exhibition The Clash at Daytona, le Can-Am Duel, et le Daytona 500. Elle se termine lors du Ford EcoBoost 400 au Homestead-Miami Speedway.

Jimmie Johnson y défend son titre de champion au sein de l'équipe Hendrick Motorsports.

Cette saison est d'une part, la troisième année du contrat de dix ans liant la NASCAR avec les chaînes de télévision Fox Sports et NBC Sports et d'autre part la seconde année du contrat de 5 ans la liant avec tous les circuits.

Repères du début de saison[modifier | modifier le code]

Nouveau système de points[modifier | modifier le code]

Le 23 janvier 2017, à l'occasion d'une conférence de presse, la NASCAR annonce que le format des courses et le système d'attribution des points ont été modifiés. Toutes les courses de la NASCAR Cup Series seront divisées en trois parties :

  • première et seconde parties : environ 1/4 de la distance totale (les deux parties ont le même nombre de tours).
  • troisième partie : environ 1/2 de la distance totale.

En cas de mauvais temps, de couvre-feu ou d'obscurité, la troisième partie peut être annulée et la course considérée comme terminée après les deux premières parties de course.

Une mise en pause de la compétition se tiendra à la fin de chaque partie pendant laquelle les coureurs pourront éventuellement prendre un arrêt avant le redémarrage de l'étape suivante.

Les dix premiers pilotes à la fin des deux premières parties de course recevront des points comptant pour le championnat (10 pour le premier, 9 pour le second... et 1 pour le dixième).

Le vainqueur final de la course (donc arrivant premier en fin de troisième partie) recevra 40 points. Les pilotes suivants recevront des points selon une échelle dégressive allant de 35 points pour le 2e jusqu'à 2 points pour le 35e et 1 point pour les pilotes classés 36e à 40e. Le gagnant de chaque partie collecte également un point de playoff tandis que le gagnant final en reçoit 5.

Pour la première fois depuis 1971, les courses de qualification du Can-Am Duel pour le Daytona 500 attribueront également des points de championnat. Les dix premiers pilotes de chaque course recevront des points[2].

Après la première partie de saison (les 26 premières courses), on ne parlera plus de "Chase for the Championship" mais de "Playoffs".

Après ces 26 premières courses, les pilotes ayant gagné une (ou plusieurs) courses seront qualifiés pour les playoffs. Trois cas peuvent se présenter :

  • Il y a plus de 16 pilotes qui ont remporté au moins une victoire : les 16 pilotes les mieux classés en fonction des points obtenus au cours de la saison régulière sont qualifiés pour les playoffs.
  • Il y a 16 pilotes qui ont remporté au moins une victoire : ces 16 pilotes sont qualifiés pour les playoffs.
  • Il y a moins de 16 pilotes ayant remporté au moins une victoire : ces pilotes auxquels s'ajoutent le nombre de pilote nécessaire pour arriver à un total 16 pilotes sont qualifiés pour les playoffs. Ces derniers sont qualifiés en fonction des points obtenus au cours de la saison régulière.

En cas d'égalité, les points de championnat départageront les pilotes.

Les dix premiers du classement établi en fonction du nombre de victoire et des points de championnat recevront des points de playoffs supplémentaires (15 pour le premier, 10 pour le second, 8 pour le troisième, et ainsi de suite jusque 1 pour le dixième).

Arrivés en playoffs, les pilotes qualifiés les débutent avec 2 000 points de championnat auxquels sont ajoutés les points de playoffs obtenus lors de la première partie de la saison. Ces points de playoffs resteront comptabilisés pendant les playoffs mais ne seront plus pris en compte pour les 4 meilleurs pilotes qui se disputeront le titre lors de la dernière course (Championship 4).

Le vice-président exécutif de la NASCAR et responsable du développement des courses Steve O'Donnel a déclaré que le nouveau système de points avait été mis en place pour valoriser chaque victoire et chaque position en course tout au long de la saison. Chaque point pourra faire gagner ou perdre le championnat[3],[4].

Nouvelles règles[modifier | modifier le code]

De nouvelles règles ont été éditées pendant l'inter-saison[5] :

  • Pneus : Les équipes devront commencer la course avec les pneus utilisés pendant les qualifications[6].
  • Nombre de pneus : À la suite de recherches communes à Goodyear et la NASCAR, la répartition des pneus a changé pour certaines courses. Les équipes disposeront d'un jeu de pneus en moins pour le Daytona 500, Phoenix, Fontana, Martisville (course du printemps), Bristol, Kansas, Kentucky et Chicagoland. Pour la course d'Homestead, ce seront deux jeux de pneus en moins (ils y disposaient de 12 jeux). Talladega, Sonoma, Daytona (400), New Hampshire, Watkins Glen, et Darlington bénéfieront d'un jeu de pneu supplémentaire[6].
  • La vitesse : pour limiter la vitesse sans cesse croissante à Daytona et à Talladega, les plaques de restriction seront réduites, passant de 57/64 à 7/8 de pouce [5].
  • Courses sans plaques de restriction : les dimensions du spoiler arrière seront réduites de 3,5 × 61 pouces à 2 ³⁄₈ × 61 pouces (elles restent inchangées pour les courses avec plaque de restriction).
  • Courses avec plaque de restriction : les voitures devront être équipées d'améliorations structurelles de sécurité y compris un blindage anti-intrusion. Ces mesures peuvent être prises lors des autres courses. D'autres modifications de sécurité seront obligatoires sur toutes les courses, par exemple la révision du montage de la colonne de direction.
  • Arrêts aux stands : Les équipes n’auront désormais que cinq minutes pour toute réparation si la Nascar juge la voiture dangereuse. De plus, la voiture devra être déclarée apte à retourner sur le circuit. Pour revenir dans la course, la voiture devra atteindre une vitesse minimale déterminée par les officiels avant l’événement. Scott Miller, vice-président de la Nascar chargé de la sécurité, a déclaré sur NASCAR.com : « Beaucoup de voitures reviennent sur le circuit pour terminer 38e ; or elles n’ont rien à faire sur la piste du simple point de vue de la sécurité. Les débris qu’elles peuvent abandonner ne font qu’occasionner des drapeaux jaunes supplémentaires. » Toutefois, ce point du règlement ne s’appliquera pas à une équipe victime d’un dommage non lié à un accident tel qu’une panne électrique. Une équipe à laquelle s’applique cette nouvelle modification aura toujours le droit de réparer complètement la voiture sans limite de temps et pourra également recourir à la zone des garages pour effectuer les réparations. « On ne dira jamais à un pilote qui casse sa transmission à Watkins Glen ou à Pocono par exemple et contraint de rejoindre les garages en roue libre que la course est finie pour lui ; en effet, il ne représente pas un danger – il s’agit simplement d’une casse mécanique », a précisé Miller[7].
  • Excès de vitesse dans les stands :
    • Toute voiture abîmée dépassant la vitesse autorisée dans cette zone perdra quinze secondes du temps accordé pour les réparations ;
    • Trop de mécaniciens de ce côté du muret marquera la fin de la course pour l’équipe. Leur nombre est actuellement fixé à six, à moins que la Nascar ne le spécifie. Si l’équipe envoie trop d’hommes sans l’autorisation des officiels, cette équipe n’aura pas le droit de terminer la course.

Pilotes[modifier | modifier le code]

Manufacturiers[modifier | modifier le code]

  • Stewart-Haas Racing passe de Chevrolet à Ford. Dans le cadre de cette transition, l'équipe Roush-Yates leur fournira des moteurs[14].
  • Pour la saison 2017, Toyota a mis à jour ses voitures pour correspondre à la nouvelle Toyota Camry 2018. C'est la première fois que Toyota développe simultanément la version de course d'un véhicule en même temps que la version commercialisée[15].

Courses[modifier | modifier le code]

Le calendrier complet de la saison 2017 a été dévoilé le 5 mai 2016. Il prévoit 36 courses comptant pour le championnat, ainsi que deux courses d'exhibition (le Clash et le All-Star Race) et une course de qualification pour le Daytona 500 (le Can-Am Duel)[16].

Il y aura un événement important en début de saison puisque l'Atlanta Motor Speedway accueillera la 2500e course de la NASCAR.

Voici les changements importants par rapport à la saison 2016 :

Engagés[modifier | modifier le code]

Marques Équipes Pilotes Cat. Manches Chefs d'équipe
Chevrolet Chip Ganassi Racing 1 Flag of Missouri.svg Jamie McMurray Toutes Matt McCall
42 Flag of California.svg Kyle Larson Toutes Chad Johnston
Circle Sport-The Motorsports Group (en) 33 Flag of North Carolina.svg Jeffrey Earnhardt (en) Toutes Pat Tryson
Germain Racing (en) 13 Flag of California.svg Ty Dillon (en) R Toutes Bootie Barker
Hendrick Motorsports 5 Flag of Washington.svg Kasey Kahne Toutes Keith Rodden
24 Flag of Georgia (U.S. state).svg Chase Elliott Toutes Alan Gustafson
48 Flag of California.svg Jimmie Johnson Toutes Chad Knaus
88 Flag of North Carolina.svg Dale Earnhardt Jr. Toutes Greg Ives
JTG Daugherty Racing (en) 37 Flag of Texas.svg Chris Buescher Toutes Trent Owens
47 Flag of California.svg A. J. Allmendinger Toutes Randall Burnett
Leavine Family Racing (en) 95 Flag of North Carolina.svg Michael McDowell Toutes Todd Parrott
Richard Childress Racing 3 Flag of North Carolina.svg Austin Dillon Toutes Slugger Labbe
27 Flag of Wisconsin.svg Paul Menard Toutes Matt Borland
31 Flag of Indiana.svg Ryan Newman Toutes Luke Lambert
Tommy Baldwin Racing (en) 7 Flag of Virginia.svg Elliott Sadler 1 Kenneth Davis
Beard Motorsports (en) 75 Flag of California.svg Brendan Gaughan (en) 1 Darren Shawm
Rick Ware Racing (en) 51 Flag of Maryland.svg Timmy Hill (en) 4 Carlos Contreras 1
Joe Lax 35
Flag of North Carolina.svg Cody Ware (en) 1
Flag of California.svg Stanton Barrett À déterminer
Flag of California.svg Kevin O'Connell (en) À déterminer
Ford Front Row Motorsports 34 Flag of Iowa.svg Landon Cassill (en) Toutes Donnie Wingo
38 Flag of Georgia (U.S. state).svg David Ragan Toutes Derrick Finley
Go FAS Racing (en) 32 Flag of California.svg Matt DiBenedetto (en) Toutes Gene Nead
Richard Petty Motorsports 43 Flag of Florida.svg Aric Almirola Toutes Drew Blickensderfer
Roush Fenway Racing 6 Flag of Tennessee.svg Trevor Bayne Toutes Matt Puccia
17 Flag of Mississippi.svg Ricky Stenhouse Jr. Toutes Brian Pattie
Team Penske 2 Flag of Michigan.svg Brad Keselowski Toutes Paul Wolfe
22 Flag of Connecticut.svg Joey Logano Toutes Todd Gordon
Stewart-Haas Racing 4 Flag of California.svg Kevin Harvick Toutes Rodney Childers
10 Flag of Wisconsin.svg Danica Patrick Toutes Billy Scott
14 Flag of Kansas.svg Clint Bowyer Toutes Mike Bugarewicz
41 Flag of Nevada.svg Kurt Busch Toutes Tony Gibson
TriStar Motorsports (en) 72 Flag of California.svgCole Whitt (en) Toutes Frank Kerr
Wood Brothers Racing 21 Flag of North Carolina.svg Ryan Blaney Toutes Jeremy Bullins
Toyota BK Racing (en) 23 Flag of Iowa.svg Joey Gase (en) 3 Patrick Donahue
Flag of Virginia.svg Gray Gaulding (en) R 33
83 Flag of North Carolina.svg Corey Lajoie (en) R 14 Doug Richert
Flag of Virginia.svg Gray Gaulding (en) R 2
Furniture Row Racing 77 Flag of Michigan.svg Erik Jones (en) R Toutes Chris Gayle
78 Flag of New Jersey.svg Martin Truex Jr. Toutes Cole Pearn
Joe Gibbs Racing 11 Flag of Florida.svg Denny Hamlin Toutes Mike Wheeler
18 Flag of Nevada.svg Kyle Busch Toutes Adam Stevens
19 Flag of Mexico.svg Daniel Suárez (en) Toutes Dave Rogers
20 Flag of Wisconsin.svg Matt Kenseth Toutes Jason Ratcliff
Gaunt Brothers Racing (en) 96 Flag of Ontario.svg D. J. Kennington (en) 1 Keith Hinkein
À déterminer 3
Chevrolet 32
Toyota 4
Premium Motorsports (en) 15 Flag of Kentucky.svg Michael Waltrip 1 Mark Hillman
Flag of Georgia (U.S. state).svg Reed Sorenson 4
À déterminer 30
55 Flag of Georgia (U.S. state).svg Reed Sorenson 1 Wayne Carroll
Flag of Washington.svg Derrike Cope 1

Les quatre premiers de 2017[modifier | modifier le code]

Martin Truex Jr., le champion 2017 de la NASCAR Monster Energy Cup Series
Kyle Busch, second à 5 points de Martin Truex Jr.
Kevin Harvick, troisième à 7 points de Martin Truex Jr.
Brad Keselowski, quatrième à 10 points de Martin Truex Jr.

Calendrier et podiums des courses de la saison 2017[modifier | modifier le code]

Dates Nom de la course Circuits États Premier Second Troisième Pole +Tour
HC (en) 19 février[Note 1] Advance Auto Parts Clash Daytona International Speedway, Daytona Beach Drapeau de la Floride Floride Joey Logano Kyle Busch Alex Bowman (en) Brad Keselowski Denny Hamlin
Q (en) 23 février Can-Am Duel 1
Can-Am Duel 2
Chase Elliott Jamie McMurray Kevin Harvick Chase Elliott Brad Keselowski
Denny Hamlin Clint Bowyer Kurt Busch Dale Earnhardt Jr. Dale Earnhardt Jr.
1 (en) 26 février Daytona 500 Kurt Busch Ryan Blaney A. J. Allmendinger Chase Elliott Kevin Harvick
2 (en) 5 mars Folds of Honor QuikTrip 500 Atlanta Motor Speedway, Hampton Drapeau de la Géorgie (États-Unis) Géorgie Brad Keselowski Kyle Larson Matt Kenseth Kevin Harvick Kevin Harvick
3 (en) 12 mars Kobalt 400 Las Vegas Motor Speedway, Las Vegas Drapeau du Nevada Nevada Martin Truex Jr. Kyle Larson Chase Elliott Brad Keselowski Martin Truex Jr.
4 (en) 19 mars Camping World 500 Phoenix International Raceway, Avondale Drapeau de l'Arizona Arizona Ryan Newman Kyle Larson Kyle Busch Joey Logano Kyle Busch
5 (en) 26 mars Auto Club 400 Auto Club Speedway, Fontana Drapeau de la Californie Californie Kyle Larson Brad Keselowski Clint Bowyer Kyle Larson Kyle Larson
6 (en) 2 avril STP 500 Martinsville Speedway, Ridgeway Drapeau de la Virginie Virginie Brad Keselowski Kyle Busch Chase Elliott Kyle Larson Kyle Busch
7 (en) 9 avril O'Reilly Auto Parts 500 Texas Motor Speedway, Fort Worth Drapeau du Texas Texas Jimmie Johnson Kyle Larson Joey Logano Kevin Harvick Ryan Blaney
8 (en) 24 avril[Note 2] Food City 500 Bristol Motor Speedway, Bristol Drapeau du Tennessee Tennessee Jimmie Johnson Clint Bowyer Kevin Harvick Kyle Larson Kyle Larson
9 (en) 30 avril Toyota Owners 400 Richmond International Raceway, Richmond Drapeau de la Virginie Virginie Joey Logano Brad Keselowski Denny Hamlin Matt Kenseth Matt Kenseth
10 (en) 7 mai GEICO 500 Talladega Superspeedway, Lincoln Drapeau de l'Alabama Alabama Ricky Stenhouse Jr. Jamie McMurray Kyle Busch Ricky Stenhouse Jr. Kyle Busch
11 (en) 13 mai Go Bowling 400 Kansas Speedway, Kansas City Drapeau du Kansas Kansas Martin Truex Jr. Brad Keselowski Kevin Harvick Ryan Blaney Martin Truex Jr.
HC (en) 19 mai The Showdown Charlotte Motor Speedway, Concord Drapeau de la Caroline du Nord Caroline du Nord Daniel Suárez (en) Austin Dillon Chase Elliott Clint Bowyer Clint Bowyer
Ryan Blaney
HC (en) 20 mai All-Star Race Kyle Busch Kyle Larson Jimmie Johnson Kyle Larson Kyle Larson
12 (en) 28 mai Coca-Cola 600 Austin Dillon Kyle Busch Martin Truex Jr. Kevin Harvick Martin Truex Jr.
13 (en) 4 juin AAA 400 Drive for Autism Dover International Speedway, Concord Drapeau de la Caroline du Nord Caroline du Nord Jimmie Johnson Kyle Larson Martin Truex Jr. Kyle Busch Kyle Larson
14 (en) 11 juin Axalta presents the Pocono 400 Pocono Raceway, Long Pond Drapeau de la Pennsylvanie Pennsylvanie Ryan Blaney Kevin Harvick Erik Jones (en) (R) Kyle Busch Kyle Busch
15 (en) 18 juin FireKeepers Casino 400 Michigan International Speedway, Brooklyn Drapeau du Michigan Michigan Kyle Larson Chase Elliott Joey Logano Kyle Larson Kyle Larson
16 (en) 25 juin Toyota/Save Mart 350 Sonoma Raceway, Sonoma Drapeau de la Californie Californie Kevin Harvick Clint Bowyer Brad Keselowski Kyle Larson Martin Truex Jr.
17 (en) 1er juillet Coke Zero 400 Daytona International Speedway, Daytona Beach Drapeau de la Floride Floride Ricky Stenhouse Jr. Clint Bowyer Paul Menard Dale Earnhardt Jr. Brad Keselowski
18 (en) 8 juillet Quaker State 400 Kentucky Speedway, Sparta Drapeau du Kentucky Kentucky Martin Truex Jr. Kyle Larson Chase Elliott Kyle Busch Martin Truex Jr.
19 (en) 16 juillet Overton's 301 New Hampshire Motor Speedway, Loudon Drapeau du New Hampshire New Hampshire Denny Hamlin Kyle Larson Martin Truex Jr. Martin Truex Jr. Martin Truex Jr.
20 (en) 23 juillet Brickyard 400 Indianapolis Motor Speedway, Speedway (en) Drapeau de l'Indiana Indiana Kasey Kahne Brad Keselowski Ryan Newman Kyle Busch Kyle Busch
21 (en) 30 juillet Pennsylvania 400 Pocono Raceway, Long Pond Drapeau de la Pennsylvanie Pennsylvanie Kyle Busch Kevin Harvick Martin Truex Jr. Kyle Busch Kyle Busch
22 (en) 6 août I Love New York 355 at The Glen Watkins Glen International, Watkins Glen Drapeau de l'État de New York New York Martin Truex Jr. Matt Kenseth Daniel Suárez (en) (R) Kyle Busch Martin Truex Jr.
23 (en) 13 août Pure Michigan 400 Michigan International Speedway, Brooklyn Drapeau du Michigan Michigan Kyle Larson Martin Truex Jr. Erik Jones (en) (R) Brad Keselowski Brad Keselowski
24 (en) 19 août Bass Pro Shops NRA Night Race Bristol Motor Speedway, Bristol Drapeau du Tennessee Tennessee Kyle Busch Erik Jones (en) (R) Denny Hamlin Erik Jones (en) (R) Erik Jones (en) (R)
25 (en) 3 septembre Bojangles' Southern 500 Darlington Raceway, Darlington Drapeau de la Caroline du Sud Caroline du Sud Denny Hamlin Kyle Busch Kurt Busch Kevin Harvick Kyle Larson / Denny Hamlin
26 (en) 9 septembre Federated Auto Parts 400 Richmond International Raceway, Richmond Drapeau de la Virginie Virginie Kyle Larson Joey Logano Ryan Newman Matt Kenseth Martin Truex Jr.
Playoffs pour le titre de champion de la Monster Energy Cup Series 2017
Round of 16
27 (en) 17 septembre Tales of the Turtles 400 Chicagoland Speedway, Joliet Drapeau de l'Illinois Illinois Martin Truex Jr. Chase Elliott Denny Hamlin Kyle Busch Kyle Busch
28 (en) 24 septembre ISM Connect 300 New Hampshire Motor Speedway, Loudon Drapeau du New Hampshire New Hampshire Kyle Busch Kyle Larson Matt Kenseth Kyle Busch Kyle Busch
29 (en) 1er octobre Apache Warrior 400 Dover International Speedway, Dover Drapeau du Delaware Delaware Kyle Busch Chase Elliott Jimmie Johnson Martin Truex Jr. Chase Elliott
Round of 12
30 (en) 7 octobre Bank of America 500 Charlotte Motor Speedway, Concord Drapeau de la Caroline du Nord Caroline du Nord Martin Truex Jr. Chase Elliott Kevin Harvick Denny Hamlin Kevin Harvick
31 (en) 15 octobre Alabama 500 Talladega Superspeedway, Lincoln Drapeau de l'Alabama Alabama Brad Keselowski Ryan Newman Trevor Bayne Dale Earnhardt Jr. Joey Logano
32 (en) 22 octobre Hollywood Casino 400 Kansas Speedway, Kansas City Drapeau du Kansas Kansas Martin Truex Jr. Kurt Busch Ryan Blaney Martin Truex Jr. Kyle Busch
Round of 8
33 (en) 29 octobre First Data 500 Martinsville Speedway, Ridgeway Drapeau de la Virginie Virginie Kyle Busch Martin Truex Jr. Clint Bowyer Joey Logano Kyle Busch
34 (en) 5 novembre AAA Texas 500 Texas Motor Speedway, Fort Worth Drapeau du Texas Texas Kevin Harvick Martin Truex Jr. Denny Hamlin Kurt Busch Martin Truex Jr.
35 (en) 12 novembre Can-Am 500 Phoenix International Raceway, Avondale Drapeau de l'Arizona Arizona Matt Kenseth Chase Elliott Martin Truex Jr. Ryan Blaney Matt Kenseth
Finale du championnat (Round of 4)
36 (en) 19 novembre Ford EcoBoost 400 Homestead-Miami Speedway, Homestead Drapeau de la Floride Floride Martin Truex Jr. Kyle Busch Kyle Larson Denny Hamlin Kyle Larson

Notes :

  1. L'Advance Auto Parts Clash de Daytona a été reporté du 18 au 19 février à cause du mauvais temps
  2. Le Food City 500 de Bristol a été reporté du dimanche 23 au lundi 24 avril à cause de la pluie

Classement du championnat[modifier | modifier le code]

Des points de championnat et de bonus playoffs sont attribués aux pilotes lors d'une course à l'issue de l'arrivée et à l'issue des deux premiers segments.

Pour les Duels, seuls des points de championnat sont attribués aux dix premiers de chaque Duel.

Les équipes ne récoltent des points qu'aux arrivées.

Points et bonus playoffs attribués lors des Duels et lors des deux premiers segments des autres courses :

Position 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 B. S1 WIN B. S2 WIN
Points 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1 1 1

Points et bonus playoffs attribués à l'arrivée finale des courses :

Position 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 B. WIN
Points 40 35 34 33 32 31 30 29 28 27 26 25 24 23 22 21 20 19 18 17 16 15 14 13 12 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1 1 1 1 1 5

Classement provisoire des pilotes[modifier | modifier le code]

Couleurs Résultats
Or Vainqueur
Argent Classé entre la 2e et la 5e place
Bronze Classé entre la 6e et la 10e place
Vert Classé entre la 11e et la 20e place
Bleu Classé 21e ou pire
Couleurs Résultats
Violet N'a pas fini (DNF)
Noir Disqualifié (DSQ)
Rose Non qualifié (DNQ)
Brun Abandonné la course (Wth)
Blanc Qualifié pour un autre pilote (QL)
Qualifié mais remplacé à la suite d'une blessure (INQ)
Abréviations Significations
(R) Rookie
DNP N'a pas participé
INJ Blessé ou malade
EX Exclu
DNA N'est pas arrivé

En Gras: pole position
En italique – Pole position selon les résultats des entraînements ou selon les points du propriétaire en 2016/17.
° : Pilote ayant le plus mené lors de la course.
1 : Pilote ayant remporté le premier segment.
2 : Pilote ayant remporté le deuxième segment.
3 : Pilote ayant remporté le troisième segment lors du Hollywood Casino 400 .
N1-N2-...-N9-N10 : Pilotes ayant pris des points (1 à 10) lors du troisième segment du Hollywood Casino 400.
 : Truex Jr. et Allmendinger perdent les points gagnés lors des Duels à la suite d'un échec au contrôle technique d'après course.
** : Corey LaJoie et Stephen Leicht sont devenus inéligible pour la Cup series lorsqu'ils se sont inscrits pour apparaitr dans le classement d'Xfinity Series lors de la dernière course de la saison.

.– Coureur qualifié pour les playoffs Round of 16. .– Éliminé après le Challenger Round Round of 16 .– Éliminé après le Contender Round Round of 12 .– Éliminé après l'Eliminator Round Round of 8

Pilotes se disputant le titre de Champion de la Nascar Monster Energy Cup 2017
Pos. Pilote Pts Seg Bonus DAY ATL LAS PHO FON MAR TEX BRI RCH TAL KAN CHA DOV POC MCH SON DAY KEN NHA IND POC GLN MCH BRI DAR RCH CHI NHA DOV CHA TAL KAN MAR TEX PHO HOM
D1 D2 500
1 Martin Truex Jr. 5040 69 N1 7 13 8 1 °12 11 4 2 16 1 8 8 2 10 35 1 * 3 *2 3 12 6 6 12 37 °1 34 1 °12 3 °1 33 3 1 ° 2 2 21 8 12 20 °2 1 5 1 4 1 23 1 2 2 * 3 1
2 Kyle Busch 5035 42 N3 12 38 1 16 22 3 ° 8 2 ° 15 35 16 3 * 5 1 2 1 16 9 °1 7 5 20 5 12 2 34 °12 1 °1 7 1 10 1 1 2 9 1 15 °1 1 *2 1 29 27 10 *1 1 * 19 7 2
3 Kevin Harvick 5033 17 N4 3 22 °2 9 °12 38 6 13 20 4 3 5 23 3 8 9 2 14 1 33 9 5 6 2 17 13 8 9 15 3 36 17 3 *12 20 8 5 1 1 5 4
4 Brad Keselowski 5030 26 N6 4 ° 27 1 5 5 2 1 6 34 2 2 7 1 2 39 38 5 16 3 31 °1 39 9 2 5 15 17 °1 29 15 11 6 4 10 1 15 1 1 13 7 3 16 7
Pilotes ne pouvant plus prétendre au titre de Champion de la Nascar Monster Energy Cup 2017
Pos. Pilote Pts Seg. Bonus DAY ATL LAS PHO FON MAR TEX BRI RCH TAL KAN CHA DOV POC MCH SON DAY KEN NHA IND POC GLN MCH BRI DAR RCH CHI NHA DOV CHA TAL KAN MAR TEX PHO HOM
D1 D2 500
5 Chase Elliott 2377 95 6 N7 1 14 5 3 122 10 3 2 9 7 24 30 29 38 5 8 2 8 22 3 11 39 10 13 8 18 11 10 2 2 11 2 * 2 16 4 27 8 2 5
6 Denny Hamlin 2353 89 35 N5 1 17 38 6 10 14 30 25 10 3 11 2 23 5 3 8 12 4 4 24 4 1 17 4 4 16 3 1 5 4 12 35 4 6 5 2 8 6 35 *2 9
7 Matt Kenseth 2344 71 5 N9 5 40 3 9 37 36 9 16 4 23 1 24 12 4 12 10 11 20 27 2 17 4 5 9 2 24 4 2 6 38 9 3 11 11 14 37 9 4 1 8
8 Kyle Larson 2320 98 34 N2 9 12 2 2 2 1 °1 17 2 6 14 12 6 33 2 * 7 2 1 ° 26 29 2 2 28 33 23 1 9 14 ° 1 5 2 5 2 10 13 39 37 37 2 40 1 3 *12
9 Ryan Blaney 2305 58 9 20 2 18 7 21 9 25 12 12 33 36 39 4 2 24 32 1 25 9 26 10 19 23 30 8 15 10 31 18 11 9 23 8 18 2 3 8 6 17 29
10 Jimmie Johnson 2260 42 17 N10 13 34 19 11 9 21 15 1 1 11 8 24 17 1 36 10 13 2 12 40 10 27 35 29 19 11 12 8 8 14 3 7 24 11 12 27 39 27
11 Austin Dillon 2224 10 5 5 19 32 25 18 11 5 33 13 20 36 16 1 13 13 27 18 36 19 15 21 21 26 7 39 4 21 16 19 16 16 29 14 13 13 14 11
12 Jamie McMurray 2224 27 3 N8 2 28 10 8 15 6 38 7 12 6 2 8 12 7 37 5 10 14 7 17 15 26 14 9 12 10 14 10 16 9 5 37 34 29 18 6 13
13 Ricky Stenhouse Jr. 2222 14 10 13 31 13 33 4 2 10 14 9 4 1 11 15 39 11 8 38 1 14 14 35 16 20 18 14 29 19 25 15 19 13 26 29 10 12 8 15
14 Kurt Busch 2217 40 5 3 1 7 30 25 24 37 10 25 8 6 19 6 37 4 12 7 28 30 8 29 13 6 11 5 3 4 19 37 20 22 25 2 22 9 21 22
15 Kasey Kahne 2198 4 5 14 7 4 12 20 20 14 38 20 22 5 15 35 17 35 21 24 18 38 28 1 11 16 38 24 24 12 21 35 14 9 8 15 16 11 19 33
16 Ryan Newman 2196 5 5 8 21 35 17 1 15 8 26 14 7 25 40 9 4 14 15 15 5 22 27 3 14 25 4 6 7 3 23 13 13 40 2 33 14 20 20 10
17 Joey Logano 930 160 1 9 6 6 4 31 1 5 4 3 5 1 32 37 21 25 23 3 12 35 8 37 4 27 24 28 13 18 2 7 10 15 26 4 * 21 24 7 12 6
18 Clint Bowyer 871 93 1 2 32 11 10 13 3 7 11 2 15 14 9 14 31 17 26 2 2 13 7 30 6 2 5 23 19 40 24 13 7 6 27 35 19 3 36 13 12
19 Erik Jones (en) (R) 863 162 - 19 39 14 15 8 12 12 22 17 38 33 22 7 15 3 13 25 9 6 39 31 8 10 3 2 ° 5 6 33 6 12 17 36 35 26 10 4 21
20 Daniel Suárez (en) (R) 777 25 1 11 29 21 20 7 7 32 19 18 12 19 7 11 6 15 24 16 17 18 6 7 7 3 2 37 15 38 7 12 8 8 6 15 36 15 14 18 34
21 Dale Earnhardt Jr. 668 44 - 6 ° 37 30 16 14 16 34 5 38 30 22 20 10 11 38 9 6 32 12 18 36 12 37 14 23 22 13 17 34 7 12 7 7 11 35 10 25
22 Trevor Bayne 660 20 - 6 10 12 13 19 23 13 13 11 13 37 | 10 16 21 21 17 27 23 37 20 20 20 35 5 7 35 25 22 24 24 14 3 20 6 28 38 19
23 Paul Menard 631 6 - 20 5 25 19 21 29 19 36 16 25 9 35 13 33 20 22 11 3 21 22 16 19 18 34 16 16 28 14 20 26 19 12 12 20 23 15 16
24 Ty Dillon (en) (R) 593 5 - 10 30 15 21 16 18 22 17 15 26 13 14 36 14 18 20 28 16 33 16 19 17 19 21 36 13 22 28 22 22 21 11 16 30 24 11 26
25 Chris Buescher 564 - - 16 35 24 23 27 25 11 21 39 17 15 18 20 23 19 36 19 10 16 25 9 28 11 6 27 17 32 27 21 30 18 17 6 21 22 37 20
26 Michael McDowell 542 11 - 12 15 29 18 24 33 26 23 26 29 34 13 19 19 24 23 14 4 23 26 18 18 12 27 20 19 16 30 23 27 35 30 18 19 21 22 24
27 A. J. Allmendinger 531 21 - 4 3 26 24 26 17 6 20 30 37 31 30 18 18 22 18 35 8 20 21 10 23 9 20 22 34 26 26 17 28 20 22 32 40 16 23 14
28 Danica Patrick 511 24 - 7 33 17 36 22 26 23 24 36 18 38 36 25 10 16 37 17 25 15 13 11 15 22 22 25 26 23 18 18 18 38 21 38 17 17 25 37
29 Aric Almirola 502 - - 8 4 27 14 17 19 18 18 22 9 4 38 - - - - - - - 24 13 38 21 12 37 20 17 24 26 25 24 5 9 18 15 9 18
30 David Ragan 447 9 - 11 25 23 29 35 31 24 28 23 19 10 17 23 30 25 29 31 6 24 29 38 22 27 30 17 25 27 29 29 21 37 10 17 28 30 33 17
31 Landon Cassill (en) 382 - - 15 16 22 27 28 27 27 29 32 21 29 21 28 36 27 32 30 19 26 23 22 26 36 25 35 21 39 20 25 29 25 28 23 23 26 24 23
32 Matt DiBenedetto (en) 363 - - 14 9 28 26 29 9 35 31 19 28 18 32 37 29 32 28 23 13 25 30 8 37 28 26 26 27 31 31 31 31 23 31 22 39 25 27 30
33 Cole Whitt (en) 322 - - 10 18 20 28 34 32 21 30 21 27 16 26 34 22 30 31 21 39 | 34 38 12 24 34 29 33 23 33 35 30 32 34 34 24 25 29 36 28
34 Gray Gaulding (en) (R) 164 - - 37 34 36 37 29 34 29 31 20 34 27 24 29 - - - 35 35 24 31 - - 31 36 35 38 37 - 36 - 28 31 40 - -
35 Reed Sorenson 150 - - 21 DNQ 31 31 30 34 31 35 28 33 40 25 30 - 31 34 - 30 28 34 - - - 33 38 39 30 32 28 39 31 - 25 32 31 - 35
36 Jeffrey Earnhardt (en) 145 - - 18 26 33 32 39 39 36 40 27 35 28 33 40 27 34 35 - 37 29 33 26 36 - 35 40 30 33 34 38 37 30 38 26 38 33 29 32
37 Derrike Cope 42 - - - - - 36 35 33 38 - 37 31 - - 39 31 - 33 - - - - - - 34 - 39 - 32 36 - - - - - 40 - - 32 -
38 Michael Waltrip 29 - - 17 8 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
39 D. J. Kennington (en) 17 - - 15 36 - - - - - - - - DNQ - - - - - - 38 - - - - - - - - - - - - - 33 - - - 26 -
40 Billy Johnson (en) 15 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 22 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
41 Boris Said 15 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 29 - - - - - 30 - - - - - - - - - - - - - -
42 Gary Klutt (en) 6 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 31 - - - - - - - - - - - - - -
43 Cody Ware (en) 6 - - - - - 39 - - - - - - - - - - 35 39 - - - - - - - - - - 37 - - 39 - - - - - - - -
44 Alon Day (en) 5 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 32 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
45 Kyle Weatherman (en) 5 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 35 - 34 -
46 Kevin O'Connell (en) 4 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 33 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
47 Tommy Regan (en) 3 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 34 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
48 Hermie Sadler (en) 3 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 34 - - -
Pilotes non-éligibles pour gagner des points lors des courses de la Monster Energy Cup Series 2017
Pos. Pilote Pts Seg Bonus DAY ATL LAS PHO FON MAR TEX BRI RCH TAL KAN CHA DOV POC MCH SON DAY KEN NHA IND POC GLN MCH BRI DAR RCH CHI NHA DOV CHA TAL KAN MAR TEX PHO HOM
D1 D2 500
1 Brendan Gaughan (en) - - - 19 11 - - - - - - - - 26 - - - - - - 7 - - - - - - - - - - - - - 19 - - - - -
2 Darrell Wallace Jr. (en) - - - - - - - - - - - - - - - - - - 26 19 - 15 11 - - - - - - - - - - - - - - - - - -
3 Corey LaJoie (en) (R - **) - - - 18 24 34 39 38 30 28 32 24 32 27 27 32 - 28 30 - 11 - 31 40 25 33 31 28 28 29 36 27 34 28 - 27 33 39 31 31
4 Timmy Hill (en) - - - 21 DNQ - 37 32 35 33 39 37 34 - 28 29 28 - - - - 31 - 14 - - - DNQ - - 39 - 40 33 - - - - - -
5 Elliott Sadler - - - 16 20 - - - - - - - - 17 - - - - - - 21 - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
6 Ross Chastain (en) - - - - - - - - - - - - - - - - - 20 - - - - - - - - - - - - - - - 38 - - - - - - -
7 Joey Gase (en) - - - 17 23 - - - - - - - - 21 - - - - - - - 36 - 25 - - - 34 - - - - - - 32 - - 32 30 39
8 Regan Smith - - - - - - - - - - - - - - - - 22 24 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
9 Ryan Sieg (en) - - - - - - - - - - - - - - - - - 26 - 33 - 40 - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
10 J.J. Yeley - - - - - - - - - - - 27 - - - - 26 - - - - - - - 37 - - - 30 - - - - - - - - - - - -
11 B. J. McLeod (en) - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 32 - - 36 32 - 37 - - 36 32 - 30 - - - -
12 Brett Moffitt (en) - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 32 32 - - - 37 32 33 39 - 31 - - - -
13 Carl Long (en) - - - - - - - - - - - - - - - - 31 - - - - - - - - - - - - 33 - - - - - - - 36 - - -
14 Stephen Leicht (en)** - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 32 - - - - - - - - - - - - - - -
15 Ray Black Jr. (en) - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 40 - - - - - - - 34 - 38
16 Josh Bilicki (en) - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 36 - - 36 - - - - - - - - - - - - - - - - -
17 David Starr - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 38 28 36
18 Mark Thompson - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 39 - - - - -
19 Justin Marks (en) - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 40 - - - - -
20 Daniel Hemric (en) - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - QL - -
Pos. Pilote Pts Seg Bonus D1 D2 500 ATL LAS PHO FON MAR TEX BRI RCH TAL KAN CHA DOV POC MCH SON DAY KEN NHA IND POC GLN MCH BRI DAR RCH CHI NHA DOV CHA TAL KAN MAR TEX PHO HOM
DAY

Classement final des constructeurs[modifier | modifier le code]

Pos Constructeurs Victoires Points
1 Toyota 16 1292
2 Ford 10 1254
3 Chevrolet 10 1247

Note : Il n'y a que les 16 premières places de chaque course qui rapportent des points.

Résumé de la saison[modifier | modifier le code]

Rapports de course de la saison régulière[modifier | modifier le code]

Exhibition : Daytona Speedweeks 2017

La semaine à Daytona débute par l'Advance Auto Parts Clash. Cette course devait se disputer le samedi mais elle fut reportée au dimanche à cause de la pluie.
Brad Keselowski démarre en pole position. Les pilotes de l'équipe Joe Gibbs Racing seront été en tête la plupart du temps. C'est le dernier vainqueur, Denny Hamlin, qui aura mené le plus de tour. Plusieurs accidents élimineront quelques pilotes. Kurt Busch percute le mur après un contact avec la voiture de Jimmie Johnson. Ce dernier Johnson démoli plus tard sa voiture et Martin Truex Jr. heurte également le mur après un contact avec la voiture de Kyle Larson dans un accrochage impliquant également Chris Buescher.
Au restart, Keselowski commence à chasser Hamlin et fini par se retrouver second au drapeau blanc. Lors du dernier tour, Keselowski tente de dépasser Hamlin, mais ce dernier se rabat et les voitures se heurtent. Il n'y a pas de neutralisation les pilotes restant en course. Joey Logano profite de l'accrochage pour passer en tête. Il tient jusqu'à la ligne d'arrivée et gagne son premier Clash. Il devance Kyle Busch, Alex Bowman (en), Danica Patrick et Kevin Harvick[18].
Le même jour, lors des qualifications, Chase Elliott décroche, comme en 2016, la pole position pour le Daytona 500. Il s'agit également de la troisième pole consécutive au Daytona 500 pour l'équipe de la voiture no 24 puisque Jeff Gordon avait remporté la pole en 2015. Le dernier doublé (back-to-back) de la pole par un pilote avait été réalisé par Ken Schrader en 1989 et 1990[19]. Dale Earnhardt Jr., coéquipier d'Elliott, obtient le second meilleur temps[20].

Course 1 : Daytona 500

  • 18 changements de leader
  • 8 drapeaux jaunes pendant un total de 40 tours
  • 1 drapeau rouge pendant 17 minutes
  • Durée totale de la course : h 29 min 31 s
  • Vitesse moyenne : 143,187 mi/h (230,437 km/h)
Chase Elliott débute la course en pole position. Celle-ci sera marquée par une série d'accidents impliquant 35 des 40 voitures présentes au départ. Le format de la course est inédite. Elle est divisée en 3 segments. Des points sont attribués aux pilotes terminant aux dix premières places des deux premiers segments mais également à tous les pilotes participant à la course.
Kyle Busch remporte le premier segment et Kevin Harvick le second. Avant l'arrivée du second segment, la voiture de Kyle Busch pivote en glissant à la sortie d'un virage. Elle entraîne dans l'accident les voitures d'Erik Jones (en), Matt Kenseth, Dale Earnhardt Jr. et Ty Dillon (en). Au début du troisième segment, un nouvel accident élimine Jimmie Johnson entraînant dans son sillage Harvick, Danica Patrick, Denny Hamlin, Chris Buescher, Trevor Bayne et d'autres pilotes.
Alors qu'il reste 50 tours à effectuer, un autre accident survient impliquant plusieurs voitures dont celles de Jamie McMurray, Ryan Newman, Brad Keselowski et Landon Cassill (en).
Elliott passe alors en tête pendant plusieurs tours. Arrivés dans les derniers tours, les leaders changent souvent. Kyle Larson mène à l'entrée du dernier tour de piste mais il arrive au bout de son carburant et rétrograde. Kurt Busch le dépasse et franchi la ligne d'arrivée en tête. Il remporte son premier Daytona 500 ainsi que son équipe, la Steward-Haas Racing (en). Kurt Busch est suivi par Ryan Blaney, A.J. Allmendinger, Aric Almirola et Paul Menard[21].

Course 2 : Folds of Honor QuikTrip 500

  • 5 changements de leader (5 pilotes différents)
  • 6 drapeaux jaunes pendant un total de 32 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 33 min 8 s
  • Vitesse moyenne : 140,898 mi/h (226,753 km/h)
Kevin Harvick démarre la course en pole position. Plusieurs pilotes dont Chase Elliott, Martin Truex Jr., Dale Earnhardt Jr. et Jimmie Johnson auront des problèmes avec leurs pneus tout au long de la course mais seront également pénalisé à cause de dépassements de la vitesse limite dans la ligne des stands. Harvick domine la course et remporte les deux premiers segments. Lors de son dernier passage au stand, Harvick dépasse la vitesse limite dans la ligne des stands. Pénalisé, il doit repasser par ceux-ci alors qu'il se trouve en tête de la course. Tout profit pour Brad Keselowski lequel remporte la course devant Kyle Larson. Keselowski gagne son premier Folds of Honor QuikTrip 500 à Atlanta et offre à Ford sa seconde victoire consécutive de la saison[22].

Course 3 : Kobalt 400

  • 6 changements de leader (6 pilotes différents)
  • 6 drapeaux jaunes pendant un total de 34 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 56 min 39 s
  • Vitesse moyenne : 136,032 mi/h (218,922 km/h)
Brad Keselowski démarre en pole. Il mène la course pendant les 60 premiers tours avant que Martin Truex Jr. ne prenne la relève après l'arrêt aux stands. Corey LaJoie (en) et Kevin Harvick rentrent définitivement aux stands à la suite d'accidents au cours du premier segment. Truex domine la course menant la plupart des tours des segments 1 et 2 qu'il remporte. Keselowski reprend la tête alors qu'il ne reste que 24 tours. A deux tours de l'arrivée, après une neutralisation (drapeau jaune) conséquent à une panne de la voiture de Danica Patrick, la voiture de Keselowski perd de la puissance. Truex en profite, passe en tête et remporte la course devant Kyle Larson. Kyle Busch est éjecté de la piste après un contact avec Joey Logano alors qu'ils sont en vue de l'arrivée. Après la course, Busch se rend à pied au stand de l'équipe de Logano pour s'expliquer. Une altercation éclate avec un membre de l'équipe de Logano pendant que celui-ci est retenu par un autre membre du staff. Keselowski termine 5e et prend la tête du championnat[23].

Course 4 : Camping World 500

  • 8 changements de leader (8 pilotes différents)
  • 8 drapeaux jaunes pendant un total de 45 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 0 min 41 s
  • Vitesse moyenne : 104,271 mi/h (167,808 km/h)
Joey Logano débute en pole position. Dans le premier segment, Logano mène la plupart des tours. Dans les derniers tours, Logano doit repousser les attaques de Kyle Larson, Chase Elliott, Jamie McMurray et Kyle Busch. IL résiste et gagne le premier segment. Pour le second segment, Logano est toujours leader de la course au drapeau vert mais se fait rejoindre par Larson et Elliott. Ce dernier prend la tête et va mener la plupart des tours du second segment. Logano se fait alors pénaliser pour excès de vitesse lors d'une rentrée aux stands. Elliott parvient à résister à Larson et gagne le deuxième segment. Dans le troisième segment, Elliott perd la première place au profit de Kyle Bush lequel domine la course, menant pendant 114 tours. Il se dirigeait vers la victoire lorsqu’à six tours de l'arrivée, un pneu de la voiture de Logano éclate, le faisant percuter le mur. Un drapeau jaune neutralise la course et celle-ci va en overtime (Green–white–checker finish). Les leaders effectuent un passage dans les stands à l'exception de Ryan Newman et Ricky Stenhouse Jr.. Lorsque le drapeau vert est agité, Stenhouse frotte Larson et celui-ci fait de même avec Newman qui, capable de s'extirper du groupe, prend la tête de la course. Lors du dernier tour, Larson ne parvient pas à le dépasser et Newman remporte sa première victoire pour l'équipe Richard Childress Racing, sa première victoire depuis celle d'Indianapolis en 2013, et la première pour Richard Childress depuis que Kevin Harvick n'ait gagné à Phoenix en 2013. Avec sa seconde place finale, Kyle Larson prend la tête du classement général[24].

Course 5 : Auto Club 400

  • 8 changements de leader (8 pilotes différents)
  • 7 drapeaux jaunes pendant un total de 29 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 57 min 46 s
  • Vitesse moyenne : 136,359 mi/h (219,449 km/h)
C'est le leader provisoire du championnat, Kyle Larson qui occupe la pole position. Denny Hamlin, qui occupait la deuxième place, rate son départ et bloque toute sa ligne. Brad Keselowski le heurte à l'arrière et va ensuite être touché par la voiture de Jimmie Johnson. La voiture de Keselowski part en dérapage ce qui cause le premier drapeau jaune (neutralisation). Larson et Martin Truex Jr. sont les deux pilotes qui ont dominé la course, Larson remportant le premier segment, Truex le second.
Après le second segment, Truex conserve la tête de la course mais après un arrêt aux stands, Larson la lui qui reprend. Un dérapage de Gray Gaulding provoque un second drapeau jaune pour une durée de 20 tours. Au redémarrage, Matt Kenseth, heurté à l'arrière par Truex, va percuter le mur de la ligne droite arrière provoquant un nouveau drapeau jaune. Sur le redémarrage suivant, c'est au tour de Ricky Stenhouse Jr. de déraper provoquant un drapeau jaune. La course va en 'overtime (prolongation).
Larson reprend la tête à Hamlin. Il parvient à contenir Keselowski lequel a effectué une remarquable remontée après sa sortie de route en début de course. Larson gagne la deuxième course de sa carrière. Il est l'homme du weekend puisqu'il avait également remporté la veille la course des Xfinity Series[25].

Course 6 : STP 500

  • 7 changements de leader (7 pilotes différents)
  • 14 drapeaux jaunes pendant un total de 95 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 44 min 59 s
  • Vitesse moyenne : 70,139 mi/h (112,878 km/h)
Le leader provisoire du championnat Kyle Larson démarre en pole après les courses qualificatives de vendredi. Il mène les premiers tours mais commence ensuite à rétrograder au classement. Le premier segment est remporté par Martin Truex Jr.. Dans le second segment, c'est Kyle Busch qui mène la plupart du temps mais un léger accrochage avec Ricky Stenhouse Jr. lors du dernier tour à quelques mètres de la ligne permet à Chase Elliott de remporter le second segment. Pour la dernière partie de course, plusieurs pilotes sont impliqués dans divers accidents dont Dale Earnhardt Jr., Kurt Busch et Daniel Suárez (en). Les derniers 150 tours seront une bataille entre Kyle Busch et Brad Keselowski. Keselowski parviendra à dépasser Busch et mener les derniers tours pour gagner sa seconde course de la saison[26].

Course 7 : O'Reilly Auto Parts 500

  • 6 changements de leader (6 pilotes différents)
  • 8 drapeaux jaunes pendant un total de 35 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 24 min 18 s
  • Vitesse moyenne : 147,137 mi/h (236,794 km/h)
Kevin Harvick démarre en pole position. Harvick mène jusqu'à ce qu'il soit dépassé par Ryan Blaney après un restart consécutif à un accident entre les voitures de Gray Gaulding et de Jeffrey Earnhardt. Blaney domine ensuite la course, menant 148 tours et remportant les deux premiers segments. Cependant la stratégie mise en place par son équipe pour les arrêts aux stands va l'empêcher de remporter la course. Joey Logano ne rentre pas aux stands et se retrouve en tête de la course à l'entame des derniers tours. Jimmie Johnson dépasse cependant Logano à seize tours de l'arrivée et résiste au retour en trombe de Kyle Larson dans le dernier tour pour gagner sa septième victoire sur le circuit du Texas[27].

Course 8 : Food City 500

  • 7 changements de leader (7 pilotes différents)
  • 9 drapeaux jaunes pendant un total de 76 tours
  • 1 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 4 min 29 s
  • Vitesse moyenne : 86,674 mi/h (139,488 km/h)
Le leader du championnat Kyle Larson débute en pole position la course, celle-ci ayant été reportée au lundi à cause de la pluie. Larson domine la course, menant 203 tours et gagnant le premier segment. Martin Truex Jr. remporte le second segment. Plusieurs pilotes vont avoir quelques soucis lors de cette course, Ryan Blaney avec sa pompe à carburant, Brad Keselowski diverses pannes et des accidents pour Dale Earnhardt Jr., Kyle Busch, Danica Patrick et Erik Jones. Jimmie Johnson, Joey Logano, Denny Hamlin, Kevin Harvick et Larson vont mener la course lors du dernier segment. Larson et Truex seront sanctionnés pour des excès de vitesse dans la ligne des stands. Johnson va lâcher respectivement Larson et Harvick pour ensuite contenir Clint Bowyer et remporter sa deuxième victoire consécutive de la saison[28].

Course 9 : Toyota Owners 400

  • 8 changements de leader (8 pilotes différents)
  • 9 drapeaux jaunes pendant un total de 53 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 12 min 8 s
  • Vitesse moyenne : 93,685 mi/h (150,771 km/h)
Matt Kenseth démarre en pole. Après à peine quelques tours de circuit, la voiture d'Erik Jones heurte violemment le mur. Il doit abandonner. Kenseth remporte le premier segment après avoir mené les dent premiers tours. Il mêne aussi pendant le second segment mais se fait dépasser juste sur la ligne par Brad Keselowski. Lors du dernier segment, lors d'un pit-stop sous drapeau vert, les coéquipiers Jimmie Johnson et Dale Earnhardt Jr. se heurtent et Earnhardt percute le mur. Lors du redémarrage, Earnhardt a un pneu qui éclate et termine à nouveau dans le mur. Keselowski et Joey Logano, au contraire des autres pilotes, ne passent pas par les stands lors du drapeau jaune qui s'en suit. Au restart, Logano devance Keselowski, mais Ryan Blaney à son tour est victime d'une fuite et heurte le mur. Nouveau drapeau jaune. Logano prend le meilleur sur Kyle Busch lors du put stop et reprend la tête au détriment de Kyle Larson. Il repousse l'attaque de Keselowski pour remporter finalement sa première victoire de la saison, la seconde sur le circuit de Richmond[29].

Course 10 : GEICO 500

  • 14 changements de leader
  • 8 drapeaux jaunes pendant un total de 33 tours
  • 1 drapeau rouge (pendant 26 minutes et 51 secondes)
  • Durée totale de la course : h 29 min 16 s
  • Vitesse moyenne : 145,669 mi/h (234,432 km/h)
C'est Ricky Stenhouse Jr. qui démarre en pole. Il mène les premiers tours mais va rétrograder à cause d'un débris sur la grille avant de sa voiture. Plusieurs pilotes vont mener en début de course : Denny Hamlin, Kyle Busch, Joey Logano, Brad Keselowski, et quelque autres. Kyle Larson va percuter assez tôt le mur. C'est Keselowski qui remporte le premier segment. Hamlin même la quasi totalité du second segment et le remporte logiquement. Après avoir heurté le mur, Ryan Blaney provoque un accident impliquant beaucoup de voitures dont entre autres celles de Chase Elliott, A.J. Allmendinger, Logano, Kevin Harvick, Keselowski et Matt Kenseth. Le véhicule d'Elliott se retrouve sur le flanc tandis que celui d'Allmendinger termine sur le toit. Au redémarrage de la course, un pneu de la voiture Landon Cassill éclate et un drapeau jaune neutralise la course, le pilote ne parvenant pas à rentrer aux stands. Lors du redémarrage, Ryan Newman percute le mur, envoyant la course en prolongation. Lors des deux derniers tours, Ricky Stenhouse Jr. dépasse Kyle Busch et parvient à contenir Jamie McMurray pour remporter la première victoire de sa carrière. Il fait gagner son équipe, la Roush-Fenway Racing, pour la première fois depuis le Toyota/Save Mart 350 de 2014. Cette victoire est également la première de la voiture no 17 depuis l'Hollywood Casino 400 de 2012 remporté par Matt Kenseth[30].

Course 11 : Go Bowling 400

  • 9 changements de leader
  • 15 drapeaux jaunes pendant un total de 61 tours
  • 1 drapeau rouge (pendant 27 minutes et 16 secondes)
  • Durée totale de la course : h 24 min 16 s
  • Vitesse moyenne : 117,640 mi/h (189,323 km/h)
Ryan Blaney démarre pour la première fois de sa carrière en pole position. Après avoir mené il cède la première place à Kyle Busch et Martin Truex Jr.. C'est finaleent Busch qui remporte le premier segment et Blaney le second. Landon Cassill, Erik Jones, Corey Lajoie, et Gray Gaulding ont tous des ennuis techniques. Ryan Newman casse son moteur. Paul Menard et AJ Allmendinger se percutent. Dans la dernière partie de la course, Joey Logano a un pneu qui éclate. Il touche le véhicule de Danica Patrick qui va violemment percuter le mur. Aric Almirola qui arrive derrière eux ne peut éviter la voiture de Logano qu'il percute aussi très violemment. Les trois voitures sont détruites. Aric Almirola reste bloqué dans sa voiture. Il en est extrait ét est transféré à l'hopital où on décèle au dos, une fracture de compression de la cinquième vertèbre. Lors du dernier restart, Truex contient l'attaque de Brad Keselowski et remporte sa seconde victoire de la saison[31].

Exhibition : All-Star Race

Lors du Showdon c'est Clint Bowyer qui démare en pole position et mène les 20 premiers tours du premier segnment. Ryan Blaney fait de même pour le second segment et les deux pilotes sont donc qualifiés pour le All-Star race. Dans les stands, Landon Cassill ne change que deux roues pour se retrouver en pole au début du second segment. Cele ne fonctionnera pas car la bataille pour la victoire se joue entre Chase Elliott, Daniel Suárez (en) et Erik Jones. Ce dernier tente de passer le alors qu'Elliot et Suárez sont côte-à-côte mais il doit empiéter dans l'herbe ce qui démoli une partie de l'avant de sa voiture, amenant un drapeau jaune. Lors du nouveau départ, Suárez se détache et gagne le troisième segment devant Elliot. Ce dernier se qualifie néanmoins pour la All-Star Race grâce au vote des supporters[32].
Kyle Larson démarre la All-Star race en pole position et remporte les deux premiers segments. Jimmie Johnson dépasse Clint Bowyer et reste en tête pour remporter le troisième segment. Les dix pilotes qualifiés pour le quatrième et dernier segment sont : Johnson, Larson, Kevin Harvick, Denny Hamlin, Kyle Busch, Brad Keselowski, Joey Logano, Jamie McMurray, Kurt Busch et Chase Elliott.
Keselowski ne rentre pas aux stands pour se retrouver en pole lors du nouveau départ. Il est rapidement dépassé par Kyle Busch lequel remporte sa première course au million de dollar en devançant Johnson et Larson. Il s'agissait de sa douzième participation à la All-Star Race[33].

Course 12 : Coca-Cola 600

  • 10 changements de leader
  • 9 drapeaux jaunes pendant un total de 53 tours
  • 1 drapeau rouge (pendant 39 minutes et 56 secondes)
  • Durée totale de la course : h 19 min 22 s
  • Vitesse moyenne : 138,800 mi/h (223,377 km/h)
Vu la longueur de la course (600 miles), la NASCAR décide que la course présentera trois segments au lieu des deux disputés lors des courses précédentes. C'est Kevin Harvick qui démarre en pole position mais Kyle Busch prend assez tôt la tête de la course. Jeffrey Earnhardt perd de l'huile sur le circuit forçant Chase Elliott à ralentir. Brad Keselowski qui le suit ne peut l'éviter et le percute à l'arrière. Kyle Busch mêne la pluspart des tours lors du premier segment qu'il remporte après avoir dépassé Martin Truex Jr.. Ce dernier prend le large au redémarrage mais Matt DiBenedetto va percuter le mur provoquant un nouveau drapeau jaune. Après un arrêt de la course à cause des orages, Truex remporte le second segment. Denny Hamlin reprendra la tête grâce à un bon passage aux stands et remporte le troisième segment. Jimmie Johnson qui se retrouve en tête de course rencontre des problèmes de consommation à deux tours de l'arrivée. Austin Dillon en profite pour remporter la première victoire de sa carrière en Cup Serie, la première également pour la voiture no 3 depuis la victoire de Dale Earnhardt à Talladega en 2000[34].

Course 13 : AAA 400 Drive for Autism

  • 9 changements de leader
  • 15 drapeaux jaunes pendant un total de 72 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 52 min 6 s
  • Vitesse moyenne : 104,955 mi/h (168,909 km/h)
Kyle Busch en pole position mène les premiers tours mais a des soucis lors des pit-stops. Kurt Busch perd le contrôle de sa voiture et va percuter celle de Brad Keselowski lequel doit abandonner pour une seconde course consécutive. Busch aura un second accident par la suite. La course est ensuite dominée par Kyle Larson (plus grand nombre de tour en tête) et Martin Truex Jr. mais c'est Truex qui remporte les deux premiers segments. Jimmie Johnson prend ensuite la tête de course mais va percuter le mur. Il peut néanmoins poursuivre la course. Lors d'un redémarrage après drapeau jaune, c'est Ty Dillon qui prend la tête devant Johnson. Dillon mènera plusieurs tours avant d'être dépassé par Kyle Larson. Celui-ci avait pratiquement course gagnée lorsque David Ragan percute le mur. En prolongation, Johnson reprend la tête devant Larson lorsqu'un nouveau drapeau jaune apparait. Le classement reste acquis. Johnson remporte sa troisième victoire de la saison, la 11e de sa carrière à Dover. Avec 83 victoires en carrière, il égale le nombre de victoire de Cale Yarborough[35].

Course 14 : Axalta presents the Pocono 400

  • 9 changements de leader
  • 4 drapeaux jaunes pendant un total de 18 tours
  • 1 drapeau rouge (pendant 23 minutes et 25 secondes)
  • Durée totale de la course : h 48 min 40 s
  • Vitesse moyenne : 142,292 mi/h (228,997 km/h)
Pour la seconde course consécutive, c'est Kyle Busch qui démare en pole position. Busch et le rookie Erik Jones s'échangent la première place mais c'est Busch qui remporte le premier segment. Busch continue sur sa lancée mais c'est Kyle Larson qui gagne le second segmnent. Jimmie Johnson et Jamie McMurray sont impliqués dans un accident en fin de second segment. Ils percutent tous deux violemment le mur et la voiture de McMurray prend feu. Avant de rentrer aux stands, c'est Busch qui mène alors la course mais c'est ensuite Brad Keselowski qui reprend la tête. Il semble aller tout droit vers la victoire lorsqu'une neutralisation est imposée par drapeau jaune juste avant un pit-stop. Busch et Keselowski ne rentrent pas aux stands et occupent les deux premières places lors du restart. Kyle Busch prend la tête mais est rejoint et finalement dépassé par Ryan Blaney. Celui-ci contient les attaques de Kevin Harvick et remporte la première victoire en Cup Series de sa carrière. C'estaussi la première victoire pour l'écurie Wood Brothers Racing depuis le Daytona 500 de 2011. La victoire de Ryan Blaney est la troisième première victoire en Cup series de la saison d'un pilote[36].

Course 15 : FireKeepers Casino 400

  • 4 changements de leader
  • 8 drapeaux jaunes pendant un total de 34 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 47 min 24 s
  • Vitesse moyenne : 143,369 mi/h (230,730 km/h)
Kyle Larson démarre en pole position et mène jusqu'à ce qu'il ne se fasse dépasser par Martin Truex Jr. lequel remporte le premier segment. Larson reprend ensuite la tête de course mais la perd à nouveau au profit de Truex (grâce à un meilleur pit-stop) lequel remporte le second segment. Au cours de la dernière partie de la course, Clint Bowyer percute le mur à la suite d'une crevaison. C'est ensuite la voiture de Ryan Blaney qui crève un pneu, provoquant un léger accrochage entre les voitures de Darrell Wallace Jr. et de Daniel Suárez (en). La voiture de Suárez va entuite percuter celle de Danica Patrick laquelle doit abandonner. Lors du redémarrage, Larson parvient à distancer Chase Elliott et remporte sa deuxième victoire de la saison[37].

Course 16 : Toyota/Save Mart 350 - Circuit routier -

  • 10 changements de leader
  • 6 drapeaux jaunes pendant un total de 12 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 46 min 52 s
  • Vitesse moyenne : 78,710 mi/h (126,671 km/h)
Kyle Larson démarre la course en pole et mène la course lors des premiers tours de circuit. Dale Earnhardt Jr. perd le contrôl de sa voiture assez tôt et percute Danica Patrick ainsi que Larson. Martin Truex Jr. arrive à dépasser Chris Buescher et remporte le premier segment. Danica Patrick est à nouveau victime d'un accident et percute Ricky Stenhouse Jr. Jimmie Johnson prend la tête après le drapeau jaune et remporte le second segment. Dans la dernière partie de course, Daniel Suárez (en) et Austin Dillon perdent le contrôle de leur voiture. Brad Keselowski se retrouve alors en tête mais doit la céder pour cause de ravitaillement. Truex commence alors à avoir des problèmes de moteur. Il tente de se battre pour la tête de course mais son moteur rend l'âme et il doit abandonner. Kevin Harvick devient alors leader de la course avec une large avance. Il gère et gagne la course devant son co-équipier Clint Bowyer malgré unn drapeau jaune sorti alors qu'il se trouve à deux virages de l'arrivée (Kasey Kahne ayant percuté violemment le mur). Harvick remporte sa première victoire sur le circuit routier de Sonoma et sa première victoire de la saison[38].

Course 17 : Coke Zero 500

  • 16 changements de leader
  • 14 drapeaux jaunes pendant un total de 41 tours
  • 1 drapeau rouge pendant h 8 min 41 s
  • Durée totale de la course : h 17 min 12 s
  • Vitesse moyenne : 123,986 mi/h (199,536 km/h)
C'est Dale Earnhardt Jr. qui démarre en pole position pour sa toute dernière course sur le circuit de Daytona. Brad Keselowski mène la pluspart des tours du premier segment qu'il remporte après avoir tenu tête à Earnhardt. Lors du second segment, c'est Denny Hamlin qui mène la pluspart des tours. Earnhardt Jr. a une crevaison et se retrouve dernier, à deux tours de ses concurents. Jeffrey Earnhardt perd le contrôle de sa voiture et doit abandonner. Un "Big One" survient éliminant Joey Logano, Kyle Busch, Austin Dillon et Martin Truex Jr. Matt Kenseth remporte le second segment. Sur le redémarrage, Chase Elliott percute la voiture de Trevor Bayne, accident qui élimine les deux pilotes. Ensuite, c'est Kevin Harvick qui perd le contrôle de sa voiture et percute celle de Earnhardt Jr. Ils doivent aussi abandonner la course. Lors du redémarrage, Keselowski percute le mur. Par la suite, ce sont Kyle Larson, Kurt Busch et Kenseth qui se retrouvent accidentés, entraînant l'arrêt momentanné de la course (drapeau rouge). Au redémarrage, c'est Erik Jones qui, perdant le contrôle de sa voiture, va percuter celle de Denny Hamlin. La course va se jouer en prolongation. Sur le redémarrage, Ricky Stenhouse Jr. dépasse David Ragan tout en contenant Clint Bowyer. Il tient bon et remporte sa seconde victoire de la saison[39].

Course 18 : Quaker state 400

  • 4 changements de leader
  • 9 drapeaux jaunes pendant un total de 39 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 57 min 55 s
  • Vitesse moyenne : 138,604 mi/h (223,062 km/h)
Kyle Busch démarre en pole. Busch même en début de course mais se fait dépasser par Martin Truex Jr. lequel remporte les segents 1 et 2. Brad Keselowski perd le contrôle de sa voiture et endommage celle de Jimmie Johnson. De son côté, Kasey Kahne s'accroche avec Trevor Bayne. Truex domine et mène la plupart de la course. Alors qu'il ne reste que deux tours, le moteur de la voiture de Kurt Busch explose et répend de l'huile sur le circuit. La course va en "overtime". Lors du "restart", Martin Truex Jr. résiste à Kyle Larson et remporte sa troisième victoire de la saison même si un drapeau jaune est sorti après que Daniel Suárez, Matt Kenseth, et Austin Dillon ne se soient accrochés[40].

Course 19 : Overton's 301

  • 6 changements de leader
  • 7 drapeaux jaunes pendant un total de 34 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 0 min 36 s
  • Vitesse moyenne : 105,800 mi/h (170,269 km/h
Martin Truex Jr. est en pole position car le temps réalisé par Kyle Larson en qualifcation n'est pas validé puisque sa voiture ne s'est pas présente aux tests de controle après les qualifications. Un penu de la voiture d'Erik Jones éclate et la voiture percute le mur extérieur en début de course. Truex Jr. remporte le segment 1. C'est ensuite Kyle Busch qui prend la tête et remporte le second segment. Joey Logano à des problèmes mécaniques et un pneu qui frotte sa carrosserie. il doit rentrer quelques tours au garage. Kyle Busch sera pénalisé à deux reprises vers la fin de la course (vitesse excessive dans la ligne des stands). Lors du dernier "restart", Denny Hamlin dépasse Matt Kenseth, lesquels n'avaient remplacé que deux pneux lors du dernier passage aux stands tandis que les autres leaders en avaient changé quatre. Hamlin résiste au retour de Kyle Larson. Il remporte sa première course de la saison. cette victoire est également la première de la saison pour son écurie la Joe Gibbs Racing[41].

Course 20 : Brantley Gilbert Big Machine Brickyard 400

  • 7 changements de leader
  • 14 drapeaux jaunes pendant un total de 55 tours
  • 3 drapeau rouge pour une durée totale de h 31 min 39 s
  • Durée totale de la course : h 39 min 0 s
  • Vitesse moyenne : 114,384 mi/h (184,083 km/h)

Kyle Busch démarre en pole position et mène tout le début du premier segment. On note l'accident de Corey LaJoie qui percute seul le mur extérieur ainsi que le moteur explosé de Chase Elliott avant que la course ne soit arrêtée à cause de grosses averses. La course reprend et c'est toujours Kyle Busch qui se trouve devant et qui remporte le premier segmant. Il fait de même pour le deuxième segment qu'il remporte après un premier accident entre les trois voitures de David Ragan, Jeffrey Earnhardt et J.J. Yeley et un second impliquant celle de Dale Earnhardt Jr.. Sur le "restart" après un accident impliquant le seul Ricky Stenhouse Jr., Kyle Busch et Martin Truex Jr. s'accrochent et doivent abandonner. Kyle Busch perd ainsi l'occasion de remporter trois Brickyard 400 consécutifs. Matt Kenseth prend la tête jusqu'à un passage aux stands sous drapeau vert. Brad Keselowski et Jimmie Johnson restent sur le circuit espérant un drapeau jaune par la suite. Il reste 10 tours à parcourir lorsque Clint Bowyer et Kurt Busch s'accrochent et percutent ensuite Erik Jones et Jamie McMurray. Sur le "restart", Kyle Larson percute le mur extérieur et sa voiture prend feu. Sur le "restart" suivant, c'est Jimmie Johnson qui glisse dans l'intérieur d'un virage et va percuter le mur. Il y aura encore deux autres accident qui élimineront entre autres Ryan Blaney, Trevor Bayne, Michael McDowell et Aric Almirola. Sur le dernier "restart" en "overtime", Kasey Kahne dépasse Keselowski. Un dernier accident survient mais le drapeau jaune est indiqué après qu'il a franchi la ligne d'"overtime". Kasey Kahne remporte ainsi sa première victoire de la saison, sa dernière victoire en Cup Series remontant au 1er août 2014[42].

Course 21 : Overton's 400

  • 9 changements de leader
  • 5 drapeaux jaunes pendant un total de 21 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 50 min 7 s
  • Vitesse moyenne : 141,080 mi/h (227,046 km/h)

Course 22 : I Love New York 355 at The Glen

  • 6 changements de leader
  • 3 drapeaux jaunes pendant un total de 8 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 7 min 3 s
  • Vitesse moyenne : 104,132 mi/h (167,584 km/h)

Course 23 : Pure Michigan 400

  • 7 changements de leader
  • 5 drapeaux jaunes pendant un total de 28 tours
  • 1 drapeau rouge pour une durée totale de h 5 min 39 s
  • Durée totale de la course : h 40 min 38 s
  • Vitesse moyenne : 150,903 mi/h (242,855 km/h)

Course 24 : Bass Pro Shops NRA Night Race

  • 6 changements de leader
  • 8 drapeaux jaunes pendant un total de 53 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 46 min 37 s
  • Vitesse moyenne : 95,969 mi/h (154,447 km/h)

Course 25 : Bojangles' Southern 500

  • 8 changements de leader
  • 8 drapeaux jaunes pendant un total de 38 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 46 min 34 s
  • Vitesse moyenne : 132,761 mi/h (213,658 km/h)

Course 26 : Federated Auto Parts 400

  • 7 changements de leader
  • 7 drapeaux jaunes pendant un total de 38 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 2 min 52 s
  • Vitesse moyenne : 159,417 mi/h (99,417 km/h)

Rapports de course des playoffs[modifier | modifier le code]

Course 1 : Tales of the Turtles 400)

  • 7 changements de leaders
  • 4 drapeaux jaunes pendant un total de 21 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 45 min 16 s
  • Vitesse moyenne : 234,000 mi/h (145,401 km/h)

Course 2 : ISM Connect 300)

  • 3 changements de leaders
  • 6 drapeaux jaunes pendant un total de 32 tours
  • 1 drapeau rouge pendant 13 minutes et 1 seconde
  • Durée totale de la course : h 54 min 47 s
  • Vitesse moyenne : 108,958 mi/h (175,351 km/h)

Course 3 : Apache Warrior 400

  • 6 changements de leaders
  • 4 drapeaux jaunes pendant un total de 24 tours
  • 1 drapeau rouge pendant 15 minutes et 9 secondes
  • Durée totale de la course : h 5 min 48 s
  • Vitesse moyenne : 129,171 mi/h (207,881 km/h)

Course 4 : Bank of America 500

  • 8 changements de leaders
  • 10 drapeaux jaunes pendant un total de 44 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 38 min 0 s
  • Vitesse moyenne : 139,128 mi/h (223,905 km/h)

Course 5 : Alabama 500

  • 16 changements de leaders
  • 11 drapeaux jaunes pendant un total de 47 tours
  • 3 drapeau rouge pendant 35 minutes et 30 secondes
  • Durée totale de la course : h 47 min 52 s
  • Vitesse moyenne : 131,677 mi/h (211,914 km/h)

Course 6 : Hollywood Casino 400

  • 7 changements de leaders
  • 10 drapeaux jaunes pendant un total de 49 tours
  • 1 drapeau rouge pendant 10 minutes et 10 secondes
  • Durée totale de la course : h 11 min 57 s
  • Vitesse moyenne : 125,189 mi/h (201,472 km/h)

Course 7 : First Data 500

  • 6 changements de leaders
  • 11 drapeaux jaunes pendant un total de 74 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 32 min 47 s
  • Vitesse moyenne : 74,902 mi/h (120,543 km/h)

Joey Logano débute en pole position et mêne facilement le début de course. C'est néanmoins Brad Keselowski qui remporte le premier segmant ainsi que le second après avoir bataillé avec Kyle Busch. Kyle Larson percute le mur et abandonne pour sa seconde course consécutive. Vers la fin de course, Logano perd le contrôle de sa voiture à la suite d'une crevaison. Lors du restart, Keselowski se fait surprendre et permet à Elliott de mener. Alors qu'il allait remporter sa première victoire, il est poussé par Denny Hamlin. La course va en prolongation sans Elliot. Hamlin touche à nouveau une voiture et cause un gros carembolage derrière Kyle Busch lequel remporte sa 5e victoire de la saison devant Martin Truex Jr.. C'est aussi sa seconde victoire à Martinsville qui le qualifie pour sa troisième finale consécutive de championnat[43].

Course 8 : AAA Texas 500

  • 13 changements de leaders
  • 8 drapeaux jaunes pendant un total de 40 tours
  • 1 drapeau rouge pendant 10 minutes et 29 secondes
  • Durée totale de la course : h 29 min 52 s
  • Vitesse moyenne : 143,234 mi/h (230,513 km/h)
Kurt Busch grâce à un nouveau record du circuit obtient la pole. Kyle Busch et Brad Keselowski entrent en contact tôt dans la course. La voiture de Keselowski a un pneu sectionné et celle de Busch présente des dommages à la carroserie. C'est Kevin Harvick qui gagne le 1er segment. Kyle Larson domine le second qu'il remporte. Dans la dernière partie de course, Daniel Suarez doit abandonner après un contact avec la voiture de Kasey Kahne. Tout allait bien pour Dale Earnhardt, Jr. jusqu'à ce qu'il casse un moyeu et ne rentre définitivement au garage. Larson percute ensuite violement le mur causant un drapeau rouge. Sur le restart, Martin Truex Jr. prend la tête devant Hamlin. Sa voiture va moins bien roular par la suite. C'est Kevin Harvick qui prend le commandement, menant les neuf derniers tours. Il remporte sa seconde victoire de la saison, sa première au Texas. Il décroche sa qualification pour la finale du championnat[44].

Course 9 : Can-Am 500

  • 5 changements de leaders
  • 7 drapeaux jaunes pendant un total de 41 tours
  • 1 drapeau rouge pendant 5 minutes et 3 secondes
  • Durée totale de la course : h 57 min 23 s
  • Vitesse moyenne : 105,534 mi/h (169,841 km/h)
Ryan Blaney débute en pole. Kyle Larson parvient à dépasser Blaney pour remporter le 1er segment mais des problèmes moteur le forcent ensuite à abandonner pour la quatrième course consécutive. Jimmie Johnson explose un pneu ce qui cause de gros dégâts à sa voiture le forçant également à abandonner. Denny Hamlin prend ensuite la tête de la course et remporte le 2e segment. Malgré un problème dans la ligne des stands, il parvient à conserver la tête de course. Il subi ensuite une crevaison ce qui l'envoie dans le mur pour ensuite toucher Chase Elliott. Celui-ci parvient néanmoins à prendre la tête lors des derniers tours mais se fait finalement dépasser par Matt Kenseth lequel remporte sa première victoire de la saison, la seconde à Phoenix. C'est Brad Keselowski qui obtient la quatrième place de finaliste, éliminant de la course au titre, Denny Hamlin, Ryan Blaney, Chase Elliott et Jimmie Johnson[45].

Course 10 : Ford EcoBoost 400

  • 4 changements de leaders
  • 5 drapeaux jaunes pendant un total de 26 tours
  • 0 drapeau rouge
  • Durée totale de la course : h 2 min 11 s
  • Vitesse moyenne : 131,900 mi/h (212,272 km/h)
Denny Hamlin débute en pole. Kyle Larson domine le début de course, menant la pluspart des tours et remportant les segments 1 et 2. Joey Gase (en) heurte le mur et Danica Patrick, pour sa dernière course à temps plein en Cup Series, doit abandonner à la suite d'un accrochage avec Kasey Kahne.

Martin Truex Jr. domine la deuxième partie de course et arrive à contenir Kyle Busch. Il remporte sa 8e victoire de la saison mais surtout son premier titre de champion de NASCAR Cup Series. Dale Earnhardt Jr., pour sa dernière course de Cup Series, termine 21e[46].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) USA Today, « Monster Energy replaces Sprint as title sponsor for NASCAR's top series », Las Vegas, Gannett Company, (consulté le 1er décembre 2016)
  2. (en) The Daytona Beach News-Journal, « NASCAR changes points and playoffs systems », GateHouse Media, (consulté le 27 janvier 2017)
  3. (en) « NASCAR implements stage-based race format, playoff-point incentives », sur NASCAR.com, NASCAR Media Group, LLC., (consulté le 27 janvier 2017)
  4. (en) Associated Press, « NASCAR overhauls race and playoff format », Charlotte, Caroline du Nord, AP Sports, (consulté le 28 janvier 2017)
  5. a et b (en) Kenny Bruce, « NASCAR announces 2017 Premier Series rules package », sur NASCAR.com, NASCAR Media Group, LLC., (consulté le 27 janvier 2017)
  6. a et b (en) Dustin Long, « NASCAR reduces number of tires Cup teams can use in half of Chase races », sur NASCARTalk.com, NBC Sports, (consulté le 27 janvier 2017)
  7. (en) Bob Pockrass, « NASCAR revamps points system to reward drivers within race », sur ESPN.com, Charlotte,Caroline du Nord, ESPN Internet Ventures, (consulté le 27 janvier 2017)
  8. (en) Tom Jensen, « Stewart to retire from Cup after '16, Bowyer named replacement », sur Foxsports.com, Kannapolis, Caroline du Nortd, Fox Sports Digital Media, (consulté le 6 mai 2016)
  9. (en) Joe Menzer, « Greg Biffle leaves Roush Fenway Racing after nearly 20 years », sur Foxsports.com, Fox Sports Digital Media, (consulté le 23 novembre 2016)
  10. (en) Zach Catanzareti, « Beyond the Cockpit: Michael McDowell building momentum for 'big jump' in 2017 », sur Frontstretch.com, Frontstretch, (consulté le 23 novembre 2016)
  11. (en) Bob Pockrass, « Roush Fenway cuts to two Cup teams for '17 season », sur ESPN.com,
  12. (en) Kelly Crandall, « Suarez to replace Edwards in Cup series », sur Racer.com, Huntersville, Caroline du Nord, Racer Media & Marketing, Inc., (consulté le 11 janvier 2017)
  13. (en) Jerry Bonkowski, « 1990 Daytona 500 winner Derrike Cope to run limited 2017 Cup schedule », NBCSports, (consulté le 19 février 2017)
  14. (en) Brant James, « Stewart-Haas Racing leaving Chevrolet for Ford in 2017 », USA Today et Gannett Company, (consulté le 6 mai 2016)
  15. (en) « Toyota unveils new Camry for NASCAR Cup races in 2017 », sur USA Today (consulté le 26 février 2017)
  16. (en) « NASCAR announces 2017 national series schedules », sur NASCAR.com, Daytona Beach, Floride, NASCAR Media Group, LLC., (consulté le 6 mai 2016)
  17. (en) « NASCAR reveals start times for 2017 races », sur NASCAR.com, Daytona Beach, Floride, NASCAR Media Group, LLC., (consulté le 25 août 2016)
  18. (en) Pete Pistone, « Logano Captures Clash Win », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 19 février 2017)
  19. Pete Pistone, « Back-to-Back Daytona 500 Poles for Elliott », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 19 février 2017)
  20. (en) « Time Trial Results Daytona International Speedway-The 59th Annual Daytona 500 », NASCAR Statistics, (consulté le 20 février 2017)
  21. (en) Pete Pistone, « Kurt Busch Wins Daytona 500 », sur MRN.com, Daytona Beach, Floride, Motor Racing Network, (consulté le 26 février 2017)
  22. (en) Pete Pistone, « Keselowski Captures Atlanta Win », sur MRN.com, Hampton, Géorgie, Motor Racing Network,
  23. (en) Pete Pistone, « Vegas Jackpot for Truex », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 12 mars 2017)
  24. (en) Pete Pistone, « Newman Ends Winless Drought », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 19 mars 2017)
  25. (en) Pete Pistone, « Larson Sweeps Auto Club », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 26 mars 2017)
  26. (en) Pete Pistone, « Keselowski Masters Martinsville », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 2 avril 2017)
  27. (en) Pete Pistone, « Seventh Texas Win for Johnson », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 9 avril 2017)
  28. (en) Pete Pistone, « Johnson Goes Back-to-Back », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 24 avril 2017)
  29. (en) Pete Pistone, « Logano Wins Richmond in 300th Start », sur MRN.com, [-Motor Racing Network, (consulté le 30 avril 2017)
  30. (en) Pete Pistone, « Stenhouse Jr. Breaks Through at Talladega », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 7 mai 2017)
  31. (en) Pete Pistone, « Truex Conquers Kansas », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 14 mai 2017)
  32. (en) Zack Albert, « Suarez wins final Monster Energy Open stage; Bowyer, Blaney also advance », sur NASCAR.com, NASCAR, (consulté le 21 mai 2017)
  33. (en) Pete Pistone, « Kyle Busch Wins All-Star Race », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 21 mai 2017)
  34. (en) Pete Pistone, « Austin Dillon Wins Coca-Cola 600 », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 29 mai 2017)
  35. Pete Pistone, « Monster Milestone Win for Johnson », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 4 juin 2017)
  36. (en) Pete Pistone, « Blaney Breaks Through at Pocono », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 11 juin 2017)
  37. (en) Pete Pistone, « Larson Wins Again at Michigan », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 18 juin 2017)
  38. (en) Pete Pistone, « Harvick Conquers Sonoma », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 25 juin 2017)
  39. (en) Robbie Mays, « Stenhouse Jr. Wins at Daytona », sur MRN.com, Daytona Beach, Floride, Motor Racing Network,
  40. Pete Pistone, « Truex Jr. Dominates at Kentucky », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 9 juillet 2017)
  41. (en) Pete Pistone, « Hamlin Gets First Win of Season », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 16 juillet 2017)
  42. (en) Robbie Mays, « Kahne wins Brickyard 400 », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 23 juillet 2017)
  43. (en) Pete Pistone, « Busch Wins in Wild Martinsville Finish », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 29 octobre 2017)
  44. (en) Pete Pistone, « Harvick Punches Ticket With Texas Win », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 5 novembre 2017)
  45. (en) Pete Pistone, « Kenseth Back in Victory Lane », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 12 novembre 2017)
  46. (en) Pete Pistone, « Truex Jr. Wins Race and Championship », sur MRN.com, Motor Racing Network, (consulté le 19 novembre 2017)