Nœud plat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nœud plat
Reef knot noeud plat.svg
Autres noms
Nœud d'Hercule, nœud droit
ABoK
#74, #75, #460, #1204, #1402
Catégorie
Voisins

Le nœud plat (ou nœud droit[1]), est un nœud très courant, constitué de deux demi-clés de sens inversés.

Le nœud de ris est une variante gansée qui constitue un nœud de base dans la marine à voile[2].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Le nœud plat sert à relier deux extrémités d'un cordage de même diamètre et de même texture[2].

Utilisé pour serrer un cordage autour d'un objet[3], il permet ainsi diverses attaches courantes, par exemple pour fermer un sac, attacher un bandage, ou nouer un colis[4].

Ce nœud est également utilisé en chirurgie pour effectuer une ligature sur une plaie[5].

Dans la marine à voile, le nœud plat sert également à nouer les voiles pour les ranger ou lors d'une prise de ris[3].

Variantes plus faciles à défaire[modifier | modifier le code]

Le nœud plat peut être difficile à défaire s'il a subi de fortes tensions[2], ou s'il a été mouillé[6].

Attache des voiles sur l'Hermione en nouant les garcettes de ris.

Dans la marine à voile, on lui ajoute une ganse[2] pour constituer un nœud de base appelé « nœud de ris »[2],[7], ou « nœud de vache gansé »[7] (à ne pas confondre avec le nœud de vache qui est un nœud plat raté).

Le nœud de ris est utilisé pour attacher (ferler) les voiles aux vergues à l'aide des garcettes de ris pour réduire la voilure (prise de ris). Le nœud de ris permet une solide accroche tout en étant facilement détachable, même avec des cordages mouillés[2],[7]. Pour détacher le nœud de ris il suffit simplement de tirer sur la ganse pour libérer l'ensemble, quelques soit la tension sur le cordage.

Pour faciliter son ouverture, on peut aussi lui ajouter un martyr (tige en bois ou en métal), placé entre deux demi-nœud [2],[8].

Une autre variante du nœud plat est utilisée pour lacer des chaussures[2], cette fois avec deux ganses, variation appelée nœud de rosette[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nœud plat existait déjà au Ier siècle, comme en témoigne une monographie du médecin grec Heraklas (en) portant sur les nœuds et bandages chirurgicaux[10].

Poids à peser l'or Akan - Nœud plat– Muséum de Toulouse

Nouage[modifier | modifier le code]

Le nouage consiste à former une demi clé, puis une seconde mais dans le sens inverse, de sorte que le courant et dormant de chaque brins sorte par le même coté dans chaque boucle[2].

Knot square.jpg

Sécurité[modifier | modifier le code]

Erreur possible et contrôle du nœud[modifier | modifier le code]

Une erreur de nouage peut produire le nœud en queue de cochon (ou nœud de vache, à ne pas confondre avec le nœud de vache gansé). Le nœud en queue de cochon ressemble au nœud plat, mais il est de moins bonne tenue. Dans le nœud de cochon les brins alternent "dessus-dessous" pas dans le nœud plat.

Les deux brins en tension doivent être du même coté et jamais en diagonale, sinon le nœud peut glisser[4], cette erreur produisant un nœud de voleur (les bouts de brins sortent sur des diagonales opposées contrairement au nœud plat).

Pour contrôler la bonne exécution du nœud, il est donc nécessaire de vérifier :

  1. que les deux brins dans chaque boucle sortent parallèles, du même coté de la boucle,
  2. et que les deux extrémités de cordage en tension ne sortent pas en diagonale.

Sécurité lié à la tension[modifier | modifier le code]

Ce nœud étant simple et courant, il peut être utilisé, à tort, sur des cordages soumis à des tensions[11].

Même correctement réalisé, il risque de se défaire s'il est soumis à des secousses[4], de fortes tensions, ou des tensions qui ne soient équivalente des deux cotés[2]. Le nœud plat a tendance à glisser[12], ce risque a fait dire à Clifford Warren Ashley, auteur de The Ashley Book of Knots, « Le nœud plat est sans doute responsable à lui seul de plus de morts que tous les autres réunis »[13].

Pour une utilisation en tension, il est donc recommandé de l'assurer à l'aide d'autres nœuds[14], ou simplement de le remplacer par un nœud d'écoute[4]. C'est pour cela qu'en marine, il n'est presque exclusivement réservé qu'à l'attache des voiles (nœud de ris).

Sécurité lié à l'usage de cordages différents[modifier | modifier le code]

Lorsque les cordages ne sont pas de même diamètre, il faut lui préférer le nœud d'écoute[4]. De même s'il y a une différence de texture ou élasticité lié à une différence de composition ou d'âge, car il est alors possible d'observer un glissement des brins.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le classique des nœuds, Editions Sud Ouest, page 26
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Guide des nœud, Le Chasse Marée, page 44
  3. a et b Ashley 1944, #74.
  4. a, b, c, d et e Vandy Berten, « Nœud plat », sur mesnoeuds.free.fr (consulté le 24 juin 2016)
  5. Ashley 1944, #460.
  6. Devillers 1971, p. 45.
  7. a, b et c Le classique des nœuds, Editions Sud-Ouest, page 28
  8. « Les nœuds marins », Nœud plat, sur www.defense.gouv.fr (consulté le 10 juillet 2016)
  9. « Nœuds de base », sur arwann.com (consulté le 28 juin 2016)
  10. J. Joris Hage, on Knots: Sixteen Surgical Nooses and Knots from the First Century A.D., World Journal of Surgery, Volume 32, Avril 2008, Numéro 4, p. 650
  11. Ashley 1944, #1402.
  12. « Nageur sauveteur : Nœud marin » (consulté en juin 2016)
  13. Ashley 1944, #75.
  14. Ashley 1944, #1403 et #1404.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Devillers, Manuel de matelotage et de voilerie à l'usage des marins professionnels et des plaisanciers, Éditions Maritimes et d'Outres-Mer (Paris), , 445 p.
  • Gwendal Jaffry, Claude Bas, Yves Gaubert, Michel Phillipe, Guide des nœuds et du matelotage, Le Chasse Marée, , 128 p. (ISBN 2914208146)
  • Georges Nares, Traité de manœuvre et de matelotage, Le Chasse Marée, (ISBN 2903708878)
  • Franck Ripault, Le classique des nœuds, Editions Sud Ouest (Rennes), , 169 p. (ISBN 2737323592)
  • (en) Clifford W. Ashley, The Ashley Book of Knots, New York,