Nœud en huit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nœud en huit
Savoy knot.png
Autres noms
Nœud de huit, nœud allemand, nœud simple allemand, nœud en lacs
ABoK
#420, #520, #570
Catégorie
Origine
Marine
Domaine
Marine, alpinisme, spéléologie
Voisins

Le nœud en huit (ou nœud de huit) est un nœud couramment utilisé en tant que nœud d'arrêt. Il est relativement simple à défaire, n'abime pas trop le cordage, et forme un nœud plus gros que le nœud simple[1].

Nouage[modifier | modifier le code]

Réalisation d’un nœud en huit.

Usage[modifier | modifier le code]

Il est utilisé en matelotage pour éviter qu'une écoute (par exemple de foc) ne s'échappe lorsqu'elle est complètement lâchée. Dans ce cas, une marge de sécurité de 20 cm est laissée en cas de glissement du nœud à la suite de secousses[2]. Tout nœud d’arrêt est cependant proscrit sur les écoutes et bras de spi qui doivent pouvoir filer sans obstacle en cas de problème.

En escalade, c'est habituellement le nœud qui est utilisé pour attacher la corde au baudrier du grimpeur. Il est alors doublé.

Variantes[modifier | modifier le code]

Afin d'obtenir un nœud plus gros, des torsades supplémentaires peuvent être ajoutées pour obtenir un nœud de neuf (#521) ou un nœud d'arrimeur (#522). Avec un grand nombre de torsade, on forme un nœud en queue de singe.

Le nœud en huit, doublement tressé, devient un nœud en double huit et permet de former une boucle, ou un ajut.

En héraldique, on l'appelle lacs d’amour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ashley 1944, #520.
  2. Vandy Berten, « Nœud en huit », sur mesnoeuds.free.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]