Nœud de cul de porc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nœud de cul de porc
Wall knot.png

Nœud de cul de porc à 3 brins

ABoK
#671Voir et modifier les données sur Wikidata
Catégorie
Origine
marine
Voisins

Le nœud de cul de porc est un nœud utilisé dans divers domaines servant à créer localement une augmentation du diamètre du cordage. C'est un nœud d'arrêt utilisé pour empêcher un cordage de traverser un orifice. S'il est généralement réalisé en fin de cordage, il peut être fait à n'importe quel endroit d'un cordage (qu'il faudra décommettre avant de le commettre à nouveau)[1].

Ce nœud est également utilisé pour empêcher un cordage de s'effilocher[2].

L'une des propriétés de ce nœud est de ramener en fin de nouage les brins qui le compose dans le sens du cordage comme le Nœud de sifflet de bosco.

Les anglophones l'appelle Wall knot.

D'après Clifford W. Ashley, ce nœud est mentionné par John Smith, Manwayring, Blanckley, Falconer et Lescallier respectivement en 1627, 1644, 1750, 1769 et 1783[3].

Nom[modifier | modifier le code]

D'après le site lesnoeuds.com, le nom viendrait du fait que les brins suivent une spirale dans le nouage rappelant la forme de la queue de cochon[2].

Technique[modifier | modifier le code]

Généralement représenté à 3 brins (cf. infobox), il n'y a pas de limite au nombre de brins qui peuvent constituer un nœud de cul de porc.

Le principe mis en œuvre est d'amener chaque brin sous le brin qui le suit en tournant dans le sens du commettage du cordage. Quand il n'y a pas de cordage, on peut tourner dans le sens horaire comme anti-horaire, ça n'a pas d'importance. Lorsque le nœud est fini, chaque brin passe sous 2 autres : la fin du brin qui précède et le début de celui qui suit.

Lors du serrage, on ramène les brins dans le sens du cordage. On peut ainsi enchaîner autant de nœuds de cul de porc qu'on le souhaite.

S'il est terminal (en bout de cordage), les brins seront coupés au ras du nœud, la tension de serrage l'empêchera de se défaire. Toutefois, il est préférable de le doubler pour une meilleure tenue s'il est utilisé comme nœud d'arrêt.

Lorsque le cordage possède une âme (un ou plusieurs brins autour desquels s'enroulent les brins qui seront utilisés dans le nœud), celle-ci est ignorée dans le nouage et éventuellement coupée au ras si le nœud est terminal (comme les brins utilisés).

Autres usages[modifier | modifier le code]

Pomme de tire-veille[modifier | modifier le code]

Le nœud de cul de porc est souvent associé au nœud de tête-de-more qui est son exact opposé dans la technique de réalisation (les brins sont ramenés en arrière vers le cordage bloquant la progression). Quand les 2 sont assemblés (cul de porc en premier, tête-de-more en second) il se forme une boule empêchant les brins du cordage de se séparer et permettant également de lester le cordage. On appelle cet ensemble une pomme de tire-veille.

Bien que ressemblant dans le résultat, la pomme de tire-veille ne constitue pas un bonnet turc.

Bracelet de survie[modifier | modifier le code]

Le nœud de cul de porc est utilisé pour la construction du bracelet de survie appelé Snake. Dans cette utilisation, le nœud est réalisé à 2 brins et forme par enchaînement des nœuds un cylindre de section presque ronde.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alan W. Grogono (Grog), David E. Grogono, Martin J. Grogono, « Wall Knot | How to tie a Wall Knot | Decorative Knots », sur www.animatedknots.com (consulté le 16 mai 2017)
  2. a et b Lesnoeuds.com, « Noeud de cul de porc », sur Lesnoeuds.com (consulté le 17 mai 2017)
  3. Clifford Warren Ashley, Le Grand Livre des Nœuds, Gallimard, , 612 p. (ISBN 978-2-74243265-3), page 116