Prière surérogatoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nâfilah)
Aller à : navigation, rechercher

Une prière surérogatoire, ou nâfilah, est une prière effectuée par le musulman en plus des cinq prières quotidiennes "obligatoires", lesquelles constituent un des cinq piliers de l'islam.

Caractéristiques de ces prières[modifier | modifier le code]

Le musulman est obligé de s'acquitter d'abord des cinq prières obligatoires (faridah) avant de pouvoir prier de manière surérogatoire[1]. Les prières surérogatoires ne peuvent pas non plus être enchaînées avec les prières obligatoires. Il est déconseillé de se précipiter à prier la prière surérogatoire après la prière obligatoire sans avoir ni parlé, ni être sorti. De plus, il est préférable de prier ces prières surérogatoires à la maison, mais si on les prie à la mosquée, il n'y a pas mal, selon la parole du Prophète de l'islam. Aussi, pour Al-Ghazali, prier hors des heures légales des prières n'est une prière surérogatoire que si le musulman a déjà acquitté les cinq prières[2] (argumentation basée sur un hadith de Muhammad). Le musulman est donc obligé de s'acquitter des cinq prières obligatoires avant de prier de manière surérogatoire. « Malheur donc, à ceux qui prient tout en négligeant (et retardant) leur Salat »[3].

Les prières surérogatoires sont faites selon la volonté de chacun mais certaines ont été cités dans les hadiths : Elles sont au nombre de 12[4] :

  • 2 rakat avant le fajr[5]
  • 4 rakat avant le dhuhr
  • 2 rakat après le dhuhr
  • 2 rakat après le maghreb
  • 2 rakat après le 'icha (appelée aussi al chafa)
  • salat al-Witr (appelée aussi al-witr)

Les grands saints de l'islam (awliyâ') ont tous pratiqué les prières surérogatoires, parfois durant des nuits entières. Ces pratiques, mêlées au dhikr (souvenir de Dieu) et à la méditation, rapproche l'homme religieux de la présence de Dieu.[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Coran, la dérive de l'Islam, p. 68
  2. [réf. incomplète]Les secrets de la prière en islam, Revivification des sciences de la Religion, éditions Albouraq, ISBN 2-84161-018-7.
  3. Coran, CVII, 4-5.
  4. Voir les pieux aspirants vers la prière surérogatoire de Cheikh BAZMOUL ; AL HADITH, Bruxelles
  5. Dans certaines contrées musulmanes, la prière fardh est appelée sobh tandis que les deux rak’a la précédant sont appelées fajr

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]