Moule commune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mytilus edulis)
Aller à : navigation, rechercher

Mytilus edulis

La moule commune (Mytilus edulis), aussi appelée moule bleue au Canada[1], est un mollusque bivalve très répandu, de la famille des Mytilidés. C'est un animal marin, qui vit fixé aux rochers dans la zone de balancement des marées.

Description[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des mollusques la moule commune a un corps mou protégé par une coquille calcaire. Le corps mou est constitué d'une masse viscérale, d'un manteau qui enveloppe cette masse viscérale et délimite une cavité appelée cavité palléale dans laquelle baignent des branchies et se trouve un organe musculeux appelé le pied. Le plus souvent ce corps présente une tête où sont regroupés les organes sensoriels.

Les mollusques regroupés dans la classe des bivalves sont caractérisés par :

  • une coquille constituée de 2 partie appelées valves (d'où le nom de mollusque bivalve); les valves sont situées à gauche et à droite de l'animal (contrairement aux Brachiopodes où elles sont dorsales et ventrales)
  • des branchies en forme de lamelles (d'où le nom de lamellibranches (Lamellibranchia) donné aussi aux bivalves);
  • la régression des organes sensoriels dans la région antérieure, donc plus de tête nettement différenciée : les bivalves sont acéphales. Cette régression est sans doute liée à leur mode de vie souvent fixé et microphage.


Toxicologie, écotoxicologie[modifier | modifier le code]

Comme toutes les moules et coquillages filtreurs, dans un environnement pollué, cet animal peut bioaccumuler des métaux lourds, dans sa coquille, et moindrement dans sa chair, parfois en atteignant ou dépassant les limites de sécurité pour la santé humaine[2]. Il n'y a pas nécessairement de corrélation entre la teneur en métaux des sédiments et celle des moules, qui peuvent être directement contaminées par les métaux dissous dans l'eau à l'état de trace.
Une étude récente[Par qui ?] a porté conjointement sur les moules bleues de Méditerranée (M. galloprovincialis) et les sédiments de surface de leur environnement, pour 5 sites (échantillonnés en 2005 et 2006, en automne).Les taux moyens de Fe, Zn, Mn, Ni, Cu, Co et Cr dans les échantillons de moules étaient respectivement de 603.0, 345.0, 85.0, 18.9, 17.2, 9.1 mg/kg de poids sec. Alors que les maxima étaient pour les sédiments de 40867, 943.0, 382.0, 336.0, 67.2, 24.8 et 16.9 mg/kg. Une corrélation n'a pu être observée que pour le zinc.[réf. nécessaire]

Habitat et répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce vit fixée sur des supports durs dans la zone intertidale, c'est-à-dire sur les quelques mètres de rivage battus par les vagues et se trouvent émergés à marée basse (là où les marées existent : en Méditerranée les moules sont limitées au mètre qui entoure le niveau de la mer, et l'espèce Mytilus galloprovincialis est plus commune). On peut parfois en trouver jusqu'à un maximum de 10 m de profondeur[3].

Cette espèce semble cosmopolite dans les eaux tempérées (<27°C[3]) de toutes les mers[4] : il est difficile de déterminer la responsabilité de l'Homme dans cette si large répartition.

Élevage et utilisation[modifier | modifier le code]

Article principal : Mytilida.

Cette espèce est la principale espèce de moule commercialisée et consommée en Europe[3].

Moules cuites dans une cocote individuelle
Moules communes servies cuites en cocotte individuelle dans un restaurant français.

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon BioLib (18 octobre 2016)[5] :

  • sous-espèce Mytilus edulis abbreviatus J. B. Lamarck, 1818
  • sous-espèce Mytilus edulis aoteanus A. W. B. Powell, 1958
  • sous-espèce Mytilus edulis diegensis Coe, 1946
  • sous-espèce Mytilus edulis elegans Brown, 1827
  • sous-espèce Mytilus edulis modiolaeformis E. Bucquoy, P. Dautzenberg & G. Dollfus, 1889
  • sous-espèce Mytilus edulis obesus E. Bucquoy, P. Dautzenberg & G. Dollfus, 1889
  • sous-espèce Mytilus edulis planulatus J. B. Lamarck, 1819
  • sous-espèce Mytilus edulis retusus J. B. Lamarck, 1818
  • sous-espèce Mytilus edulis spathulinus E. A. A. Locard, 1889
  • sous-espèce Mytilus edulis uncinnatus E. Bucquoy, P. Dautzenberg & G. Dollfus, 1889


Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kautsky N, Evans S (1987) Role of biodeposition by Mytilus edulis in the circulation of matter and nutrients in a Baltic coastal ecosystem. Mar Ecol Prog Ser 38:201–212

Notes et références[modifier | modifier le code]