Myriamètre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le myriamètre (abrégé « myr. », de myriade = 10 000) est une ancienne unité de mesure adoptée sous la Révolution. D'une valeur de dix mille mètres (10 km), elle correspondait approximativement à trois lieues. Elle était d'un usage assez courant au XIXe siècle, par exemple dans les guides de voyage ou les descriptions géographiques.

Borne myriamétrique près de l'ancien canal de Briare.

Liée aux délais de communications de l’époque, elle a été utilisée dans le Code d’instruction criminelle pour fixer certains délais de procédure[1].

Jusqu'en 2019, cette unité est mentionnée et utilisée ainsi par la Loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881, à l'article 54[2] imposant un délai supplémentaire de distance « d'un jour par cinq myriamètres de distance ». Cependant, le 24 mai 2019, à la suite d'une question prioritaire de constitutionnalité, le Conseil constitutionnel juge l'utilisation de cette expression contraire à la Constitution car elle introduit une distinction injustifiée entre les justiciables, et abroge la disposition[3].

Citations[modifier | modifier le code]

  • L'article du Littré : « Mesure itinéraire, qui vaut dix mille mètres. La lieue de poste valait 3898 mètres, le myriamètre vaut environ deux lieues et demie. »
  • Dans Si le soleil ne revenait pas (Ramuz, Pléiade, Romans, t.2, p. 1195), on trouve, au sujet de la voix venant du poste de TSF (nous sommes en 1937) : « Son plus ou moins d'intensité est sans signification quant à la distance qu'il a parcourue, les lieues ne le fatiguent pas, il est insoucieux des myriamètres ; de sorte qu'il est faible et on vous dit : “C'est Genève”, il a toute sa force, mais il vient de New York. »
  • Dans 20 000 lieues sous les mers (Jules Verne, Chapitre XIV) : « La portion du globe terrestre occupée par les eaux est évaluée à trois millions huit cent trente-deux mille cinq cent cinquante-huit myriamètres carrés, soit plus de trente-huit millions d’hectares. »
  • Dans L'enfant et les sortilèges, L'arithmétique de Maurice Ravel : « Millimètres, centimètres, décimètres, décamètres, hectomètres, kilomètres, myriamètres, 'faut t'y mettre, quel piètre... » Jeu de mots sur les différentes longueurs.
  • Décret impérial 2164 du 17 juillet 1806 art 1er alinéa 5 : « aucun forçat libéré ... ne pourra fixer sa résidence ... à moins de trois myriamètres de la frontière et des côtes »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]