Mygdonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Grèce antique
Cet article est une ébauche concernant la Grèce antique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le nom de Mygdonie désigne quatre territoires antiques différents et dispersés sur plus de mille kilomètres d'Ouest en Est, et qui furent tous quatre conquis par les Macédoniens[1] :

  • à l'Ouest, l'un débouchait sur la Mer Égée, autour de Therma (aujourd'hui Thessalonique) : parmi les cités de cette Mygdonie macédonienne, on trouve aussi Halastra et Lété ;
  • un autre[2] débouchait sur la rive nord (thrace) de la Propontide, autour de la cité de Perinthos (aujourd'hui l'Héraclée propontide : parmi les cités de cette Mygdonie thrace, on trouve aussi Ærée, Beodizon, Cœnopharurion et Selymbrie ;
  • en face, sur la rive sud (mysienne) de la Propontide, au débouché du bassin du fleuve Maceste, autour de Panormos (aujourd'hui Bandırma) on trouvait une troisième Mygdonie avec les cités de Lopadion (aujourd'hui Uluabat), Rhece mysiaca, Placia et Hiéra Germa ;
  • à l'Est enfin, une quatrième faisait partie de la Mésopotamie, autour de Nisibis (aujourd'hui Nusaybin) : parmi les cités de cette Mygdonie mésopotamienne, on trouve aussi Rhesænæ, Dara et Singara.

L'étymologie provient du grec ancien Μύγδων / Mygdôn fils d'Arès, protecteurs des guerriers, et c'est pourquoi l'on suppose que c'est à leur statut de conquête militaire qu'est due l'attribution de ce nom à ces territoires[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hans-Erich Stier (dir.), Grosser Atlas zur Weltgeschichte, éd. Westermann, Braunschweig, Allemagne 1985, ISBN 3141009198, pp. 38-39, et carte, visible ici [1], de d'Anville, aux éditions Laurie & Whittle, Londres 1794, qui donne les formes latinisées de la plupart des cités, fleuves, montagnes et populations de l'Anatolie antique.
  2. Selon Jean Tzétzès
  3. Fragmenta (αποσπάσματα) ..όθεν σέο (αντί ορσέο= διαγείρουν) οι Μυγδόνες αυλοί.. Dionysiaca, Scientific Work, Berlin 1959, page 509.