My Sweet Pepper Land

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
My Sweet Pepper Land
Titre original My Sweet Pepper Land
Réalisation Hiner Saleem
Scénario Hiner Saleem
Antoine Lacomblez
Acteurs principaux
Sociétés de production Agat films & Cie
Arte France Cinéma
Chaocorp
HS Production
Rohfilm
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau du Kurdistan irakien Kurdistan
Genre Drame
Durée 95 minutes
Sortie 2013

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

My Sweet Pepper Land est un film dramatique franco-germano-kurde coécrit et réalisé par Hiner Saleem, sorti en 2013.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Baran, ancien résistant contre Saddam Hussein et en faveur de l'indépendance kurde, retrouve sa vieille mère après une longue période éloigné d'elle. Celle-ci organise aussitôt de ridicules rencontres avec des jeunes filles dans le but de le marier au plus vite. Il fuit alors pour échapper à cette emprise familiale et accepte un poste de policier au commissariat d'un village isolé au nord du Kurdistan irakien, près de la frontière turque. Son prédécesseur a été assassiné, mais il va se donner pour digne mission de lutter contre la corruption et d'affirmer son autorité et celle de l'État pour que le pays retrouve la paix et la sécurité. Il se trouve très vite confronté à Aziz Aga, chef tribal mafieux qui règne en maître sur la région, jusqu'à tenir la justice sous sa coupe. Aziz affirme à Baran que la loi ancestrale clanique ne peut être soumise à la loi de l'État. Les hommes de main d'Aziz Aga viennent menacer Baran à plusieurs reprises.

Dans le même temps, la belle et rebelle Govend, jeune femme très instruite qui a vécu dans un milieu plus urbain, obtient l'accord de son père, malgré la réticence brutale et le machisme paternaliste de ses nombreux frères, pour devenir l'institutrice du même village du nord du Kurdistan, là tout est à construire en matière d'éducation, tant le village est reculé et arriéré. Mais sa venue au village suscite bientôt la méfiance car son aspect et son comportement trop progressistes sont jugés incompatibles avec les traditions locales.

Aziz Aga et ses adjoints, nerveux de la gâchette, règnent sur la région. Ils en veulent autant à l'institutrice qu'au policier, qui cherche à mettre son nez dans leurs petits trafics de drogue et de médicaments. Ils font courir la rumeur selon laquelle les deux nouveaux arrivants enfreignent les bonnes mœurs par une liaison amoureuse alors qu'ils ne sont pas mariés. Baran et Govend ne font pourtant que se rencontrer et échanger quelques impressions sur la musique, se soutenant l'un l'autre, alors que naît un sentiment entre eux. Les villageois, se sentant salis par ce supposé déshonneur, décident de retirer leurs enfants de l'école. Alors qu'Aziz Aga et ses miliciens entreprennent d'éliminer Baran, Govend, désespérée et dans une impasse, se décide à quitter le village, mais revient finalement dans les bras de Baran.

En représailles d'une attaque, un groupe de résistantes kurdes décime le groupe d'Aziz Aga. Les frères de Govend essayent de la forcer à revenir vers leur père. En vain.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Golshifteh Farahani : Govend, l'institutrice
  • Korkmaz Arslan : Baran, le commissaire
  • Suat Usta : Reber, l'adjoint de Baran
  • Mir Murad Bedirxan : Tajdin, le neveu d'Aziz Aga
  • Tarik Akreyi : Aziz Aga, le chef de tribu mafieux
  • Feyyaz Duman : Jaffar
  • Véronique Wüthrich : Nîroj

Production[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Musiques du film[modifier | modifier le code]

Le film fait entendre des morceaux traditionnels kurdes et des musiques empruntées à d'autres styles. Hiner Saleem spécifie[1] : « Comme Baran, j'écoute toutes sortes de musiques, d'Elvis Presley à Bach, en passant par des chansons traditionnelles kurdes. […] Du coup, la musique reflète cette démarche : mon univers, c'est à la fois le blues américain et des airs traditionnels kurdes. […] Golshifteh Farahani, c'est une excellente pianiste. […] Je ne voulais pas me priver de son talent de musicienne. J'avais envie d'entendre cet instrument peu connu qu'est le hang, qu'elle sait jouer. Cet instrument a été inventé par deux Suisses. Il se rapproche du piano et des percussions, tout en dégageant des sonorités magnifiques. Certains pensent que c'est un instrument kurde traditionnel, mais personne ne pourrait s'imaginer qu'il a été mis au point par des hippies suisses ! ».

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]