Musulames

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Musulmans.
Musulames
Image illustrative de l’article Musulames
Carte de l'Empire romain sous le règne de l'empereur Hadrien, montrant l'emplacement de la tribu berbère musulame, alors habitant les régions désertiques de l'actuelle Tunisie et Algérie.

Période Antiquité
Ethnie Berbères
Langue(s) Berbère
Religion Croyances berbères
Région d'origine Entre Sicca et Theveste (actuelle Tunisie et Algérie)
Région actuelle Afrique du Nord
Rois/monarques Tacfarinas (17-24)
Frontière Romains
Maures
Numides
Garamantes
Gétules

Les Musulames (en latin : Musulamii) sont une confédération de tribus berbères gétules[1], qui habitait les régions désertiques de ce qui est maintenant connu sous le nom de régions Chotts, en Tunisie, et en Algérie, ainsi que dans la province romaine de Maurétanie césarienne, qui est annexée par l'Empire romain en 44. Ils sont en effet censés être reconnus comme membres de ces tribus et ne pas s'en distinguer, quand Quintus Junius Blaesus décrit la guerre contre Tacfarinas, il décrit la guerre contre les peuples gétules (« Gaetulas Gentes »)[2].

Région[modifier | modifier le code]

À l'origine, les Musulames sont initialement localisés entre Sicca et Théveste[3], dans l'actuelle Algérie et Tunisie. Il a été estimé qu’un certain contrôle devait être exercé sur eux en raison des perturbations continues et graves qu’ils ont créées pour Rome[4]. Ainsi, les Musulames ont été confinés à un ensemble de terrain défini par des colonies militaires établies pour les soldats d'Ammaedara, Mauduros et Théveste, où ils ont été contraints d'apprendre l'agriculture sédentaire sur des terres ne convenant pas pour cela[5]. Cette zone a probablement totalisé environ 80 kilomètres[6]. Cela signifiait que le meilleur de leurs terres avait été pris par les Romains pour des colonies ou des domaines[7]. Les Musulames sont des nomades, cela a donc grandement altérer leur mode de vie. Cependant, il existe des preuves que toute la tribu des Musulames n'était pas présente ici, mais certains sont restés nomades au sud des montagnes de l'actuelle Tébessa[8].

Histoire militaire[modifier | modifier le code]

Les Musulames ont leur première confrontation majeure avec les Romains lors des guerres gétules. Ces guerres ont lieu de 3 à 6 apr. J.-C., et les Musulames y jouent un rôle relativement mineur[9].

En 17 apr. J.-C., les Musulames menés par Tacfarinas[10], se révoltent contre les Romains sur la construction d'une route à travers le territoire des Musulames, par la Legio III Augusta. Les Musulames sont rejoints dans le conflit contre les Romains par leurs voisins Garamantes. Ce fut la plus grande guerre en Afrique romaine dans la région de l'actuelle Algérie, de toute l'histoire de l'occupation romaine[9].

Après l'écrasement de la révolte en 24 apr. J.-C., ou peut-être sous les Flaviens, une cohorte de Musulames, la I Flavia Musulamiorum, est recrutée, que nous retrouvons en 69-70 en Judée pendant la première guerre judéo-romaine, en Syrie sous l'empereur Domitien, puis le long les frontières de la Numidie et de la Maurétanie, sous Trajan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Garnsey 1976, p. 221-235.
  2. Syme, 222 ; ILS 939, 12.
  3. Ilevbare 1974, 195; voir figure 1.4 dans Cherry 98
  4. Syme, 224.
  5. C.R. Whittaker, 529.
  6. C.R. Whittaker 529
  7. Syme, 225.
  8. Whittaker, 529.
  9. a et b (en) David Cherry, Frontier and Society in Roman North Africa, Oxford University Press, , p. 39
  10. (en) Cornelius Tacitus et Arthur Murphy, The Historical Annals of Cornelius Tacitus: With Supplements, D. Neall, (lire en ligne), p. 114

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Peter Garnsey, « Peasants in Ancient Roman Society », The Journal of Peasant Studies, vol. 3,‎ , p. 221-235 (DOI 10.1080/03066157608437979, lire en ligne, consulté le 1er février 2018)

Articles connexes[modifier | modifier le code]