Mustapha Tlili

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tlili.

Mustapha Tlili, né le 17 octobre 1937 à Fériana et mort le [1], est un écrivain et intellectuel tunisien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mustapha Tlili effectue ses études secondaires en Tunisie avant de poursuivre des études de philosophie à l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, dans le contexte de la guerre d'Algérie, de l'indépendance du Maroc et de son pays natal[2].

Après avoir travaillé comme journaliste politique à Jeune Afrique[3], il part aux États-Unis, où il devient fonctionnaire de l'Organisation des Nations unies à New York, après avoir reçu son diplôme de l'Institut des Nations unies pour la formation et la recherche[2]. Il y passe treize ans de sa vie avant de revenir à Paris[2]. Il fonde et dirige le Centre de dialogues (Center for Dialogues) basé à l'université de New York.

Il publie son premier roman, La Rage aux tripes, en 1975[2]. Son deuxième roman, Le Bruit dort, sort en 1978, puis Gloire des sables est publié en 1982[2]. La Montagne du lion, sorti en 1988, est son roman le plus connu[4]. Interdit en Tunisie, il y évoque l'effet de la modernité sur un village montagnard imaginaire[4]. En 2008 sort Un après-midi dans le désert pour lequel Tlili remporte le Comar d'or[5].

Analyse[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Tlili est marquée par son déracinement du pays natal[2]. On y rencontre donc trois cultures : tunisienne, et plus généralement maghrébine, française à laquelle il emprunte la langue et américaine, qu'il a découvert en vivant à Manhattan[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • 1975 : La Rage aux tripes (Gallimard, Paris)
  • 1978 : Le Bruit dort (Gallimard)
  • 1982 : Gloire des sables (Jean-Jacques Pauvert-Alésia, Paris)
  • 1988 : La Montagne du lion (Gallimard)
  • 2008 : Un après-midi dans le désert (Gallimard)

Essais[modifier | modifier le code]

  • 1975 : L'idée de nature chez Jean-Jacques Rousseau
  • 1979 : Rousseau et Nietzsche : deux penseurs de la décadence (thèse de doctorat d'État à l'Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne)
  • 1987 : For Nelson Mansela co-édité avec Jacques Derrida aux éditions Henry Holt & Company de New York (ISBN 978-0-805-00581-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Littérature : décès de l'écrivain Mustapha Tlili », sur kapitalis.com, (consulté le 22 octobre 2017)
  2. a, b, c, d, e, f et g Marc Gontard, « Mustapha Tlili », sur limag.refer.org (consulté le 22 octobre 2017)
  3. (en) Hearings, vol. 12, Washington, Bureau d'impression du gouvernement des États-Unis, (lire en ligne), p. 1437
  4. a et b (en) Donna Wheeler, Paul Clammer et Émilie Filou, Tunisia, Melbourne, Lonely Planet, (ISBN 978-1-74179-001-6), p. 45
  5. « Édition 2008 : 12e édition », sur comar-d-or.tn (consulté le 22 octobre 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chafika Chair, La Construction des personnages dans les romans La Rage aux tripes de Mustapha Tlili et Le Fleuve détourné de Rachid Mimouni, Paris, Atelier national de reproduction des thèses, (SUDOC 00627157X)
  • Callixte Kayiranga, Violence dans La Rage aux tripes de Mustapha Tlili, Hamilton, Université McMaster,

Articles[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]