Mustapha Kamel Nabli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mustapha Kamel Nabli
Mustapha Kamel Nabli durant un sommet du Forum économique mondial sur l'agenda global 2012
Mustapha Kamel Nabli durant un sommet du Forum économique mondial sur l'agenda global 2012
Fonctions
10e gouverneur de la Banque centrale de Tunisie
Président Fouad Mebazaa
Moncef Marzouki
Premier ministre Mohamed Ghannouchi
Béji Caïd Essebsi
Hamadi Jebali
Gouvernement Ghannouchi II
Essebsi
Jebali
Prédécesseur Taoufik Baccar
Successeur Chedly Ayari
Biographie
Date de naissance (69 ans)
Lieu de naissance Téboulba, Tunisie
Nationalité tunisienne
Diplômé de Université de Californie
Profession Professeur

Mustapha Kamel Nabli (مصطفى كمال النابلي), né le 10 février 1948 à Téboulba, est un économiste tunisien. Il occupe le poste de gouverneur de la Banque centrale de Tunisie de 2011 à 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Titulaire d'une maîtrise en sciences économiques et d'un master et d'un doctorat en science économique de l'Université de Californie à Los Angeles[1], il est aussi diplômé de l'École nationale d'administration. Maître assistant, puis professeur agrégé en économie (depuis 1980), il a assumé plusieurs responsabilités au sein de l'université tunisienne. Il a publié plusieurs ouvrages et articles scientifiques. Il a aussi été nommé expert auprès de plusieurs institutions notamment la Communauté économique européenne et la Ligue arabe ; il a dirigé la section Moyen-Orient - Afrique du Nord à la Banque mondiale.

De 1988 à 1990, il préside la Bourse de Tunis[1] et puis est nommé ministre du Plan et du Développement régional par le président Zine el-Abidine Ben Ali en 1990. Il démissionne de son poste en 1995.

Nabli, nommé à la tête de la banque centrale tunisienne par Mohamed Ghannouchi après la révolution tunisienne de 2011, s'est attaché à rassurer les investisseurs sur son indépendance[2], sur les capacités de la Tunisie à honorer ses dettes[3] et à se redresser après les changements institutionnels[4].

Le 23 novembre 2011, il est décoré des insignes du grand cordon de l’Ordre de la République[5].

Le 27 juin 2012, le président Moncef Marzouki décide de le démettre en concertation avec le chef du gouvernement Hamadi Jebali[6] ; la décision est validée par l'assemblée constituante le 18 juillet par 110 votes contre 62[7]. Il est remplacé par Chedly Ayari dont la candidature est confirmée par l'assemblée constituante le 24 juillet[8].

Il présente sa candidature à l'élection présidentielle de 2014 en tant qu'indépendant[9] avant de se retirer le 17 novembre[10], obtenant finalement 0,21 % des voix.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Financial Integration, Vulnerabilities to Crisis, and EU Accession in Five Central European Countries (World Bank Technical Papers), World Bank Publications, 1999 (ISBN 9780821345061)
  • Breaking the Barriers to Higher Economic Growth: Better Governance and Deeper Reforms in the Middle East and North Africa, World Bank, 2007 (ISBN 9780821374153)
  • The Great Recession and Developing Countries, World Bank, 2010 (ASIN B004H1U1UC)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Mustapha Kamel Nabli : n'ayons pas peur de l'avenir », sur leaders.com.tn, (consulté le 3 janvier 2017)
  2. « Mustapha Kamel Nabli : je ne fais pas partie du gouvernement », sur leaders.com.tn, (consulté le 3 janvier 2017)
  3. « BCT : la Tunisie honorera ses engagements selon M. Mustapha Nabli », sur espacemanager.com, (consulté le 3 janvier 2017)
  4. Jean-Pierre Robin, « La Tunisie veut séduire les investisseurs à Davos », sur lefigaro.fr, (consulté le 3 janvier 2017)
  5. « Des personnalités décorées par le Président de la République par intérim », sur leaders.com.tn, (consulté le 3 janvier 2017)
  6. « Tunisie : le gouverneur de la Banque centrale limogé par le président », Agence France-Presse, 27 juin 2012
  7. « Tunisie : la Constituante approuve le renvoi du chef de la Banque centrale », Agence France-Presse, 18 juillet 2012
  8. « Tunisie : un nouveau chef à la Banque centrale après un mois d'imbroglio », Agence France-Presse, 24 juillet 2012
  9. « Tunisie : Mustapha Kamel Nabli annonce officiellement sa candidature à la présidentielle », sur tunisienumerique.com, (consulté le 3 janvier 2017)
  10. « Tunisie - Présidentielle : Mustapha Kamel Nabli et Noureddine Hached jettent l'éponge et critiquent d'autres candidats », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 3 janvier 2017)