Mustafar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mustafar
Image illustrative de l'article Mustafar
Vue d'artiste d'une planète de lave.

Localisation Bordure extérieure
Secteur Atravis[a 1]
Genre Planète de lave
Étoile 1[1]
Satellites 0[2]
Révolution 412 jours[2]
Rotation 36 heures[3]
Dimensions 4 200[2]

Atmosphère Respirable
Climat Extrême chaleur
Paysages Volcans
Lacs et rivières de lave
Surface immergée 0% (35% lave en surface)[2]
Sites remarquables Château de Dark Vador
Temple sith[4]
Planque du conseil Séparatiste
Centre minier Mensix[4]
Espèces intelligentes Mustafariens
Espèces animales Puce de lave
Population 20 000
95% de Mustafariens
3% Skakoans
2% autres[1]
Affiliation Techno-Syndicat (anciennement)[a 2]
Soleil Noir (anciennement)[a 2]
Confédération des systèmes indépendants (anciennement)[a 2]
Empire Galactique[a 2]
Batailles Extermination du conseil Séparatiste
Duel entre Anakin Skywalker et Obi Wan Kenobi

Films La Revanche des Sith
Rogue One
Séries The Clone Wars
Rebels
Première apparition La Revanche des Sith
Site officiel Fiche de la planète

Mustafar[Note 1] est une planète de lave de l’univers de fiction Star Wars. Située dans la Bordure extérieure, cette petite planète orbite autour de l'étoile Priate[5]. Elle est notamment célèbre pour être le lieu du premier affrontement entre Anakin Skywalker, devenu apprenti Sith sous le nom de Dark Vador, et son ancien maître Obi Wan Kenobi[6], en 19 av. BY[Note 2].

Malgré son hostilité naturelle, elle est néanmoins habitée par des Mustafariens et très prisée pour ses ressources minières, que cela soit par la Conférération des systèmes indépendants durant le guerre des clones, ou l'Empire galactique après coup[a 2]. L'influence du côté obscur étant forte sur cette planète, Dark Vador y fit construire son château durant la période de domination de l'Empire.

Bien que générée par images de synthèse en grande partie, des prises de vue réelles d'une éruption de l'Etna ont été utilisées[7].

En plus de ses apparitions notables dans La Revanche des Sith et Rogue One, Mustafar apparut également dans les séries télévisées Star Wars: The Clone Wars, Star Wars Rebels, des novélisations des films dans lesquelles elle apparaît (comme le roman Rogue One), ainsi que plusieurs romans, jeux vidéos et bandes dessinées.

Contexte[modifier | modifier le code]

Les événements de l'univers Star Wars ont eu lieu il y a longtemps, dans une galaxie lointaine, et voient s'affronter de manière perpétuelle l'ordre Jedi et l'ordre des Sith. Chacun des membres de ces castes sont des personnes sensibles à la Force, champ énergétique mystérieux leur conférant certains pouvoirs psychiques et télékinésiques. Si les Jedi maîtrisent le côté lumineux de la Force, bénéfique et défensif, les Sith, eux, utilisent le côté obscur de la Force pour semer haine et destruction afin de régner sur la galaxie[8]

Alors que l’on pensait une période de calme atteinte, avec l’ordre Jedi en garant de la paix à travers la galaxie, la découverte d’un apprenti Sith sur Naboo en 32 av. BY a conduit le chevalier Jedi Obi Wan Kenobi à prendre le jeune Anakin Skywalker, possédant une affinité à la Force encore jamais vue, sous son aile. Débute alors une guerre opposant la République Galactique, pouvoir en place dirigé par le Chancelier Suprême Palpatine, à la Confédération des systèmes indépendants et leur armée de droïdes[8]. Au terme de cette guerre, il est révélé que Palpatine est un seigneur Sith, qui convainc ainsi Anakin de le rejoindre, avant de l’envoyer en mission, abattre le conseil séparatiste caché sur Mustafar[8],[a 3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation spatiale[modifier | modifier le code]

Galaxie de l'univers Star Wars, incluant Mustafar.

Orbitant autour de l'étoile Priate, Mustafar est la troisième des cinq planètes du système homonyme, proche de la route hyperspatiale de Tosste[5], dans le secteur Atravis[9]. Plus généralement, elle est comprise dans le grand secteur de Seswenna, regroupement de secteurs incluant celui de Seswenna et ceux des environs, dont celui d'Atravis. Cette région spatiale est issue d'une découpe militaire de la galaxie faite par la République Galactique, chaque secteur étant associé à une armée de secteur clone. L'armée de secteur dont dépend Mustafar est ainsi la 18e armée clone de la République, aussi appelée « Marteau de Nuit », et dépendant du commandant Tarkin[10].

Topographie[modifier | modifier le code]

C'est une planète jeune, en démontrent les éruptions volcaniques constantes et les déluges de flammes réguliers, liées aux forces attractives des deux géantes de gaz voisines Jestefad et Lefrani[11]. Cette instabilité magmatique conduit à la formation des montagnes d'obsidiennes irrégulières[12], et a conduit à la présence de nombreux minéraux sous la surface de Mustafar, la rendant éligible à l'exploitation minière. Ces cristaux ont pour conséquence de rendre la lave de Mustafar plus froide qu'ailleurs, à « seulement » 800 °C[11]. Cette planète possède également une forte affinité au côté obscur[13], notamment dans les grottes et caves naturelles souterraines, où le côté obscur imprègne les lieux d'une rare intensité et concentration[14]. Les cieux de Mustafar sont également remplis de cendres[15].

Formes de vie[modifier | modifier le code]

Malgré le fait que Mustafar soit inhospitalière, des formes de vie apparaissent néanmoins, qu'elles soient intelligentes ou non. Des puces de laves, résistantes au magma, et servant ainsi de montures aux ouvriers minant les ressources de la planète, et les Mustafariens, servant principalement d'ouvriers dans la récolte des cristaux. Les Mustafariens sont divisés en deux espèces. Ceux du Sud, plus petits et trapus (environ 1 mètre et 50 centimètres), effectuent toutes les tâches physiques, tandis que les Mustafariens du Nord, grands et élancés (jusqu'à 2 mètres et 30 centimètres) servent de milice[16]. Les deux espèces sont de types insectoïdes[17] possédant un exosquelette se présentant sous forme de plaques sur leurs peaux afin de leur permettre de résister à la chaleur (et par extension à plusieurs armes à base de chaleur, comme les blasters). Les Mustafariens du Nord, plus fragiles, ont souvent leurs membres améliorés par des prothèses, afin de leur conférer plus de force[17]. Les Mustafariens du Sud, quant à eux, s'occupent de toute la main d'œuvre sur la planète. Plus forts et pouvant résister à des plus hautes températures que leurs cousins génétiques, ils portent très souvent des masques et des respirateurs afin de se protéger de la chaleur intense[18] et d'assainir une atmosphère difficilement respirable[19]. Les Mustafariens sont des espèces très ingénieuses, profitant des ressources limitées de leur planète afin de créer eux-mêmes les produits nécessaires à l'exploitation de leur monde natal[18]. Les Mustafariens sont considérés comme une espèce très égoïste, n'ayant quasiment aucun intérêt pour des membres d'autres espèces[17].

Afin de favoriser leurs activités minières, les Mustafariens chevauchent les puces de lave dociles de la planète à travers les rivières de lave[20]. Ces arthropodes de grande taille sont en effet capable d'effectuer des bonds de plus de 30 m, traversant des fleuves de magma sans problème. Tout comme les Mustafariens, elles vivent sous terre, commençant leur vie sous forme de larve. Elles se nourrissent principalement de roches, leurs enzymes acides extrayant les nutriments des minéraux. Plus tard, leurs trompes renforcées leur permettront d'absorber directement les nutriments depuis la lave. Les plus vieilles puces de lave possèdent une carapace extrêmement solide et résistante à la chaleur, ce qui pousse les Mustafariens à l'utiliser en armure[21]. Même après l'arrivée du Techno-Syndicat et de technologies plus avancées, les Mustafariens favorisèrent toujours le déplacement à dos de puces de lave[22], l'un des rites de passage des jeunes Mustafariens étant qu'ils franchissent une cascade de lave à dos de puce sans porter de protections[23].

Habitations et technologie[modifier | modifier le code]

La capitale de Mustafar, Fralideja[16], est la dernière installation mustafarienne encore existante, la population locale étant presque anéantie suite à une éruption cataclysmique survenue il y a plusieurs siècles[23]. Les zones habitables de Mustafar se composent de plusieurs tours, situées sur les bords des fleuves de magma[a 3]. De nombreuses galeries souterraines sont également présentes et s'inspirent de la forme de champignons que l'on trouve dans des cavernes de Mustafar[16], souvent des mines vides ne produisant plus de minerais[18]. À cause des constants flots de lave, des températures extrêmes et de l'instabilité sismique, tous les bâtiments sont maintenus grâce à des soutiens gravitationnels, ainsi que par des boucliers d'énergie[24]. Les membres du Techno-Syndicat dirigeant la mine sont logés dans un dôme aménagé surplombant la rivière de lave, possédant une petite piste d’atterrissage[23]. Les dirigeants de la Confédération des Systèmes Indépendants ont également dissimulé une usine de construction de droïdes de combat sur Mustafar, dans les montagnes[25].

Afin d'améliorer leurs activités minières, les Mustafariens étaient aidés dans leur collecte de minerais par des droïdes spécialement conçus par Kalibac Industries, une filière du Techno-Syndicat. Originellement conçus en tant que droïdes bibliothécaires, quelques modifications et l'ajout d'un alliage résistant à la chaleur les transformèrent en droïdes de récolte de cristaux. Lévitant au-dessus de la lave, ils utilisent leurs scanners afin de détecter les minéraux dans la lave et utilisent après coup un faible rayon tracteur afin de récupérer les métaux recherchés. Même si des pertes nombreuses sont à déplorer, leur faible coût et le grand rendement qu'ils produisent déclenchèrent la production en masse de ces droïdes afin d'exploiter les ressources naturelles de Mustafar[26]. Il existe même un bar sur Mustafar, où les miniers se désaltèrent, son principal avantage résidant dans le fait qu'il est le seul bar de la planète[a 4].

Univers officiel[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Univers officiel de Star Wars.

Avant la guerre des clones[modifier | modifier le code]

Mustafar fut pendant de nombreuses années une planète contrôlée par le Techno-Syndicat, qui l'utilisait afin d'en exploiter les ressources naturelles[a 2], comme les métaux précieux, contenus dans les fleuves continus de roche en fusion[a 3]. Pendant trois siècles, d'énormes centres de récoltes de minerais ont été mis en place, employant des Mustafariens afin de récupérer les ressources convoitées[26].

Guerre des clones[modifier | modifier le code]

Durant la guerre des clones, le Techno-Syndicat ayant rejoint la Confédération des systèmes indépendants, Mustafar devint une planète alliée de la cause séparatiste[a 2]. Bien que n'étant pas lieu de batailles opposant deux armées, elle fut le lieu d'escarmouches entre Anakin Skywalker et sa Padawan Ashoka Tano, qui libérèrent des enfants sensibles à la Force kidnappés par Cad Bane[24] sur les ordres de Dark Sidious[5]. Durant cette période, l'empire criminel du « Soleil Noir » établit son quartier général sur Mustafar[a 2], avant d'en être chassé par Savage Oppress.

Lorsque le Jedi Quinlan Vos fut chargé de l'élimination du comte Dooku, il croisa durant sa mission Asajj Ventress, qui avait alors abandonné les séparatistes. Afin de gagner sa confiance et tenter de la convaincre de le rejoindre dans sa tentative d'assassinat du comte, il se joint à elle. Une de leurs missions les conduisit sur Mustafar, où ils durent libérer des enfants pris en otage par le Soleil Noir. Après le succès de cette mission, Ventress et Vos quittèrent Mustafar afin de tenter d'éliminer le comte[a 4].

À la fin de la guerre des clones, le général Grievous reçut l'ordre de la part de Dark Sidious d'escorter les membres du Conseil Séparatiste comme Nute Gunray, Tikkes, Shu Mai ou Poggle le Bref en sécurité sur la planète Mustafar, afin de superviser les opérations depuis un bunker sécurisé[27]. Mustafar appartient en effet au Techno-Syndicat dirigé par Wat Tambor, membre de la Confédération des systèmes indépendants. Une fois l'ordre 66 exécuté et les Jedi morts, ils reçurent l'ordre de désactiver leurs armées de droïdes et ainsi de mettre fin à la guerre[a 3]. Dark Sidious les prévint ainsi de l'arrivée de Dark Vador, son nouvel apprenti, venu leur apporter leur récompense. Ils furent finalement tous exécutés par ce dernier, ayant reçu pour ordre de Dark Sidious d'éliminer ces potentiels rivaux pour la domination galactique[28].

Duel entre Dark Vador et Obi Wan Kenobi[modifier | modifier le code]

Statue de cire représentant Hayden Christensen, interprète d'Anakin Skywalker, mis en situation sur Mustafar dans son duel contre Obi-Wan Kenobi.

Après l'exécution des membres du Conseil Séparatiste, Padmé Amidala, la femme d'Anakin Skywalker, arriva sur Mustafar, inquiète pour son époux et refusant de croire qu'il s'est tourné vers le côté obscur[29]. Néanmoins, Obi Wan Kenobi, arrivé en même temps que Padmé, se fit remarquer par Dark Vador. Dark Vador s'auto-persuade ainsi que sa femme et son maître ont complotés contre lui, l'amour qu'il avait pour eux se muant en haine. Les accusant de trahison, il étrangle sa femme grâce à la Force et se jette sur Obi Wan[30].

Maître et élève s'affrontent ainsi dans un duel à mort à travers la planète[31]. Le combat qui oppose les deux combattants se poursuit alors au-dessus des fleuves de lave, à travers les installations d’extraction de lave, la salle de commande du conseil séparatiste. À mesure que le combat progresse, Obi Wan prend le dessus en se détachant de l'affection qu"il avait pour l'ancien Anakin, ce dernier ayant été remplacé par Dark Vador[31]. Leur duel les conduit sur un bras collecteur de minerais et ils semblent coincés, avant que Vador ne saute sur un droïde collecteur[32]. Obi Wan a ainsi l'avantage et supplie Anakin de revenir à la raison, de ne pas l'attaquer, sans succès. Se devant de parer le coup, Kenobi tranche les membres de Vador[32]. Ainsi vaincu par Obi Wan et privé de ses jambes et de son bras encore intact, Vador brûle dans la lave, consumé par les flammes et dévoré par la haine[31], ses derniers mots à Kenobi étant : « Je te hais ! »[32]. Loin de désavouer son engagement au côté obscur, il reste persuadé d'être supérieur aux Jedi et d'avoir bien agi.

Incapable d'achever son ancien élève de sang-froid et ressentant une profonde tristesse, Obi Wan s'enfuit en prenant le sabre laser d'Anakin et rejoint Padmé, mourante[33]. Palpatine, après avoir ressenti une perturbation dans le côté obscur de la Force, le secourt et le maintien en vie grâce aux installations spécialisées dans sa navette personnelle[34].

Ère impériale[modifier | modifier le code]

Immédiatement après les événements de La Revanche des Sith, Dark Vador chassa un chevalier Jedi survivant de l'ordre 66, afin d'obtenir son sabre laser. Une fois ce Jedi vaincu, Vador dut retourner sur Mustafar, afin de pouvoir construire son propre sabre laser de Sith[35]. Pour ce faire, il doit s'offrir pleinement au côté obscur et se dirige ainsi vers l'une des caves de Mustafar. La volonté de Dark Vador lui permit de ressortir de cette méditation plus dévoué au côté obscur que jamais et il obtint ainsi son sabre laser rouge, typique des Sith[a 5].

Peu de temps après, Dark Vador choisit d'installer son château au-dessus de la grotte où il créa son sabre laser[14] et y fit des méditations régulières. Durant la période impériale, Mustafar servit de centre pénitencier, les Jedi survivants furent emmenés sur cette planète pour être torturés par Dark Vador en personne[a 2].

Kanan Jarrus, Jedi ayant survécu à l'ordre 66, après avoir été capturé par les Inquisiteurs Sith, fut torturé par ces derniers dans la prison de Mustafar. Ses coéquipiers et son padawan Ezra Bridger le rejoignent alors pour le délivrer, mais furent pris en embuscade par l'Inquisiteur. Après avoir mis les deux Jedi en difficulté et blessé Ezra, l'Inquisiteur est mis en difficulté par Kanan et finit par se suicider, « certaines punitions étant pires que la mort ». L'équipe de Kanan fuit alors Mustafar[36].

Très peu de temps avant la bataille de Yavin, Dark Vador fut dérangé en pleine séance de méditation dans son château sur Mustafar par le concepteur de l'Étoile Noire Orson Krennic, ce dernier souhaitant obtenir une audience avec l'empereur Palpatine. Après une brève discussion entre les deux hommes à propos de l'Étoile Noire, Dark Vador étrangla Krennic par la Force, le mettant en garde face à ses ambitions[a 6].

Univers Légendes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Univers Légendes de Star Wars.

À la suite du rachat de la société Lucasfilm par The Walt Disney Company, tous les éléments racontés dans les produits dérivés datant d'avant le 26 avril 2014 ont été déclarés comme étant en dehors du canon et ont alors été regroupés sous l’appellation « Star Wars Légendes »[37].

Avant la guerre des clones[modifier | modifier le code]

En 5300 av. B.Y., la planète Mustafar possédait une surface verte et vivante. L'Ordre Jedi y établit alors un centre d'entraînement. Une attaque Sith en 3996 av. B.Y. déstabilise l'orbite de Lefrani, la planète voisine, coinçant ainsi Mustafar entre l'orbite de cette dernière et celui de Jestafad, pris en tenaille. Les tensions gravitationnelles sont ainsi énormes et agitent le noyau en fusion de la planète, l'inondant de lave[5].

Période impériale[modifier | modifier le code]

Durant cette période, une rébellion séparatiste éclata. Malgré la dissolution de la Confédération des Systèmes indépendants, un géonosien, Gizor Dellso, second de Poggle le Bref ayant survécu à la purge séparatiste et s'étant construit une petite armée de droïdes de combats[18], défie l'autorité impériale[a 7]. La 501e Légion, élite de l'armée impériale, fut envoyée sur la planète afin de régler ce problème[18], détruisant ainsi la forteresse de Dellso et son usine.

Peu de temps avant la bataille de Yavin, Rianna Saren, une Twi'lek travaillant pour l'Alliance Rebelle se rend sur Mustafar afin de mettre fin à un trafic de drogue. Après avoir infiltré l'usine et libérer des esclaves Wookiees, elle désactive les foreuses et fait exploser l'usine, avant d'évacuer la planète[a 8].

Post bataille d'Endor[modifier | modifier le code]

Après la bataille d'Endor, Mustafar fut le théâtre d'une autre bataille fratricide, celle opposant les deux frères clones sensibles à la Force, X1 et X2. X1 ayant été séduit par le côté obscur, il capture Luke Skywalker et l'emmène sur Mustafar. X2, resté du côté lumineux, affronte ainsi son frère et triomphe, libérant ainsi Luke Skywalker et rejoignant la Nouvelle République[a 9].

Concept et création[modifier | modifier le code]

Conception[modifier | modifier le code]

Eruption du Mont Etna en 2002, utilisée pour des images de fond de Star Wars Épisode III : La Revanche des Sith.

Georges Lucas a conçu Mustafar pour être une représentation de l'enfer, symbolisant la descente aux enfers d'Anakin Skywalker, ayant rejoint le côté obscur[38], représentant ainsi de manière manichéenne un duel du bien contre le mal.

L'idée d'une planète de lave est présente dans l'esprit de George Lucas depuis 1977, des images conceptuelles de Ralph McQuarrie montrant une planète de lave étant le lieu du château de Dark Vador, accroissant ainsi la symbolique faisant de Mustafar une représentation de l'enfer dans Star Wars[39], ou un autre où Luke Skywalker est amené devant l'Empereur par Dark Vador dans une cave souterraine, sous un lac de lave[35]. Cette idée fut réutilisée en 2016, dans le film Rogue One : A Star Wars Story, qui fit de Mustafar le lieu de la forteresse du Jedi déchu[14].

Pour l'épisode III, un design très industriel a été ajouté à ces idées de base, bien que Georges Lucas ait souhaité mettre également en avant le côté sauvage de Mustafar, précisant que « c'est la nature qui règne en maîtresse, et non les architectes »[40]. Ses consignes données aux concepteurs des maquettes étaient : « c'est un environnement très dur, rigoureux, dangereux, un lieu déchiré et inhabitable, fait de roches noires et de lave bouillonnante qui s'écoule en cascade et qui semble vouloir vous engloutir »[41].

Les Mustafariens furent conçus comme étant les habitants d'une planète infernale, une présence menaçante dans les décors de Mustafar. Derek Thompson et Sang Jun Lee, les artistes ayant ébauché les premiers concepts des Mustafariens, qui ressemblaient alors fortement aux Utapauns (habitants de la planète Utapau), mais, à la demande de Georges Lucas, les designs furent changés, les Mustafariens devenant ainsi des bipèdes insectoïdes grêles à trompes[42].

Pour Rogue One, le château de Dark Vador fut conçu en forme de fourche, canalisant ainsi le pouvoir du côté obscur de la même manière que les tours de Jedha canalisent le pouvoir du côté lumineux de la Force[14]. S'inspirant eux aussi des designs de McQuarrie[43], Doug Chiang, l'un des designers de Rogue One, créa également des niveaux inférieurs, où se trouvent des caves naturelles utilisées pour la méditation[44]. Le design du château de Dark Vador s'est également fait en parallèle afin de mettre en évidence leur opposition[45]. Ce château, bien que « cauchemardesque » (tel que décrit dans les carnets de George Lucas), devait également être le seul endroit ou Dark Vador se sente bien, bien qu'au cœur d'un lieu inhospitalier[46].

Tournage[modifier | modifier le code]

Roche volcanique du Parc national de Grand Teton, dont les reliefs ont été utilisés pour les montagnes de Mustafar.

Afin de créer les effets de lave de la planète Mustafar pour Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith, une vraie éruption volcanique fut filmée au mont Etna, en Sicile, afin de servir de fond pour le duel opposant Dark Vador à Obi Wan Kenobi[47]. Ces effets auraient pu être obtenus par effets spéciaux, mais l'Etna étant en éruption durant le tournage du film, il fut plus économique et plus réaliste d'envoyer une équipe sur place pour obtenir ces images. En effet, une équipe dirigée par Ron Fricke se rend en Sicile pour filmer l'éruption de l'Etna ayant duré d'octobre 2012 à janvier 2013[41], afin de fournir de nombreuses images destinées à Mustafar[7].

Afin de donner du relief et du détail aux textures de Mustafar, Erik Tiemens utilisa également de nombreuses photos de volcans et de crêtes de montagne, comme la chaîne des Grand Tetons, pour donner à Mustafar un aspect agressif et torturé[48].

Reliefs du Parc national de Grand Teton, incrustés dans les reliefs de Mustafar afin de les rendre plus réalistes.

Les paysages de Mustafar ont également été réalisés à partir de modèles réduits, auxquels furent ultérieurement rajoutés des effets numériques[48], sous la supervision de Brian Gernand (le responsable des maquettes d'ILM sur les épisodes II et III)[41]. La plus grande des maquettes, surnommée « décor du grand fleuve », est une étendue de paysages noirs où confluent plusieurs rivières de laves. D'une taille de 6 mètres de largeur et 11 mètres de longueur, elle est construite à l'échelle 1/134e[48], qui supportera le complexe industriel dans le produit final. Dans les maquettes, la lave est principalement constituée de cellulose de méthyle (généralement utilisé comme épaississant dans la nourriture, les médicaments et les produits de beauté), complètement organique. Plus de 30 000 litres de ce mélange ont été utilisés au total pour simuler les fleuves de lave de Mustafar[41]. Le décor étant incliné de 10°, la « lave » coule ainsi naturellement, avant de retomber dans un récipient permettant ensuite sa réutilisation[48]. Les roches en fusion flottantes dans la lave sont en fait des morceaux broyés d'éléments décolorant le méthyle, ou de pigments noirs, et même des bouchons de liège[41]. Un système d'éclairage placé sous la maquette donnait également du réalisme au fleuve de magma, son lit étant constitué d'une résine spéciale (lexan) translucide d'une profondeur de 2 mètres et 50 centimètres. C'est en jouant avec différentes ampoules, la viscosité et la couleur du méthyle qu'ils ont pu obtenir cette teinte réaliste de la lave[48], de couleur plutôt claire, afin de mettre en avant la chaleur intense qui s'en dégage[41]. Les montagnes mustafariennes sont sculptées dans une mousse d'uréthane très dense. De la fausse boue (de la poudre rajoutée à de l'eau) fut ajoutée pour accentuer le réalisme à la scène. Beaucoup de matériaux réels, comme de la pierre, du charbon ou du bois furent rajoutés pour accentuer le réalisme[48]. De la fumée réelle, ainsi que des projecteurs ont été ajoutés par souci de réalisme, rendant le tournage difficile à cause de la chaleur ambiante[41].

Hayden Christensen et Ewan McGregor ont dû tourner leurs scènes de combats eux-mêmes sur Mustafar, apprenant leurs mouvements par cœur, aidés du chorégraphe Nick Gillard. Le déroulement du combat a été chorégraphié de manière à ce qu'aucun des deux personnages n'ait l'air plus faible qu'un autre, même si l'on observe Obi Wan prendre lentement le dessus tout au long du combat[49]. Souhaitant à tout prix faire le duel lui-même, Christensen a également dû subir des séances d'escrimes et d'haltérophilie, pour tenir le rythme, s'étoffant ainsi de 11 kilogrammes pour ce combat[50].

Hayden Christensen a dû également mettre maquillage et prothèses (conçus par Dave Asley[51]) afin de simuler son séjour dans la lave, où il prit même feu[49]. Ses prothèses lui couvraient le visage ainsi que tout le haut du corps, tout en portant collants et manches bleues pour permettre aux compositeurs numériques d'effacer ses membres tranchés[32].

Incrustation[modifier | modifier le code]

Comme pour de nombreuses planètes de La Revanche des Sith, l'arrière-plan de Mustafar est constitué d'un mélange d'images réelles et d'images de synthèses, ou « peintures numériques », en référence au matte painting. C'est la société ILM qui s'est chargé des effets spéciaux de l'épisode III. Pour la planète Mustafar, c'est Yanick Dusseault, ainsi qu'Erik Tiemens et Aaron McBride qui se chargèrent des peintures numériques, résultant ainsi des fonds rouges et orangés derrière les brumes de chaleur[52]. Par ordinateur ont été rajoutées des cendres et des distorsions de chaleur aux peintures numériques et aux véritables images de l'Etna[48].

Les maquettes étaient en effet scannées par laser afin de numériser tous les éléments géométriques, couplant ainsi l'aspect organique et réaliste de la construction en modèle réduit, ainsi que la souplesse et l'étendue des possibles d'un environnement en synthèse[48].

Le complexe en équilibre au-dessus d'une cascade de lave a été réalisé par un mélange d'animatique et d'images de synthèses[53], son emplacement étant clairement indiqué sur les modèles réduits[48].

Adaptations[modifier | modifier le code]

En plus de ses apparitions officielles dans les romans, novélisations, films et séries télés, Mustafar apparaît dans d'autres produits dérivés de l'univers Star Wars.

Jeux vidéos[modifier | modifier le code]

Logo du jeu Star Wars : Le Pouvoir de la Force 2, où Mustafar est un terrain où peuvent s'affronter les joueurs.

La planète Mustafar fut ajoutée au MMORPG Star Wars Galaxies sous forme de planète explorable dans le troisième pack d'expansion du jeu, Trials of Obi Wan, sorti en 2005 pour la sortie de l'épisode III[54].

Le jeu vidéo Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith propose une fin alternative à celle proposée dans l'univers officiel. En effet, lors du dernier niveau du jeu mettant en scène le fameux duel entre Dark Vador et Obi-Wan Kenobi sur Mustafar, le joueur a la possibilité d'incarner le Seigneur Noir des Sith. En cas de victoire contre son adversaire, il tue ainsi ce dernier, avant de rentrer sur Coruscant, et de tuer Palpatine afin de s'autoproclamer maître de la galaxie[55].

Mustafar apparaît également comme terrain de duel pour le mode de jeu multijoueur de Star Wars: The Clone Wars - Duels au sabre laser[56] ou de Star Wars : Le Pouvoir de la Force 2[57], bien que n'apparaissant pas dans le mode histoire.

Mustafar est également un niveau jouable dans les nombreux jeux vidéos Lego tels que Lego Star Wars : La Saga complète, où le duel entre Obi Wan et Dark Vador est disponible pour le joueur.

Figurines[modifier | modifier le code]

De nombreuses figurines représentent des personnages ayant un lien avec la planète volcanique de Mustafar. En 2005, la société Hasbro commercialise des figurines à l'effigie de Mustafarien du Nord, sous le nom de « Mustafarian Sentry »[58], une figurine d'Obi Wan lors de son duel[59], une figurine similaire représentant Anakin Skywalker[60]. Pour les trente ans de la franchise, Hasbro sortit également une figurine représentant le droïde récolteur de Mustafar[61], ainsi qu'un Mustafarien du Sud[62].

Des packs de Legos de la collections Lego Star Wars mettent également en scène des événements ayant lieu sur Mustafar. La première boîte est sortie en 2005, sous le numéro 7257 « Ultimate Lightsaber Duel »[Note 3], représentant le duel entre Dark Vador et Anakin Skywalker[63], tandis que la deuxième boîte, sortie en 2012 sous le numéro 9494 « Anakin's Jedi Interceptor »[Note 4] représente le chasseur d'Anakin arrivant sur la planète Mustafar[64]. De plus, dans le cadre d'un événement dans les parcs à thème Legoland, une représentation réduite de la surface de la planète Mustafar fut intégralement réalisée en Lego[65].

Parcs d'attractions[modifier | modifier le code]

Une nouvelle attraction basée sur l'univers de Star Wars, Secrets of the Empire, en réalité virtuelle, est en développement pour être mise en place dans les Parcs Disney de Floride et de Californie. Elle consistera en une mission d'infiltration rebelle sur la planète Mustafar, guidé par K2SO, droïde présent dans Rogue One. Le public, équipé d'un casque de réalité virtuelle et d'une veste recouverte de capteurs, infiltrera un complexe impérial déguisé en stormtrooper, rythmé par de l'action et des rencontres[66]. Le bâtiment sera intégralement reconstitué, sa structure interne étant reproduite au sein de l'univers virtuel affiché dans le casque, un mur pouvant devenir une fenêtre donnant sur l'espace[67].

Cette attraction est le fruit d'une collaboration entre ILMxLAB et The Void[68].

Réception et symbolique[modifier | modifier le code]

Selon un expert du planétarium de Californie, il n'est que très peu probable que l'on trouve de l'oxygène sur cette planète, en raison de la combustion[69].

Une étude de Forbes a également chercher à savoir s'il était possible pour Dark Vador d'avoir élu résidence sur un monde aussi hostile, en la comparant à d'autres corps célestes, en arrivant à la conclusion qu'il serait en effet possible pour Dark Vador d'habiter ici, à condition que le château soit situé du côté "nuit" de la planète[70].

Selon le magazine Le Point, Mustafar doit être considérée comme la Géhenne des étoiles, ses roches noires et ses rivières en fusion rappelant le Styx et les Enfers. George Lucas voulait en effet représenter Dark Vador, le « diable noir », chez lui, dans un monde souterrain empli de feu[71]. L'ouverture de cette attraction est prévue pour le 16 décembre à Orlando pour une durée de 12 semaines[72] et pour le 5 janvier 2018 dans le parc de Californie[73].

Postérité[modifier | modifier le code]

Kepler-78 b, exoplanète présentant des caractéristiques communes avec Mustafar.

55 Cancri e est une exoplanète distante de la Terre de 40 années lumières, découverte en 2004, est comparée à Mustafar par les scientifiques, en raison des caractéristiques similaires entre cette « Super Terre » et la planète Mustafar et des dates concomitantes de découvertes de ces planètes[74]. Cette exoplanète est recouverte de lave et la température moyenne est en effet d'environ 2 500 °C[75]. De plus, elle est située si proche de son soleil, qu'une révolution ne dure que 18 heures[76]. Étant une exoplanète rocheuse, elle se démarque des exoplanètes de son système, majoritairement constitué de géantes gazeuses[76].

Kepler-78b est une exoplanète également et, comme Mustafar, une planète de lave. Bien que légèrement plus grande que la Terre, elle est presque deux fois plus lourde, indiquant une composition probable de roches et de fer[77], ce qui la rend, à l'instar de Mustafar[78], compatible à l'exploitation minière en théorie, si l'on omet les températures extrêmes et une gravité plus élevée que sur Terre[77].

Kepler-10b présente des caractéristiques similaires à Kepler-78b, à l'exception qu'elle présente des silicates et des températures encore plus élevées[78].

Io, une des lunes de Jupiter, présente une situation spatiale similaire à celle de Mustafar, prise entre les gravités de Jupiter et d'Europe, une autre lune de Jupiter, ce qui a ainsi pour effet sur Io une activité volcanique extrêmement élevée, dont les coulées de lave provenant des éruptions volcaniques peuvent atteindre jusqu'à 300 kilomètres de hauteur[79].

Notes et Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Originellement Mustafa, pouvant se traduire ironiquement par élu, ou choisi, en arabe.
  2. Le point de référence (point zéro de la chronologie Star Wars) est la bataille de Yavin, se déroulant dans l'épisode IV de la saga. Pour exemple, ce duel se déroule ici dix neuf ans avant cette bataille.
  3. « Duel Final de Sabre-Laser » en français.
  4. « Intercepteur Jedi d'Anakin » en français.

Références[modifier | modifier le code]

  • Sources primaires
  1. (en) « Star Wars Planets Roster », sur Star Wars (consulté le 14 octobre 2017)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) « Mustafar », sur Star Wars (consulté le 14 octobre 2017)
  3. a, b, c et d Stover 2005
  4. a et b Golden 2017
  5. Soule 2017
  6. Freed 2017
  7. Star Wars: Battlefront II, FPS édité par LucasArts en 2005
  8. Star Wars: Lethal Alliance, FPS édité par LucasArts en 2006
  9. Star Wars Battlefront: Elite Squadron, jeu vidéo édité par LucasArts en 2009
  • Sources secondaires
  1. a et b Windham 2015
  2. a, b, c et d Beecroft et al. 2006, p. 13
  3. Thompson et al. 2009
  4. a et b (en) « Star Wars Galaxies Planet Tour », sur Star Wars Galaxies (consulté le 24 octobre 2017)
  5. a, b, c et d Fry et Wallace 2009
  6. Lucciardi 2017, p. 180
  7. a et b Labrousse et Schall 2015, p. 186
  8. a, b et c « Le Guide Officiel du film La Revanche des Sith », Lucasfilm Magazine, Courleciel, vol. Hors série n°3,‎
  9. Windham et al. 2015
  10. Fry et Urquhart 2012
  11. a et b Beecroft et al. 2006, p. 115
  12. Labrousse et Schall 2015, p. 335
  13. (en) Tom Bacon, « Exploring The Secrets Of Darth Vader's Fortress On Mustafar In 'Rogue One' », sur Movie Pilot, (consulté le 26 octobre 2017)
  14. a, b, c et d Kushins 2016
  15. Luceno 2005, p. 7
  16. a, b et c Bray et al. 2015, p. 162
  17. a, b et c Lewis et Keier 2006, p. 112
  18. a, b, c, d et e Lewis et Keier 2006, p. 113
  19. Raphaël Nouet, « Les 10 planètes les plus cools de Star Wars », Ciné Saga « Hors Série », no 21 « Star Wars "Les derniers Jedis", tout savoir sur l'épisode VIII »,‎ 4ème trimestre 2017, p. 73
  20. Barr, Horton et Bray 2017
  21. Lewis et Keier 2006, p. 201
  22. Daniel Wallace, « Tapies dans l'ombre... Les créatures de l'épisode III : La puce de lave de Mustafar », Lucasfilm Magazine, Paris, Courleciel, no 56 « Star Wars en série télé : tout sur les nouveaux projets. »,‎ novembre / décembre 2005, p. 45
  23. a, b et c Beecroft et al. 2006, p. 118
  24. a et b Collectif 2017
  25. Beecroft et al. 2006, p. 119
  26. a et b Wallace 2006, p. 169
  27. Luceno 2005, p. 56
  28. Wallace 2017
  29. Luceno 2005, p. 31
  30. Luceno 2005, p. 9
  31. a, b et c Windham 2006
  32. a, b, c et d Sansweet et Hidalgo 2006
  33. Elisabeth Campos, « Obi Wan Kenobi, le chevalier modèle », L'Écran fantastique « Hors Série », no 25 « Saga Star Wars »,‎ , p. 16
  34. Saxton 2005, p. 29
  35. a et b (en) Tom Bacon, « Star Wars Returns To Mustafar — Why Is This World So Important To Darth Vader And The Dark Side? », sur Movie PIlots, (consulté le 25 octobre 2017)
  36. (en) « Star Wars: Rebels (2014– ) Fire Across the Galaxy », sur IMDb (consulté le 3 novembre 2017)
  37. « Lucasfim annonce la mort de l'univers étendu Star Wars », sur Les toiles héroïques, (consulté le 24 octobre 2017)
  38. (en) Lesley Stahl, « 'Star Wars' Goes To Hell [[George Lucas]] Talks About 'Dark, Emotional' Finale », sur CBS,
  39. Vervisch 2015, p. 58
  40. Feng Zhu, « Le "Art Of" de la Revanche des Sith : Mustafar 01 », Lucasfilm Magazine, Paris, Courleciel, no 55 « La moto roue du général Grievous et tous les autres véhicules d'Episode III »,‎ septembre / octobre 2005, p. 45
  41. a, b, c, d, e, f et g Frank Parisi, « L'enfer se déchaîne : Les maquettes de la revanche des sith, deuxième partie. », Lucasfilm Magazine, Paris, Courleciel, no 63 « Qui est vraiment le baron Papanoida ? »,‎ janvier / février 2007, p. 24 - 29
  42. Daniel Wallace, « Les Aliens de l'Episode III : Les Mustafariens », Lucasfilm Magazine, Paris, Courleciel, no 62 « Enquête sur la pègre galactique. »,‎ novembre /décembre 2006, p. 50
  43. (en) Susana Polo, « Rogue One’s Darth Vader is the most melodramatic we’ve seen yet », sur Polygon, (consulté le 27 octobre 2017)
  44. (en) Daniel Rickwulf, « Rogue One : Designing Vader's Mustafar Castle », sur Screen Rant, (consulté le 27 octobre 2017)
  45. « Le designer de la citadelle de Vador donne des détails sur ce lieu emblématique de Rogue One », sur Journal du geek, (consulté le 27 octobre 2017)
  46. (en) Kirsten Acuna, « The exact location of Darth Vader's secret lair is absolutely heartbreaking » [« La localisation précise du repaire secret de Dark Vador est très touchante. »], sur Business Insider, (consulté le 4 décembre 2017)
  47. Bray et al. 2015, p. 163
  48. a, b, c, d, e, f, g, h et i Pablo Hidalgo, « Les Bâtisseurs de Monde : Bienvenue à Mustafar », Lucasfilm Magazine, Paris, Courleciel, no 52 « L'ultime combat Jedi VS Sith »,‎ mars avril 2005, p. 35-37
  49. a et b Brett Rector, « Place au Seigneur Sombre ! : Après une absence de plus de 20 ans, Dark Vador est de retour. », Lucasfilm Magazine, Paris, Courleciel, no 54 « Le côté obscur d'Anakin : Interview d'Hayden Christensen »,‎ juillet août 2005, p. 19 - 25
  50. Marc Toullec, « Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith : Au coeur des ténèbres », Mad Movies Classic, Paris, Custom Publishing « Hors Série », no 28 « La Saga Star Wars : de la Guerre des Etoiles au Reveil de la Force »,‎ , p. 107 (ISSN 0338-6791)
  51. Joe Nazzaro, « Les visages du Mal », Lucasfilm Magazine, Paris, Courleciel, no 61 « Retour sur la Trilogie Originale »,‎ septembre octobre 2006, p. 12
  52. Daniel Wallace, « ILM plante le décor. », Lucasfilm Magazine, Paris, Courleciel, no 59 « Ordre 66 : le rapport des pertes. »,‎ mai juin 2006, p. 40 :

    « Yanick Dusseault s'est associé à Erik Tiemens et au directeur artistique d'ILM Aaron McBride pour réaliser les peintures numériques de l'infernale Mustafar. Le résultat est un chaudron bouillonnant de rouge et d'orange en fusion se dessinant derrière une chatoyante brume de chaleur. »

  53. « Un univers de magie pure : Anakin Skywalker contre Obi Wan Kenobi sur Mustafar », Ciné Saga, Trouville, Off Roads « Hors Série », no 20 « L'encyclopédie Spécial 40 ans de Star Wars »,‎ 3ème trimestre 2017, p. 112
  54. « Star Wars Galaxies : Trials of Obi-Wan », sur Jeuxvidéo.com (consulté le 28 octobre 2017) : « L'add-on vous propose de jeter un coup d'oeil à la planète Mustafar, théâtre du duel final de la nouvelle trilogie et source du cristal rouge permettant la création d'un sabre laser très spécial. »
  55. Hugh Sterbakov, « Sith Virtuels », Lucasfilm Magazine, Paris, Courleciel, no 65 « Il y a bien longtemps : Star Wars, le passé, le présent, le futur. »,‎ mai / juin 2007, p. 48
  56. « Star Wars The Clone Wars : Duels au Sabre Laser », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 3 novembre 2017)
  57. « Star Wars : Le Pouvoir de la Force II », sur Jeuxvidéo.com, (consulté le 3 novembre 2017)
  58. (en) « Mustafar Sentry (Spinning Energy Bolt! - Revenge Of The Sith Collection, 2005) », sur Jedi Business (consulté le 3 novembre 2017)
  59. (en) « Obi-Wan Kenobi (Duel At Mustafar - Revenge Of The Sith Collection, 2005) », sur Jedi Business (consulté le 3 novembre 2017)
  60. (en) « Darth Vader (Duel At Mustafar - Revenge Of The Sith Collection, 2005) », sur Jedi Business (consulté le 3 novembre 2017)
  61. (en) « Mustafar Panning Droid (Revenge Of The Sith - The 30th Anniversary Collection, 2008) », sur Jedi Business (consulté le 3 novembre 2017)
  62. (en) « Mustafar Lava Miner (Revenge Of The Sith - The 30th Anniversary Collection, 2007) », sur Jedi Business (consulté le 3 novembre 2017)
  63. (en) « 7257-1: Ultimate Lightsaber Duel », sur Brickset (consulté le 3 novembre 2017)
  64. (en) « 9494-1 Anakin's Jedi Interceptor », sur Brickset (consulté le 3 novembre 2017)
  65. (en) Brian Curran, « Star Wars in Legoland », sur Endor Express (consulté le 3 novembre 2017)
  66. « Secrets of the Empire : Un trailer pour la nouvelle attraction en réalité virtuelle », sur Star Wars Holonet, (consulté le 3 novembre 2017)
  67. Pierre Eric Salard, « ILMxLAB, en quête de nouveaux univers : Au delà de la réalité virtuelle. », L'Écran fantastique « Hors série », no 25 « Saga Star Wars »,‎ , p. 37
  68. Stpéhane Lavoisard, « Star Wars : Secrets of the Empire », Tout savoir : Arts et Média « Hors Série », no 1 « Star Wars, tout la saga à la loupe. »,‎ , p. 139
  69. (en) « The Worlds of Star Wars », sur National Geographic (consulté le 17 octobre 2017)
  70. (en) Robin Andrews, « Could Darth Vader's Lava World In Rogue One Really Exist? », sur Forbes, (consulté le 26 octobre 2017)
  71. Gilles Vervisch, « Star Wars : La Symbolique des planètes : Mustafar : La Géhenne des étoiles », Le Point, Paris, Le Point « Hors Série », no 2 « Aux sources de Star Wars : Les Personnages du côté obscur de la Force »,‎ , p. 19
  72. (en) « Star Wars virtual reality game puts you in a Stormtrooper's boots - and it's coming to a shopping centre soon », sur The Daily Mirror, (consulté le 4 décembre 2017)
  73. Jennifer Mertens, « Disney World dévoile sa nouvelle attraction Star Wars », sur Le Soir, (consulté le 4 décembre 2017)
  74. (en) « NEW WORLDS ATLAS Mustafar », sur NASA Exoplanet Exploration (consulté le 17 octobre 2017)
  75. « «55 Cancri e», une planète où il fait 2.500 degrés », sur 20 minutes, (consulté le 17 octobre 2017)
  76. a et b (en) Russ Swan, « The real-life Mustafar: Star Wars-style planet is covered in LAVA and orbits so close to its star that a 'year' lasts just 18 hours ! » [« L'équivalent réel de Mustafar : une planète pouvant être dans Star Wars est couverte de LAVE et est située si proche de son soleil qu'une "année" ne dure que 18 heures ! »], sur Daily Mail, (consulté le 24 octobre 2017)
  77. a et b (en) Andrew W. Howard, Roberto Sanchis-Ojeda, Debra A. Fischer et al., « A Rocky Composition for an Earth-sized Exoplanet », Nature,‎ , p. 21 (DOI 10.1038/nature12767, lire en ligne) :

    « The planet's mean density of 5.3 ± 1.8 g cm−3 is similar to the Earth's, suggesting a composition of rock and iron. »

  78. a et b (en) Pat Brennan, « 8 planets that make you think Star Wars is real », sur NASA Exoplanet Exploration (consulté le 17 octobre 2017)
  79. David Hawskett, « La science de Star Wars : la vraie Mustafar n'est peut être pas très loin. », Lucasfilm Magazine, Courleciel, no 76,‎ mars / avril 2009, p. 48 :

    « Le monde infernalement actif de Mustafar rappelle de plusieurs façons aux scientifiques quelque chose qui n'est pas si loin de nous : Io, une des quatre lunes de Jupiter. »

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Antoine Lucciardi, Star Wars Décrypté : Les secrets de la saga, Paris, City, , 272 p. (ISBN 978-2-8246-1102-0). 
  • Fabrice Labrousse et Francis Schall, Star Wars Décrypté : De George Lucas à Walt Disney, Bartillat, (1re éd. 2007), 640 p. (ISBN 978-2-84100-598-7). 
  • Gilles Vervisch, Star Wars : la philo contre-attaque : La saga décryptée, Le Passeur, , 255 p. (ISBN 978-2-36890-380-3), p. 58 :

    « "D'ailleurs, à l'origine, comme le montrent des illustrations datées de décembre 1977, le décor de la planète Mustafar devrait être le lieu où se trouvait le "château" de Dark Vador - lequel représentait ainsi une sorte de seigneur des enfers." »

     
  • (en) Ryder Windham, Journey Through Space, Tori Kosara, , 48 p. (ISBN 978-0-24118-633-6). 
  • (en) Rodney Thompson, Patrick Stutzman, J.D. Wiker, Gary Astleford et T. Rob Brown, The Clone Wars Campaign Guide, , 224 p. (ISBN 0786949996). 
  • Adam Bray, Cole Horton, Kerrie Dougherty et Michael Kogge, Star Wars, tout ce que vous devez savoir, Hachette, , 240 p. (ISBN 1465437851). 
  • Simon Beecroft, Kerrie Dougherty, James Luceno et Kristin Lund (ill. Richard Chasemore, Hans Jenssen, Kemp Remillard, Masahiko Tano), Star Wars : Les Hauts Lieux de l'Action [« Star Wars: Complete Locations »], Nathan, , 175 p. (ISBN 9782092512135). 
  • (en) Jason Fry et Daniel Wallace (ill. Ian Fullwood, Modi, Chris Reiff, Chris Trevas,), The Essential Atlas, Del Rey, , 256 p. (ISBN 978-0345477644). 
  • (en) Ryder Windham, Tricia Barr, Adam Bray et Daniel Wallace (préf. Anthony Daniels), Ultimate Star Wars, Dorling Kindersley, , 320 p. (ISBN 9781465436016). 
  • Tricia Barr, Cole Horton et Adam Bray, Encyclopédie visuelle Star Wars, Hachette, , 360 p. (ISBN 978-2016254998). 
  • Matthew Stover (trad. Dominique Haas et Denis Bouchain), Star Wars, épisode III : La Revanche des Sith [« Star Wars: Episode III – Revenge of the Sith »], Fleuve Noir, , 520 p. (ISBN 9782265069480). 
  • (en) Daniel Wallace (ill. Ian Fullwood et Steven D Anderson), Star Wars : The New Essential Guide to Droids, New York, Del Rey, , 200 p. (ISBN 9780345477590). 
  • Daniel Wallace, Star Wars : Sur le Front, le guide des grandes batailles [« Star Wars : On the Front Lines »], Hachette, , 128 p. (ISBN 9781785652141). 
  • (en) Jason Fry et Paul Urquhart (ill. Stephan Martiniere, Dave Seeley, Darren Tan, John Van Fleet, Bruno Werneck, Paul Youll, Ansel Hsiao, Ian Fullwood, Drew Baker, Modi), Star Wars, The Essential Guide to Warfare, Del Rey, , 256 p. (ISBN 9780345477620). 
  • Christie Golden (trad. Thierry Arson), Sombre Apprenti [« Dark Disciple »], Paris, Pocket, , 411 p. (ISBN 978-2266271349). 
  • (en) Josh Kushins (préf. Doug Chiang, Gareth Edwards, Neil Lamont, ill. Doug Chiang), The Art of Rogue One: A Star Wars Story, Abrams Books, , 256 p. (ISBN 1419722255) :

    « Mustafar has been envisioned as a locus of dark side power. »

     
  • Charles Soule (ill. Giuseppe Camuncoli), Star Wars: Darth Vader: Dark Lord of the Sith, vol. 1 : Imperial Machine, Marvel, , 144 p. 
  • Alexander Freed (trad. Nicolas Ancion et Axelle Demoulin), Rogue One: A Star Wars Story [« Rogue One: A Star Wars Story »], Fleuve noir, coll. « Outrefleuve », , 368 p. (ISBN 9782265117044). 
  • (en) Ann-Margaret Lewis et Helen Keier (ill. Chris Trevas et William O'Connor), Star Wars : The New Essential Guide to Alien Species, Del Rey, , 228 p. (ISBN 9780345477606). 
  • James Luceno (trad. Alain Clément), Star Wars, tout sur la Revanche des Sith, personnages, créatures et droïdes [« Star Wars : Revenge of the Sith - The Visual Dictionnary »], Nathan, , 63 p. (ISBN 9782092507490). 
  • Curtis Saxton (trad. Alain Clément, ill. Hans Jenssen et Richard Chasemore), Star Wars : La Revanche des Sith, Plans secrets des vaisseaux et engins de l'épisode III [« Star Wars : Revenge of the Sith - Incredible Cross Sections »], Nathan, , 31 p. (ISBN 9782092507506). 
  • Ryder Windham (trad. Alain Clément), Star Wars : l'encyclopédie absolue [« Star Wars : The Ultimate Visual Guide »], Nathan, , 138 p. (ISBN 9782092512142). 
  • Stephen Sansweet et Pablo Hidalgo (trad. Jacques Guiod et Maria Balkan), Star Wars : La Prélogie [« Star Wars Chronicles : The Prequels »], Flammarion, , 343 p. (ISBN 9782080116338). 
  • Collectif, Geektionnaire Star Wars: La galaxie de A à Z, Hachette, , 464 p. (ISBN 978-2011461261). 

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]