Manele

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Musique mani)
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manea et Norman Manea.
Manele
Origines stylistiques Musique roumaine, musique aroumaine, musique grecque, musique turque, musique serbe, musique arabe, musique bulgare
Origines culturelles Roumanie, tziganes fin du XVIIIe siècle
Instruments typiques Violon électrique, contrebasse, guitare basse, clarinette, accordéon, saxophone, synthétiseur, tambourin, sifflet, flûte de Pan, batterie
Popularité Élevée en Roumanie

Genres associés

čalga, turbo folk, skiladiko

Le manele (du roumain manea, fem. sg., manele, fem. pl.) est un style de musique qui s'est développé dans la communauté des Roms de Roumanie.

Il s'inspire des musiques populaires aroumaine, grecque, turque, arabe, serbe et des lăutari roumains. Au fil du temps, cette musique a pris des accents de disco, de rap, de musique house, pop ou électronique. Aujourd'hui, la popularité de la musique manele déborde largement la communauté Rom et est appréciée dans tout le pays, en particulier par les jeunes.

La musique manele s'écoute aussi en République de Moldavie. Elle existe également en Bulgarie (čalga), en Serbie (turbo folk, en Albanie et au Kosovo (Tallava), en Turquie (arabesk), en Grèce (laika).

Les musiciens qui jouent du manele sont appelés manelişti (singulier : manelist).

Histoire et controverses[modifier | modifier le code]

Les initiateurs de ce style disent qu'il est né dans la communauté rom de Roumanie et plus précisément dans les quartiers pauvres de Bucarest comme Ferentari dans le 5e arrondissement, peuplé à 80 % de Roms, avant de devenir rapidement un style apprécié par nombre de jeunes Roumains de toutes origines. La différence principale par rapport aux autres types de musique présents en Roumanie et Moldavie est que les manele s'opposent explicitement au système de valeurs de la société roumaine hérité du XIXe siècle et de la révolution de 1989, et délivrent un message revendiqué comme « réaliste de la vie » (« despre realitatea vieţii »), affirmant que l'argent, les femmes, l'écrasement des ennemis et le désir, sont des valeurs suffisantes et complètes pour « faire un homme ». Les chanteurs de manele disent avoir voulu créer une alternative aux musiques traditionnelles (y compris tsigane) en se servant des nouveaux outils à leur disposition (notamment électroniques, introuvables sous le régime communiste), pour améliorer les mélodies[1].

C'est pourquoi le manele est autant décrié qu'apprécié. On compte de nombreux admirateurs chez les jeunes des classes moyennes et pauvres des villes, mais aussi beaucoup de détracteurs chez certains intellectuels et promoteurs de la musique traditionnelle roumaine ou tsigane (qui critiquent également le « folklore discoïsant » de la télévision et pensent que les manele sont une « dégénérescence de la musique mani » mais surtout un « manifeste militant pour légitimer une société brutale, inculte et stupide »). Ces détracteurs affirment que les manele « n'ont d'autres inspirations que les rythmes préenregistrés des synthétiseurs, le disco turc moderne et l'alcool des fêtes » et qualifient cette mouvance de subcultură (sous-culture)[2]. Ces détracteurs du manele forment parfois des groupes de lăutari traditionnels pour revenir à la tradition et organisent des campagnes sous des slogans de type « refusez la connerie et la misère »[3].

Les thèmes[modifier | modifier le code]

Le manele utilise souvent les mêmes thèmes dans leurs paroles. Les thèmes qui reviennent en majorité sont :

  • Bani, « l'argent », thème plus que récurrent : les chanteurs aiment dire dans leurs chansons qu'ils en ont beaucoup et qu'ils le dépensent sans compter. Parfois ils accusent leurs ennemis de les empêcher de s'enrichir.
  • Femeile şi durerea, « les femmes et la douleur » : ils sont toujours accompagnés des plus belles femmes et ont beaucoup de succès en amour ou au contraire sont victimes de chagrins d'amour dus à l'infidélité ou à la perversité des femmes (ou des autres hommes, rivaux).
  • Duşmanii şi prietenii, « les ennemis et les amis » : la vie n'est qu'une vaste foire d'empoigne, détruire ou être détruit, voilà le lot ; l'ennemi est l'objet de haine ou de moquerie, tandis que les mérites de l'ami fidèle sont infinis.
  • Dragostea şi ura, « l'amour et la haine », sur ce point les chansons sont de véritables déclarations d'amour romantique ce qui ajoute à l'ambiguïté et au succès du style manele. Les rois du manele disent aussi être les seuls à connaître le vrai amour-passion, celui qui fait tout risquer. Mais la trahison, l'infidélité, transforment l'amour en haine tout aussi ardente, et qui ne peut être noyée que dans le sang ou l'alcool : honneur et mort, ou déshonneur et oubli.
  • Sexu' si Mafia, « le sexe et la mafia », certains chanteurs se réclament ouvertement de clans mafieux dans leurs chansons, d'autres plus modestement de clans de quartier.
Villas de style Rom, pouvant recevoir une nombreuse parentèle, dans le village de Buzescu, prospère grâce aux Rois des Manele.

Du point de vue vestimentaire, les chanteurs de manele adoptent un style particulier, mode "ultra fashion" : jeans délavé et maillot moulants, beaucoup de gel dans les cheveux, signes extérieurs de richesse (chaînes en or, dollars et euros qui dépassent des poches) inspirés à la fois de la réalité vestimentaire des Roms riches, et du style ostentatoire « bling-bling » présent dans le rap américain. Par ailleurs dans les clips où ils apparaissent, on retrouve les stéréotypes de la grosse voiture de luxe et des « plus belles filles ».

Lorsqu'ils font construire, ils élèvent de grandes villas capables d'accueillir de nombreux invités, conformément aux traditions de solidarité des Roms, et les artistes qui gagnent le plus d'argent se prêtent parfois à des actes de charité ou des concerts de charité au profit des plus démunis.

Exemples de vers[modifier | modifier le code]

  • Le thème de l'argent et des amis :
« Plutôt que d'aller en Espagne ou Italie / Je fais mieux d'aller à Constanța / J'ai là-bas plein d'amis / Et le garçon revient full » (plein d'argent).
  • Le thème de l'argent et des femmes :
« Donne mille pièces d'argent / Si tu aimes m'avoir / Je donne cent, je donne même mille / Si ce n'est pas une arnaque. »
Dai o mie de parai / Daca-ţi place să mă ai / Dau ş-o sută, dau ş-o mine / Numai ţeapă să nu fie. - N. Guta & Claudia.
  • Le thème de la douleur, des amis et des ennemis :
« Tant que l'on vit sur terre / On ne trouvera pas la paix / Des ennemis j'en ai au kilogramme / Et des amis au gramme. »
Pe pamânt tu cât trăieşti, / Linişte n-ai să găseşti, / Duşmani am cu kilogramu' / Şi prieteni cu gramu'. - C. Ioniţă.
  • Le thème de l'argent, des ennemis et de la mafia :
« Ne me provoquez pas mes ennemis / Vous savez que je suis le chef de l'argent / Si je me fâche vous savez ce que je vais faire / Je vais vous enterrer avec tout l'argent [que vous avez]. »
  • Le thème de l'amour et de la douleur :
« Dieu, prends mes jours difficiles / Pour que je puisse vivre heureux / Même si je n'aurai plus / Qu'un seul jour à vivre. »
  • Le thème de l'argent et des femmes :
« J'ai été en Italie / J'ai amené la voiture / Je drague les filles avec / Quand la lune est pleine. » Zorile din Galați - Am Fost In Italia.
  • Les thèmes politiques : certains morceaux agonissent le président Băsescu, d'autres font son éloge :
« Băsescu est joueur / mais il est proche du peuple / une seule chose compte / tous les Roumains votent pour lui. »
Băsescu e jucător, dar e aproape de popor, un singur lucru contează, toţi românii îl votează.

Les grands noms[modifier | modifier le code]

On compte des dizaines de chanteurs qui sont très prolifiques. La plupart des chanteurs ne sortent pas ou très peu d'albums car ils distribuent leur musique gratuitement par le biais de nombreux sites spécialisés sur le net. Une fois connus, ils vivent de leurs passages dans les boîtes de nuit de Bucarest ou des soirées de mariage, source traditionnelle de revenus pour les Tsiganes.

Quelques grands noms : (les chanteurs n'utilisent que des pseudonymes)

  • Florin Salam.
  • Adrian Minune (Adrien le Magnifique) appelé aussi Adi De Vito, à cause de sa ressemblance avec l'acteur.
  • Sandu Ciorba (Alex la Tchorba).
  • Carmen Serban, rare femme à avoir percé dans le style.
  • Denisa Răducu
  • Claudia
  • Nicolae Guță
  • Sorin Copilul de Aur (Sorin l'Enfant d'Or). Il a commencé à chanter à 12 ans avec Nicolae Guță, connu pour sa voix qu'il peut placer très haut.
  • Vali Vijelie (Vali la Tempête).
  • Laura Vass, connu pour ses duos avec Sorin Copilul de Aur (Sorin l'Enfant d'Or).
  • Sorinel Puștiu(Sorinel le Gamin).
  • Florin Pește (Florian le Maquereau).
  • Denisa Raducu
  • Liviu Puștiu (Liviu le Gamin).
  • Susanu, style plus pop.
  • Play AJ
  • Costi, pop aussi.
  • Viorel de la Constanța (ville de Roumanie)
  • Zorile din Galați (l'Aube de Galați).
  • Adriano Prințul Manelelor (Adrien Prince des Mani).
  • Don Genove
  • Costel Ciofu
  • Ștefan de la Bărbulești
  • Cristi Rizescu
  • Mirela
  • Victor Raicu, surnommé Le Manouche.
  • Jean de la Craiova
  • Brandy
  • Meda
  • Sinan Vîlasaliu
  • A-Tentat, groupe difficile à définir car si la musique est bien du manele, les paroles sont des parodies sarcastiques du manele, ce qui les classe parfois dans les groupes de détracteurs.

Certains chanteurs se produisent déjà dans plusieurs pays d'Europe, mais exclusivement dans des soirées qui réunissent la diaspora roumaine : en Espagne, Italie, France et aux États-Unis.

Le monde du Manele au cinéma[modifier | modifier le code]

Outre l'actuel Manele lui-même, le monde et les valeurs des « manélistes » ont aussi inspiré quatre scénaristes de cinéma (qui ont utilisé le Manele traditionnel comme illustration musicale de leurs œuvres) et une équipe de télévision :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mela Melin, Despre manea (A propos du manele), Ed. Universul Românesc, 2007
  2. Selon le groupe de lăutari traditionnels Bazar, qui a retrouvé des partitions ottomanes anciennes, « l'inspiration orientale ancienne des manele est un mythe sans fondement »[réf. nécessaire].
  3. Site dénonçant la « société brutale, inculte et stupide » : Evenimente - Distrugeri in Romania.