Music Man

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un modèle de basse StingRay, 1979

Music Man est un fabricant de guitares et basses électriques fondé par Leo Fender en 1974, neuf ans après la vente et son départ de l'entreprise Fender en 1965.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts avec Leo Fender[modifier | modifier le code]

Le projet Music Man commence dès 1971 à partir de discussions entre Forrest White, Tom Walker et Leo Fender. Le premier produit fabriqué par cette nouvelle entreprise sera un amplificateur, le Sixty Five. Leo Fender, créateur des plus célèbres instruments du rock, comme la Stratocaster, la Telecaster ou les Jazz Bass et Precision Bass dans les années 1950, ayant vendu son entreprise Fender à la firme CBS en 1965[1] pour 13 millions de dollars[2]. Une clause de non-concurrence de dix années lui était contractuellement imposée, pendant lesquelles il n'a donc créé aucun instrument de musique[2].

Au début des années 1970, deux employés cadres de Fender, Forrest White et Tom Walker quittent donc l'entreprise devenue propriété de CBS pour monter leur propre compagnie qui prend le nom de Music Man en 1974. Libéré des contraintes imposées par l'accord, Leo Fender s'associe et en est nommé président en 1975[2].

En fondant Music Man, les trois associés dont Leo Fender cherche avant tout à proposer des instruments et des amplificateurs de qualité et innovants, se démarquant des productions de son ancienne firme Fender, qui s'oriente clairement vers la production de masse et une baisse des prix. Il est très attentif aux matériaux et à l'électronique.

En 1976, Music Man dévoile la "Sting Ray I" ainsi que la "Sting Ray Bass", premiers modèles d'instruments électriques de la marque, puis en 1978 une nouvelle gamme, "la Sabre" un modèle de basse, et un modèle de guitare 6 cordes du même nom en 1979.

Après une succession de problèmes tant humains qu'industriels, Leo Fender quitte Music Man en 1979, pour fonder G&L.

Rachat par Ernie Ball[modifier | modifier le code]

En 1984 la société, au bord de la faillite, est rachetée par Ernie Ball. La gamme des instruments est restaurée et étoffée de modèles comme "la Silhouette".

De 1991 à 1995, Music Man fabrique des signatures EVH-model pour Eddie Van Halen, qui intègreront ensuite la gamme Axis. Music Man a également fabriqué des amplificateurs, utilisés par exemple par Eric Clapton, Johnny Winter ou Albert Lee.

Actuellement, Music Man produit des instruments de haut de gamme ainsi que des cordes sous la marque Ernie Ball, maison mère de la marque. Parmi les musiciens jouant sur Music Man, on peut citer les guitaristes John Petrucci, Steve Lukather, Steve Morse (dont des modèles dits « signature » sont disponibles), Dave Farrell, Patrick Haid, et les bassistes Tony Levin, John Myung, Sugar Ray, Flea, Cliff Williams, Robert Trujillo...

Les guitares[modifier | modifier le code]

À la sortie de la guitare électrique "Sting Ray I" en 1976, les avis sont unanimes pour reconnaître que le son est phénoménal. Présentant une allure générale rappelant la Fender Jazzmaster, le modèle possède deux micros Humbuckers actifs, et un chevalet fixe. Le modèle "Sabre", qui suit en 1978, bénéficie également de micros actifs, et d'un son très facilement modifiable, grâce à une électronique embarquée. Les sonorités produites semblent ne pas rencontrer le succès escompté auprès de guitaristes préférant le son des micros passifs "habituels".

Les nouvelles guitares de Léo Fender souffrent également d'un terrible manque d'image. Elles n'ont pas l'aura de ses anciennes productions, ni un accès facile au marché, déjà très concurrenciel. Dans l'impossibilité contractuelle d'utiliser le nom de Fender pour ses nouvelles guitares, sans politique publicitaire bien définie et, surtout, sans l'image qu'aurait pu lui amener l'utilisation sur scène d'un guitar hero, ces nouvelles guitares se vendent mal malgré leur excellence et un prix légèrement inférieur à celui de la Stratocaster.

Pour la "Sting Ray I", seulement 8 000 exemplaires seront construits et vendus (cela en fait aujourd'hui une guitare de collection intéressante). La "Sabre", plus ergonomique, au corps proche du dessin de la "Stratocaster", mais sans vibrato, sort en 1979 mais ne peut augmenter le chiffre des ventes.

Les guitares basses[modifier | modifier le code]

Ce sont les guitares basses qui feront la renommée de Music Man, avec, dès 1976, les modèles "Sting Ray", puis "Sabre" en 1978 et "Cutlass", comprenant un égaliseur actif avec deux ou trois bandes ; ces basses seront rejointes plus tard par des nouveaux modèles tels que la "Sting Ray" 5 cordes, la "Sterling Bass" (du nom du fils d'Ernie Ball, Sterling) et la "Bongo", popularisée par le bassiste du groupe de métal progressif Dream Theater, John Myung.

La basse "Sting Ray", qui se caractérise visuellement par le fait qu'une des quatre mécaniques (le sol) est placée en bas de la tête du manche, devient rapidement très prisée, et le symbole du son « funk » de la fin des années 1970 / début des années 1980. Le son est en effet puissant, le micro étant préamplifié, l'instrument est muni d'une pile de 9 volts nichée dans une petite trappe au dos pour le faire fonctionner.

Beaucoup de bassistes l'utilisent alors, notamment dans le jazz-rock, mais aussi dans des genres plus populaires. Bernard Edwards, le bassiste de Chic, popularise la "Sting Ray" à travers des tubes mondiaux comme Le Freak (1978) ou Good Times (1979) (repris par les Sugarhill Gang dans le fameux Rapper's Delight). Sterling Ball, l'actuel président de Music Man assista à la conception de cette basse.

La gamme[modifier | modifier le code]

Guitares[modifier | modifier le code]

  • Silhouette (configuration HSH)
  • Silhouette Special (configuration SSS)
  • Silhouette BFR Gold Roller
  • Silhouette BFR Double Neck
  • Axis
  • Axis BFR
  • Axis Super Sport
  • Axis Super Sport BFR
  • Luke II
  • Luke II BFR
  • Luke II True Gold PDN
  • LIII (en configuration HSS ou HH)
  • John Petrucci 6 cordes (dont six modèles "Limited Edition" de 2004 à 2008 (avec un accastillage plaqué or)
  • John Petrucci 7 cordes
  • John Petrucci BFR 6
  • John Petrucci BFR 7
  • John Petrucci BFR 6 Bariton
  • John Petrucci JPX 6
  • John Petrucci JPX 7
  • John Petrucci JPXI 6
  • John Petrucci JPXI 7
  • John Petrucci JPXII 6
  • John Petrucci JPXII 7
  • John Petrucci JPXIII 6
  • John Petrucci JPXIII 7
  • Albert Lee
  • Albert Lee BFR
  • Steve Morse
  • Steve Morse BFR
  • Steve Morse Y2D
  • Steve Morse Dark Lord BFR
  • Reflex
  • 25th Anniversary
  • Game Changer
  • Armada
  • Majesty 6 cordes (série John Petrucci)
  • Majesty 7 cordes (série John Petrucci)

Anciens modèles

  • StingRay I et II
  • Sabre I et II
  • Axis Sport (corps en swamp ash avec pickguard et configurations HH, HSS et SSS, puis HH sans pickguard)
  • EVH
  • Luke (premier modèle avec vibrato Floyd Rose), rééditée en 2012 lors d'une série spéciale, reprenant les mêmes caractéristiques que le modèle original

Basses[modifier | modifier le code]

  • StingRay 4 et 5 cordes
  • Sterling
  • Bongo 4, 5 et 6 cordes
  • Big-Al 4 et 5 cordes
  • Reflex 4 et 5 cordes
  • Sabre (réintroduite en 2013)
  • Silhouette (basse bariton à 6 cordes)

Évolution de la gamme[modifier | modifier le code]

La plupart des modèles se font aussi en version pour gaucher. Des éditions limitées sortent régulièrement, comme la Black Onyx, la série Dargies Delight I et II, les séries Ltd chaque année avec leur couleur unique, et les éditions anniversaires.

Une nouvelle ligne est présente depuis 2006 chez Music Man, les Ball Family Reserve (BFR). Fondée sur la gamme existante, elle se positionne comme le très haut de gamme, avec des tarifs plus chers. Les bois sont sélectionnés vers des essences plus raffinées (birds eyes, flammés).

Au NAMM de 2009 ont été présentées la « Big Al » et la « 25th anniversary » (nom provisoire) dans la gamme des basses. Ce sont les premiers modèles équipés de trois micros. Autre nouveauté, la Big Al ne sera pas équipée du légendaire pavé MM côté chevalet.

Les anciens modèles qui ne sont plus fabriqués :

  • Sabre (basse)
  • Cutlass (basse)
  • Les SUB (modèles économiques des guitares silhouette, des basses Stingray et Sterling)

Répliques[modifier | modifier le code]

Music Man a accordé une licence de fabrication à "OLP", une marque de guitare reproduisant des copies des modèles "Music Man" à moindre coût. La marque "Music Man" n'apparait donc pas sur ces instruments. Aujourd'hui, "OLP" a perdu la licence "Music Man". Ernie Ball (la maison mère) va lancer une nouvelle ligne, « Sterling by Music Man », comprenant un grand nombre de modèles de la marque.

Les Amplificateurs[modifier | modifier le code]

Une dizaines de modèles différents sont proposés à la clientèle, combos, double corps avec tête au-dessus, et d'une grande ressemblance avec les amplis "Fender". Notamment la forme et la présentation de la caisse des combos, la façade métallique de l'électronique, les boutons de réglages. La structure de l'électronique est aussi très proche...

Joueurs notables d'instruments Music Man[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]