Musée national du Tchad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Musée national du Tchad
National Museum and National Library of Chad in N'Djamena - 2014-10-01 a.jpg
Le musée, à gauche, à côté de la Bibliothèque nationale.
Collections
Genre
Localisation
Adresse
BP 638, Fort ArchambaultVoir et modifier les données sur Wikidata
N'Djamena
Flag of Chad.svg Tchad
Coordonnées

Le musée national du Tchad est situé à N'Djamena, la capitale du Tchad.

Historique[modifier | modifier le code]

Le musée national tchadien a été fondé par décret gouvernemental du 6 octobre 1962, avec pour mission « de sauvegarder les documents et les sites appartenant au patrimoine culturel tchadien, de rassembler les collections éparses, de permettre les études des spécialistes et d'éduquer le public »[1]. Initialement abrité dans des locaux provisoires, il a été transféré en novembre 1964 dans l'ancienne mairie de N'Djamena, encore connue alors sous le nom colonial de Fort-Lamy. En 2010, il a de nouveau été transféré vers les locaux modernes actuels, situés à proximité du Palais du 15 janvier, en vis-à-vis d'un immeuble identique abritant la Bibliothèque nationale.

Exposition permanente[modifier | modifier le code]

Vue frontale d'un moulage de Tchadanthropus uxoris exposé au musée national du Tchad.

Le musée réunit principalement des collections relevant des arts et traditions populaires, de l'archéologie, de l'histoire, de la paléontologie, du patrimoine islamique[2]. De nombreuses vitrines sont consacrées à la culture des Sao. Une salle consacrée à la paléoanthropologie permet d'observer des moulages des fossiles de Tchadanthropus uxoris, d'Abel (Australopithecus bahrelghazali) et de Toumaï (Sahelanthropus tchadensis).

Expositions temporaires[modifier | modifier le code]

Des expositions temporaires sont également proposées aux visiteurs, telles que Habitat traditionnel en 1990[3], Sao. Le peuple de l'argile au Tchad en 2007[4] ou Tchad, sur la piste d'un nouveau berceau de l'humanité en 2010-2011[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lebeuf 1965, p. 152.
  2. Le Tchad aujourd'hui, Éditions du Jaguar, Paris, 2010, p. 64 (ISBN 9782869504431)
  3. Habitat traditionnel : du 11 juin au 31 juillet 1990, Musée national, Tchad, 39 p. (catalogue) [1]
  4. Dominique Simon-Calafuri, Sao. Le peuple de l'argile au Tchad. Exposition archéologique, du 15 mai au 15 septembre 2007 au Musée national tchadien, 27 p. [2]
  5. Ahmad Taboye, Michel Brunet (et al.), Tchad, sur la piste d'un nouveau berceau de l'humanité : exposition paléontologique, Musée National de N'Djamena, 12 novembre 2010 au 12 février 2011, Imprimerie du Tchad, 2010, 22 p.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) et (fr) Jean-Paul Lebeuf, « Le Musée national tchadien, Fort-Lamy », in Museum International, vol. 18, no 3, janvier/décembre 1965, p. 150-154 [lire en ligne]
  • Charles Nugue, Tchad. Sauvegarde du patrimoine culturel national, UNESCO, Paris, 1985, 43 p. [lire en ligne] (rapport technique)
  • Ahmad Taboye, Michel Brunet (et al.), Tchad, sur la piste d'un nouveau berceau de l'humanité : exposition paléontologique Musée National de N'Djamena, 12 novembre 2010 au 12 février 2011, Imprimerie du Tchad, 2010, 22 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]