Musée international de la Réforme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
MiR - Musée international de la Réforme
Musee Reforme.JPG

Façade de la maison Mallet

Informations générales
Ouverture
Visiteurs par an
25 000
Site web
Collections
Collections
Réforme protestante
Nombre d'objets
400 objets originaux exposés dans 14 salles
Bâtiment
Protection
Bien culturel suisse d'importance nationale (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Commune
Adresse
4, rue du Cloître
1204 Genève
Coordonnées
Localisation sur la carte de Suisse
voir sur la carte de Suisse
Red pog.svg
Localisation sur la carte du canton de Genève
voir sur la carte du canton de Genève
Red pog.svg

Le Musée international de la Réforme (MIR) est un musée suisse situé au cœur de la vieille-ville de Genève.

Il met en scène l'histoire de la Réforme protestante, née de la protestation de l'allemand Martin Luther en 1517 et reprise par Jean Calvin à Genève en 1536, un mouvement religieux encore présent aux quatre coins du monde. Quatorze salles thématiques sont réparties dans la Maison Mallet, une maison patricienne construite en 1723 par le banquier français Mallet, réfugié à Genève, là même où se trouvait le cloître des chanoines de la cathédrale Saint-Pierre de Genève qu'il jouxtait et où les Genevois adoptèrent la Réforme le  ; des technologies muséographiques modernes côtoient le classicisme d'un appartement de 14 pièces de 400 m2.

S'appuyant sur de nombreux documents d'archives et une riche iconographie, le musée livre une chronique détaillée de l'aventure de la Réforme, de ses origines à nos jours. L'essentiel des collections est constitué de manuscrits, de gravures, de portraits et de caricatures, de bibles et de livres anciens ; le joyau du musée est la première Bible imprimée en français en 1535.

Ouvert le , le MIR a reçu en avril 2007 le Prix du musée du Conseil de l'Europe. Revendiquant une fréquentation annuelle de plus de 25 000 visiteurs, il constitue également un espace de parole libre pour comprendre la question du religieux de nos jours, sous un angle culturel. Il a entre autres vocation de stimuler le dialogue entre différentes confessions ou traditions religieuses.

Historique[modifier | modifier le code]

Cour intérieure de la Maison Mallet

Le MIR, dont le concept avait été initié par le pasteur genevois Max Dominicé au début des années 1960, se concrétise sous l'impulsion du professeur Olivier Fatio, responsable du projet.

Prix du musée 2007 du Conseil de l'Europe[modifier | modifier le code]

En avril 2007, le MIR a reçu le Prix du musée du Conseil de l'Europe, une distinction attribuée annuellement depuis 1977 à une institution apportant une « contribution remarquable à la connaissance du patrimoine culturel européen ». Ce prix, qui a pour but d'encourager une meilleure compréhension de la riche diversité de la culture européenne, est décerné par la Commission de la culture, de la science et de l'éducation de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe sur la base de recommandations formulées par le comité du Forum européen du musée.

Le MIR a été récompensé pour la qualité de ses publications sur l'histoire de la Réforme ainsi que pour l'usage pertinent qu'il fait d'un lieu hautement symbolique, la Maison Mallet, édifice du XVIIIe siècle. Le prix consiste en la mise à disposition pendant un an d'une statuette en bronze de Joan Miró, La femme aux beaux seins, ainsi que la remise d'un diplôme et d'un chèque de 5 000 euros. La cérémonie de remise du prix s'est déroulée en avril 2007 au palais des Rohan à Strasbourg, lors de la session de printemps de l'APCE.

Jubilé de Calvin[modifier | modifier le code]

À l'occasion du 500e anniversaire de la naissance de Jean Calvin (1509-2009), le musée international de la Réforme a offert diverses manifestations, seul et en partenariat, sur une période allant de Pâques à la fin octobre 2009. L'événement majeur de ces manifestations était constitué par une exposition temporaire intitulée Une journée dans la vie de Calvin qui permettait aux visiteurs de suivre une journée de Calvin en trois dimensions. Cette exposition a permis de montrer pour la première fois une interprétation virtuelle du monde de la Réforme et des principales occupations de Calvin. Le fait de simuler en 3D le personnage dans ses décors et ses actions a permis, comme dans un documentaire, de mieux comprendre sa vie et ses actions. L'exposition temporaire s'est déroulée dans la cour du musée et dans la salle de la Compagnie des pasteurs du rez-de-chaussée, du 24 avril au .

Cathédrale Saint-Pierre aux couleurs du jubilé 2009

À l'aide de huit pavillons (2 m x 2 m), la vie de Calvin était retracée durant une journée, de son réveil à 4 h 00 à son coucher à 21 h 00, en passant par le culte à la cathédrale Saint-Pierre, une séance houleuse au Consistoire ou une entrevue décisive entre Michel Servet et le réformateur. Dans chacun des pavillons, on pouvait entendre la voix de Calvin, de ses amis, de ses adversaires, les bruits de la ville et découvrir, autant que la vie de l'homme, la vie quotidienne de Genève à l'époque. On voyait un Calvin en trois dimensions animé et parlant, entouré des décors familiers de l'époque, et cela grâce aux techniques du laboratoire de la professeure Nadia Thalmann (MIRALab) de l'Université de Genève. Quelques gravures, objets et livres du XVIe siècle étaient également exposés.

En plus d'un comité scientifique international, l'équipe de préparation était composée d'Olivier Fatio (commissaire d'exposition), des muséographes Sylvia Krenz et René Schmid (État des lieux), d'Isabelle Graesslé (directrice) et de Françoise Demole et Béatrice Nicollier-de Weck, respectivement présidente et membre du Conseil de fondation du musée. L'ambition de cette exposition était de rassembler des visiteurs de tout âge et de toute provenance pour dénouer le mythe du réel quant au personnage de Calvin, tout en replaçant les faits historiques dans leur époque. Par cette double contextualisation, il s'agissait d'apaiser les liens entre Calvin et Genève et, d'une manière plus large, avec le monde contemporain.

Muséographie[modifier | modifier le code]

Statue de Jean Calvin

Le musée retrace l'histoire de la Réforme, non seulement dans ses aspects religieux mais également comme phénomène culturel et social dont on mesure encore les effets. L'étude et la réalisation muséographiques ont été confiées au bureau État des lieux de Sylvia Krenz et René Schmid. Quant au contenu scientifique, il est assuré par le professeur Olivier Fatio, fondateur du musée ; les éléments relatifs au catholicisme sont un peu caricaturés (question des indulgences notamment) mais la présentation des doctrines calviniennes, comme la double prédestination, est présentée sans fard, notamment dans la salle du Banquet de la prédestination, où les différentes opinions des théologiens sur la prédestination sont présentées.[réf. nécessaire]. La muséographie moderne utilise des moyens techniques audiovisuels récents afin de mettre en scène les différentes thématiques et d'expliquer la Réforme de manière ludique.

Thèmes et collections[modifier | modifier le code]

Parmi les thèmes qui sont abordés se trouvent la Bible, dont la salle du même nom abrite d'anciens manuscrits, la « polémique » avec des caricatures originales, la « Genève de Calvin » et ses autographes et nombreux ouvrages, le « Banquet théologique » et ses portraits de grands théologiens et la « révocation de l'Édit de Nantes » au travers de gravures du Désert et du Refuge. La peinture historique du XIXe siècle est également exposée avec des tableaux célèbres comme celui du portrait de Calvin par Albert Anker ou celui de la mort de Calvin par Joseph Hornung.

L'ensemble des œuvres et documents exposés provient de diverses sources, parmi lesquelles la Bibliothèque calvinienne, la Bibliothèque de Genève, l'Église protestante ainsi que de nombreuses donations de particuliers. Le collectionneur et mécène d'art international Jean Paul Barbier-Mueller a contribué pour sa part par la donation d'un ensemble prestigieux de livres historiques et de plaquettes polémiques du XVIe siècle sur les guerres de religion ; cette donation inclut la série complète d'éditions d'époque des fameux Discours politiques de Pierre de Ronsard ainsi que des lettres autographes des acteurs des guerres de religion : Catherine de Médicis, Charles IX, Henri III, Henri IV, Michel de L'Hospital, etc. Une lettre inédite écrite de la main de Calvin en 1545 figure également dans la collection.

La musique, art que la Réforme a privilégié, a également été mise en scène dans une salle où l'on peut entendre des psaumes huguenots, des chorals luthériens ou des chants des églises réformées d'outre-mer.

En novembre 2010, trois nouvelles salles voient le jour dans les caves historiques du MIR. Au travers de ces salles, le musée sort de son cadre genevois pour s'ouvrir aux cinq continents, avec un accent sur les protestantismes aux États-Unis. La reconstitution du bureau d'Alexandre Vinet, théologien lausannois du XIXe siècle, représente également un développement nouveau sur la Suisse romande.

Financement[modifier | modifier le code]

Aménagé avec un budget de 4,1 millions de francs suisses, ses fonds proviennent de donateurs privés.

L'entrée du musée est payante (treize francs pour les adultes avec des tarifs réduits de huit et six francs, audio-guide compris).

Le musée comprend une échoppe où les visiteurs peuvent se procurer des cartes postales, des chocolats à l'effigie de Calvin, de la bière Calvinus ainsi d'autres bibelots sélectionnés ; des livres en plusieurs langues, en particulier sur l'histoire de la Réforme, sont également en vente.

Le MiR est relié par un passage souterrain au site archéologique de la cathédrale Saint-Pierre. Ensemble, ils constituent, avec la visite des tours, une entité baptisée « Espace Saint-Pierre ». Un forfait de visite combinée est proposé.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Paul Barbier-Mueller, La Parole et les armes. Chronique des Guerres de religion en France. 1562-1598, éd. Hazan, Paris, 2006
  • Olivier Fatio, Comprendre la Réforme. Un itinéraire proposé par le musée international de la Réforme, éd. Musée international de la Réforme, Genève, 2005
  • Isabelle Graesslé, Réminiscences. Un parcours inédit dans le Musée, ouvrage conçu comme un guide pour la visite, éd. Musée international de la Réforme, Genève, 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :