Musée international d'art naïf Anatole Jakovsky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée international d'art naïf Anatole Jakovsky
Informations générales
Visiteurs par an
20 000 (1993)
Collections
Collections
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Avenue de Fabron
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
voir sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nice
voir sur la carte de Nice
Red pog.svg

Le musée international d'art naïf Anatole Jakovsky est un musée situé à Nice (Alpes-Maritimes) qui présente des œuvres de l'art naïf du XVIIe au XXe siècle[2]. Il a été inauguré le 5 mars 1982.

Histoire et description[modifier | modifier le code]

Le musée se trouve avenue de Fabron dans le quartier de Fabron, au château Sainte-Hélène qui fut la résidence du parfumeur François Coty à partir de 1922. En 1930, l'ancienne épouse de cet industriel, Yvonne, décide de faire subir des modifications au bâtiment, et demande à l'architecte niçois H. Malgaud de s'en charger. Celui-ci supprime notamment les décors conçus par Aaron Messiah. Plus tard, le 6 avril 1973, sa fille Christiane Coty vend le château à la ville de Nice qui en fera un musée, lequel ouvrira ses portes en 1982[3].

Les œuvres que le musée abrite sont composés de peintures, sculptures, dessins et affiches provenant d'artistes tels que Henri Rousseau, Séraphine de Senlis, Grandma Moses, Gertrude O'Brady, René Rimbert, Josip et Ivan Generalić, André Bauchant, Louis Vivin, Ivan Lacković,Vincent Bouillat, Vincent Haddelsey, Antonio Ligabue, Ferdinand Desnos ou encore Miguel García Vivancos[4].

La collection provient des donations de Renée et Anatole Jakovsky, dont le musée a pris le nom, du centre Georges-Pompidou[3], ainsi que du critique d'art azuréen Charles Jourdanet. Les sculptures géantes installées dans le jardin botanique qui entoure le château, ont été créées par Frédéric Lanovsky. Au début des années 1990, le musée accueillait environ 20 000 visiteurs et la collection issue des dons d'Anatole Jakovsky contenait au total 600 œuvres provenant de 27 pays différents[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes des Alpes-Maritimes, Flohic, Paris, 2000 (ISBN 978-2842340711), p. 639.

Lien externe[modifier | modifier le code]