Musée historique de la Libération

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée historique de la Libération
Museo storico della Liberazione
Museo storico della Liberazione.jpg

Entrée du musée historique de la Libération

Informations générales
Type
Musée sur la Seconde Guerre mondiale, l'occupation de Rome et la résistance italienne
Ouverture
Visiteurs par an
15000 / an
Site web
Localisation
Pays
Commune
Rome
Adresse
Via Tasso, 145 - Rione Esquilino
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Italie
voir sur la carte d’Italie
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Rome
voir sur la carte de Rome
Red pog.svg

Le musée historique de la Libération (en italien : Museo storico della Liberazione) est un musée de Rome, en Italie, situé dans un petit immeuble Via Tasso 145, à proximité de la basilique Saint-Jean-de-Latran. Il présente la période de l' occupation allemande de Rome durant la Seconde Guerre mondiale et sa libération. Le bâtiment qui abrite le musée est utilisé par les SS durant la première moitié de , afin de torturer les membres de la Résistance italienne.

Histoire du bâtiment et du musée[modifier | modifier le code]

Après l'achèvement de la construction à la fin des années 1930, le bâtiment est loué à l'ambassade d'Allemagne à Rome : il est initialement utilisé comme Office culturel de l'ambassade. Le siège de la SIPO, la police de la sûreté faisant partie de la SS, dirigée par Herbert Kappler, y est établi à partir du . Il occupe le bâtiment jusqu'à la retraite allemande de Rome. Sous Kappler, il est transformé en prison, les pièces sont transformées en cellules. En , toutes les fenêtres sont murées pour faciliter l'emprisonnement, les interrogatoires et la torture de certains des membres les plus importants de la résistance italienne. Il est estimé que 2 000 personnes sont passées dans le bâtiment[1]. Le , jour de la Libération de Rome, la population entre dans le bâtiment et libère les prisonniers qui n'ont pas été assassinés par les SS en fuite[2], puis y met le feu, c'est à ce moment que Giuseppe Dosi parvient à sauver des flammes une masse importante de documents qui permettront ultérieurement de faire condamner un certain nombre de collaborateurs fascistes des allemands.

Le musée[modifier | modifier le code]

Entre autres collections le musée détient et présente les souvenirs et archives du commissaire Giuseppe Dosi.

Les salles[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Il comando di polizia ed il carcere nazista » (consulté le 1er mars 2016).
  2. (it) « Dal Carcere al Museo » (consulté le 1er mars 2016).

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Nicola Ruffolo, Roma 1944: storia della mia cattura e fuga dai nazisti, Rome, ilmiolibro,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :