Musée historique de Kaysersberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Musée historique de Kaysersberg
Image dans Infobox.
Informations générales
Visiteurs par an
3 782 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Bâtiment
Protection
Localisation
Pays
Commune
Adresse
62-64, rue du Général-de-Gaulle
Coordonnées
Localisation sur la carte du Haut-Rhin
voir sur la carte du Haut-Rhin
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le musée historique de Kaysersberg est un musée municipal de Kaysersberg, dans le département français du Haut-Rhin. Situé dans le centre historique de la ville, il est installé au premier étage d'une maison patricienne à trois corps de bâtiments[1], représentative de l'architecture civile urbaine en Alsace au début du XVIe siècle[2]. Les collections sont principalement dédiées à l'art religieux du XIVe au XVIIIe siècles – dont une rarissime « Vierge ouvrante » –, ainsi qu'aux arts et traditions populaires.

Historique et architecture[modifier | modifier le code]

Comme en témoignent notamment les inscriptions gravées, l'édifice a été construit pendant le premier quart du XVIe siècle[2].

Les façades, le passage d'entrée, les toitures et l'escalier en vis font l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1991[2].

Collections[modifier | modifier le code]

Les collections d'histoire locale occupent plusieurs salles du premier étage, auquel on accède par l'escalier en vis.

Une série de reproductions de sceaux témoigne de l'importance de l'ancienne cité.

Les statues en bois polychrome représentent notamment un Christ des Rameaux, un groupe d'apôtres, partie d'un retable de grande taille à la chapelle Saint-Wolfgang, saint Wolfgang, saint Urbain ou une Vierge à l'Enfant

Le sculpteur François Jacques Rothbletz est présent à travers plusieurs œuvres, dont un Christ au Tombeau, deux anges à corne d'abondance, un calvaire provenant de l'ancien cimetière.

Une salle est réservée à l'artisanat local : coffres, plaques de cheminée, cloche de 1521, dite « des orages », fers à gaufres, tonnellerie.

Sabots du pénitent de Kaysersberg

Dans une vitrine, les sabots de l'ermite pénitent évoquent une figure locale très populaire, immortalisée notamment par Théophile Schuler. Retiré en 1719 dans un ermitage au Rehbach, Léonard Willenecker (1688-1761[3]) aurait porté, en signe de pénitence, outre une croix de fer, ces lourds sabots bardés de fer (10,7 kg).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Annette Braun, « 1907 : Société d’Histoire de Kaysersberg », in Revue d’Alsace, no 135, 2009, p. 91-92
  • (de) M. Guth, « Die zwei Riesenholzschuhe im Kaysersberger Museum », in Annuaire de la Société d'Histoire de la Hardt et du Ried, no 3, 1988, p. 43-44
  • Nathalie Legendre, « Le matériel gallo-romain du musée de Kaysersberg », in Annuaire des 4 Sociétés d'Histoire de la Vallée de la Weiss, 1996
  • Visite guidée du Musée de Kaysersberg, brochure, imprim. Kuster, Kaysersberg, s. d. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :