Musée du Nouveau Monde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Musée du Nouveau Monde
Image dans Infobox.
Entrée du musée du Nouveau Monde.
Dans la cour : Toussaint Louverture (2014), statue par Ousmane Sow.
Informations générales
Ouverture
Visiteurs par an
21 366 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Bâtiment
Protection

Logo monument historique Classé MH (1950, Escalier compris grille)[1]

Logo monument historique Inscrit MH (1951, Façades (hors jardin) et Toiture)
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
10, rue Fleuriau, La Rochelle
Coordonnées
Localisation sur la carte de la Charente-Maritime
voir sur la carte de la Charente-Maritime
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de La Rochelle
voir sur la carte de La Rochelle
Red pog.svg

Le musée du Nouveau Monde est un musée d'histoire situé à La Rochelle, en Charente-Maritime, installé dans l’hôtel de Fleuriau depuis 1982.

Consacré aux relations entre La Rochelle et les Amériques appelées alors « Nouveau Monde », c’est le premier musée à aborder le passé négrier d’un port français et à exposer les éléments liés à la traite négrière et à l’esclavage dans les colonies des Antilles.

Ses collections, riches de près de 2 200 œuvres d'art, sont à la fois le miroir du Nouveau Monde exploré par la vieille Europe, et le reflet d’une ville enrichie économiquement et culturellement par le nouveau continent.

L'établissement est labellisé « musée de France » depuis 2002[2].

Histoire de l'hôtel de Fleuriau[modifier | modifier le code]

Un hôtel particulier a été construit à la mode parisienne, avec un corps central et deux ailes en retour enserrant une cour fermée par un grand portail, entre 1740 et 1750, par Jean Regnaud de Beaulieu[3].

Aimé-Benjamin Fleuriau est revenu à La Rochelle en 1755, fortune faite à Saint-Domingue où il possédait l'habitation Fleuriau, exploitation de canne à sucre et sucrerie, à Bellevue, près de Port-au-Prince.

Il a acheté l'hôtel en 1772. Ayant acquis une maison adjacente donnant sur une rue parallèle vers 1780, il a agrandi l'hôtel en adjoignant contre la corps central de l'ancien hôtel un nouveau corps de bâtiment ouvert sur un jardin. La communication entre l'ancien et le nouveau corps de bâtiment s'est faite en perçant des portes à chaque étage.

L'hôtel Fleuriau a été habité par la même famille jusqu'à sa vente en 1974. Le maire de La Rochelle, Michel Crépeau, ayant voulu un musée du Nouveau Monde pour sa ville, celui-ci a été inauguré le .

La façade sur jardin et les décorations intérieures ont été classées au titre des monuments historiques le , les autres façades et les toitures le [1].

Façade néoclassique, sur jardin.

Présentation du musée[modifier | modifier le code]

Le cabinet de travail d'Aimé-Benjamin Fleuriau (fin XVIIIe siècle).

La Rochelle a été l'un des principaux ports de commerce et d'émigration vers le Nouveau Monde : Nouvelle France, Antilles… Le musée présente, dans la demeure d'une famille de négociants rochelais, propriétaires d'une plantation et d'esclaves à Saint-Domingue, des peintures, gravures, dessins, sculptures, cartes anciennes et objets d'art décoratif en lien avec le thème du Nouveau Monde des Amériques.

Il a été le premier à parler du passé négrier d’un port français et à exposer les éléments liés à la traite des noirs et à l’esclavage dans les colonies des Antilles[3].

Le musée est équipé d'audioguides[4]. Des livrets de visite et d'activités sont conçus spécialement pour le jeune public et disponibles gratuitement à l'accueil. Un « espace familles » est mis à disposition au premier étage, au sein des salles consacrées aux États-Unis et aux peuples autochtones.

Collections[modifier | modifier le code]

Relation des voyages de Christophe Colomb. Antonius de Herrera. Leyde 1706. Gravure à l'eau-forte[5].
Modèle de frégate (XVIIIe siècle).

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Hôtel de Fleuriau », notice no PA00104886, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. « Musée répertorié dans le répertoire des Musées de France du Ministère de la Culture », sur Museofile (consulté le 27 avril 2021).
  3. a et b Alienor, 2019.
  4. Mathilde Choin, « Le musée du Nouveau Monde de La Rochelle se met à l'audioguide », Sud Ouest, .
  5. Relation des voyages de Christophe Colomb, livre de 1706, dans les collections du MNM.
  6. Cette partie présente des documents similaires à ceux-ci : General arrangements of slave ships (sur les bateaux négriers) [Wikimedia Commons].
  7. Le musée possède une très importante collection d'héliogravures qui est exposée par roulement. Consulter : Présentation et Edward S. Curtis. Collection photographique du Musée du Nouveau Monde de La Rochelle, sur Aliénor.org. Catalogue complet, classé, et complété par des notices précises.
  8. « La Mascarade nuptiale », sur Aliénor.org.
  9. Résumé du cartel du musée : ces jetons sont d'une grande rareté, témoignage de la vie des esclaves à Saint-Domingue au XVIIIe siècle. En mauvais étain ils sont frappés aux initiales du propriétaire (Aimé Benjamin Fleuriau : ABF) qui possédait cette exploitation de canne à sucre. Les jetons étaient sans doute confiés aux esclaves qui sortaient de la propriété (pour une course du maître, pour le marché du dimanche…) pour qu'ils puissent s'identifier et prouver qu'ils n'étaient pas des esclaves en fuite (marrons). Cf. alienor.org.
  10. Pour « Loup ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Moreau, Histoire du Muséum de La Rochelle, Les Indes Savantes, coll. « Rivages des Xantons », , 170 p., 28 cm (ISBN 978-2-84654-348-4).
  • Annick Notter, conservateur en chef, Musée du Nouveau Monde. La Rochelle : Guide de visite, Musée d'art et d'histoire de La Rochelle, (1re éd. 2009), 78 p., 18 cm (ISBN 2-9516743-5-X et 978-2-9516743-5-6).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]