Musée des techniques de Spire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée des techniques de Spire
Musée des techniques de Spire
Musée des techniques de Spire
Informations géographiques
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Ville Spire
Coordonnées 49° 18′ 38″ Nord 8° 26′ 45″ Est / 49.310645, 8.445736
Informations générales
Date d’inauguration 1991
Superficie 150 000 m2
Informations visiteurs
Site web speyer.technik-museum.de

Géolocalisation sur la carte : Rhénanie-Palatinat

(Voir situation sur carte : Rhénanie-Palatinat)
Musée des techniques de Spire

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Musée des techniques de Spire

Le musée des techniques de Spire (Technik-Museum Speyer) est un musée allemand ouvert en 1991 plutôt orienté vers les transports : des trains à vapeur au Boeing 747, au Tupolev en passant par les vespas, les voitures et les sous-marins. Il se trouve dans les environs du centre de la ville de Spire (Speyer), près de l'aérodrome Speyer/Ludwigshafen.

Histoire du site[modifier | modifier le code]

Le bâtiment principal du musée, la Liller Halle, inscrite aux monuments historiques, avait été assemblée en 1913 dans le nord de la France à Lesquin, près de Lille, pour la société Thomson de Houston. Au début de la Première guerre mondiale, elle a été entièrement démontée par les forces d'occupation impériales allemandes et remontée pièce par pièce à Spire en 1915, afin de servir d'usine aux Ets Pfalz-Flugzeugwerke.

En 1919, l'armée d'occupation française en Rhénanie a confisqué ces usines pour en faire un entrepôt de véhicules militaires, actif jusqu'en 1926. Les derniers contingents français ont quitté la ville en 1930. De 1937 à 1945, les terrains ont servi de garage et d’atelier de reconversion pour les avions des usines Flugwerke Saarpfalz.

Au terme de la deuxième guerre mondiale, les usines se trouvaient de nouveau en Zone d'occupation française de 1945 à 1984 ; elles servirent de caserne tout en se trouvant peu à peu démantelées. Enfin le 30 décembre 1986, l'armée française quittait définitivement le « Quartier Martin. »

Collection[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive :

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :