Musée des impressionnismes Giverny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée des impressionnismes Giverny
MDIG.JPG
Informations générale
Surface
3 000 m2
Site web
Collections
Collections
Peinture, Dessin, Photographie
Localisation
Pays
Région
Haute-Normandie
Commune
Giverny
Adresse
99, rue Claude-Monet
27620 Giverny
Coordonnées
Localisation sur la carte de l’Eure
voir sur la carte de l’Eure
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le musée des impressionnismes Giverny est situé dans la commune de Giverny, à la limite orientale du département de l’Eure, en Normandie (France). Ce village normand est devenu l’un des hauts lieux de l’impressionnisme, grâce à Claude Monet, qui y a peint ses séries de Nymphéas et a ainsi fait connaître Giverny à travers le monde. 1

En 2009, le musée des impressionnismes Giverny a remplacé le musée d’art américain qui était géré par la Terra Foundation for American Art (en) entre 1992 et 2008. Logé dans le même bâtiment, le musée des impressionnismes Giverny est un Établissement public de coopération culturelle (EPCC), qui invite à la découverte du courant artistique impressionniste dans toute sa diversité, et jusque dans ses influences et ses suites. Deux expositions temporaires ryhtment chaque saison d'ouverture du musée de fin mars à début novembre. En complément, une présentation permanente, Autour de Claude Monet, permet au visiteur de contempler des chefs-d’œuvre du monde entier et de mieux comprendre les impressionnismes.

Le musée des impressionnismes Giverny est situé à quelques mètres de la maison et des jardins de Claude Monet (Fondation Claude Monet). Les expositions temporaires du musée et la visite de ce lieu de mémoire s’enrichissent mutuellement.

Historique[modifier | modifier le code]

Claude Monet s’installe à Giverny en 1883. Bien qu’il ne les ait jamais encouragés, le village attire rapidement un cercle de peintres américains désireux de mettre en application des principes impressionnistes au cœur des paysages normands tels Theodore Robinson ou Denis M. Bunker. Un siècle plus tard, Daniel J. Terra, homme d’affaires américain et grand collectionneur, fait revenir ces œuvres américaines sur le lieu de leur création et inaugure le musée d’Art Américain à Giverny en 1992. En 2009, ce musée devient le musée des impressionnismes Giverny dont la vocation est de mettre en lumière les origines ainsi que la diversité géographique de ce mouvement artistique. Il s’intéresse à l’histoire de l’impressionnisme et de ses suites immédiates, notamment la colonie de Giverny, ainsi qu’à sa diffusion internationale. Il traite enfin de ses conséquences plus lointaines dans la seconde moitié du XXe siècle. Car, si Giverny est une étape essentielle dans un parcours impressionniste de la Vallée de la Seine, c’est aussi un jalon crucial dans l’histoire du passage de l’impressionnisme à l’art du XXe siècle. Aujourd’hui encore ses résonances sont perceptibles dans l’œuvre de certains artistes.

Financements et partenariats[modifier | modifier le code]

La région Haute-Normandie, les départements de l’Eure et de la Seine-Maritime, les grandes entités municipales et intercommunales autour de la commune de Giverny financent et accompagnent activement l’Établissement public de coopération culturelle « musée des impressionnismes Giverny ». Ainsi le conseil général de l'Eure qui fut porteur du projet de préfiguration, le conseil régional de Haute-Normandie et le conseil général de la Seine-Maritime sont, dès son origine, intrinsèquement liés au nouvel établissement. Par ailleurs, les présences de la Communauté d'agglomération des Portes de l'Eure et enfin de la Ville de Vernon au conseil d’administration de l’Établissement renforcent la dimension et l’ancrage territorial du musée. Le développement du musée ne peut se concevoir sans le soutien constant de ses partenaires scientifiques, le musée d'Orsay et la Terra Foundation for American Art, qui font l’un et l’autre partie de son conseil d’administration et de son conseil scientifique. Outre sa contribution scientifique, le musée d’Orsay soutient généreusement ses projets par une politique de prêts privilégiés et collabore de manière active à la programmation de ses expositions. La Terra Foundation for American Art a prêté ses locaux à titre gracieux durant près de cinq ans et pratique, elle aussi, une politique de prêts de longue durée favorable au musée.

Le conseil d’administration est composé de :

Expositions[modifier | modifier le code]

Grandes expositions et fréquentations

Les expositions depuis 2009

2009

  • Le Jardin de Monet à Giverny : l’invention d’un paysage (1er mai - 15 août 2009)
  • Joan Mitchell, Peintures (23 août - 31 octobre 2009)

2010

  • L’Impressionnisme au fil de la Seine (1er avril - 18 juillet 2010)
  • Maximilien Luce, néo-impressionniste. Rétrospective (28 juillet - 31 octobre 2010)
  • Olivier Mériel. Lumière argentique (4 juin - 31 octobre 2010)

2011

  • Bonnard en Normandie (1er avril - 3 juillet 2011)
  • La Collection Clark à Giverny, de Manet à Renoir (12 juillet - 31 octobre 2011)

2012

  • Maurice Denis, l’Éternel Printemps (1er avril - 15 juillet 2012)
  • De Delacroix à Signac, dessins de la collection Dyke (27 juillet - 31 octobre 2012)
  • Monet intime. Photographies de Bernard Plossu (8 juin - 31 octobre 2012)

2013

  • Signac, les couleurs de l’eau (29 mars - 2 juillet 2013)
  • Hiramatsu, le bassin aux nymphéas. Hommage à Monet (13 juillet - 31 octobre 2013)

2014

  • L’Impressionnisme et les Américains (28 mars – 29 juin 2014)
  • Bruxelles, une capitale impressionniste (11 juillet – 2 novembre 2014)

2015

  • Degas, un peintre impressionniste ? (27 mars – 19 juillet 2015)
  • Photographier les jardins de Monet. Cinq regards contemporains (31 juillet – 1er novembre 2015)

2016

  • Caillebotte, peintre et jardinier (25 mars - 3 juillet 2016)
  • Sorolla, un peintre espagnol à Paris (14 juillet - 6 novembre 2016)

2017

  • Tintamarre ! Instruments de musique dans l'art, 1860-1910 (24 mars - 2 juillet 2017)
  • Manguin, la volupté de la couleur (14 juillet - 5 novembre 2017)

2018

  • Japonismes / Impressionnismes (30 mars - 15 juillet 2018)
  • Henri-Edmond Cross : peindre le bonheur (27 juillet - 4 novembre 2018)

En 2014, le musée a accueilli son millionième visiteur. Sur les 7 mois d’ouverture du musée (d’avril à octobre), de 139 000 à 242 000 visiteurs sont reçus, selon les années. Ils se répartissent ainsi : 76 % d’individuels, 16 % de groupes adultes et 8 % de scolaires. Leur origine géographique est la suivante : 25 % de Normandie, 34 % d’Île-de-France, 12 % du reste de la France, 11 % viennent d’Europe (hors France) et 18 % du reste du monde.

Collection[modifier | modifier le code]

Constitution d'une collection

S’il a privilégié la mise en place d’expositions emblématiques, le musée des impressionnismes Giverny a aussi développé une politique d’acquisition. Encore modeste, elle est strictement liée à ses missions et soutenue essentiellement par la générosité de ses donateurs. À la suite de l’exposition Maximilien Luce, néo-impressionniste. Rétrospective, présentée en 2010, Dominique Ledebt, dont la famille fut liée à celle de Luce à Rolleboise, a offert deux œuvres importantes du peintre au musée. Depuis, plusieurs artistes ont suivi son exemple : citons le peintre Hiramatsu Reiji et les photographes Olivier Mériel ou Bernard Plossu. Sans oublier les descendants d’artistes, Adrien Ostier et Anne Ostier ou encore Claire Denis qui, à la suite de l’exposition Maurice Denis. L’Éternel Printemps, a offert au musée un tableau, mais aussi un rare portrait dessiné de Claude Monet, tous deux réalisés par son grand-père. Ces premières acquisitions sont habituellement regroupées dans la salle Autour de Claude Monet où les prêts consentis par le musée d’Orsay, la Fondation Terra et le musée Marmottan-Monet donnent toute sa cohérence à cette présentation. Depuis sa création, le musée des impressionnismes Giverny bénéficie aussi de plusieurs dépôts consentis par le Frac Haute-Normandie (Joan Mitchell, La Grande Vallée IX), Dominique Ledebt (un ensemble de sept tableaux de Maximilien Luce), Philippe Piguet ou le village de Giverny (Blanche Hoschedé-Monet, Lupins et Pavots, et Frederick MacMonnies, L’Abbé Toussaint). Enfin, le musée a pu lui-même procéder à des achats d’œuvres, généralement liées à sa programmation. Citons un dessin de Pierre Bonnard représentant Claude Monet et Marthe Bonnard dans la salle à manger de Giverny, un tableau de Maurice Denis, des photographies d’Olivier Mériel et de Bernard Plossu.

Créée en 2014, la Société des amis du musée des impressionnismes Giverny a pour mission de soutenir l’établissement, de l’aider à recueillir des dons et à enrichir son fonds d’acquisition.

L'architecture[modifier | modifier le code]

Situé au cœur des paysages qui ont vu naître une véritable révolution artistique, le musée conçu par Philippe Robert et l’agence Reichen et Robert, maîtres d’œuvre de la Grande Halle de la Villette, de la reconversion du Pavillon de l’Arsenal à Paris, s’attache à respecter et mettre en valeur le site. Typique de la vallée de la Seine, il est essentiellement composé de prairies, de bouquets d’arbres, de haies et de parterres de fleurs.

Le musée s’inscrit avec discrétion dans la pente naturelle du terrain à flanc de colline, ne laissant apparaître que quelques murs en pierre calcaire et des terrasses plantées de bruyères, prolongées par des parterres entourés de haies. À l’intérieur du bâtiment, quelques baies orientées au nord ouvrent sur les collines de Giverny et laissent entrer la lumière naturelle. Les architectes ont créé un dialogue constant entre l’architecture et la végétation qui l’entoure. Grâce à ce parti pris, le musée rend un hommage supplémentaire à la nature, si chère aux peintres impressionnistes. Le jardin participe à cette atmosphère particulière et à cet hommage appuyé. Créé par le paysagiste Mark Rudkin, auteur notamment du réaménagement des jardins du Palais Royal à Paris, le jardin structuré et contemporain sonne comme un éloge à la couleur. Il bénéficie du label Jardin remarquable.

Présidents et directeurs[modifier | modifier le code]

Président de l’EPCC

À partir d’avril 2015 : Sébastien Lecornu

De décembre 2008 à avril 2015 : Jean Louis Destans

Directeur général

À partir de janvier 2015 : Frédéric Frank

De décembre 2008 à août 2014 : Diego Candil

Directeur scientifique

À partir de décembre 2008 : Marina Ferretti

Bibliographie[modifier | modifier le code]

CATALOGUES

Manguin, la volupté de la couleur

Ouvrage co-édité avec le musée des impressionnismes Giverny et les Éditions Gallimard et publié à l'occasion de l'exposition Manguin, la volupté de la couleur, présentée du 14 juillet au 5 novembre 2017.

Sous la direction de Marina Ferretti Bocquillon, Directeur scientifique du musée des impressionnismes Giverny. Contributions de Corinne Currat, chargée de projet d'exposition à la Fondation de l'Hermitage à Lausanne, Charlotte Hellmann, Dominique Lobstein, auteur de nombreux ouvrages sur l'impressionnisme, et Jean-Pierre Manguin, petit-fils d'Henri Manguin.

Tintamarre ! Instruments de musique dans l'art, 1860-1910

Ouvrage co-édité avec le musée des impressionnismes Giverny et les Éditions Hazan et publié à l'occasion de l'exposition Tintamarre ! Instruments de musique dans l'art, 1860-1910, présentée du 24 mars au 2 juillet 2017.

Sous la direction de Frédéric Frank, directeur général du musée des impressionnismes Giverny, et Belinda Thomson, historienne de l'art indépendante, professeur honoraire à l'Université d'Edimbourg. Contributions de Frédéric Frank, Belinda Thomson, Anne Leonard, conservatrice au Smart Museum of Art et conférencière au Département d'Histoire de l'art à l'Université de Chicago, et Lolita Delesque, directrice du Musée des instruments à vent de La Couture-Boussey.

Sorolla, un peintre espagnol à Paris

Ouvrage co-édité avec le musée des impressionnismes Giverny, les Editions El Viso et Hirmer Verlag et publié à l'occasion de l'exposition Sorolla, un peintre espagnol à Paris, présentée du 14 juillet au 6 novembre 2016.

Sous la direction de Blanca Pons-Sorolla, arrière-petite-fille de l’artiste et responsable du catalogue raisonné de l’œuvre de Joaquín Sorolla, et María López Fernández, historienne de l’art. Contributions de Blanca Pons-Sorolla, María López Fernández, Dominique Lobstein, historien de l’art, Véronique Gerard-Powell, maître de conférences honoraire en histoire de l’art à l’université de Paris-Sorbonne, et Ariane Mensger, commissaire du Kupferstichkabinett (cabinet de chalcographie) du Kunstmuseum Basel.

Caillebotte, peintre et jardinier

Ouvrage co-édité avec le musée des impressionnismes Giverny, le Museo Thyssen-Bornemisza et les Éditions Hazan et publié à l'occasion de l'exposition Caillebotte, peintre et jardinier, présentée du 25 mars au 3 juillet 2016.

Sous la direction de Marina Ferretti Bocquillon, Directeur scientifique au musée des impressionnismes Giverny, contributions de Marina Ferretti Bocquillon, Paula Luengo, Conservateur au Museo Thyssen-Bornemisza et Gilles Chardeau, du comité Gustave Caillebotte.

Photographier les jardins de Monet. Cinq regards contemporains

Ouvrage co-édité avec Filigranes Éditions et publié à l’occasion de l'exposition Photographier les jardins de Monet. Cinq regards contemporains, présentée du 31 juillet au .

Degas, un peintre impressionniste ?

Ouvrage co-édité avec les Éditions Gallimard et publié à l’occasion de l'exposition Degas, un peintre impressionniste ?, présentée du 27 mars au 19 juillet 2015. Il rassemble les contributions de spécialistes internationaux et renommés de l’art de Degas.

Bruxelles, une capitale impressionniste

Catalogue édité à l'occasion de l'exposition Bruxelles, une capitale impressionniste présentée du 11 juillet au 2 novembre 2014.

Contributions : Marina Ferretti, Directeur scientifique du musée des impressionnismes Giverny, Claire Leblanc, Conservateur du musée d’Ixelles, Bruxelles, et Johan De Smet, Conservateur en chef, Museum voor Schone Kunsten, Gand

L’Impressionnisme et les Américains

Ouvrage co-édité par le musée des impressionnismes Giverny, les National Galleries of Scotland, le museo Thyssen-Bornemisza, et les Éditions Hazan, en partenariat avec la Terra Foundation for American Art.

Hiramatsu, le bassin aux nymphéas. Hommage à Monet.

Publié à l’occasion de l’exposition Hiramatsu, le bassin aux nymphéas. Hommage à Monet présentée du 13 juillet au 31 octobre 2013. Ouvrage sous la direction de Brigitte Koyama-Richard. Le catalogue réunit les contributions de Brigitte Koyama-Richard et de Geneviève Aitken.

Signac, les couleurs de l’eau

Ouvrage sous la direction de Marina Ferretti Cet ouvrage comprend environ cent-vingt reproductions de peintures, d’aquarelles et dessins, complétées par une riche section documentaire (photographies, publications et correspondances) présentée avec le concours des Archives Signac.

De Delacroix à Signac. Dessins de la collection Dyke.

Sous la direction de Margaret Morgan Grasselli et Andrew Robison. Rédigé par Richard R. Brettell, Victor Carlson, Elizabeth Easton, Marina Ferretti Bocquillon et Margaret Morgan Grasselli. Ce catalogue présente exclusivement des dessins, aquarelles et pastels de maîtres français du XIXe siècle.

Monet intime. Photographies de Bernard Plossu

Parution du livre de Bernard Plossu à l'occasion de son exposition au musée des impressionnismes à Giverny du 8 juin au 31 octobre 2012. Ouvrage sous la direction de Vanessa Lecomte et Bernard Plossu

Maurice Denis, L’Éternel Printemps

Publié à l’occasion de l’exposition Maurice Denis, L’Éternel Printemps présentée au musée des impressionnismes Giverny, du 1er avril au 15 juillet 2012. Ouvrage sous la direction de Vanessa Lecomte et de Fabienne Stahl. Le catalogue réunit les contributions de Jean-Paul Bouillon, Marie El Caïdi, Gilles Genty, Vanessa Lecomte et Fabienne Stahl.

Chefs-d’œuvre de la peinture française du Sterling and Francine Clark Art Institute

Publié à l’occasion de l’exposition La Collection Clark à Giverny, de Manet à Renoir organisée au musée des impressionnismes Giverny du 12 juillet au 31 octobre 2011.

Bonnard en Normandie

Publié à l’occasion de l’exposition Bonnard en Normandie organisée par le musée des impressionnismes Giverny du 1er avril au 3 juillet 2011.

Ouvrage sous la direction de Marina Ferretti Bocquillon. Le catalogue réunit également les contributions de Dita Amory, Chantal Duverget, Ursula Perucchi-Petri, Marina Ferretti Bocquillon et Vanessa Lecomte.

Maximilien Luce, néo-impressionniste. Rétrospective.

Ouvrage sous la direction de Marina Ferretti Bocquillon.

Olivier Mériel, Lumière argentique

Parution du livre d'Olivier Mériel à l'occasion de son exposition au musée des impressionnismes à Giverny du 4 juin au 31 octobre 2010, dans le cadre du Festival Normandie Impressionniste.

Préface du musée des impressionnismes Giverny et texte de Yoann Thommerel - Directeur du Développement culturel de l'IMEC (Institut Mémoire de l'Édition Contemporaine)

L’Impressionnisme au fil de la Seine

Ouvrage sous la direction de Marina Ferretti Bocquillon.

Joan Mitchell, « La peinture des Deux Mondes »

Publié à l'occasion de l'exposition Joan Mitchell, Peintures, présentée du 23 août au 31 octobre 2009.

Contributions : Yves Michaud, Rachel Stella, Sandro Parmiggiani, Nils Ohlsen, ainsi que, pour la version franco-italienne, Gisèle Barreau, Sophie Lévy, Brigitte Hedel-Samson et Franco Russoli.

Le Jardin de Monet à Giverny : l’invention d’un paysage

Cet ouvrage raconte l’élaboration d’un jardin unique au monde et témoigne de son rôle essentiel dans l’évolution de l’art de Monet. Il a été publié à l’occasion de l’exposition Le Jardin de Monet à Giverny : l’invention d’un paysage présentée au musée des impressionnismes Giverny du 1er mai au 15 août 2009.

Ouvrage sous la direction de Marina Ferretti Bocquillon

Contributions de Françoise Heilbrun et Gabrielle van Zuylen

"Jardin & Musée"

Dans cet ouvrage, vous découvrirez, avec le regard de Patrice Thébault, toute la palette des plantes qui composent les « chambres » de couleur, les allées et la prairie. Puissent ces pages accompagner utilement la visite de ce jardin, que nous avons voulu comme une plongée dans l’univers fascinant de l’horticulture, un hommage à la nature et un voyage au cœur des thèmes impressionnistes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]