Musée des cultures de Bâle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Musée des cultures de Bâle
Museum der Kulturen Basel-103331.jpg
Musée des cultures de Bâle
Informations générales
Type
Musée ethnologique (d), institution patrimoniale (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Ouverture
Site web
Collections
Collections
Nombre d'objets
300 000
Bâtiment
Protection
Bien culturel suisse d'importance nationale (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Münsterplatz 20, CH 4051 Basel
Coordonnées
Localisation sur la carte de Suisse
voir sur la carte de Suisse
Red pog.svg

Le Musée des cultures de Bâle (Museum der Kulturen Basel en allemand) compte quelque 300 000 objets et autant de photographies historiques. Il est le plus grand musée ethnologique de Suisse et l’un des plus grands d’Europe.

Collection[modifier | modifier le code]

La très importante collection comprend de très nombreuses pièces provenant d’Europe, d’Afrique, d’Asie, des Amériques et en particulier de l’Amérique précolombienne, enfin de l’Océanie, dont une monumentale façade de maison maison cérémonielle des Abelam, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Une partie de la collection est un prêt permanent de la Société des missions de Bâle.

Ouverte en 1917 comme musée ethnologique traditionnel visant à faire connaître les «cultures étrangères», l’institution se veut aujourd’hui promoteur du dialogue interculturel, raison pour laquelle elle a été rebaptisée en 1996 « Musée des cultures ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Façade réalisée spécialement pour le musée avant 1980. Artistes: Waulemoi (peintre principal), Kwandshendu, Lake, Kapas, Longen (assistants). H. 16,80 m. Bois, bambou, lianes, panicules de sagoutier, couleurs naturelles. Collection Brigitta et Jörg Hauser-Schäublin. Museum der Kulturen Basel. Dans ce type de maison, encore au coeur de la vie sociale et religieuse chez les Abelam, d'importantes cérémonies y ont lieu, comme le passage de l'adolescence à l'âge adulte. L'intérieur est fermé aux regards des femmes et des non-initiés par une natte, ici dans l'ombre. Dans ce cadre, les ancêtres occupent un rôle essentiel : les hommes doivent renforcer avec eux les relations existantes et négocier de nouveaux liens. (Extraits du document à consulter dans l'exposition)
  2. Masque Komo. Les matériaux utilisés, cornes, poils, défenses d'animaux, sont considérés comme magiques. Le sang sacrificiel des animaux augmente l'efficacité magique de ces masques. Cependant on ne sais pas si ces masques ont été jamais utilisés dans un cadre rituel. (Brochure en consultation en 2019 dans le musée, section : "La quête du savoir rencontre la soif de collectionner".
  3. Collier Songhaï : Depuis des décennies les femmes, à Tombouctou fabriquent des bijoux en paille et en cire d'abeille. Ces objets ressemblent à des bijoux précieux en or. La forme ressemble à celle d'un bracelet à fermeture répandu au Moyen-Orient entre le XIe et le XIIIe siècle. On la retrouve dans la gamme de bijoux des Peuls - une société de bergers d'Afrique occidentale - sous la forme de rubans en or portés très près du cou. Ceux-ci devinrent si populaires dans la région de Tombouctou que les femmes songhaï s'approprièrent ce type de bijou et le réalisèrent en paille. Extraits du document en consultation dans la salle du musée.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]