Musée des civilisations noires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Musée des civilisations noires
Defaut.svg
Informations générales
Type
Musée national
Ouverture
2018
Site web
Collections
Nombre d'objets
18 000 pièces
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées

Le Musée des civilisations noires, est un musée d’État, situé à Dakar (Sénégal), inauguré le .

Dirigé par Hamady Bocoum, archéologue et chercheur à l’université Cheikh-Anta-Diop, le musée a été conçu dans l'objectif de mettre en exergue « la contribution de l’Afrique au patrimoine [mondial] culturel et scientifique ». Il s'agit, notamment, de rappeler que « la métallurgie du fer a été découverte en Afrique 2 500 ans avant Jésus-Christ »[1].

Il fait partie des « musées ultramodernes » recensés par Felwine Sarr et Bénédicte Savoy dans leur Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain remis en novembre 2018 au président de la République française[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sa création est imaginée par Léopold Sédar Senghor au sortir du premier Festival mondial des arts nègres de 1966. Le projet est approfondie dans les années 1970, mais n’aboutit pas[3],[4]. La pose de la première pierre a lieu par le président sénégalais Abdoulaye Wade le 20 décembre 2011, en présence de l'ambassadeur de Chine au Sénégal[5]. En raison de l'alternance politique, les travaux ne débutent vraiment qu'en décembre 2013 et s'achèvent en décembre 2015[6].

Le projet aboutit cette fois grâce à un financement par la Chine, à hauteur de 20 milliards de Francs CFA[6] - soit plus de 30 millions d’euros. Ce financement est « plusieurs fois rappelé à l’extérieur et dans le bâtiment ». Pour autant, prévient le directeur Hamady Bocoum, « Les Chinois n'auront aucune influence sur notre programmation »[7].

La construction est réalisée par l'entreprise chinoise Shanghai Construction Group[8].

La remise des clés du bâtiment s'effectue le 26 janvier 2016 en présence du ministre de la Culture et de la Communication Mbagnick Ndiaye et du vice-ministre chinois du Commerce Qian Keming[9].

L'inauguration du musée a lieu le 6 décembre 2018. Le ruban est coupé par le président Macky Sall, en présence du président des Comores Azali Assoumani et du ministre chinois de la Culture Luo Shugang[10].

Bâtiment[modifier | modifier le code]

Le musée est constitué d'un bâtiment rond inspiré des cases à impluvium de Casamance[11],[12]. Il fait une superficie de 13 785 m2 sur 4 niveaux. Outre les salles d’expositions, il comprend une salle de conférence, un auditorium de 150 places, des locaux administratifs, un atelier de conception des expositions, un espace polyvalent, et des réserves[3].

Localisation[modifier | modifier le code]

Il est situé près du centre-ville de Dakar[3], près du port et des voies ferrées, un peu à l’écart du Plateau[7].

Collections[modifier | modifier le code]

Le nombre de pièces détenues est de l'ordre de 18 000. Ce n'est pas un musée de la nolstalgie, et des œuvres contemporaines font parties de cet ensemble[7]. Ainsi, la sculpture géante d’un baobab, réalisée par l’artiste haïtien Edouard Duval-Carrié, accueille les visiteurs. Le directeur, Hamady Bocoum, considère que le musée ne doit pas non plus se limiter aux seuls objets africains mais être ouvert, également, aux autres cultures[13]. L'absence de certaines pièces très symboliques, comme le sabre d’El Hadj Omar, chef de guerre du XVIIIe siècle et membre de la confrérie musulmane des Tidiane, détenu par la France au musée des Invalides, est regrettée par le directeur, mais pour autant celui-ci s'efforce de tisser des liens de partenariat avec diverses institutions muséales européennes[7].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Agence France-Presse, « Le Sénégal souhaite la restitution de « toutes » ses œuvres d’art », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. Sarr, Felwine, et Bénédicte Savoy. « Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain. Vers une nouvelle éthique relationnelle », novembre 2018.
  3. a b et c Omar Diouf, « Musée des civilisations noires : L’inauguration prévue en novembre à Dakar », Le Soleil,‎ (lire en ligne)
  4. Ibrahima Ba, « La conférence internationale de préfiguration s’ouvre jeudi à Dakar », Le Soleil,‎ (lire en ligne)
  5. Cherif Faye, « Musée des civilisations noires : La première pierre posée par le Président Wade », sur xibar.net, (consulté le 6 décembre 2018)
  6. a et b Marie Lechapelays, « Sénégal : le musée des Civilisations noires bientôt sur orbite », Le Point,‎ (lire en ligne)
  7. a b c et d William de Lesseux et Eric Chaverou, « A Dakar, le musée des civilisations noires tourné vers l’avenir », France Culture,‎ (lire en ligne)
  8. « Cérémonie de pose de la première pierre du musée des civilisations noires », sur dakaractu.com, (consulté le 6 décembre 2018)
  9. « 50 ans après - Le Musée des civilisations noires est fin prêt au Sénégal », Sud Quotidien,‎ (lire en ligne)
  10. « Le musée des civilisations noires officiellement réceptionné », sur aps.sn, (consulté le 6 décembre 2018)
  11. « Le Sénégal inaugure un Musée des civilisations noires à Dakar », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  12. « Visite guidée du Musée des civilisations noires de Dakar », Le Monde,‎
  13. « Ce que restituer veut dire » (panel), atelier de Dakar, 12 juin 2018, cité dans : Sarr, Felwine, et Bénédicte Savoy. « Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain. Vers une nouvelle éthique relationnelle », novembre 2018, p. 33.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]