Musée des canonniers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée des canonniers
L'entrée du musée, rue des Urbaniste, comporte les inscriptions : « Canonniers créés le 2 mai 1483 - Napoléon 1er, empereur, aux canonniers de Lille »[1]
L'entrée du musée, rue des Urbaniste, comporte les inscriptions : « Canonniers créés le 2 mai 1483 - Napoléon 1er, empereur, aux canonniers de Lille »[1]
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Lille
Adresse 44, rue des Canonniers, 59000 Lille, France
Coordonnées 50° 38′ 27″ nord, 3° 04′ 10″ est
Informations générales
Date d’inauguration 1849
Collections Objets d'histoire militaire : uniformes, fusils de 1777 à 1945, armes blanches...

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée des canonniers

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Musée des canonniers

Géolocalisation sur la carte : Lille

(Voir situation sur carte : Lille)
Musée des canonniers

Le Musée des canonniers est un musée lillois installé dans l'ancien couvent des Urbanistes.

Le musée présente une collection d'objets relatifs à la Confrérie de Sainte-Barbe et à la défense de la ville de Lille.

Ce site est desservi par les stations de métro Gare Lille-Flandres et Gare Lille-Europe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les confrères de Sainte-Barbe prêtent serment de défendre la ville de Lille, et de s'entrainer régulièrement à cet effet, en 1483. Ils participent dès lors à la défense de la ville avec les armes de l'artillerie. Ainsi, lorsque Louis XIV, en personne, fait le siège de la ville, les Canonniers le combattent. Pour récompenser leur courage, et leur habileté, Louis XIV leur garantit le maintien de leurs privilèges, et leur octroie deux canons d'honneur.

En 1708, les Canonniers participent, aux côtés des troupes françaises, à la défense de la ville. Le Canonnier maitre charron, Jacques Boutry, s'illustre par son ingéniosité pour réparer la porte d'eau, charnière de la défense lilloise. Il sera récompensé par le maréchal de Boufflers qui l'anoblit.

Le siège de 1792, est le plus marquant de l'histoire des Canonniers. La confrérie de Sainte-Barbe a été dissoute, mais les confrères se sont tous engagés volontaires et servent dans le même bataillon "Égalité". La résistance des Lillois est héroïque. Les Canonniers n'ont pas quitté les remparts de tout le siège, y compris le capitaine Ovigneur qui apprend que sa maison et ses ateliers brûlent, et que sa femme accouche la nuit même.

Les lillois vont choisir leurs Canonniers comme symbole de leur propre résistance. En effet, la déesse de la Grand'Place (place du général de Gaulle) tient dans la main un boutefeu, symbole de nos canonniers. Les légendes du capitaine Ovigneur, et du Canonnier Reboux, meilleur tireur du bataillon, qui aurait réussi à envoyer un boulet dans l'âme d'un mortier autrichien, témoignent aussi de cet engouement des lillois pour leurs Canonniers.

Napoléon Bonaparte aura écho de cette résistance. Et c'est en tant que consul qu'il reforme un bataillon distinct de la garde nationale : le Bataillon des canonniers sédentaires de Lille. Il leur offre les deux canons Gribeauval, présentés au musée, l'Hôtel qu'ils habitent toujours, et remet au capitaine Ovigneur, la Légion d'Honneur.

Durant la première guerre mondiale, les Canonniers se battent à Boulogne et Dunkerque, Lille ayant été déclarée ville ouverte.
Les Canonniers se battent aussi en 1939-1940, ils sont affectés à la défense anti-aérienne de la zone Lille-Roubaix-Tourcoing. Ils abattent plusieurs avions ennemis.
Depuis 1997, le bataillon est en attente de mission, mais il existe toujours et participe aux manifestations telles que le défilé du 14 juillet à Lille, ou les célébrations de leur sainte patronne Madame Sainte Barbe.

Collections[modifier | modifier le code]

La salle principale du musée

Le visiteur du musée trouvera bien évidemment des objets relatifs à l'histoire militaires tels que : uniformes, fusils de 1777 à 1945, armes blanches, 2 pièces de canon exceptionnelles, les fameux Gribeauval, don de Napoléon Bonaparte aux Canonniers, mais aussi des témoignages de la vie quotidienne des Canonniers, et des éléments retraçant l'histoire de la ville de Lille.

Notes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :