Musée des beaux-arts de Tournai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux-arts.
Musée des beaux-arts de Tournai
Tournai - Musée des Beaux-Arts.jpg
Informations générales
Visiteurs par an
28 000 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Bâtiment
Architecte
Protection
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Enclos Saint-Martin, 3 à 7500 Tournai - Belgique
Coordonnées
Localisation sur la carte de Belgique
voir sur la carte de Belgique
Red pog.svg

Le Musée des beaux-arts de Tournai est un musée d'art situé dans l'enclos Saint-Martin, à Tournai en Belgique, dans un bâtiment conçu par l'architecte Victor Horta.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Musée des beaux-arts de Tournai trouve son origine dans la volonté du mécène d'origine bruxelloise Henri Van Cutsem exprimée peu avant sa mort en 1904 de léguer sa très importante collection de peinture moderne belge et française à la ville de Tournai, à la condition expresse d'y faire construire un musée par l'un de ses amis, le célèbre architecte de l'Art nouveau Victor Horta.

Conçu en forme de tortue, ou d'écureuil volant selon le sens de lecture de son plan terrier, le dispositif rayonnant et lumineux du musée fut définitivement établi par l'architecte en 1911. Les poignées de portes d'entrée représentaient des tortues. Il ne subsiste aujourd'hui que les poignées en elle-même, en forme de patte de tortues.

À la suite du vol de La Joconde, Horta pense son musée pour parer aux problèmes de sécurité dans les musées. La Joconde a été volée au musée du Louvre le , avant d'être retrouvée deux ans plus tard en Italie. Selon le plan du bâtiment, un gardien est capable de d'effectuer une surveillance panoramique des salles. En se plaçant au centre du musée, il peut observer toutes les salles disposées autour de lui.

Dans son œuvre, une des priorités de l'architecte est la luminosité. Le Musée des beaux-arts de Tournai répond à cette exigence mais ceci pose des problèmes pour la conservation des œuvres. En effet, celle-ci sont sensibles à un excès de lumière et aux changements de températures dont les causes sont les grandes verrières à double étage.

Commencé en 1912 sur le site de l'ancienne abbaye Saint-Martin et interrompu par la Première Guerre mondiale, le bâtiment ne fut définitivement achevé et inauguré qu'en 1928.

Collections[modifier | modifier le code]

Les collections du musée présentent un panorama de peintures et de sculptures allant des primitifs flamands aux artistes contemporains. Anciens fonds de la Ville de Tournai (collections privées et abbaye Saint-Martin) pour la peinture ancienne des Pays-Bas, France et Italie (XVe - XVIIIe siècle) ; fonds Gallait et legs Van Cutsem pour la peinture moderne (XIXe siècle).

Les collections proposent des œuvres de primitifs flamands tels Rogier van der Weyden, Jan Mabuse, Robert Campin, Pieter Brueghel le Jeune, etc. De grands peintres des XVIIe siècle et XVIIIe siècle y sont également exposés tels Pierre Paul Rubens, Antoine Watteau, Jacob Jordaens, Piat Sauvage et Frans Snyders. Les impressionnistes sont représentés grâce aux peintures de Claude Monet, Édouard Manet, Vincent van Gogh, Georges Seurat, etc. Les artistes tournaisiens tels Louis Gallait, Roméo Dumoulin, George Grard, Jean Leroy ou encore Louis Pion y sont exposés.

Le musée est le seul en Belgique à avoir dans ses collections des œuvres d'Édouard Manet. Il possède également dans ses réserves plusieurs tableaux du peintre belge Éliane de Meuse, Prix Godecharle 1921.

Œuvres présentées[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Chez le père Lathuille d'Édouard Manet
Argenteuil d'Édouard Manet
La Communiante (1875), de Jules Bastien-Lepage

Sculpture[modifier | modifier le code]

En extérieur[modifier | modifier le code]

  • Tom Frantzen (né en 1954), L’ange exterminateur, (époxy, fer, inox, cuivre, 300)
  • Marcel Rau (1886-1966), Béatitude maternelle, (bronze)
  • George Grard (1901-1984), Femme regardant le soleil, (bronze)

Intérieur[modifier | modifier le code]

Dessins[modifier | modifier le code]

Expositions temporaires[modifier | modifier le code]

  • 18 octobre 2008 – 11 janvier 2009, Paris, Milan, Wuppertal - Huit chefs-d’œuvre de la peinture moderne européenne (1884-1931),
  • 30 mai 2009 – 17 août 2009, La Cour des miracles - Christos Ex’Agraphon (1945) et la satire dans l’art
  • 5 décembre 2009 – 15 février 2010, Plus vrai que nature - Robert Campin et le portrait flamand
  • 4 décembre 2010 - 28 mars 2011, L'Afrique rêvée - Images d'un continent à l'« âge d'or » de la colonisation 1920-1940
  • 11 février 2012 - 30 septembre 2012, 101 Chefs-d'œuvre

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marianne [1] et Éliane de Meuse, Paul Caso, Éditions Prefilm, 1991 p.82 [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Musée des beaux-arts de Tournai.

Liens externes[modifier | modifier le code]