Musée des beaux-arts de La Rochelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux-arts.
Musée des beaux-arts de La Rochelle
Ancien évêché3921.JPG

Accès à la cour intérieur de l’hôtel de Crussol d'Uzès, rue Gargoulleau

Informations générales
Site web
Collections
Collections
Peinture
Bâtiment
Protection
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
28 rue Gargoulleau
La Rochelle
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Charente-Maritime
voir sur la carte de Charente-Maritime
Red pog.svg
Localisation sur la carte de La Rochelle
voir sur la carte de La Rochelle
Red pog.svg

Le musée des beaux-arts de La Rochelle est situé à La Rochelle, en Charente-Maritime. Le bâtiment, qui accueille le musée, est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 23 février 1925[1].

Histoire du bâtiment[modifier | modifier le code]

Cet hôtel est construit au début du XVIIe siècle et acheté en 1600 par Paul Legoux, trésorier de la maison de Navarre. Il occupe l'emplacement d'une demeure, le « grand logis », et logea des hôtes tel que Sully (1604), Condé (1615), Louis XIII (1628), Anne d'Autriche (1632). On le décrivait comme « la plus belle, la plus convenable et la mieux aérée des maisons de la ville ».

Devenu séminaire en 1673, Mgr Henri de Laval y installa l'évêché en 1696. De 1769 à 1774, Mgr de Crussol d'Uzès fit reconstruire l’hôtel sur des plans de l'architecte Gilles Nassivet, par l'entrepreneur Chapuy. Ce palais archiépiscopal est de style néoclassique.

Pendant la Révolution, la municipalité hérite de l’hôtel et en 1795, la bibliothèque municipale s'y établit.

Le musée est installé en 1845 au deuxième étage du bâtiment, au-dessus de la bibliothèque municipale.

Le bâtiment est inscrit au titre des monuments historiques le 23 février 1925.

La bibliothèque municipale est transférée en 1998[2] à la médiathèque Michel-Crépeau. Elle laisse place à l'Espace Art Contemporain qui est ouvert en 1999.

De plus, le bâtiment accueille la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Poitou Charentes et un musée lapidaire, regroupant divers fragments provenant de l'église des carmes, de l'hôtel-de-ville, du collège protestant et de maisons disparues ou modifiées.

Les collections du musée d'Orbigny-Bernon, fermé en 2012, ont été transférées au Musée des beaux-arts[3].

Collections[modifier | modifier le code]

Art occidental[modifier | modifier le code]

Le musée est créé à partir d'œuvres acquises depuis 1841 par la Société des Amis des Arts. La collection est agrandie tout au long du XIXe siècle grâce à de nombreux achats au Salon et aux artistes régionaux et par dons et legs. Le musée est riche d’une collection d’environ 900 peintures et dessins.

Le musée offre un panorama de la peinture européenne du XVe siècle au XXe siècle.

La peinture ancienne (du XVe siècle à la fin du XVIIIe siècle) est illustrée par des œuvres de peintres tels que :

Le XIXe siècle est le plus largement représenté avec des œuvres de :

le XXe siècle est illustré par des œuvres remarquables de :

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Arts asiatiques[modifier | modifier le code]

Le musée conserve aussi une belle collection asiatique. En particulier une série de peintures chinoises d'exportation, réalisées à Canton avant 1844, par le plus célèbre peintre de ports chinois, Youqua. Ici la série du musée présente des scènes de la vie privée et renseigne précisément sur les vêtements et accessoires de la vie quotidienne, sur le mobilier en usage sous la dynastie Qing. Cet atelier pratiquait la peinture à l'huile pour mieux correspondre au goût des clients occidentaux de passage, comme ici l'un des signataires du traité de Huangpu, un des traités inégaux de commerce et navigation entre la France et la Chine, signé en 1844[4] . L'art Japonais est représenté, entre autre, par une remarquable série de céramiques japonaises du célèbre Ogata Kenzan de l'école Rimpa, une des écoles historiques majeures de la peinture japonaise décorative, aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Hôtel de la bibliothèque et du musée », notice no PA00104887, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. « La Rochelle: Bâtiments classés », sur www.ville-larochelle.fr (consulté le 31 août 2016)
  3. Les accrochages du musée des beaux-arts : à la découverte d’une belle initiative ! interview d'Annick Notter, conservatrice des musées d’art et d’histoire de La Rochelle, arttes.org 17 juillet 2014. Consulté le 21 juillet 2014.
  4. Collectif, De couleur et d'encre. : Oeuvres restaurées du musée d'art et d'histoire de La Rochelle, Montreuil, Éditions d'Art Gourcuff Gradenigo, , 119 p. (ISBN 978-2-35340-233-5), p. 11-28.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]