Musée des Jacobins d'Auch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée des Jacobins.
Musée des Jacobins
Huanitzin.jpg
Informations générales
Visiteurs par an
9 500 (2003)
12 321 (2004)
10 475 (2005)
10 950 (2007)[1]
Site web
Collections
Collections
Beaux-Arts, Arts précolombiens, Archéologie, Arts populaires
Nombre d'objets
20 000
Bâtiment
Protection
Localisation
Pays
Région historique
Région administrative
Département
Commune
Adresse
Place Louis Blanc
32000 Auch
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le musée des Jacobins est situé à Auch dans le Gers. Le musée se trouve au pied de la vieille ville, entre les berges du Gers et la cathédrale Sainte-Marie. Il abrite la deuxième plus grande collection d'objets précolombiens de France après celle du quai Branly.

Histoire[modifier | modifier le code]

Créé le 16 décembre 1793, le musée est l'un des plus anciens de France. Plus de 20 000 objets y sont conservés dont plus de 8 000 œuvres d'arts précolombiens[2]. Depuis quelques années le musée est en étroite collaboration avec le musée du quai Branly.

Le bâtiment qui abrite le musée, dit des Jacobins, est un couvent du début du XVe siècle, inscrit sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques[3]. Le musée y fut transféré en 1979 à la suite d'une importante campagne de restauration[4].

Guillaume Pujos[modifier | modifier le code]

Guillaume Pujos né à Auch le 8 août 1852, est un jeune auscitain qui en 1879 s'est installé au Chili. Il exerçait la profession de tailleur avant son départ pour l'Amérique Latine[5].

En 1865, la crise du Phylloxera provoqua le départ de nombreux gascons en Amérique Latine. Pour autant, il n'y a aucun lien direct avec le départ de Guillaume Pujos au Chili.

Durant son voyage en Amérique Latine, il reste principalement à Santiago, cependant il a voyagé sur l'ensemble de l'Amérique Latine comme l'atteste ses objets rapportés. C'est en 1906, que Guillaume Pujos revient en France après le tremblement de terre qui a frappé la capitale chilienne.

À son retour en France, Guillaume Pujos est nommé Vice-Consul d'Espagne puis devient Conservateur du Musée en 1911, jusqu'à son décès. Il meurt en 1921 et sur son testament, il lègue l'ensemble de sa collection à la ville d'Auch.

C'est depuis sa mort que le musée des Jacobins possède une collection d'art précolombien. Il y a eu d'autre donateurs pour cette collection comme le musée des Eyries de Tayac en 1953. Et le musée d'Annecy en 1955. Mais c'est grâce à la donation exceptionnelle de madame Lions en 2006 , de plus de 6500 pièces, que le musée des Jacobins possède la deuxième collection publique d'art précolombien en France.

Collections[modifier | modifier le code]

Les collections du musée s'organisent autour de six sections :

  • Archéologie précolombienne (la 2e collection publique de France),
  • Art sacré latino-américain,
  • Antiquités :
    • Antiquités égyptiennes
    • Archéologie locale (antiquités gallo-romaines)
  • Art médiéval (sculptures polychromes de Vierge à l'Enfant),
  • Art décoratif et mobilier (faïence, mobilier, instruments de musique)
  • Art et traditions populaires de Gascogne (costumes traditionnels),
  • Beaux-arts : peintures et sculptures du XVIIe au XXe siècle (Jacob et Jean-Baptiste Smets, Gabriel Lettu, Antonin Carlès, Jean-Louis Rouméguère, Mario Cavaglieri).

La salle «Trésors du Pérou» et la galerie Andine contiennent des œuvres encore jamais exposées (céramiques, textile, orfèvrerie), directement sorties des ateliers de restauration[6],[7].

En entrant, le musée vous accueille avec sa collection d'art égyptien puis toujours au premier étage vous pourrez voir trois galeries représentant l'art américain, c'est dans cette catégorie que se trouve la deuxième plus grande collection d'art précolombien de France.

Ensuite, en montant les escaliers menant au deuxième étages,vous pourrez observer la collection des Beaux-Arts du XVIIIe siècle.

Au deuxième étage vous trouverez d'abord la collection d'art et traditions populaire, à côté de la collection sur le rugby vous pourrez admirer l'exposition d'art Gallo-Romaine.

À la suite de l'exposition Gallo-romaine, vous trouverez la collection d'art du Moyen-Âge.

La collection d'art précolombien[modifier | modifier le code]

Le musée des Jacobins possède aujourd'hui plus de 8000 objets d'art précolombien ce qui en fait le deuxième musée de France après le musée du Quai Branly à Paris.

Œuvres majeures[modifier | modifier le code]

  • Statue de l'empereur Trajan, datant du Ier siècle, retrouvée près de Rome au XVIIIe siècle, provient de la collection Borghèse.
  • La Messe de saint Grégoire : plus ancien tableau de plumes colonial conservé au monde. Daté de 1539, ce tableau a été réalisé en mosaïque de plumes selon un technique précolombienne. Il fut présenté à Paris, du 18 mars 2008 au 19 juillet 2009, dans le cadre de l'exposition Planète Métisse au musée du quai Branly[8].
  • Buste de Louis XVI en marbre attribué à Houdon et classé au titre des Monuments Historiques[9].

Jardin[modifier | modifier le code]

Le jardin du Musée est un parc à la française de 1 600 m2. Il est composé de haies de buis et de tilleuls taillés en rideaux. Il propose une évocation des plantes décoratives et comestibles rapportées des Amériques par les Conquistadors, rappelant ainsi la collection du Musée. Il se visite dans le cadre de la visite du Musée des Jacobins.

Travaux[modifier | modifier le code]

De juin 2018 à juin 2019, le musée des Jacobins fermera ses portes pour des travaux d'une durée d'un an. Ces travaux auront pour but de créer une nouvelle billeterie-boutique, l'entrée actuelle sera condamnée et une nouvelle entrée sera établie rue Bregail où se trouve le jardin des Jacobins. Un nouvel atrium sera construit à l'entrée d'où démarrera la visite qui sera repensée. Le jardin des Jacobins subira lui aussi des modifications puisqu'une partie engazonnée sera créée[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]