Musée des Enfants du château de la Hille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Musée des Enfants du château de la Hille
Image dans Infobox.
Informations générales
Type
Ouverture
2007
Dirigeant
Marilyne Augery
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
médiathèque
Coordonnées

Le musée des Enfants du château de la Hille[1],[2] est un lieu de mémoire rappelant les enfants juifs réfugiés entre 1941 et 1945 à Montégut-Plantaurel (Ariège) dans le but d'échapper à la traque des nazis[3],[4]. Le musée, créé[5] par la commune de Montégut-Plantaurel et inauguré le , se trouve au village dans les locaux de la médiathèque intercommunale et non au château[6], celui-ci étant à environ 1,5 km au nord-ouest en direction du village voisin de Pailhès.

Histoire[modifier | modifier le code]

En , après la nuit de Cristal, la Belgique accueille des centaines d'enfants juifs allemands et autrichiens. Une centaine d'enfants sont hébergés dans deux maisons d'enfants à Bruxelles. Avec l'invasion de la Belgique par les nazis en , environ une centaine d'enfants dont l'âge varie de 5 à 16 ans sont transférés en France. Ils arrivent à Seyre près de Nailloux (Haute-Garonne) et sont logés dans une grange, propriété du château de Seyre. Il n'y a ni lit, ni meuble, et il y a peu de nourriture. L'hiver 1940 est particulièrement rude. Le Secours suisse aux enfants[7] composante de la Croix-Rouge suisse, organise des secours. Au printemps 1941, il aide au transfert au château de la Hille près de Pamiers dans l'Ariège. L'endroit est en mauvais état, mais les garçons plus âgés aident à creuser des puits à eau et établir des latrines.

À l'été 1941, l'organisation liée aux quakers, « American Friends Service Committee », aide vingt enfants parmi les plus jeunes à immigrer aux États-Unis et deux autres reçoivent des visas par l'intermédiaire de leur famille aux États-Unis[8].

Le [9], la gendarmerie, suivant les ordres des nazis, arrête tous les garçons et filles âgés de plus de 15 ans, au nombre de quarante. Ils sont internés au camp du Vernet, au nord de Pamiers. La majorité des détenus du camp sont déportés à Auschwitz. Les quarante enfants sont sauvés par la directrice suisse de La Hille, Roslï Näf[Note 1], une célibataire d'une trentaine d'années, ayant travaillé auparavant avec Albert Schweitzer à Lambaréné au Gabon[10], et par Maurice Dubois, le directeur du « Secours suisse aux enfants », qui se rendent à Vichy. L’ambassade de Suisse (l'ambassadeur à Vichy est Walter Stucki[11]) intervient auprès de Pierre Laval[12]. Maurice Dubois menace de fermer toutes les maisons d'enfants de la zone libre[13] ou dans la toute France, dans un entretien avec un adjoint de René Bousquet[14], le secrétaire général de la police du régime de Vichy[10],[15], si les enfants arrêtés ne sont pas libérés. Bousquet formule une réponse favorable le lendemain[14] : la libération est obtenue[8].

Les enfants reviennent à La Hille le [16]. Roslï Näf organise immédiatement leur sauvetage, avec le passage en Espagne[17] et en Suisse[18],[19],[20],[21] pour les plus âgés. Le sauvetage vers la Suisse d'une vingtaine d'enfants est une initiative personnelle de Roslï Näf[19] : les autorités de la Croix-Rouge suisse, n'ayant pas été consultées, exigent sa démission[19],[22],[23],[20]. D'autres se réfugient dans des fermes de la région. Une douzaine s'engagent dans la Résistance. L’un d'entre-eux, Egon Berlin, âgé de 16 ans, meurt au combat, près de Roquefixade (Ariège) : il est enterré dans le cimetière de Pamiers[17]. Une douzaine sont arrêtés à la suite de leur fuite de La Hille, puis sont déportés à Auschwitz où ils meurent[8].

La colonie ferme fin 1945[24].

Sur la centaine d'enfants, environ quatre-vingt-dix survivent à la guerre[8],[5].

Le , un mémorial[25],[26] pour les enfants de La Hille est inauguré[8],[27].

Maurice Dubois[22],[28] et Roslï Näf[29],[30] sont reconnus comme Justes parmi les nations par Yad Vashem.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les enfants du château de la Hille (1941-1945) : une tragédie humanitaire pendant la Seconde Guerre mondiale. Documents et analyses présentés par la Croix-Rouge suisse à l'occasion de l'inauguration du musée de Montégut-Plantaurel (Ariège), le  ; dossier réalisé par Philippe Bender, historien, Service de la communication, Croix-Rouge suisse, 2007[31].
  • Jacques Roth. Un enfant de ces années-là. Non Lieu, 2011[32]
  • (en) Walter W. Reed. The Children of La Hille: Eluding Nazi Capture during World War II. Syracuse University Press, 2015. (ISBN 0815653387), (ISBN 9780815653387)
  • José Martínez Cobo. Toulouse et le Secours suisse aux enfants dans le Sud de la France, 1939-1947. Avant-propos de Geneviève Dreyfus-Armand. Le Pas d'oiseau. 2015[33]
  • Henry Massie, « Les suites des traumatismes chez les enfants. Les syndromes psychiatriques des enfants réfugiés de guerre », Perspectives Psy, vol. 57, no 3, juillet-, p. 168-174[34]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Roslï Näf écrit plus tard : Mes expériences à la colonie d'enfants de "La Hille" (Ariège) 1941-1943, voir Le Secours suisse, p. 45-62 (ou 65-72 du pdf). Elle devient directrice de La Hille en , voir Le Secours suisse, p. 136 du pdf. Elle rentre en Suisse, le , voir Le Secours suisse, p. 55 (ou 79 du pdf).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Château de la Hille Children Museum in Montegut Plantaurel: Ariège Pyrénées », sur AriègePyrénées.com (consulté le 18 mars 2021).
  2. « Musee des Enfants du château de la Hille - Montegut Plantaurel », sur foix-tourism.com (consulté le 18 mars 2021).
  3. « Musée des Enfants du château de la Hille à Montegut Plantaurel : Ariège Pyrénées », sur AriègePyrénées.com (consulté le 18 mars 2021).
  4. Edith Kurzweil, « Children of the Château », sur nysun.com, The New York Sun, (consulté le 18 mars 2021).
  5. a et b « Dix ans pour l'Association "des enfants du château de la Hille" », sur gazette-ariegeoise.fr, La Gazette ariégeoise, (consulté le 19 mars 2021).
  6. « The children of the Chateau de la Hille in Ariège », sur www.ariege.com (consulté le 18 mars 2021).
  7. (en) « Cartel suisse de secours aux enfants victimes de la guerre [1940-1941] », sur dodis.ch, Documents diplomatiques suisses (consulté le 19 mars 2021).
  8. a b c d et e (en) Walter Bernstein, « The children of the Chateau de la Hille in Ariège », sur ariege.com (consulté le 19 mars 2021).
  9. « La tragédie des enfants de La Hille », sur histoire.redcross.ch, Croix-Rouge suisse (consulté le 19 mars 2021).
  10. a et b « Ruth Schütz-Usrad racontée par sa sœur », sur memoirejuive.org, Mémoire juive, bulletin 33, (consulté le 19 mars 2021), p. 11.
  11. (de) Walter Otto Stucki, « Le ministre de Suisse à Vichy, W. Stucki, au chef du Département politique, M. Pilet-Golaz », sur dodis.ch, Documents diplomatiques suisses, (consulté le 19 mars 2021).
  12. Les 45 enfants raflés au château de la Hille sur campduvernet.eu.
  13. « Des Suisses face au nazisme. Devoir de désobéissance », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 19 mars 2021).
  14. a et b Perrenoud 2008, p. 21.
  15. Le Secours suisse, p. 19.
  16. Asher Cohen, « Les camps de la « zone libre » : Cohen (Monique-Lise) et Malo (Éric) (sous la direction de), Les camps du Sud-Ouest de la France, 1939-1940, Toulouse, Privat, 1994 », Annales du Midi, vol. 107, no 209,‎ , p. 100–103 (lire en ligne, consulté le 19 mars 2021).
  17. a et b (en) « A young Jewish woman's escape over the Pyrenees (Inge Berlin) », sur ariege.com (consulté le 19 mars 2021).
  18. Ruth Fivaz-Silbermann, La fuite en Suisse : les Juifs à la frontière franco-suisse durant les années de la "Solution finale", Calmann-Lévy, (ISBN 978-2-7021-6937-7 et 2702169376, lire en ligne). Voir note b.
  19. a b et c Perrenoud 2008, p. 29.
  20. a et b Enrico Valsangiacomo, « Les Français en train et les juifs... par la filière », critique d'un livre de Mme Im Hof-Piguet "La Filière. En France occupée, 1942-1944", publié en 1985, sur l'aide de Suisses aux enfants juifs pendant la guerre, et interview de Maurice Dubois, sur e-periodica.ch, (consulté le 20 mars 2021), p. 15.
  21. Daniel Bourgeois, « La Suisse, les Suisses et la Shoah » [PDF], sur memorialdelashoah.org (consulté le 20 mars 2021), p. 137, note 1.
  22. a et b Claire-Lise Droz, « Maurice Dubois, un Juste qui sauva les enfants du château de La Hille », sur arcinfo.ch, (consulté le 20 mars 2021).
  23. Le Secours suisse.
  24. « Histoire du château de la Hille », sur chateaudelahille.com (consulté le 19 mars 2021).
  25. Roques. Montegut-Plantaurel Monument commémoratif de la guerre de 1939-1945 sur patrimoines.midipyrenees.fr, 2013.
  26. Monument commémoratif de la guerre de 1939-1945 sur patrimoines.laregion.fr.
  27. « Couleur Lauragais - Les journaux - 2001 - CL n°31 - Histoire : L’épopée tragique de 80 enfants juifs à Seyre et au château de la Hille », sur couleur-lauragais.fr (consulté le 19 mars 2021).
  28. (en) « The Righteous Among The Nations : Maurice Dubois », sur righteous.yadvashem.org (consulté le 19 mars 2021).
  29. « Three young men pose for a photograph at the children's home of Chateau de la Hille, two years prior to joining the resistence Pictured left: Rudi Oehlbaum, Egon Berlin and Joseph Dortort. home. Yad Vashem later recognized both Maurice Dubois and Roesli Naef as Righteous Among the Nations », sur ushmm.org (consulté le 19 mars 2021).
  30. « Genève : soirée d’hommage aux “Justes de Suisse” qui ont aidé les juifs persécutés », sur cath.ch, Portail catholique suisse (consulté le 19 mars 2021).
  31. Les enfants du château de la Hille (1941-1945) : une tragédie humanitaire pendant la Seconde Guerre mondiale sur fschuppisser.ch, documents et analyses présentés par la Croix-Rouge suisse à l'occasion de l'inauguration du musée de Montégut-Plantaurel (Ariège), le  ; dossier réalisé par Philippe Bender, historien, Service de la communication, 2007.
  32. « Un enfant de ces années-là - Jacques Roth », sur halldulivre.com, Nancy, Non Lieu - Grand format - Le Hall du livre (consulté le 19 mars 2021).
  33. « Des enfants dans la tourmente », sur lepasdoiseau.fr, Le Pas d'oiseau éditions, (consulté le 19 mars 2021).
  34. Henry Massie, “Les suites des traumatismes chez les enfants. Les syndromes psychiatriques des enfants réfugiés de guerre” sur perspectivespsy.org, Perspectives Psy, vol. 57, no 3, juillet-, p. 168–174.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]