Musée de la Gaspésie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée de la Gaspésie
Logo
Logo
Informations géographiques
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Ville Gaspé
Adresse 80, boul. de Gaspé, Gaspé, Québec
Coordonnées 48° 50′ 02″ nord, 64° 28′ 42″ ouest
Informations générales
Date d’inauguration 1977[1]
Informations visiteurs
Site web Site officiel

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Musée de la Gaspésie

Le Musée de la Gaspésie est un musée québécois situé dans la ville de Gaspé. Sa mission est de conserver et mettre en valeur l'histoire et la culture de la Gaspésie. Il présente des expositions, publie Magazine Gaspésie et opère un centre d'archives historiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines du Musée de la Gaspésie remontent à la fondation, en 1962, de la Société historique de la Gaspésie (SHG) par les abbés Claude Allard et Michel Lemoignan[2]. Il s'agit d'un organisme privé, à but non lucratif, dont les principaux objectifs sont premièrement de colliger et conserver tous les ouvrages, documents et objets pouvant servir à l'histoire de la Gaspésie, deuxièmement d'étudier et faire connaître l'histoire régionale et finalement de publier une revue historique.

En 1963, la société historique lance la "Revue d'histoire de la Gaspésie", une revue consacrée à l'histoire, au patrimoine et à la culture gaspésienne[2],[3].

Dès sa fondation, la société historique amasse des publications, des archives et des objets avec l'objectif de créer un musée[2]. En attendant d'avoir un musée, la société accumule les documents et objets dans des « locaux de fortune »[3] que le Séminaire de Gaspé peut lui prêter[2]. Le projet prend véritablement son envol au début des années 1970 : démarches auprès du ministère des Affaires culturelles, études, recherche de financement, acquisition des terrains. En 1973, la préparation des plans est confiée à l'architecte rimouskois Gaston Martin. L'année suivante, l'ethnologue-muséologue Tadeusz Chwojka amorce des recherches sur le terrain afin de collecter des objets représentatifs de la culture gaspésienne.

Le 17 juin 1977, la société historique inaugure officiellement le Musée régional d'histoire et de traditions populaires. L'architecture du bâtiment est de type « Shed Style californien »[4]. Son apparence extérieure évoque un navire et à l'intérieur on retrouve trois salles d'expositions, une bibliothèque et des réserves servant à l'entreposage des objets et des archives. En 1982, vient s'ajouter à l'ensemble un monument commémorant la prise de possession du territoire par Jacques Cartier en 1534.

C'est d'abord à Tadeusz Chwojka qu'est confié le poste de directeur du musée (1973-1978). Par la suite, la direction générale sera assurée par Pierre Rastoul (1979-1981), Jean-Marie Fallu (1982-1989, 1991-1997), Cécile Gélinas (1989-1991), Jean Lavoie (1997-2003), Carlos Suich (2003-2006) et Sébastien Lévesque (2006-).

En décembre 1981, le musée procède au lancement du livre "Histoire de la Gaspésie", premier ouvrage de la collection "Les régions du Québec". L'année suivante, on crée la « Fondation de la Société historique de la Gaspésie » dont l'objectif est de soutenir financièrement les activités du musée. Au cours de son histoire, le Musée de la Gaspésie a d'ailleurs pu compter sur la générosité de nombreux donateurs, dont l'homme d'affaires gaspésien Jean-Louis Lévesque.

L'année 1984 est marquée par plusieurs événements : fêtes du 450e anniversaire de l'arrivée de Jacques Cartier, lancement de la série "Cahiers Gaspésie Culturelle", dévoilement de l'exposition "Un peuple de la mer" et création du "Prix du mérite culturel gaspésien". En 1987, on lance "Gaspésie, une histoire de mer", une exposition itinérante qui circulera dans sept provinces canadiennes.

En 1990, le service d'archives de la société historique, le Centre d'archives de la Gaspésie, est agréé par le ministère des Affaires culturelles[4].

En 1995, le vocable de Société historique de la Gaspésie disparaît. Le musée, la société historique, la revue d'histoire et le centre d'archives sont alors regroupés sous l'égide du Musée de la Gaspésie.

Le nouvel édifice du musée de la Gaspésie

L'année 2009 représente une date importante. Après plusieurs années, le projet d'agrandissement et de rénovation du musée voit enfin le jour. Dans un édifice d'architecture contemporaine, il profite de tout nouveaux espaces pour l'accueil, la boutique, les expositions, les collections et les archives.

Depuis sa fondation, le Musée de la Gaspésie a présenté 453 expositions dont 186, soit 41 %, ont été conçues et réalisées sur place. Sa collection comprend plus de 5 000 objets ethnographiques, artistiques, scientifiques et archéologiques. Le musée conserve également les fonds d'archives de près de deux cents individus et organismes gaspésiens.

La direction de la Société historique de la Gaspésie[modifier | modifier le code]

La présidence de la Société historique a d'abord été confiée à Michel Lemoignan (1962-1970, 1973-1976). Par la suite, le poste de président a été occupé par Cornélius Brotherton (1970-1972), Jules Bélanger (1976-1995), Michel Desjardins (1995-2000), Bernard Major (2000-2001) et Yvan Landry (2001-).

Le Magazine Gaspésie[modifier | modifier le code]

Publié depuis 1963, soit plus de quarante ans, le magazine a porté différents noms au cours de son histoire: "Revue d'histoire de la Gaspésie" (1963-1974), "Revue d'histoire et de traditions populaires de la Gaspésie" (1975-1980), "Gaspésie" (1981-1994) et "Magazine Gaspésie" (1995-).

De sa fondation en 1963 et jusqu'en 1980, le poste de rédacteur en chef du magazine a été occupé par Claude Allard. La relève a ensuite été assumée par Pierre Rastoul (1980-1981), Jean-Marie Fallu (1982-1989, 1991-1993, 2004-2009), Gilles Soucy (1989-1991), Laurier Côté (1995-1999), Louise Langevin (1999-2001), Sylvie Laperrière (2002) et Pascal Alain (2003-2004).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Musée de la Gaspésie, « Historique - Axes de développement du Musée de la Gaspésie » (consulté le 25 novembre 2010)
  2. a, b, c et d Jules Bélanger, p. 13
  3. a et b Musée de la Gaspésie, « Historique - La naissance du Musée » (consulté le 4 décembre 2010)
  4. a et b Jean-Charles Fortin, « Le Musée de la Gaspésie », Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique - Urbanisation, culture et société, sur Encyclobec,‎ (consulté le 27 août 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • Allard, Claude et Michel Lemoignan. "Aurons-nous enfin une société historique?", Le Voyageur, 12 avril 1962, p. 5.
  • Allard, Claude. "Le sens d'un musée", Revue d'histoire et de traditions populaires de la Gaspésie, 1978, no. 61, p. 2-3.
  • "Le musée: genèse du projet", Revue d'histoire et de traditions populaires de la Gaspésie, 1978, no. 61, p. 4-8.
  • Fallu, Jean-Marie. "Le Musée de la Gaspésie a quinze ans", Gaspésie, 1992, no. 188, p. 28-31.
  • Soucy, Gilles. "Le Musée de la Gaspésie a 20 ans ! Une entrevue avec Jules Bélanger", 1997, no. 129, p. 38.
  • Bélanger, Jules. "La genèse du Musée de la Gaspésie", Magazine Gaspésie, 2007, no. 159, p. 13-15.
  • Lévesque, Sébastien. "Un 30e anniversaire plein d'avenir pour le Musée de la Gaspésie", Magazine Gaspésie, 2007, no. 159, p. 22-24.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Jules Bélanger, « La GENÈSE du Musée de la Gaspésie », Magazine Gaspésie, vol. 44, no 1,‎ , p. 57 (ISSN 1207-5280)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]