Musée de la Bière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée Européen de la Bière
Alfons Mucha - 1897 - Bières de la Meuse.jpg

Cette affiche publicitaire réalisée par Alfons Mucha en 1897 pour promouvoir les bières de la Meuse a été reprise dans l'iconographie du musée européen de la bière.

Informations générale
Surface
2500m²
Visiteurs par an
20 000 visiteurs par an
Site web
Collections
Collections
Verres, objets publicitaires, affiches, machines brassicoles
Nombre d'objets
55 000 objets
Bâtiment
Protection
Localisation
Pays
Commune
Adresse
17 rue le moulin, 55700, Stenay
Coordonnées
Localisation sur la carte de la Meuse
voir sur la carte de la Meuse
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le musée de la Bière labellisé « Musée de France » et inscrit au titre des Monuments historiques est situé au sein de la ville de Stenay (Département de la Meuse - Région Grand Est). Musée mono-thématique géré par le Département de la Meuse, il retrace l’histoire des techniques, des traditions et des arts brassicoles, des origines mésopotamiennes à nos jours.

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire du bâtiment[modifier | modifier le code]

Inscrit monument historique par un arrêté du 24 février 1986[1], l’édifice, qui accueille aujourd’hui le Musée est l’un des plus anciens de la ville de Stenay. Son histoire remonte au XVIIe siècle, moment où la ville est transformée en une citadelle militaire. À cette époque, probablement entre 1609 et 1615, les remparts du château comtal des comtes de Bar datant du XIIe siècle sont remplacés par des fortifications modernes « type Vauban ». L’édifice est construit au sein de la nouvelle forteresse afin de protéger les denrées alimentaires des attaques et est désigné dans les archives sous le nom de « magasin-aux-vivres ».

Après la Révolution Française, le bâtiment est racheté pour devenir en 1879 une malterie fournissant les brasseries de la Meuse, des Ardennes et de la Meurthe-et-Moselle. La malterie fonctionne jusqu’au début de la Première Guerre mondiale.

À partir de 1914, date à laquelle les Allemands occupent la malterie et dissipent son contenu, le monument connait une longue période d’abandon entrecoupée d’usages disparates : d’abord champignonnière, puis fabrique d’aggloméré, le bâtiment devient en 1939 un dépôt de charbon. Pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), la malterie sert de caserne aux militaires français, de magasin-aux-vivres aux Allemands et de prison allemande aux Américains.

La création du musée de la bière[modifier | modifier le code]

Le Musée européen de la bière ouvre ses portes le 26 avril 1986 grâce à l’association culturelle stenaysienne appelée  « Groupement archéologique ». Fondée en 1972, l’association a pour mission première d’étudier les vestiges archéologiques du territoire du nord meusien. Dès 1975, ses activités se tournent principalement vers l’étude du patrimoine brassicole et les bénévoles collectent en dix ans plus de 45 000 pièces et lots d’objets relatifs aux activités et à la mémoire ouvrière brassicoles. Ce n’est qu’en 1984 que la ville de Stenay se rend acquéreur de l’ancienne malterie pour y installer le futur musée. Dès 1987, une convention est signée entre le Département de la Meuse et l’association du Groupement archéologique afin que le Musée de la bière intègre le réseau des musées de la Meuse, dite Conservation départementale. Le rôle du département s’affirme quand en 2004 les élus délèguent à la Conservation Départementale des études de rénovation du musée alors en proie à des difficultés financières. La départementalisation du musée qui intervient officiellement en 2008 permet à la structure de se professionnaliser et à la muséographie d’être entièrement rénovée. 

Le jardin de la bière[modifier | modifier le code]

Construit en 2003, dans le cadre d’un projet de mise en valeur des abords du bâtiment mené par la municipalité de Stenay, le « jardin de la bière » est pensé autour des plantes nécessaires à la fabrication de cette boisson. Il se place ainsi dans la continuité des collections du musée.  

Collections[modifier | modifier le code]

Réserve métaux.jpg

Élaborées par différentes collectes des membres du Groupement Archéologique de Stenay et, enrichies par les acquisitions du Département de la Meuse, les collections du musée de la bière rassemblent aujourd’hui plus de 55 000 objets et lots traitant l’ensemble des thématiques brassicoles. Peu anciennes, les pièces présentent une gamme de matériaux restreinte autour des métaux, du bois, de la pierre, du papier, du verre et plus rarement du cuir ou du tissu. En termes de conservation, les collections du musée ne présentent à première vue, aucun gros problème de conservation. Cependant, beaucoup d’instruments et de machines ont été récupéré après leur abandon. Ces circonstances ont pu fragiliser les matériaux et, ajoutés à leur volume, ces facteurs peuvent rendre difficile leur conservation. Certaines pièces de l’ancien Musée de Pays de Stenay racontant l’histoire de la ville et sa campagne ont été rattachées à cet ensemble départementalisé depuis 2008.

Œuvres majeures[modifier | modifier le code]

Alfons Mucha, Bières de la Meuse, affiche lithographique, 1897[modifier | modifier le code]

Dessinée par l’artiste tchèque Alfons Mucha en 1897, cette affiche lithographique en couleur est représentative de l’Art Nouveau qui s’empara de la ville de Paris dans les années 1890 et du style « Chéret » instauré par Jules Chéret, peintre et lithographe français. À travers la représentation d’une femme séduisante proche de la divinité gréco-romaine Cérès, A. Mucha fait la promotion des bières de la Meuse, une brasserie française installée à Bar-le-Duc. Cette affiche devient rapidement un véritable phénomène publicitaire. Comme en  état d’apesanteur, cette figure rêveuse aux épaules dénudées et à la taille fortement marquée dévoile ses charmes dans les extrêmes limites du publiquement acceptable pour les mœurs de la Belle Époque. Entre 1880 et 1914, la femme devient le personnage central de la plupart des affiches publicitaires et plus particulièrement de la publicité brassicole. En érotisant et hyper sexualisant cette figure, A. Mucha a su figer tout un ensemble de fantasmes conformes aux appétences de la gente masculine. La femme incarne un objet de désir, qui se transmet à l’objet à vendre.

Georges Janin, Vitrail de Saint-Anould, 1926[modifier | modifier le code]

Vitrail de Saint-Anould

Réalisé en 1926 dans l’atelier nancéien Höner Janin-Benoit de la main du maître-verrier Georges Janin (1884-1955), ce vitrail décorait initialement le Palais de la Bière de Nancy, un dancing datant du début du XXe siècle. Dans une esthétique Art Déco, ce vitrail relate le miracle de saint Arnould (582-641), un évêque de Metz devenu saint patron des brasseurs après avoir sauvé de la soif le cortège qui rapatriait ses cendres, en lui donnant de la bière à foison.

Cuves de brassage, brasserie Clawy-Warby, Ardennes, XXe siècle[modifier | modifier le code]

Acquis par le Groupement Archéologique en 1984, cet ensemble de cuves de brassage se trouvait à l’origine au sein des murs de la brasserie Clavy-Warby, une brasserie ardennaise du XXe siècle. Achetées par la brasserie entre 1945 et 1950, grâce aux paiements des dommages de guerre, ces cuves n’ont jamais servi. La mort prématurée de leur propriétaire empêcha leur mise en service. L’utilisation de ce type de cuves en cuivre martelées est attestée dès la fin du XIXe siècle. Le cuivre, excellent conducteur de chaleur et  ne s’altérant pas au contact de l’eau (contrairement au fer) est un  matériau propice à la fabrication de la bière.

Gestion et politiques culturelles[modifier | modifier le code]

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Graphique montrant l'évolution des fréquentations au Muée de la Bière

Programmation[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (novembre 2016)

Public adulte[modifier | modifier le code]

Pour les individuels, le musée offre en partenariat avec la taverne du Musée et divers organismes tout un panel de manifestations tels que des concerts, des conférences, ou encore des expositions temporaires en plus des collections permanentes.

Pour les groupes d’adultes, le musée de la bière propose de nombreuses activités : dégustations commentées de trois bières, repas à thème, visites guidées des collections permanentes ou visites guidées thématiques. 

Jeune public et scolaires[modifier | modifier le code]

Pour le jeune public, l’équipe éducative du musée de la bière a conçu un parcours dédié. Malto et Lupuline, les deux mascottes du musée offrent aux enfants la possibilité d’apprendre en s’amusant dans l’univers de la bière. Lors des vacances scolaires, le musée propose aux enfants accompagnés de leurs parents des ateliers de découverte baptisés « Mardis de Lupuline ».

Pour les groupes scolaires, le musée de la bière propose des ateliers pédagogiques adaptés à tous les niveaux scolaires, de la maternelle au secondaire, que ce soit en lien avec les collections permanentes ou les expositions temporaires. 

Expositions temporaires depuis 1998 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

  • Bière et tabac, 1998
  • Vézelise et les Brasseries de la Meuse, 2005
  • Les girouettes, 2008
  • Hommage à Charles Cournault, 2009
  • Jeanne d'Arc, 2010
  • Les vitraux patriotiques, 2011
  • Le trésor de Pouilly-sur-Meuse, 2012
  • Les arts de la table à la Renaissance, 2013
  • Valdart, 2014
  • Les jeux et jouets de la grande guerre, 2015
  • L'ivresse de la bataille: la consommation d'alcool sur le front 14-18, 2016

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Debize, « Le Musée de la Bière de Stenay », Monuments historiques, CNMHS, no 141,‎ , p. 66–67 (ISSN 0242-830X)
  • Stéphane Gaber, « Le Musée de la Bière de Stenay », Le Pays lorrain, Société d'histoire de la Lorraine & du Musée lorrain, vol. 73, no 4,‎ , p. 237–240 (ISSN 0031-3394)
  • Philippe Voluer, Stenay, le Musée européen de la bière : L'ancien magasin aux vivres de Stenay, ancienne malterie, Paris, Citédis, coll. « Étapes », , 47 p. (ISBN 978-2-911920-02-8, LCCN 99220546)
  • Denis Mellinger, Estelle Comte, "L'Ivresse de la Bataille. La consommation d'alcool sur le front 14-18. Publication en lien avec l'exposition temporaire du même nom, Département de la Meuse, 2016, p.48 (ISBN 978-2-36186-034-9) (Dossier [PDF]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :