Musée de l'image

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2017).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Cet article est en cours de réécriture ou de restructuration importante (14 mars 2017).

Un utilisateur prévoit de modifier cet article pendant quelques jours. Vous êtes invité(e) à en discuter en page de discussion et à participer à son amélioration de préférence en concertation pour des modifications de fond.
« Sourçage » et restructuration du texte.
Bandeau apposé par Mique88 (d · c) le 14 mars 2017.

 Ne doit pas être confondu avec Cité de l'Image ou Imagerie d'Épinal.
Musée de l'Image
Façade du musée de l'Image.
Façade du musée de l'Image.
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Épinal
Adresse 42 quai de Dogneville
Coordonnées 48° 11′ 02″ nord, 6° 26′ 50″ est
Informations générales
Conservateur Martine Sadion
Collections Images populaires et art contemporain
Nombre d’œuvres 100000 images
Protection Musée de France
Informations visiteurs
Site web http://www.museedelimage.fr

Géolocalisation sur la carte : Vosges

(Voir situation sur carte : Vosges)
Musée de l'Image

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée de l'Image

Le Musée de l'Image est un musée municipal créé en mai 2003 au 42 quai de Dogneville à Épinal dans les Vosges où est conservée l'une des plus importantes collections d'images populaires françaises et étrangères du XVIIe siècle à nos jours. Labellisé musée de France et fort de cette collection de 100 000 images, il fait partie du site Cité de l'Image comprenant également l'imagerie d'Épinal fondée par Jean-Charles Pellerin dont il détient les fonds.

Bâtiment[modifier | modifier le code]

Inauguré le 3 mai 2003[Note 1],[1], le musée de l’Image, qui fait face à la Moselle, est compris dans un bâtiment contemporain dont la façade en verre laisse deviner une « fête au village », gigantesque fresque formée d’une foule de petites images. Il a été conçu par Jean-Luc Gérard et Sigma, avec Jean-Jacques Raynaud pour maître d'œuvre[2]. D'une envergure de 2 000 m2, il se situe enfin devant l'imagerie Pellerin – fondée en 1796 et aujourd'hui appelée imagerie d'Épinal – dans le cadre du site « Cité de l'Image ». Le but original était de laisser l'aspect technique pour la visite de l'Imagerie quand l'aspect historique et culturel, la connaissance et la lecture de l'image notamment, s'appréhendaient au musée[3].

L'aile nord du musée abrite l'administration, le centre de documentation et le service des publics. Tandis que l'aile sud comprend l'accueil, les salles d'exposition et les réserves. Il existe un passage entre le musée de l'Image et l'Imagerie, utilisé aujourd'hui uniquement pour que les personnes à mobilité réduite entrant à l'imagerie. Devant le musée, une esplanade comprend un parking séparé par des barrières végétales.

Collection[modifier | modifier le code]

Conçu dès l'origine pour être un musée de l'image et non pas de l'imagerie[3] – même si ce domaine présentait un grand intérêt eu égard à la présence de nombreuses imageries en Lorraine – le musée de l'Image est un musée municipal.

Images anciennes[modifier | modifier le code]

Le musée de l'image conserve de nombreuses feuilles produites dans les grands centres imagiers français du XVIIe siècle à nos jours. Il est particulièrement riche de la période du XIXe siècle, qui voit la mise en place des imageries de l'ère industrielle dans l'est de la France (Épinal, Metz, Jarville, Pont-à-Mousson…). Les imageries étrangères sont également représentées : Europe (Allemagne, Italie, Belgique, Espagne, Autriche…), mais aussi Inde, Japon, Chine… Quelques éléments d'impression – bois gravés et pierres lithographiques – proviennent essentiellement de l'Imagerie d'Épinal.

En juin 2010, la ville d'Épinal acquiert la collection privée de Henri George. Cet ensemble, comptant quelque 85 000 pièces, se compose non seulement d'images populaires ou religieuses – dont des canivets particulièrement rares –, mais également de vues d'optique, de chromos publicitaires, et d'imprimés de colportage… Ces pièces viennent enrichir les collections du musée de l'image, qui voit ainsi son fonds tripler de volume. Le musée conserve depuis lors la plus importante collection d'images populaires en France (100 000 pièces environ).

Œuvres et images contemporaines[modifier | modifier le code]

Le musée de l’Image acquiert également des images contemporaines dans la continuité des productions traditionnelles. Par exemple une exposition nommée « Les Curiosités » présente les images pédagogiques scolaires créée par André Rossignol à Montmorillon dans les années 1950. Autre exemple des maquettes de construction de marque allemande, de maisons, sont mis en rapport avec les anciennes images à découper et monter soi-même.

Il développe aussi depuis son ouverture une politique d’acquisition d’œuvres d’artistes contemporains dont le travail s’est trouvé en rapport avec les images ; c'est la notion-clef du musée, le concept de connivence entre les œuvres. Les peintures de Dorothée Selz et les images de la série de guerre, les photographies de Clark et Pougnaud et le thème des degrés des âges, la photographie contemporaine de Karen Knorr, les œuvres de Jochen Gerner et Teun Hocks

Expositions[modifier | modifier le code]

Salle permanente[modifier | modifier le code]

Le Plan Bellot (1626) peint par Nicolas Bellot, symbole de la ville d'Épinal.

La salle d’exposition permanente développe sur 400 m2 l'histoire de l'imagerie populaire du XVIIe siècle à nos jours, et présente les graveurs, les centres imagiers… Elle explique les fonctions des images : édifier, jouer, instruire, vendre… Montrant images religieuses, historiettes pour enfants sages, images de propagande, théâtres de papier, feuilles de soldats, images satiriques et publicités, l'exposition aborde la plupart les thèmes traités dans l'imagerie populaire.

Pour des raisons de conservation, les images de la salle permanente sont remplacées tous les six mois pour ne pas être exposées trop longtemps à la lumière.

Expositions temporaires[modifier | modifier le code]

Plusieurs expositions temporaires sont proposées chaque année. Elles développent des thématiques qui permettent d’approfondir des sujets liés à l'imagerie. Depuis son ouverture, le musée a proposé des expositions temporaires sur des thèmes aussi variés que Napoléon[4], les contes de Perrault[5], les Amériques[6], les décors de théâtre[7], ou encore les années 1960…

Grâce à la lecture des images, le musée apporte un éclairage sur l'évolution des mœurs, des goûts, de notre imaginaire… Il élargit toujours le propos en comparant images d'hier et images d'aujourd'hui, afin que les unes permettent la compréhension des autres. Chaque exposition est l'occasion de faire connaître le travail d’artistes contemporains, en « connivence » avec les images anciennes.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Saint-Nicolas-des-Lorrains, Épinal, Musée de l'Image, 1996, 88 p.
  • Glucq, le bonheur d'apprendre, Épinal, Musée de l'Image, 1997, 9 fiches 30 x 40 cm.
  • Napoléon, images de légende, Épinal, Musée de l'Image, 2003, 103 p. (ISBN 2-912140-02-1)
  • Dorothée Selz, sage comme les images, Épinal, Musée de l'Image, 2003, 48 p. (ISBN 2-912140-03-X)
  • Jacqueline Salmon | Paysages d'Épinal, Épinal, Musée de l'Image, 2004, 48 p. (ISBN 2-912140-04-8)
  • Les Vilains, variations sur les images des contes de Perrault, Épinal, Musée de l'Image, 2004, 176 p. (ISBN 2-912140-05-6)
  • C'est la vie | Léonard Foujita, mon intérieur I et II, Images des Degrés des âges, Clark et Pougnaud, photographies, Épinal, Musée de l'Image, 2005, 124 p. (ISBN 2-912140-06-4)
  • Décors, théâtres de papier, le Théâtre du Peuple à Bussang, Épinal, Musée de l'Image, 2005, 208 p. (ISBN 2-912140-07-2)
  • L'Amour des images| Gladys, 1, Épinal, Musée de l'Image, 2006, 372 p. (ISBN 2-912140-080)
  • L'Amour des images | Création après trois ans à l'École Supérieure d'Art d'Épinal, 2, Épinal, Musée de l'Image, 2007, 272 p. (ISBN 2-912-140-09-9)
  • Les Années Martine, images de 1954 à 1965, Épinal, Musée de l'Image, 2007, 288 p. (ISBN 2-912-140-10-2)
  • Mythiques Amériques, Voyage avec les photographies de Dominique Darbois, Épinal, Musée de l'Image, 2008, 304 p. (ISBN 2-912140-11-0)
  • Ni tout à fait la même, ni tout a fait une autre, des chefs-d'œuvre comme modèles, Épinal, Musée de l'Image, 2009, 250 p. (ISBN 2-912-140-12-9)
  • La Pluie, images, textes et musiques, Épinal, Musée de l'Image, 2009, 96 p. (ISBN 2-912-140-13-7)
  • Sur les routes, Épinal, Musée de l'Image, 2010, 284 p. (ISBN 2-912140-14-5)
  • Connivence 1 | Claire Chevrier, photographies | Images indiennes, Épinal, Musée de l'Image, 2010, 168 p. (ISBN 2-912140-15-3)
  • Connivence 2 | Monde à l'envers | Patrick Neu, Épinal, Musée de l'Image, 2011, 224 p. (ISBN 2-912140-16-1)
  • Les neiges | Images, textes et musiques | Richard Petit, photographies, Épinal, Musée de l'Image, 2011, 119 p. (ISBN 2-912-140-17-X)
  • Le mystère des choses | « Tombés du ciel », légendes et miracles | Corinne Mercadier, photographies, Épinal, Musée de l'Image, 2012, 176 p. (ISBN 2-912-140-18-8)
  • C'est une « image d'Épinal », Épinal, Musée de l'Image, 2013, 294 p. (ISBN 2-912140-19-6)
  • 14/18 | L'enfant découpait des images | Paola de Pietri, photographies, Épinal, Musée de l'Image, 2014, 288 p. (ISBN 2-912140-20-X)
  • Thomas Scotto, La vie encore (illustration Zoé Thouron), Épinal, Éditions Pourquoi pas ?, 2014, 53 p. (ISBN 979-10-92353-14-3)
  • Tourments | Histoires d'amours et Christina Lucas, vidéos, Épinal, Musée de l'Image, 2014, 300 p. (ISBN 2-912140-21-8)
  • L'esprit des bêtes | Le rire de Benjamin Rabier | Charles Fréger, photographies, Épinal, Musée de l'Image, 2015, 328 p. (ISBN 2-912140-22-6)
  • Triomphe | Des victoires, Rome 300 av. J.-C., Paris 1998 | Frédéric Coché, Épinal, Musée de l'Image, 2016, 240 p. (ISBN 2-912140-23-4)
  • Les ombres. Ombres chinoises et autres variations, Épinal, Musée de l'Image, 2016, 391 p. (ISBN 2-912140-24-2)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La première pierre de la Cité de l'Image a été posée par le député-maire Michel Heinrich le 22 septembre 2000.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Martine Sadion, C'est une image d'Épinal, catalogue n° 18, p.  210.
  2. Dossier de l'Association nationale des Responsables de Cabinet des Collectivités territoriales (ARCCOL), 3-4-5 décembre 2004, p.  6.
  3. a et b Martine Sadion, « Le musée de l'Image à Épinal », Musées et collections publiques de France,‎ , p. 82 (ISSN 0996-0961)
  4. Napoléon, images de légende, Épinal, Musée de l'Image, 2003, 103 p. (ISBN 2-912140-02-1).
  5. Les Vilains, variations sur les images des contes de Perrault, Épinal, Musée de l'Image, 2004, 176 p. (ISBN 2-912140-05-6).
  6. Mythiques Amériques, Voyage avec les photographies de Dominique Darbois, Épinal, Musée de l'Image, 2008, 304 p. (ISBN 2-912140-11-0).
  7. Décors, théâtres de papier, le Théâtre du Peuple à Bussang, Épinal, Musée de l'Image, 2005, 208 p. (ISBN 2-912140-07-2).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Martine Sadion, « Le musée de l'image à Épinal », Musées & collections publiques de France, no 239-240,‎ , p. 82-83 (ISSN 0996-0961).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]