Musée de l'Imprimerie et de la Communication graphique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Musée de l'Imprimerie et de la Communication graphique
Image dans Infobox.
Entrée du musée.
Informations générales
Ouverture
Visiteurs par an
21 710 (2009)[1]
Site web
Collections
Collections
Histoire de l'imprimerie
Bâtiment
Protection
Localisation
Pays
Commune
Adresse
13, rue de la Poulaillerie
69002 Lyon
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lyon
voir sur la carte de Lyon
Red pog.svg

Le musée de l'Imprimerie et de la Communication graphique est un des musées de Lyon dont les missions principales sont d'enrichir, de conserver, de documenter et de valoriser auprès de divers publics le patrimoine livresque et graphique. Deux bannières signalent l'entrée de l'hôtel de la Couronne, siège du musée de l'Imprimerie, situé au 13, rue de la Poulaillerie.

Historique du Musée[modifier | modifier le code]

Le , Louis Pradel, maire de Lyon, inaugure le musée de la Banque à l'occasion du centenaire du Crédit lyonnais. Le , c'est le musée de l'Imprimerie qui s'ouvre au public. Le conservateur en est Maurice Audin qui le restera jusqu'à sa mort en 1975.

Installation de l'atelier d'imprimerie[modifier | modifier le code]

Le musée a vécu en 1988 une importante transformation : l'installation d'un atelier d'imprimerie en activité : casses, plombs, vignettes, initiales, presses à épreuves pour les démonstrations publiques et matériel typographique du XXe siècle pour la réalisation de publications internes : catalogues d'exposition, cartes postales, etc.

Le matériel acquis est celui de l'imprimerie de Maurice Audin et le financement de cette opération a été réalisé conjointement par la ville de Lyon et la direction du Livre et de la Lecture publique.

Dans cet espace, le musée met en place chaque année un programme d'activités qui permettent au public de se familiariser avec plusieurs techniques graphiques : typographie, calligraphie latine, enluminure, reliure, sérigraphie, illustration.

Casse typographique

Un rajeunissement de la muséographie en 2014[modifier | modifier le code]

Logotype du musée de l'Imprimerie et de la Communication graphique, créé par Bureau 205 en 2014.

Le musée de l'Imprimerie et de la Communication graphique a connu en 2014, à l'occasion de son cinquantième anniversaire[2], plusieurs changements orchestrés par le directeur de l'époque Alan Marshall. D'abord, la création d'un logo et d'une charte graphique, dont l'institution était jusqu'alors dépourvue. Le musée a fait appel à l'agence graphique Bureau 205, qui a conçu un logo facilement adaptable à tous types de publication, évoquant les filets utilisés par l'imprimeur-typographe lors de la composition[3].

La présentation de la collection permanente a également évolué vers une simplification des documents présentés et une adaptation des commentaires et des cartels explicatifs à la lisibilité moderne. Moins de documents, plus d'espace pour les visiteurs, des sections plus visibles, un parcours balisé ont été les maîtres-mots de la rénovation. Les cartels et les panneaux explicatifs sont bilingues français-anglais.

Un nouveau directeur depuis juillet 2015[modifier | modifier le code]

De 2002 à 2015, c’est l’historien Alan Marshall qui prend la direction du musée, après en avoir été le conseiller technique pendant dix ans[4].

Au départ en retraite d'Alan Marshall, un nouveau directeur a été nommé : Joseph Belletante, un chercheur universitaire qui a également été directeur des bibliothèques de Vienne.

Au musée de l'Imprimerie et de la Communication graphique, Joseph Belletante a été à l’initiative de plusieurs expositions temporaires, dont il assuré le commissariat pour certaines  : Bande dessinée : l'art invisible ( au ) ; Andy Warhol Ephemera ( au ) ; L'Odyssée des livres sauvés ( au ).

Le bâtiment : l'hôtel de la Couronne[modifier | modifier le code]

Cour intérieure

Le Musée de l'Imprimerie et de la Communication graphique est installé dans l'hôtel de la Couronne.

Cet édifice, dont l'origine remonte à la fin du XVe siècle, était destiné à un de ces entreprenants marchands lyonnais qui, du temps des guerres d'Italie, firent de leur ville une métropole européenne.

En 1604, les échevins et le prévôt des marchands quittent leur médiocre maison de Charnay, rue de la Fromagerie, et achètent à René de Thou, seigneur de Bonneuil et de Cely, l'hôtel de la Couronne. Ce fut là que se préparèrent les réceptions de Louis XIII à Lyon de 1618 à 1642. C'est là aussi qu'en 1643, la ville fut consacrée à Notre-Dame et que les échevins firent vœu d'aller chaque année en procession à Fourvière.

En 1646, le Consulat se trouve à l'étroit dans le logis de la Couronne, qui abrite le bureau de la Santé, l'Abondance, la police…L'hôtel est vendu avantageusement (52 000 livres tournois) et revient à son premier destin, celui d'entrepôt d'un grand négociant. Simon Maupin, voyer de la ville, dresse les plans de l'actuel hôtel de ville mais ce n'est qu'en 1655 que les services municipaux abandonnent l'hôtel de la Couronne.

En 1957, le Crédit lyonnais, propriétaire des lieux, fait don du bâtiment à la ville. Un des artisans principaux de la réhabilitation entreprise pour faire revivre ce monument est l’imprimeur Maurice Audin, cofondateur du musée avec l’historien du livre Henri-Jean Martin et le concours du bibliophile et libraire d'anciens André Jammes.

La restauration de la cour Renaissance.[modifier | modifier le code]

Le musée de l'Imprimerie
Escalier à vis

En 2018, la cour du musée a été restaurée par la Ville de Lyon, celle-ci possédant presque l'intégralité des bâtiments du musée. Une façade et un escalier à vis, tous deux classés, ont bénéficié d'importants travaux qui ont rendu au musée son élégance originelle.

Le parcours de l'exposition permanente[modifier | modifier le code]

Le parcours permanent du musée, repensé en 2014, comprend 9 sections :

  1. Les origines de l'imprimerie (avant 1450)
  2. L'imprimerie selon Gutenberg (1450-1500)
  3. Imprimerie et Renaissance (1500-1600)
  4. L'estampe
  5. L'Ancien Régime typographique (1600-1800)
  6. La Révolution industrielle (1800-1900)
  7. Photographie, impression couleur (1850-1900)
  8. La Révolution graphique (1880-1945)
  9. La société de l'information (1950-...)

Les expositions[modifier | modifier le code]

Un espace important, prolongeant les salles du musée, accueille également des expositions temporaires.

  • L'imprimerie, miroir de son temps (21 avril - 29 juillet 2007)
  • Minuscules, les livres de très petits formats au fil des siècles (2009 - 27 juin 2010)
  • Au bonheur des images, estampes populaires à la Guillotière au XIXe siècle (-26 juin 2011)
  • De la pierre à la page, Fernand Pouillon architecte du livre (23 novembre 2012 - 3 mars 2013)
  • Transatlantiques, l'épopée graphique des paquebots de légende (19 avril - 1er septembre 2013)
  • Le jardin des imprimeurs (10 avril - 15 juillet 2015)
  • Loupot (-28 août 2016)
  • SCOOP : une histoire graphique de la presse (9 octobre 2015 - 31 janvier 2016)
  • Typo,;:! (10 novembre 2016 - 12 février 2017)
  • La Bande dessinée : l'art invisible (14 avril - 20 septembre 2017)
  • Attention : Logo ! (22 novembre 2017 - 11 février 2018)
  • Andy Warhol Ephemera (23 mars - 16 septembre 2018)
  • L'Odyssée des livres sauvés (12 avril - 22 septembre 2019)

L'association des Amis du musée[modifier | modifier le code]

Le musée dispose d'une association d'Amis qui contribue activement à la vie de l'établissement par son implication financière et sa participation à l'enrichissement des collections et des activités. Les Amis du musée organisent ainsi chaque année un cycle de conférences animées par des historiens du livre, de l'édition, de l'imprimerie.

Les Amis achètent régulièrement des ouvrages et documents qu'ils offrent au musée pour compléter ses collections. Ils sont également présents au Centre de documentation du musée pour aider au dépouillement de la documentation considérable que possède le musée sur divers aspects de son histoire ou de ses collections documentaires.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Ce site est desservi par la station de métro Cordeliers. Bus en mode C Ligne C3 Ligne C5 Ligne C13 Ligne C14 Ligne C23 Bus TCL Ligne 9 Ligne 171

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fréquentation des musées de France », Museostat(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], sur culture.gouv.fr, (consulté le 3 mars 2020), p. 68.
  2. Musée de l'imprimerie (Lyon), Anselin, Yves, 19.-, Basset, Myriam, 19.- et Besnard, Roselyne, 1946-, Guide déraisonné des collections du musée de l'imprimerie et de la communication graphique., EMCC, (ISBN 978-2-35740-361-1 et 2-35740-361-6, OCLC 903318860, lire en ligne)
  3. Gautier, Damien (1971-....; graphiste)., Cortat, Matthieu., Marshall, Alan (1949-....). et Cortat, Matthieu., Un musée, un logotype : discussion à partir d'une identité visuelle mobile : [exposition, musée de l'imprimerie et de la communication graphique, Lyon, du 22 novembre 2017 au 11 février 2018 (ISBN 978-2-919380-24-4 et 2-919380-24-9, OCLC 1029210745, lire en ligne)
  4. [PDF] « Alan Marshall, chevalier dans l’ordre des Arts et Lettres », La Lettre du musée, no 17, Lyon, Musée de l’Imprimerie, décembre 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Favier 2009] Guillaume Favier, D’un musée du livre au musée lyonnais de l’imprimerie : une fondation par Maurice Audin (master 2 en Histoire - Cultures de l’écrit et de l’image), Université Lumière Lyon 2, , 121 p. (lire en ligne [PDF] sur enssib.fr).
  • Collectif, Guide déraisonné des collections du Musée de l'imprimerie et de la communication graphique, Lyon, EMCC, (ISBN 9782856820216)
  • Matthieu Cortat, Un musée, un logotype : discussion à partir d'une identité visuelle mobile, Lyon, Edition 205, (ISBN 9782919380244)

Liens externes[modifier | modifier le code]