Musée de l'Éphèbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Musée de l'Éphèbe et d'archéologie sous-marine
Musée de l'Ephèbe Archéologie Sous-Marine.jpg
Le musée vu depuis la passerelle conduisant au port
Informations générales
Type
Ouverture
Visiteurs par an
19 108 (2003)
13 270 (2004)
13 969 (2005)
13 131 (2006)[1]
Site web
Collections
Collections
Populations et échanges méditerranéens dans l'aire agathoise - Golfe du Lion. De la protohistoire à la période moderne.
Localisation
Pays
Commune
Adresse
La Clape, Le Cap d'Agde
34300 Agde
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Agde

(Voir situation sur carte : Agde)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Hérault

(Voir situation sur carte : Hérault)
Point carte.svg

Le musée de l'Éphèbe est un musée situé au Cap d'Agde (commune d'Agde), dans le département de l'Hérault en France. Il est le seul musée de France dédié à l'archéologie sous-marine et subaquatique[réf. nécessaire].

Description[modifier | modifier le code]

Le musée a été construit en 1984 par l'architecte Jean Le Couteur (par ailleurs architecte de la station du Cap d'Agde), autour d’une ancienne ferme du XVIIIe siècle, le mas de la Clape.

Il existait déjà une présentation d'objets archéologiques trouvés dans la mer ou le fleuve (amphores, ancres, céramiques…) au Musée Agathois Jules Baudou ou dans l'ancien évêché de la ville. Mais en 1964 fut découvert dans le fleuve Hérault, au pied de la cité antique, une pièce hors norme, un bronze hellénistique à l’effigie d’Alexandre le Grand, dit l’Éphèbe d'Agde (IIe siècle av. J.-C.)[2]. Afin de recevoir en dépôt cette œuvre emblématique (qui appartient à l’État), la Ville d'Agde dut s'engager à la demande du Ministère de la Culture à construire un nouvel équipement muséographique. Ce qui fut fait sur le site de la station du Cap d'Agde, construite à partir des années 70 dans le cadre de la Mission interministérielle dite Mission Racine.

Jusque là exposée au musée du Louvre[3], la statue de l'Éphèbe fut installée dans son musée au mois de mai 1987.

Le musée a reçu le label « musée de France » en 2002.

Collections[modifier | modifier le code]

Elles comprennent près de 3 000 objets et lots, issus de fouilles et prospections archéologiques ou de découvertes fortuites[4]. Reflétant la position géographique d'Agde à la croisée des eaux, tous les objets sont issus de la mer, du fleuve ou de l'étang de Thau. Ils ont été collectés dès le début des années 60 dans un environnement géographique proche, et mis en dépôt par le DRASSM, l'Etat étant propriétaire des collections.

Les collections s'échelonnent de la fin de l'âge du bronze (10e s. av. J.C.) jusqu'au premier tiers du 19e s (épave de la corvette Le Rhône, échouée en 1836). Bien que le musée ait l'image d'un musée d'Antiquité, il est en fait un musée diachronique, couvrant une très large période chronologique et touchant des réalité historiques très variées telles que l'habitat, le commerce, l'architecture navale, les objets d'art... Cette large portée historique fait son originalité au sein des musées archéologiques d'Occitanie, souvent spécialisés.

Les collections du musée s'enrichissent au gré des fouilles et des dépôts.

La visite du musée comprend :

  • le département médiéval et moderne : céramiques médiévales (Européennes et Islamiques), armement de la flotte royale et cargaisons d'épaves du XIIe au XIXe siècle ;
  • le département antique : le commerce maritime (amphores, vaisselle, fragment d'épave), la cité grecque et le bateau antique (architecture navale, ancres, vie à bord), une mosaïque du Ier siècle av. J.-C. illustrant une scène de la mythologie gréco-romaine, « le jugement de Marsyas »[5] ;
  • le département des bronzes : l'Éphèbe d'Agde, bronze hellénistique découvert dans le lit de l'Hérault en 1964, daté du IIe siècle avant notre ère ; un trépied en bronze étrusque (Ve siècle av. J.-C.), une aile de victoire et des pièces exceptionnelles découvertes récemment : deux statues romaines (Cupidon et un jeune garçon vêtu d'une tunique romaine et susceptible de représenter Césarion[6]) datées entre le Ier siècle avant et le Ier siècle de notre ère[7] ; importante section de protohistoire : site de La Motte[8] (habitat de l'âge du bronze) ; bronzes du site de Rochelongue (découverte 1964 A. Bouscaras)[9] ;
  • la salle des inventeurs : la richesse des autres découvertes sous-marines d'Agde et de sa région.

Expositions[modifier | modifier le code]

Le Musée organise des expositions temporaires. Les plus marquantes ont été celles dédiées à l'Antiquité Égyptienne : "La gloire d'Alexandrie" en 1998[10] (190 000 visiteurs) ; "Egypte, vision d'éternité" en 1999[11] (178 000 visiteurs). Ces expositions "phares" qui ont mobilisé d'importants moyens ont fortement contribué au rayonnement du Musée ainsi qu'à forger son image de musée de l'Antiquité.

A partir du 12 Octobre 2019 se tiendra une exposition consacrée à un brick suédois échoué au large de Maguelone en 1755, le Jeanne Elisabeth[12]. Elle viendra faire le bilan de 10 années de fouilles menées sur cette épave par le DRASSM.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Veille Info Tourisme, p. 123, consulté le 16 août 2010
  2. Collectif, sous la direction d'Odile Bérard-Azzouz, De l'Ephèbe à l'Alexandre d'Agde, Agde, Musée de l’Éphèbe et d'archéologie sous-marine, , 80 p. (ISBN 978-2-9541190-0-7)
  3. Recherche d'images dans Google
  4. Collectif, sous la direction d'Odile Bérard-Azzouz, Musée de l'Éphèbe, Agde, Ville d'Agde, , 160 p.
  5. [PDF] L’emblema d’Apollon et Maysyas (Cap d'Agde) : étude iconographique et technique – analyses des matériaux, page 3/12, publié le par Véronique Blanc-Bijon (avec la collaboration d'Yvan Coquinot) sur le site de l'Archive ouverte pluridisciplinaire HAL (consulté le 12 avril 2019)
  6. « Les deux statues d’enfant en bronze (Cap d’Adge) : étude iconographique et technique », INHA (« Actes de colloques »),‎ (lire en ligne)
  7. Luc Long, « L’épave des Riches Dunes à Marseillan : autopsie d’un contexte archéologique sous-marin encore mystérieux », sur journals.openedition.org, (consulté le 17 janvier 2019)
  8. Le site de la Motte à Adge (Hérault), mise à jour le sur le site l'Archéologie des Sociétés Méditerranéennes (ASM) (consulté le 12 avril 2019)
  9. Jean Gasco, Christian Tourette et Gwendoline Borja, « À propos du dépôt de bronze launacien de Rochelongue (Agde, Hérault) », publié sur le site OpenEdition (consulté le 12 avril 2019)
  10. Collectif, La gloire d'Alexandrie, Ville d'Agde, , 112 p.
  11. Collectif, Egypte vision d'éternité, Agde, , 144 p.
  12. « La Jeanne-Elisabeth (Hérault) », sur Archéologie sous-marine (consulté le 23 août 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]