Musée de Préhistoire des gorges du Verdon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Musée de Préhistoire des gorges du Verdon
Profil du troupeau prehistorique - Musée de Préhistoire des gorges du Verdon.jpg
Le musée de Préhistoire des gorges du Verdon - Quinson
Informations générales
Ouverture
Surface
4 274 m2
Visiteurs par an
77 000 (2011)
Site web
Collections
Collections
objets archéologiques du Paléolithique, Néolithique et âge des métaux
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Route de Montmeyan - 04500 Quinson
Coordonnées
Localisation sur la carte des Alpes-de-Haute-Provence
voir sur la carte des Alpes-de-Haute-Provence
Red pog.svg

Le musée de Préhistoire des gorges du Verdon est un musée départemental situé à Quinson dans les Alpes-de-Haute-Provence. Labellisé musée de France, il présente une collection de pièces archéologiques issues de cinquante ans de fouilles dans le Verdon. Construit par l'architecte Norman Foster, il est considéré comme l'un des plus grands musées sur la préhistoire en Europe.

Localisation[modifier | modifier le code]

Au cœur du parc naturel régional du Verdon, le musée de Préhistoire des gorges du Verdon se situe à Quinson dans les Alpes de Haute-Provence. Il se trouve à 100 km de Marseille, 95 km de Toulon, 140 km de Nice et 61 km de Digne-les-Bains.

Informations pratiques[modifier | modifier le code]

  • Le musée de Préhistoire des gorges du Verdon est ouvert du 1er février au 15 décembre.
  • Fermeture le mardi sauf pendant les vacances scolaires de la zone B, et juillet/août
  • Le musée de Préhistoire des gorges du Verdon est doté d’un service éducatif qui propose toute l’année des ateliers, visites et animations pour les groupes adultes, les groupes scolaires et le public individuel.
  • Le musée de Préhistoire des gorges du Verdon possède le label Tourisme et handicap pour le handicap moteur et le handicap mental. Il est certifié ISO9001 et Qualité Tourisme.

Historique[modifier | modifier le code]

Origines du musée[modifier | modifier le code]

De 1957 à 1971, des fouilles archéologiques sont menées dans le Verdon. L'opération archéologique est initiée par EDF qui, en prévision de la construction des barrages hydroélectriques de Sainte-Croix du Verdon, Quinson et Gréoux-les-Bains, lance une campagne de repérage des réseaux karstiques pour évaluer les risques liés à la mise en eau.

Henry de Lumley, Jean Courtin et Charles Lagrand, tous trois chercheurs au CNRS, sont chargés de ce vaste chantier. Les résultats de leurs fouilles ont révélé une grande quantité de mobilier archéologique et permis l’acquisition des données scientifiques essentielles à la connaissance des populations préhistoriques provençales. Au total, une soixantaine de gisements préhistoriques sont découverts. L’intérêt patrimonial et scientifique de ces collections a abouti à la création en 2001 du musée de Préhistoire des gorges du Verdon sous l’impulsion du conseil général des Alpes-de-Haute-Provence[1].

Le musée en quelques dates[modifier | modifier le code]

Le musée[modifier | modifier le code]

Une signature architecturale moderne[modifier | modifier le code]

Parvis du musée de Préhistoire des gorges du Verdon

Le musée de Préhistoire des gorges du Verdon a été imaginé puis conçu par Norman Foster, architecte entre autres du viaduc de Millau et du dôme du Reichstag à Berlin. L’édifice, de forme oblongue, s’étend sur une longueur de 120 mètres et totalise sur deux niveaux une surface de 4 274 m2.

La structuration du musée et la distribution des espaces publics et privés découlent de sa forme, dessinée par un jeu de courbes et de contre-courbes : le bâtiment est constitué d’un mur concave adossé à la colline et revenant en mode convexe vers le point d’origine. L’espace public ainsi créé entre ces deux courbes opposées devient le grand hall d’accueil, l’atrium[3].

La collection permanente du musée[modifier | modifier le code]

La fouille d’une soixantaine de sites archéologiques dans le Verdon, depuis plus de 50 ans, a livré une grande quantité de mobilier archéologique et des données scientifiques essentielles à la connaissance des populations préhistoriques provençales. Ces collections sont datées du Paléolithique, Néolithique et de l'âge du bronze[4].

L’objectif de l’exposition permanente du musée est de retracer l’aventure humaine en Provence, en restituant les résultats acquis depuis plusieurs décennies par les scientifiques. Le circuit muséographique est composé d’une vingtaine d’espaces qui remontent le temps depuis la formation du Verdon jusqu’à la conquête romaine soit un million d’années[5].

Les expositions temporaires[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Le troupeau préhistorique[modifier | modifier le code]

Le musée de Préhistoire a constitué un troupeau préhistorique composé :

Autour du musée[modifier | modifier le code]

Les gorges du Verdon, un ensemble de sites préhistoriques et archéologiques de référence[modifier | modifier le code]

Les gorges du Verdon sont habitées depuis le Paléolithique. À Quinson, la Baume Bonne est un site archéologique majeur. Elle livre le témoignage de la présence de l’Homme depuis 400 000 ans et illustre de manière éclatante l’importante occupation préhistorique de ce secteur.

La création du musée de Préhistoire des gorges du Verdon a permis de relancer un vaste programme de fouilles archéologiques laissées en suspens depuis la fin des années 1990. En effet, les scientifiques ont encore une connaissance partielle du Verdon et à ce jour, le grand canyon du Verdon, sur ces deux rives, n'a jamais fait l'objet de prospections systématiques, ni d'aucune étude archéologique d'envergure, thématique ou diachronique[2].

La grotte de la Baume Bonne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Baume Bonne.

La grotte de la Baume Bonne est un site archéologique majeur qui surplombe le Verdon. Elle témoigne de la présence de l’Homme dans le Verdon depuis 400 000 ans et illustre la stratégie de survie de nos ancêtres. Elle est classée monument historique depuis 1992.

Les indices d’une occupation humaine préhistorique dans le Verdon ont été révélés pour la première fois à la communauté scientifique par Bernard Bottet en 1946. Bernard Bottet a été sensibilisé à la Préhistoire par son cousin l’abbé Henri Breuil, préhistorien connu notamment pour ses travaux sur l’art du Paléolithique.

La visite de la grotte de la Baume Bonne est réalisée par le service éducatif du musée de Préhistoire des gorges du Verdon[8].

Le village préhistorique[modifier | modifier le code]

Reconstitution d'habitation néolithique

Afin de compléter la visite des sites archéologiques et du musée, un village préhistorique a été reconstitué au bord du Verdon. Conçu comme un espace d’animation, ce village propose des reconstitutions hypothétiques d’habitats ou de structures préhistoriques :

Le centre de recherche[modifier | modifier le code]

Le musée de Préhistoire des gorges du Verdon accueille des scientifiques, chercheurs et étudiants dans des espaces de recherche et des laboratoires. L'objectif est de permettre la réalisation des analyses essentielles à la compréhension d’un site archéologique, dans les domaines de la géologie et des paléoenvironnements[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

PatrImages DRAC PACA