Musée Galilée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée Galilée - Institut et musée d'histoire de la science
La façade d'entrée du musée
La façade d'entrée du musée
Informations géographiques
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Toscane
Ville Florence
Adresse Piazza dei Giudici 1
Monument Palazzo Castellani
Coordonnées 43° 46′ 04″ nord, 11° 15′ 21″ est
Informations générales
Nom local Museo Galileo - Istituto e Museo di Storia della Scienza
Date d’inauguration 1930
Collections Collection des Médicis, collections des Habsbourg-Lorraine
Instruments originaux de Galilée
Provenance des collections Galeries des Médicis et de la dynastie Lorraine
Genre des collections instruments scientifiques
Époque des collections Moyen Âge, Renaissance, âge moderne
Informations visiteurs
Site web [1]

Géolocalisation sur la carte : Toscane

(Voir situation sur carte : Toscane)
Musée Galilée - Institut et musée d'histoire de la science

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Musée Galilée - Institut et musée d'histoire de la science

Géolocalisation sur la carte : Florence

(Voir situation sur carte : Florence)
Musée Galilée - Institut et musée d'histoire de la science

Le musée Galilée (autrefois Institut et musée d’histoire de la science, en italien, Istituto e Museo di Storia della Scienza) est un des musées de la ville de Florence, capitale de la Toscane (Italie). Il contient également son institut.

Situé sur le bord de l'Arno, derrière la galerie des Offices, son siège est le palais Castellani, un édifice d’origine très ancienne (fin du XIe siècle), déjà connu à l’époque de Dante sous le nom de château d’Altafronte (it). Il est accessible par sa façade d'entrée sur la Piazza dei Giudici (it).

Le musée Galilée conserve une collection d’instruments scientifiques, témoignage matériel de l’importance attribuée à la science et à ses protagonistes de la part des représentants des dynasties des Médicis et des grands-ducs de Lorraine.

Le 10 juin 2010, après une fermeture de deux ans pour des travaux de restructuration, le musée d’histoire de la science a rouvert au public sous le nom de musée Galilée. L’inauguration a coïncidé avec le 400e anniversaire de la publication du Sidereus Nuncius (mars 1610), l’œuvre avec laquelle Galilée diffusa les nouveautés célestes vues à travers sa lunette.

Perspectographe du XVIIIe siècle (non-signé)

Le musée[modifier | modifier le code]

Le musée recueille les précieux instruments scientifiques provenant de la collection Médicis, qui étaient exposés dans le Stanzino delle Matematiche (Petite salle des Mathématiques) de la galerie des Offices et qui furent par la suite transférés au Musée de Physique et Histoire Naturelle, fondé par le grand-duc Pierre-Léopold de Lorraine en l’époque de la Maison de Habsbourg-Lorraine les collections scientifiques furent enrichies par d’importantes acquisitions de nouveaux instruments. En 1929 fut organisée à Florence la première exposition nationale d’histoire de science. À la suite de cette exposition, en 1930, l’université de Florence décida d’inaugurer en lieu du palais Castellani l’Institut d’histoire de la science avec un musée en annexe, qui reçut la collection des instruments médicéen-lorraines.

Le parcours de l’exposition s’articule autour de critères chronologiques et thématiques[1].

Collection médicéenne[modifier | modifier le code]

Sphère armillaire d'Antonio Santucci

Le premier étage, divisé en neuf salles, est dédié aux collections médicéennes, qui vont du XVe au XVIIIe siècle. Outre des instruments mathématiques raffinés, les instruments originaux de Galilée sont exposés (parmi lesquels les deux seuls télescopes existants), les instruments de l’Académie du Cimento et la collection exceptionnelle des globes terrestres et célestes, parmi lesquels se dégage la sphère armillaire d’Antonio Santucci.

  • Salle I : Le collectionnisme des Médicis
  • Salle II : L’astronomie et le temps
  • Salles III-IV : La représentation du monde
  • Salle V : La science de la mer
  • Salle VI : La science de la guerre
  • Salle VII : Le nouveau monde de Galilée
  • Salle VIII : L’Accademia del Cimento : art et science de l’expérience
  • Salle IX : Après Galilée : l’exploration du monde physique et biologique

Collection des Habsbourg-Lorraine[modifier | modifier le code]

Dans les neuf salles du premier étage se trouvent les appareils scientifiques de la maison de Habsbourg-Lorraine (XVIIIe et XIXe siècles), qui témoignent de la remarquable contribution toscane et italienne au développement de l’électricité, de l’électromagnétisme et de la chimie. Parmi les objets exposés, il y a le cires obstétriques de l’hôpital Santa Maria Nuova, le comptoir chimique du grand-duc Pierre-Léopold de Lorraine et les magnifiques machines de démonstrations des principes physiques fondamentaux, construits par l’officine du musée de physique et histoire naturelles.

  • Salle X : Le collectionnisme des Lorraine
  • Salle XI : Le spectacle de la science
  • Salles XII-XIII : L’enseignement des sciences
  • Salle XIV : L’industrie des instruments de précision
  • Salles XV-XVI : Mesurer les phénomènes naturels
  • Salle XVII : La chimie et l’utilité publique de la science
  • Salle XVIII : La science dans la maison

Les activités de recherche et de documentation[modifier | modifier le code]

Le musée Galilée propose des activités de recherche et de documentation en histoire de la science et de la technologie, en plus de la conservation et de la valorisation du patrimoine du musée. Les ressources de la bibliothèque et la vaste collection d’œuvres numérisées, accessibles sur Internet, sont à la disposition des chercheurs. Le musée participe à de nombreux projets de recherche en collaboration avec d’importantes institutions internationales, comme l'Académie royale des sciences de Suède, la Fondation Nobel, les instituts de la Société Max-Planck et l’université Harvard. En outre, il organise et participe à de nombreux congrès sur la muséologie scientifique et sur l’histoire des sciences et des techniques.

Les expositions[modifier | modifier le code]

Depuis plusieurs années le musée Galilée promeut la diffusion de la culture scientifique; c’est dans cet objectif qu’il organise des expositions sur le thème de l’histoire de la science et sur les rapports entre science, technologie et art, en Italie et dans le monde[2]. Parmi les plus importantes : Les ingénieurs de la Renaissance de Brunelleschi à Léonard de Vinci, L’esprit de Léonard, Les Médicis et les sciences, Le télescope de Galilée : l’instrument qui a changé le monde, Galilée : images de l’univers de l’antiquité au télescope, Vinum Nostrum : Art, science et mythes du vin dans les civilisations méditerranéennes antiques, Archimède : Art et science de l’invention.

Les publications[modifier | modifier le code]

Le musée promeut la publication d’œuvres de contenu historico-scientifique. Il édite deux revues: Nuncius, qui s’occupe d’histoire de la science, et Galilaeana, qui s’occupe des recherches portant sur Galilée. À ces dernières sont reliées deux collections d’études (Biblioteca di Nuncius et Biblioteca di Galilaeana) auxquelles s’ajoutent l’Archive de la correspondance des scientifiques italiens, la Bibliothèque des sciences italiennes et d’autres types de publications[3]. Le Musée publie des catalogues relatifs à ses propres collections et aux expositions temporaires dont il est le promoteur.

La bibliothèque[modifier | modifier le code]

Faisant partie de l’Institut depuis sa fondation, la bibliothèque du musée est maintenant située au troisième étage, dans l’ancienne loggia du Palais Castellani. L’inauguration dans sa nouvelle parure architectonique, qui lui a valu le prix « Bibliocom Biblioteche in vetrina », a été célébrée en 2002 par le président de la République Carlo Azeglio Ciampi[4]. Spécialisée en histoire des sciences, elle conserve 150 000 œuvres, dont 5 000 appartenant à des fonds anciens. Le fonds Médicéen-Lorrain est d’un intérêt tout particulier qui comprend des textes scientifiques, inhérents pour la plupart aux sciences physico-mathématiques, collectés au cours des siècles par les deux dynasties toscanes. La bibliothèque conserve en outre des fonds d’archives remontant aux XVIIIe et XXe siècles ainsi qu’une archive photographique relative à l’histoire des collections du musée, des instruments anciens et des lieux de science. Le fond moderne, implémenté annuellement par 1800 nouvelles acquisitions, couvre la production éditoriale en italien et dans la plupart des langues européennes. L’ensemble du matériel est catalogué de manière analytique et peut être recherché dans l’OPAC de la base de données cumulative. Au côté des activités de la bibliothèque, on insère la rédaction de bibliographies (en particulier la Bibliographie galiléenne) et de façon plus générale le signalement sur catalogue de documents d’intérêt historico-scientifique même s’ils ne sont pas possédés. En 2004 est née la bibliothèque numérique conçue comme un système informatif qui conserve et publie des collections numériques thématiques d’intérêt historico-scientifique[5].

Le laboratoire multimédia[modifier | modifier le code]

Conscient de l’importance des technologies de l’information et de la communication, en 1991 le musée Galilée s’est doté d’un laboratoire multimédia. Le laboratoire s’occupe de la production d’applications interactives hors-ligne et en ligne pour les activités de vulgarisation et de documentation du musée, relatives soit aux collections permanentes soit à des expositions ou d’autres événements, et des constructions d’archives numériques pour la recherche historico-scientifique.

Brève bibliographie sur le musée Galilée[modifier | modifier le code]

  • Museo Galileo. Capolavori della scienza (édité par Filippo Camerota), Florence, Giunti Editore, (ISBN 9788809-748811)
  • Museo Galileo. Guide des trésors du musée (édité par Filippo Camerota), Florence, Giunti Editore, (ISBN 9788809778146)
  • Section interactive. Galilée et la mesure du temps (édité par Filippo Camerota), Florence, Giunti Editore, (ISBN 9788809778160)
  • Oggi scopro... il Museo Galileo di Firenze (édité par Filippo Camerota), Milan, Touring Junior, (ISBN 9788836551200)
  • Displaying Scientific Instruments: From the Medici Wardrobe to the Museo Galileo (édité par Filippo Camerota), Milan, Goppion, (ISBN 9788888714172)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (it+en) « Site officiel du Musée Galilée »
  2. (it+en) « Site officiel du Musée Galilée,Liste des expositions »
  3. (it+en) « Site officiel du Musée Galilée, Liste des publications »
  4. (en) Stefano Casati, « The new library of the Institute and Museum of history of science », Nuncius, Florence, vol. 17, no 2,‎ , p. 3-8
  5. Stefano Casati, « The Digital Library », Annali del Laboratorio museotecnico, vol. 5, no Displaying scientific instruments: from the Medici wardrobe to the Museo Galileo,‎ , p. 341-347

Liens externes[modifier | modifier le code]