Musée d'Art et d'Histoire de Toul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Musée d'art et d'histoire de Toul
Façade du Musée d'Art et d'Histoire de Toul.jpg
Le musée d'art et d'histoire de Toul, rue Gouvion-Saint-Cyr
Informations générales
Type
Visiteurs par an
11 000 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Collections
Collections
Archéologie, histoire, ethnologie, arts décoratifs, beaux-arts, arts graphiques
Bâtiment
Protection
Logo monument historique Classé MH (1980, salle des malades de l'ancienne Maison-Dieu)
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
25 rue Gouvion-Saint-Cyr, 54200 Toul
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lorraine
voir sur la carte de Lorraine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Meurthe-et-Moselle
voir sur la carte de Meurthe-et-Moselle
Red pog.svg

Le musée d'art et d'histoire de Toul est un musée de la ville Toul qui comprend, entre autres, des peintures, des tapisseries, des faïences et de l'archéologie. Il existe depuis 1872. Il occupait jusqu'en 1939 une partie de l'ancien palais épiscopal, qu'il partageait avec la mairie et différents services administratifs.

Depuis 1985, le musée est installé dans l'ancienne Maison-Dieu dont la fondation remonterait au Xe siècle sous l’épiscopat de saint Gérard (963-994). Une grande partie du fonds lapidaire est conservée et exposée dans l’ancienne « chapelle des Malades », construite au XIIIe siècle et de style gothique. La Maison-Dieu, pour cette salle des malades (incluant la chapelle, le cloître, ainsi que la porte d'entrée), a été classée au titre des monuments historiques par arrêté du [1].

Le musée a été rebaptisé Musée d’Art et d’Histoire Michel Hachet en 2019[2]

Collections[modifier | modifier le code]

Salles d'archéologie[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Moyen-Orient[modifier | modifier le code]

Collection d'objets en provenance d'Égypte, de Babylone, de Syrie.

Protohistoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Partie du trésor de Chaudeney.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Salle lapidaire[modifier | modifier le code]

Salle des tapisseries[modifier | modifier le code]

Des tapisseries des Provinces du nord (Oudenarde), un triptyque sur les mariages du roi David et un autre sur les Ethiopiques représentant Théagène et Chariclée. D'autres tapisseries relatent le combat d'Héraclès contre le lion de Némée, la Continence de Scipion une dernière sur le triomphe de Cérès.

Salles d'histoire religieuse[modifier | modifier le code]

Le catholicisme dans le Toulois[modifier | modifier le code]

Salle des icônes russes[modifier | modifier le code]

La salle des icônes russes est ouverte au public depuis le , jour de son inauguration[4].

Salles d'histoire militaire[modifier | modifier le code]

Première Guerre Mondiale (1914-1918)[modifier | modifier le code]

Deuxième Guerre Mondiale (1939-1945)[modifier | modifier le code]

L'Armée de l'Air à Toul[modifier | modifier le code]

Salles de beaux-arts[modifier | modifier le code]

Deux salles du premier étage consacrées aux tableaux.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Deux tableaux de Jean-Jacques Le Barbier: Apothéose de Lulli et Apothéose de Rameau. tableau "Le précoce" d'Henri Royer et ,"Le pain" d'Emile Friant, "La Bergerie" d'Albert Brendel (dépôt de l'Etat).

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Salles d'arts et traditions populaires[modifier | modifier le code]

La médecine d'antan : des objets en étain en usage dans l'ancien Hôtel-Dieu sont présentés au 1er étage[modifier | modifier le code]

L'agriculture : en réserves[modifier | modifier le code]

L'apiculture : en réserves[modifier | modifier le code]

La viticulture : en réserves[modifier | modifier le code]

Les pompiers : en réserves[modifier | modifier le code]

Les tuileries du Toulois[modifier | modifier le code]

L'atelier du potier[modifier | modifier le code]

La Faïencerie Toul-Bellevue : cette section présente les productions de la faïencerie de manière chronologique[modifier | modifier le code]

La faïencerie de Toul-Bellevue fondée au milieu du XVIIIe siècle, à Toul, par le maître-faïencier Charles François, est l'une des grandes manufactures de Meurthe-et-Moselle, ayant contribué à la renommée des célèbres faïences de Lorraine elle a été fermée en 1939. La famille Aubry, qui de génération en génération, dirige la société, oriente la production d'abord vers les pièces de grande taille, ou très usuelles, avant, à partir de 1872, d'intégrer des décorateurs et de produire des pièces très finement décorées, suivant les modes successives de la Belle Epoque. Ses participations récurrentes aux Expositions universelles assoient sa renommée (le stand de 1889 sera reconstitué avec les deux grands vases d'1,60 mètres réunis depuis l'exposition de 2019).

Galerie des gravures[modifier | modifier le code]

Dans les couloirs du rez-de-chaussée, des graveurs locaux comme M. Gustave Levy, des villes de Lorraine...

Animations[modifier | modifier le code]

  • Exposition temporaire, les monnaies épiscopales,
  • Exposition Émile Moselly en 2018.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « PA00106408 », notice no PA00106408, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. « Le Musée d'Art et d'Histoire de Toul prend le nom de Michel Hachet », sur https://celt-toul.blogspot.com, (consulté le 13 mars 2019) : Samedi 21 septembre, une foule composées d'élus, amis, représentants associatifs, personnels du musée… s'est retrouvée dans la salle lapidaire aux côté de la famille de Michel Hachet pour ce "baptême". Le musée doit beaucoup à Michel Hachet, président du CELT jusqu'en 2016, décédé le 31 août 2018. Il en fut l'initiateur, et le conservateur bénévole pendant de nombreuses années. Après les discours, une plaque a été dévoilée sur la façade, au 25 rue Gouvion-Saint-Cyr, par sa famille au côté du Maire de Toul
  3. HACHET (Michel), « À propos de la pirogue monoxyle du Musée d'Art et d'Histoire de Toul », in Études Touloises, Toul, 2002, numéro 101, p. 20.
  4. HACHET (Michel) et LAMARQUE (Vincent), « La salle des icônes du musée de Toul », in Pays Lorrain, 2009, Numéro 1.
  5. BENA (Olivier), « Alfred Renaudin (1866-1944) », in Bulletin municipal de Val-et-Châtillon, 2010.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]