Musée départemental Maurice-Denis « Le Prieuré »

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée départemental Maurice-Denis « Le Prieuré »
Ancien hôpital Maintenon 05961.jpg

« Le Prieuré » vu du jardin

Informations générales
Visiteurs par an
27 021 (2003)
26 955 (2004)
25 412 (2005)
29 339 (2006)
36 243 (2007)[1]
Site web
Collections
Collections
Peintures
Localisation
Pays
Commune
Adresse
2 bis, rue Maurice-Denis
78102 Saint-Germain-en-Laye
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Île-de-France
voir sur la carte d’Île-de-France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Ouvert au public en 1980, le musée départemental Maurice-Denis situé dans la maison-atelier du peintre éponyme, à Saint-Germain-en-Laye, abrite des œuvres de Maurice Denis et des peintres symbolistes et nabis.

L'édifice[modifier | modifier le code]

Maurice Denis loua le domaine, ancien hôpital général royal[2] datant du XVIIe siècle, commandé par Madame de Montespan[3], et commença à y travailler dès 1910. Il en devint propriétaire en 1914, après que la municipalité décida de se séparer du bâtiment. Il le renomma « Le Prieuré », du nom d'une rue en contrebas. Il y loge sa famille et accueille des proches, notamment artistes, comme les Paul Sérusier, Pierre Bonnard, Ker-Xavier Roussel ou encore Édouard Vuillard. Il rénove aussi la chapelle du bâtiment avec l'architecte Auguste Perret, plaçant le décor sous l'égide de Sainte Marthe, après la mort de son épouse Marthe en 1919. Il y réalise les peintures murales, les vitraux (en collaboration avec Marcel Poncet) et l'ensemble du mobilier liturgique. Consacrée en 1922, la chapelle servira d'église de quartier. Maurice Denis vivra au Prieuré jusqu'à sa mort accidentelle survenue en novembre 1943[4].

Par la suite, le bâtiment fut transformé en un institut médico-pédagogique jusqu'en 1973. Après la donation par la famille du peintre d'une importante collection de peintures, le Conseil général des Yvelines fait l'acquisition du Prieuré qui devient en 1976 un musée départemental[3].

Les collections[modifier | modifier le code]

La Princesse dans la tour, tableau de Maurice Denis (1914).

Parmi les œuvres du groupe des nabis, outre celles de Maurice Denis, on peut y voir des toiles de Paul Gauguin, Charles Filiger, Paul Sérusier, Émile Bernard, Georges Lacombe, Paul Ranson, Odilon Redon, Pierre Bonnard, Édouard Vuillard, Félix Vallotton, Théo van Rysselberghe, Wladyslaw Slewinski, Piet Mondrian. Le musée présente également de nombreux vitraux, en particulier de Denis, d'Albert Besnard et de Gruber.

La Fille du patron, tableau de Paul Gauguin (1886).

On peut visiter également la chapelle[5] jouxtant le bâtiment principal, restaurée et décorée par Maurice Denis entre 1915 et 1928. L'ensemble est une bâtisse imposante qui comprend un parc arboré exposé au sud et qui garde un certain charme[6]. L'ensemble a été classé monument historique en février 1976[7].

Tourné à l'avantage de ses visiteurs, le musée organise des expositions temporaires et de nombreuses activités culturelles pour enfants et adultes afin de mieux comprendre ce mouvement avant-gardiste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr)[PDF]Veille Info Tourisme, p. 121, consulté le 30 juin 2010.
  2. Au début du XIXe siècle le peintre Joseph-Désiré Court y installa son atelier.
  3. a et b Benjamin Locoge, « Maurice Denis, son prieuré monastique », Paris Match, semaine du 22 au 28 juin 2017.
  4. Histoire du bâtiment sur le site Internet du Conseil général des Yvelines.
  5. La chapelle sur le site Internet du Conseil général des Yvelines.
  6. Le jardin sur le site Internet du Conseil général des Yvelines.
  7. Monument historique sur le site Internet « Patrimoine » de France du ministère de la Culture (France).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :