Musée d'Art Kimbell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Kimbell Art Museum
Kimbell Art Museum.jpg
Informations générales
Type
Gestionnaire
Kimbell Art Foundation (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Bâtiment
Architectes
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte du Texas
voir sur la carte du Texas
Red pog.svg
Localisation sur la carte des États-Unis
voir sur la carte des États-Unis
Red pog.svg

Le musée d'art Kimbell (Kimbell Art Museum) est un musée d'art généraliste qui se trouve à Fort Worth, au Texas. Ses bâtiments ont été construits par l'architecte américain Louis Kahn.

Historique[modifier | modifier le code]

Kimbell Art Museum est situé dans le quartier culturel de Fort Worth (Texas), aux États-Unis. Il abrite une petite mais merveilleuse collection d'Europe, d'Asie et d'œuvres précolombiennes, ainsi que des expositions d'art itinérantes. Le bâtiment, considéré un chef-d'œuvre de l'architecture du XXe siècle[réf. souhaitée], a été conçue par Louis Kahn.

Le Kimbell Art Institute a été créé à la suite d'une demande de Kay Kimbell, un Texan industriel et collectionneur d'art, d'établir un institut d'art pour le peuple du Texas. À sa mort en 1964, sa veuve, Velma Kimbell Fuller, a décidé d'utiliser l’héritage pour financer l'Institut.

Architecture du musée[modifier | modifier le code]

Le bâtiment[modifier | modifier le code]

Le bâtiment a été commandé en 1966 et a ouvert en 1972. C'est l'un des chefs-d'œuvre de l'architecte Louis Kahn, les 11 150 m2 de construction prennent la forme d'une série d'espaces définis par des voûtes en berceau parallèles. Les interruptions et irrégularités entre les principaux espaces sont vécues comme des variations rythmiques : six voûtes en berceau parallèles, en béton armé, définissent une composition tripartite, le volume central se réduit à quatre travées. Les façades aveugles en travertin donnent au musée l'allure d'une forteresse (comparable à celle des ksars du sud tunisien), image chère à Louis Kahn. La stricte géométrie de l'ensemble souligne clairement chacune partie du bâtiment.

  • Le hall ouest, la librairie et la cafétéria sont habillés d’un parquet en chêne blanc. La cour intérieure du musée expose Aristide Maillol, L'Air, bronze conçu en 1938 et réalisé en 1967 (édit. 6).
  • Le rythme spatial s'étend à l'extérieur, sur le côté ouest du bâtiment, au-delà du plan d’eau se développe sentiers et jardin arborée sur le terrain.
  • L’entrée est du musée est annoncée par la sculpture en bronze de Joan Miró Femme s'adressant au public, projet pour un monument de 1981. Elle fait face à celle en acier corten de Richard Serra Vortex, signal du MAM de Tadao Ando.

Dans l’organisation du musée, l'architecte Louis I. Kahn distingue « espace servant » et « espace servi » c’est un principe fondamental qui fait référence à l'architecture classique de Palladio ou encore à celle de Schinkel (Altes Museum de Berlin)[réf. souhaitée].

La lumière[modifier | modifier le code]

L’excellent traitement de la lumière de Kahn est approprié à l’exposition de tableaux[réf. souhaitée]. Le long de la voûte en béton et par-dessous, des diffuseurs de lumière renvoient la lumière naturelle depuis une fente étroite située au zénith ; cela a pour effet de rendre douce l’ambiance intérieure de la construction en béton armé, la lumière y est parfaitement diffusée et précise. Le Kimbell Art Museum est réputé[réf. souhaitée] pour son utilisation imaginative de la lumière naturelle, ses grands espaces et son atmosphère paisible. Ce musée a reçu la plus haute distinction de l'American Institute of Architects ainsi que d'éminents prix nationaux pour l'éclairage et la construction[réf. souhaitée].

L’architecte[modifier | modifier le code]

Architecte américain d’origine ashkénaze de l'Empire russe (né à l'île d’Ösel, aujourd’hui Saaremaa, en Estonie, en 1901 et mort à New York, en 1974), il contribua au développement de l’architecture postmoderne en abandonnant le style international du Bauhaus et le fonctionnalisme. L’une de ses idées maîtresses était que les espaces de service ou aires principales d’activité, notamment les ascenseurs, les installations de chauffage et les circuits de refroidissement, pouvaient être physiquement séparés, tout en constituant un ensemble fonctionnel esthétique. Kahn se fit connaître par ses déclarations sur l’architecture et son profond engagement dans les concepts d’ordre, de forme et de design[réf. souhaitée].

La collection[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Œuvre conservée au musée d'art Kimbell.

Le musée a d'abord abrité la collection d'art « Kimbells », elle s’est élargie depuis, avec le souci d'acquérir des œuvres de première qualité.

Le musée n'est pas grand, mais la collection d'œuvres d'art est vaste et ne serait pas à sa place dans l'une des grandes galeries d'art. Depuis son ouverture en 1972, il s'est avéré l'un des musées des beaux-arts les plus prestigieux des États-Unis, offrant certaines des œuvres les plus fascinantes au monde.

Les Tricheurs du Caravage, pièce maîtresse du musée.

Il possède des œuvres d'art Renaissance, comme Le Christ bénissant de Bellini; maniériste et baroque, comme celles du Caravage avec une des pièces maîtresses du musée Les Tricheurs, tableau acheté en 1987, du Greco, de Frans Hals, de Pierre de Cortone, de Vélasquez (Portrait de don Pedro de Barberana), de Rembrandt et Rubens, ou encore La Tour ou Poussin (Le Sacrement de l'Ordre); et pour le XVIIIe siècle, de Luis Meléndez (Nature morte aux oranges et au pot de miel), de Thomas Gainsborough, Watteau, et Élisabeth Vigée Le Brun, et ensuite Goya avec le Portrait de Pedro Romero.

On trouve aussi dans la collection des romantiques comme Géricault, de grands noms de l'art impressionniste, comme Monet et Sisley (Pêcheurs étendant leurs filets), ou post-impressionnistes (Caillebotte) et de grands noms de l'art moderne, comme Cézanne, Gauguin, Picasso (Homme à la pipe) et Matisse (L'Asie) parmi tant d'autres.

Il expose le seul tableau d'Adam Elsheimer au public en dehors de l'Europe. Deux importantes peintures de Piet Mondrian marquent la fin de la période moderne.

Il présente une collection d'antiquités classiques allant de la période assyrienne aux Chypriotes grecs et romains. La collection comprend aussi l’Asie avec des pots de Chine néolithique et des œuvres des dynasties Tang, Song et Ming. L'art japonais est axé sur les périodes de Momoyama et d'Edo.

Quelques chefs-d'œuvre de la collection des peintures[modifier | modifier le code]

Le pavillon Piano[modifier | modifier le code]

Le pavillon Piano en 2016

En 2013 un nouveau bâtiment le « pavillon Piano » a été inauguré, c'est une réalisation de Renzo Piano Building Workshop + Kendall/Heaton Associates. S'élevant à la même hauteur et à seulement 70 mètres de son voisin. Sa colonnade en garde l'esprit de simplicité et de légèreté, et se limite à trois matériaux, verre, béton et bois. Lui aussi met l'accent sur la lumière naturelle et s'oriente aussi sur la façade ouest que Kahn considérait comme l'entrée principale. Cet espace accueille les expositions temporaires et la partie éducation ; deux activités qui sont en pleine croissance au musée. Le pavillon est entouré d'ormes et de chênes rouges[réf. souhaitée].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :