Musée Pietro Canonica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Musée Pietro Canonico
Museo Pietro Canonico
Museo Pietro Canonica - entrance.jpg
Façade du musée Pietro Canonica
Informations générales
Type
Musée consacré à Pietro Canonico
Ouverture
1995
Site web
Bâtiment
Protection
Bien culturel en Italie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Commune
Rome
Adresse
via Pietro Canonica, 2 - Villa Borghèse
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Latium

(Voir situation sur carte : Latium)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Rome

(Voir situation sur carte : Rome)
Point carte.svg

Le musée Pietro Canonica (en italien : Museo Pietro Canonica) est un musée de Rome, en Italie, situé 2 via Pietro Canonica, dans le parc de la villa Borghèse. Il est consacré à l’œuvre de Pietro Canonica.

Histoire[modifier | modifier le code]

La maison est citée dans des documents du XVIIe siècle, sous le nom de Gallinaro : des autruches, paons et des canards y étaient élevés pour fournir la chasse de la famille Borghese[1].

Le nom actuel, Fortezzuola, en français : la forteresse, vient du fait qu'elle représente les murs de la ville, dans le style médiéval. Elle est attribuée à Antonio Asprucci (it). En 1793, au cours des travaux Gianni Felice, y insére, dans la façade, huit cariatides au- dessus des fenêtres et des portes[1].

Plus tard, en 1919, le bâtiment, qui était utilisé en tant que bureaux administratifs, subit un incendie, qui décide de son abandon ultérieur[1].

En 1926, il est prêté à Pietro Canonica, qui réorganise le bâtiment et transforme les écuries en salles d'exposition de son travail[1].

Il semble que la ville lui avait initialement accordé la Casina di Raffaello (it), située à proximité du musée, également à la Villa Borghese. Mais, elle était trop petite pour accueillir les œuvres qu'il réalisait.

À la disparition du sculpteur, en 1959, une première collection d'œuvres forme le noyau du musée[1]. Après la mort de sa seconde épouse en 1987[1], les meubles de la résidence sont donnés à la ville de Rome, conformément à ses dernières volontés[1].

Description[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g « La Fortezzuola (la forteresse) », sur Site officiel du musée (consulté le 25 mars 2016).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Raggio M.A., Il Museo Canonica, Rome, F.lli Palombi,
  • (it) Raggio M.A., Il Museo Canonica a Villa Borghese : Musei e Gallerie d'Italia, XV,41-42, Rome, F.lli Palombi,
  • (it) Campitelli A., Il Museo Canonica. Le sculture, Rome, F.lli Palombi,
  • (it) Lacroce M.G., Dalai Emiliani M. et A. Campitelli, L. Cassanelli, Storia dell'arte moderna : Una casa d'artista a Roma: Il Museo Canonica, Rome, 1998-99
  • (it) Lacroce M.G., Bollettino dei Musei Comunali di Roma : Un esempio di casa d'artista a Roma: il Museo Canonica, Rome, "L'erma" di Bretschneider, , p.169-183
  • (it) auteurs variés et Carla Scicchitano (texte), Il Museo Pietro Canonica, Rome, De Luca Editori D'Arte,

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Source de la traduction[modifier | modifier le code]