Musée Goupil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée Goupil
Collection Goupil du musée d'Aquitaine.png

Œuvres choisies de la collection Goupil. Réalisation B.Tarrats, mairie de Bordeaux

Localisation
Pays
Commune
Adresse
20 Cours Pasteur Bordeaux
Coordonnées
Localisation sur la carte de Bordeaux
voir sur la carte de Bordeaux
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le musée Goupil est un musée français fondé en février 1991 et incorporé au Musée d'Aquitaine destiné à présenter les archives de la maison Goupil & Cie, l'un des plus gros marchands d'art et éditeurs du XIXe siècle. Le musée est devenu le conservatoire de l'image industrielle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Musée est hébergé au musée d'Aquitaine, dans le centre-ville de Bordeaux, depuis 1998, et ne possède plus de salle d'expositions permanente. Avant cette date il était installé dans les bâtiments datant du XIXe siècle, de l'ancienne distillerie de la Maison Secrestat, à Bacalan.

Le musée conserve le fonds acquis par Vincent Imberti, marchand d'estampes et de tableaux, à savoir toutes les archives de la maison d'édition internationale, fondée par Adolphe Goupil en 1829, et disparue en 1921. Les registres de compte de la galerie de tableaux ayant été acquis par Jean Diéterle se trouvent aujourd'hui au Getty Center.

L'ensemble se compose d'une donation au musée, en 1987, des héritiers de Vincent Imbert, Monsieur et Madame Guy Imberti :

  • 3 000 négatifs sur plaque de verre,
  • le stock des différentes séries de reproductions photographiques des œuvres picturales vendues par la maison Goupil,
  • 4 000 clichés destinés à l'édition et autres travaux, ainsi que des plaques de cuivre gravées ;

et de l'acquisition par la ville de Bordeaux en 1990 de l'ensemble des estampes et cuivres gravés par ce prestigieux éditeur d'art du XIXe siècle.

Les Collections[modifier | modifier le code]

Comprennent le fonds de la maison Goupil, éditeurs d’art parisien de la seconde moitié du XIXe siècle, conservatoire de l’image industrielle. Il présente les débuts de la diffusion industrielle des images à l’internationale. Estampes, photographies et archives, cuivres gravés, plaques de verre ou presses lithographiques illustrent la richesse et la variété des œuvres ainsi diffusées. Ces collections présentent un panorama de l’art et du goût au XIXe siècle et permettent ainsi d’illustrer des œuvres parfois disparues ou détruites. Le musée présente son fonds sous forme d’expositions temporaires au musée d’Aquitaine.

Plus de 250 000 objets, cuivres gravés, pierres lithographiques, négatifs sur plaques de verre, presses, estampes, photographies, ouvrages et revues illustrés, ainsi que les archives de la firme, sont actuellement conservés dans l'ancienne Distillerie Secrestat. La salle "permanente" est consacrée aux procédés de reproduction des images, la deuxième salle accueille des accrochages thématiques temporaires. Dont :

  • 70 000 photographies ;
  • 46 000 estampes ;
  • 7 200 matrices, cuivres gravés, pierres lithographiques, négatifs sur verre, etc ;
  • 1 000 livres et revues illustrées ;
  • 15 mètres linéaires d'archives diverses.

Expositions temporaires[modifier | modifier le code]

Le magasin de joujoux

3 expositions temporaires par an.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La collection est hébergée par le musée d'Aquitaine, cours Pasteur, dans le centre de Bordeaux, près de la tour Pey-Berland et de la cathédrale Saint-André. Le musée est accessible par la ligne B du tramway de Bordeaux, station Musée d'Aquitaine.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]