Muriel Spark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Muriel Spark
Nom de naissance Muriel Sarah Camberg
Naissance
Édimbourg Drapeau de l'Écosse Écosse
Décès (à 88 ans)
Florence Drapeau de l'Italie Italie
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture anglais britannique

Dame Muriel Spark (1er février 191813 avril 2006), est une romancière britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née Muriel Sarah Camberg à Édimbourg, Écosse, de père juif et de mère anglicane, elle fait ses études à la James Gillespie's High School for Girls. En 1938, elle épouse Sidney Oswald Spark et le suit en Rhodésie (aujourd'hui Zimbabwe). Ils ont un fils, nommé Robin, mais le mariage s’avère désastreux et Muriel Spark retourne en Grande-Bretagne en 1944.

Elle commence à écrire sérieusement après la guerre, sous son nom d’épouse, d’abord de la poésie et de la critique littéraire. En 1947, elle devient rédactrice de la Poetry Review. En 1954, elle décide de rejoindre l’Église catholique, événement qu’elle considère comme crucial dans son évolution vers l’écriture romanesque.

Son premier roman, The Comforters, est publié en 1957, mais c’est The Prime of Miss Jean Brodie (Les Belles Années de Mlle Brodie) qui la rend connue en 1961. Ce roman, qui se déroule principalement à Édimbourg dans les années trente, est centré sur une institutrice écossaise aux méthodes éducatives alternatives. Jean Brodie choisit dans sa classe un groupe d'écolières dont elle entend faire, selon son leitmotiv, "la crème de la crème". Faisant fi du programme, elle leur parle de ses voyages, de ses expériences artistiques et amoureuses, ainsi que de son admiration pour tous les régimes fascistes. Elle leur fait partager de plus en plus à sa vie privée, y compris sentimentale. Mais les filles grandissent et s'éloignent (l'une d'elle finissant même par trahir Jean Brodie), tout en gardant l'empreinte de la formation particulière de leur institutrice.

L’originalité de sujet et de ton de Muriel Spark sont évidents dès ses débuts, avec de fréquents recours aux sauts en avant (des flashforwards évoquant par exemple le destin des protagonistes), aux leitmotivs et au mélange de discussions réelle et imaginée. Sir Frank Kermode définit ainsi le thème central de ses romans : « pourquoi le mal existe dans un monde créé par un Dieu de bonté ? ».

Après avoir vécu pendant quelques années à New York, Muriel Spark s’installe en 1979 en Italie, dans le village toscan de Civitella della Chiana, dont elle a été faite citoyen d’honneur en 2005.

Elle a reçu aux États-Unis le prix « Ingersoll Foundation TS Eliot Award » in 1992 et le « British Literature Prize » en 1997. En 1993 elle a été anoblie avec le titre de Dame de l'Ordre de l'Empire britannique.

La Bibliothèque nationale d'Écosse lui consacre actuellement une place importante sur son site internet[1]. On y trouve en particulier des extraits de ses nombreuses archives personnelles, fabuleux voyage dans l'histoire du vingtième siècle.

Un prix littéraire a été créé en son honneur en 2004 par le Scottish Arts Council, le Muriel Spark International Fellowship ; il a été attribué pour la première fois en mars 2005 à la romancière canadienne Margaret Atwood.

Elle est morte en avril 2006 en Toscane, laissant un roman inachevé.

Œuvres (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

  • Les Consolateurs - 1991 (The Comforters - 1957)
  • Robinson - 1994 (Robinson - 1958)
  • Memento Mori - 1993 (Memento Mori - 1959)
  • Les Célibataires - 1987 (The Bachelors - 1960)
  • L'Ingénieur culturel - 1990 (The Ballad of Peckham Rye - 1960)
  • Les Belles Années de Mlle Brodie - 1992 (The Prime of Miss Jean Brodie - 1961)
  • Les Demoiselles de petite fortune - 1986 (The Girls of Slender Means - 1963)
  • La Porte Mandelbaum - 1968 (The Mandelbaum Gate - 1965) (James Tait Black Memorial Prize)
  • L'Image publique - 1997 (The Public Image - 1968)
  • La Place du conducteur - 1985 (The Driver's Seat - 1970)
  • Ne pas déranger - 1986 (Not to Disturb - 1971)
  • Une serre sur l'East River - 1986 (The Hothouse by the East River - 1973)
  • L'Abbesse de Crewe - 1992 (The Abbess of Crewe - 1974)
  • L'Appropriation - 1988 (The Takeover - 1976)
  • Droits territoriaux - 1996 (Territorial Rights - 1979)
  • Intentions suspectes - 1983 (Loitering with Intent - 1981)
  • Pan ! Pan ! tu es morte (nouvelles) - 1987 (Bang-bang You're Dead - 1982)
  • Portobello Road (nouvelles) - 2003
  • L'Unique Problème - 1985 (The Only Problem - 1984)
  • Le Pisseur de copie (également paru sous le titre : À cent lieues de Kensington) - 1989 (A Far Cry From Kensington - 1988)
  • Le Banquet - 1991 (Symposium - 1990)
  • Curriculum vitæ, autobiographie - 1994 (Curriculum vitæ - 1992)
  • Rêves et Réalité - 1997 (Reality and Dreams - 1996)
  • Ouvert au public (nouvelles) - 1999 (Open to the public - 1997)
  • Complices et Comparses - 2002 (Aiding and Abetting - 2000)
  • À bonne école - 2005 (The Finishing School - 2004)
  • Mary Shelley, la mère de Frankenstein - 1989 (Mary Shelley)

Muriel Spark a également publié des recueils de poèmes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]