Muriel Pénicaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pénicaud.

Muriel Pénicaud
Illustration.
Muriel Pénicaud en 2017.
Fonctions
Ministre du Travail
En fonction depuis le
(1 an, 6 mois et 25 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Édouard Philippe
Gouvernement Philippe I et II
Prédécesseur Myriam El Khomri
Biographie
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Versailles (Yvelines)
Nationalité française
Parti politique LREM[1]
Diplômée de université Paris-Nanterre
université de Strasbourg

Muriel Pénicaud, née le à Versailles, est une dirigeante d’entreprise, haute fonctionnaire et femme politique française.

À partir de 2002, elle occupe des postes de direction au sein de grandes entreprises : directrice générale adjointe de Dassault Systèmes (2002-2008) puis directrice générale des ressources humaines du groupe Danone (2008-2014). Elle participe ensuite à la création de Business France, dont elle est directrice générale jusqu'en 2017. Parallèlement à ces activités, elle siège dans différents conseils d'administration d'autres grandes entreprises : Orange, la SNCF puis Aéroports de Paris.

Elle est nommée ministre du Travail dans le gouvernement Édouard Philippe sous la présidence d'Emmanuel Macron le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Muriel Pénicaud naît le 31 mars 1955 à Versailles, fille d'une mère au foyer et d'un père conseiller financier (qui deviendra ensuite agent de change). Elle est élevée dans un milieu bourgeois, au Chesnay (Yvelines)[2].

Elle fait sa scolarité au collège et au lycée Saint-Jean-Hulst, établissement privé d'enseignement catholique de Versailles[3].

Divorcée, elle est mère de deux enfants.

Elle possède un patrimoine évalué à 7,5 millions d'euros fin 2017 par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, soit le plus élevé de tous les membres du gouvernement. Elle est ainsi propriétaire d'une maison dans les Hauts-de-Seine estimée à 1,3 million d’euros, et d'une autre maison dans la Somme estimée à 340 000 euros[4]. Des contrats d'assurance vie, des instruments financiers, des comptes courants et des produits d'épargne complètent ce patrimoine pour environ 5,9 millions d'euros[5].

Formation[modifier | modifier le code]

Après son baccalauréat, elle étudie à l'université Paris-Nanterre, dont elle est diplômée d'une licence en histoire en 1975[6], puis d'une maîtrise en sciences de l'éducation en 1976[6]. Elle entre ensuite dans la vie professionnelle, à 21 ans, après avoir passé avec succès le concours d'accès à l'emploi d'administratrice territoriale[7].

Plus tard, elle obtient un diplôme d'études approfondies (DEA) en psychologie clinique à l'université de Strasbourg[7], en 1980[réf. insuffisante].

Muriel Pénicaud a par ailleurs suivi une formation[pas clair] au sein de l'Institut européen d'administration des affaires (INSEAD) (1995)[8].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

De 1976 à 1985, Muriel Pénicaud est administratrice territoriale[9], d'abord au Centre de formation des personnels communaux[2], elle dirige ensuite de 1983 à 1985 une mission locale pour l'insertion des jeunes à Metz[10]. Elle entre au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle en 1985 et y occupe des fonctions de direction régionale (directrice régionale de la formation professionnelle de Basse-Normandie) et nationale (adjointe au directeur de la formation professionnelle)[11]. En 1991, elle devient membre du cabinet ministériel de la ministre, Martine Aubry, en tant que conseillère pour la formation[12],[13]. Elle reste à ce poste jusqu'aux élections législatives de 1993 qui amènent à la fin du gouvernement Bérégovoy et à la cohabitation.

Elle entre alors chez Boussois-Souchon-Neuvesel (BSN, qui sera une des entreprises à l'origine du groupe Danone l'année suivante), où elle devient une des responsables DRH du groupe[2]. Elle en part en 2002, après avoir occupé plusieurs fonctions de direction au sein de ce groupe (directrice de la formation groupe, directrice développement des dirigeants et directrice développement organisation et knowledge)[11].

De 2002 à 2008, elle est directrice générale adjointe de Dassault Systèmes, chargée de l’organisation, des ressources humaines et du développement durable[14],[15]. À partir de 2006, elle est parallèlement amenée à occuper le poste de présidente de l’Institut national du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (INTEFP), organisme de formation des inspecteurs du travail issu du changement de nom et de statut de l’École des inspecteurs et contrôleurs du travail de Marcy-l'Étoile[16], après sa nomination par le ministre de l'Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement, Jean-Louis Borloo[3]. Cette nomination d'une représentante patronale, qui conserve ses fonctions chez Dassault Systèmes, suscite une controverse[3]. Les syndicats d'inspecteurs du travail y voient une atteinte à l'indépendance et la crédibilité de leur métier[17]. Pour l'Union nationale des syndicats autonomes (UNSA), « c’est l’inspection du travail offerte au Medef »[18]. Elle occupe cette fonction jusqu’en 2009[18], et sera aussi membre du Haut conseil du dialogue social[19],[18].

En 2008, elle revient au sein de l'équipe dirigeante du groupe Danone en tant que directrice générale des ressources humaines, également chargée de l’innovation sociétale[20],[21],[22],[23], poste qu'elle occupe jusqu'en 2014. Elle touche, entre 2012 et 2014, plus de 4,7 millions d'euros de rémunération pour cette activité[24]. Elle est également présidente du conseil d’administration du Fonds Danone Écosystème depuis sa création en 2009 et jusqu’en 2014. Elle est à l’initiative de Dan’Cares[25], couverture santé d’entreprise pour tous les salariés de l'entreprise dans le monde, une première dont se seraient inspirés d'autres groupes[26]. Elle travaille pendant cette période à la lutte contre l'illettrisme dans l'entreprise. La manière dont elle mène ce combat est critiquée par ses opposants qui pointent du doigt une vision quantitative de ce problème d’intérêt général, mettant l’accent sur la perte de talent et le coût financier de l’illettrisme pour les entreprises[3].

En février 2010, elle est coauteur avec Henri Lachmann, Christian Larose et Marguerite Moleux, du rapport au Premier ministre François Fillon Bien-être et efficacité au travail – 10 propositions pour améliorer la santé psychologique au travail[27],[28].

En 2010, Muriel Penicaud co-crée l’événement EVE pour le développement du leadership des femmes[29].

De 2010 à 2017, elle est vice-présidente du conseil de gouvernance de l’École de droit et management des affaires de Paris II Panthéon Assas-Sorbonne Universités, et cofondatrice vice-présidente de TVDMA[30], première TV de service public académique sur le management et le droit des entreprises. De 2011 à 2014, elle est nommée administratrice du Groupe Orange et présidente du comité de gouvernance et de responsabilité sociale et environnementale[31]. A ce titre, elle gagne près de 128 000 euros de jetons de présence[24]. De 2013 à 2015, elle est également membre du conseil d’administration de la SNCF et présidente du comité transports et logistique. De 2015 à 2017, elle est membre du conseil de surveillance[32]. En 2013-2014, elle est présidente du conseil d'administration d'AgroParisTech (Institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement)[16].

En mars 2014, elle est nommée membre du comité de pilotage des 34 plans de la Nouvelle France industrielle, placé sous l'autorité du Premier ministre. En 2014, Muriel Pénicaud est présidente du Conseil national Éducation économie (CNEE).

En mai 2014, Muriel Pénicaud devient ambassadrice déléguée aux investissements internationaux et directrice générale d'Ubifrance, en remplacement de Véronique Bédague-Hamilius, qui est nommée directrice de cabinet de Manuel Valls à Matignon[33]. Elle a la charge d'assurer la fusion entre l’Agence française pour les investissements internationaux (AFII) et Ubifrance. En fusionnant les deux entités, en janvier 2015, Muriel Pénicaud devient la première directrice générale de Business France, agence nationale au service de l'internationalisation de l'économie française. Une de ses premières mesures est alors d'augmenter de 20 % le salaire du directeur financier et du DRH, ainsi que le sien, qui passe à 225 000 euros annuels[3]. C'est en sa qualité de directrice générale de Business France qu'elle confie l'organisation d'une soirée en marge du Consumer Electronics Show de Las Vegas en janvier 2016 à Havas, sans appel d'offres, ce qui donne lieu à l'affaire Business France. Son management et de nombreuses infractions au code du travail émailleront aussi sa présidence.

De 2014 à 2017, elle est administratrice d’Aéroports de Paris[31]. Elle est aussi administratrice de la Fondation Bettencourt Schueller depuis 2014[3].

Gaspard Gantzer indique que le palais de l'Élysée envisage, en février 2016, sa nomination au sein d'un gouvernement dirigé par Emmanuel Macron[34].

Action ministérielle[modifier | modifier le code]

Elle est nommée ministre du Travail le 17 mai 2017[35]. Elle est, entre autres dossiers, chargée d'une réforme du Code du travail[36], votée en septembre de la même année.

Action nationale[modifier | modifier le code]

Réforme du Code du travail « pour le renforcement du dialogue social »[modifier | modifier le code]

La première réforme menée est celle sur le Code du travail, dont le texte est adopté le 6 juillet 2017 en commission des Affaires sociales[37]. Le projet de loi d'habilitation autorisant le gouvernement à procéder par ordonnances est ensuite adopté en première lecture le 13 juillet à l’Assemblée nationale. Il est adopté le 27 juillet - également en première lecture - par le Sénat. Après 30 heures de débat, les sénateurs ont voté à 186 voix pour et 106 voix contre. Parmi les 247 amendements examinés, 37 ont été adoptés dont : 6 du groupe Les Républicains, 5 du groupe Union Centriste, 6 du groupe Socialistes et Républicains, 1 du groupe communiste et citoyen et 19 du Gouvernement. Députés et sénateurs ont ensuite trouvé un accord en commission paritaire le 31 juillet[38].

Réforme de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de l’assurance chômage[modifier | modifier le code]

Le 25 octobre 2017, le gouvernement a lancé une seconde réforme sur la rénovation du modèle social[39]. À cette occasion, le gouvernement a donné la feuille de route et le calendrier des réformes de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de l’assurance chômage[40]. Les concertations que le gouvernement ouvre nourriront un projet de loi qui devrait être adopté en Conseil des ministres avant le printemps 2018.

En ce qui concerne la réforme de l’apprentissage, des groupes de travail associant les différentes parties prenantes (partenaires sociaux, chambres consulaires, régions) seront mis en place dès le début du mois de novembre 2017 et devront faire des propositions d’ici à la fin du mois de janvier 2018. Sur la réforme de la formation professionnelle, les discussions s’ouvriront mi-novembre. La négociation interprofessionnelle, quant à elle, se déroulera d’ici le mois de janvier 2018. Enfin, sur la réforme de l’assurance chômage, les travaux débuteront dans la seconde quinzaine de novembre. Une réunion multilatérale de l’ensemble des partenaires sociaux sera organisée[41].

Action internationale[modifier | modifier le code]

Directive des travailleurs détachés[modifier | modifier le code]

Lors du Conseil européen du 23 octobre 2017, la ministre du Travail a défendu la stratégie d’une « Europe qui protège »[pas clair][42]. Les ministres européens du Travail et des Affaires sociales se sont réunis à Luxembourg le 23 octobre 2017 et se sont accordés sur une révision de la directive sur le travail détaché[42].

Cet accord, qui doit maintenant être soumis au vote du Parlement européen, défend le principe du « à travail égal, salaire égal » (avec prise en compte de tous les éléments de rémunération), le renforcement de la lutte contre les abus et la fraude et la durée de détachement à 12 mois[43].

Controverses[modifier | modifier le code]

Business France[modifier | modifier le code]

De janvier 2015 à mai 2017, Muriel Pénicaud est directrice générale de Business France, agence nationale au service de l'internationalisation de l'économie française. En mars 2017, une enquête préliminaire, ouverte par le parquet de Paris, vise cette agence[44]. Cette enquête concerne l’organisation d'une soirée de promotion des start-up françaises à l’hôtel The Linq, organisée autour d’Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, à Las Vegas le 6 janvier 2016[45],[46] en marge du Consumer Electronics Show (CES), dont l'organisation a été confiée à Havas, sans appel d'offres, ce qui est contraire à la loi.

Le parquet de Paris ouvre en juillet 2017 une information judiciaire pour favoritisme et recel de favoritisme. Elle est confiée au juge Renaud Van Ruymbeke[47].

Elle est convoquée le 22 mai par un juge d’instruction chargé de l'affaire en vue d’une audition sous le statut de témoin assisté[48].

Article détaillé : Affaire Business France.

Son management est par ailleurs critiqué par certains employés de Business France qui dénoncent du harcèlement, plusieurs départs de cadres ainsi qu'un management par le stress[49] et autoritaire[50]. L'ancienne DRH de Business France aurait ainsi menacé de porter plainte pour harcèlement, avant que l'entreprise ne lui propose une indemnisation pour éviter un procès. Un employé accuse la direction d'avoir agi pour étouffer une affaire gênante pour la ministre[50].

Le 20 décembre 2017, Le Canard enchaîné révèle que 671 infractions au Code du Travail ont été constatées à Business France, lorsque Muriel Pénicaud dirigeait l'agence publique. Selon son successeur Christophe Lecourtier, il n’y a pas encore de procès-verbal définitif à ce sujet[51].

Creative France[modifier | modifier le code]

En juillet 2018, des magistrats demandent au procureur l'ouverture d'une information judiciaire concernant le dossier « Creative France » dans lequel ils soupçonnent Muriel Pénicaud de favoritisme au profit, encore une fois, d'Havas.

Le contrat ainsi octroyé aurait rapporté 13,2 millions d'euros à l'entreprise chargée de réaliser des spots publicitaires vantant l'attractivité de la France à l'étranger. Muriel Pénicaud a affirmé devant les juges qu'elle ne connaissait « personne d'Havas » et donc surtout pas Stéphane Fouks, vice-président de l'entreprise, ce que contredit l'enquête qui a eu accès à des courriels où ils se tutoient et où elle écrit à sa secrétaire « J'ai rendez vous avec Fouks, cela ne doit pas figurer à mon agenda, et cela ne doit pas se savoir »[52]. Dans l'abondante correspondance (notamment nocturne) révélée par l'enquête, figure par exemple un courriel daté du 3 juin 2015 (veille de l'audition des candidats retenus pour Creative France), disant « Stéphane, appelle-moi sur mon portable, c'est urgent ! ». Quelques mois après la victoire, Pénicaud sollicite auprès de Stéphane Fouks un poste chez Havas pour son neveu[53].

Danone : plus-value lors d'un plan social[modifier | modifier le code]

En 2013, Muriel Pénicaud, alors directrice des ressources humaines du groupe Danone, revend ses stock options reçues en 2009, réalisant ainsi une plus-value de 1,13 million d'euros, dont 280 000 € environ sont concomitants à la hausse, début 2013, de la valeur des actions du groupe au moment de l’annonce de 900 suppressions d’emplois de cadres en Europe[54],[55],[56].

Licenciement de Gaël Quirante[modifier | modifier le code]

En mars 2018, Mediapart explique que Muriel Pénicaud a validé le licenciement d'un des responsables du syndicat SUD de La Poste, Gaël Quirante, alors que la procédure a été refusée à quatre reprises par l'inspection du travail, qui juge que les faits reprochés à Gaël Quirante ne sont pas assez graves pour le licencier et que son licenciement est lié à ses activités syndicales. Pour l'intéressé « C’est une décision politique [...] Il y a une volonté d’en finir avec les poches de résistance d’une entreprise qui veut multiplier les licenciements »[57].

Impartialité dans la fonction[modifier | modifier le code]

Muriel Pénicaud a occupé des postes importants dans plusieurs grandes entreprises françaises très controversées[58], ce qui inquiète certains commentateurs quant à son impartialité en tant que ministre vis-à-vis de ces entreprises. L'inquiétude est encore plus grande si l'on considère que sur les 9 conseillers de son cabinet ministériel, 4 sont d'« anciens » lobbyistes professionnels[59].

Fiscalité[modifier | modifier le code]

Muriel Pénicaud a créé en 2012 le fonds de dotation Sakura, où elle a placé 670 000 euros, déduits des impôts à 66% à condition que le fonds finance des « projets d'intérêt général » au titre du mécénat artistique. Ce fonds a en fait servi à financer un centre d'art géré par son ancienne collaboratrice Marie-Solange Dubès, qui expose notamment les photographies de Muriel Pénicaud, mais aussi une revue qui publie les livres de Muriel Pénicaud, écrits sous le pseudonyme de « Julia J. Joy »[58].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bruno Le Maire est adhérent d'En Marche ».
  2. a b et c Sarah Belouezzane, Denis Cosnard, « Muriel Pénicaud, des convictions à l’épreuve de la réforme du droit du travail », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. a b c d e et f « Pénicaud, ministre à responsabilité limitée », Frustration, no 12,‎ , p. 6 - 11 (ISSN 2272-4478, lire en ligne)
  4. Cédric Pietralunga et Anne Michel, « De nombreux millionnaires parmi les membres du gouvernement », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  5. « Hulot, Pénicaud et Nyssen, les ministres millionnaires du gouvernement », sur www.europe1.fr (consulté le 16 décembre 2017)
  6. a et b « Qui est Muriel Pénicaud, la nouvelle ministre du Travail ? », sur europe1.fr,
  7. a et b « Muriel Pénicaud, ex-conseillère de Martine Aubry, nommée ministre du Travail », sur france3-regions.francetvinfo.fr,
  8. Le JDD, « Muriel Pénicaud, le dialogue social pour méthode », sur www.lejdd.fr (consulté le 13 juillet 2017)
  9. Arrêté JORF 1978.
  10. « Michel Abhervé » Blog Archive » De la direction de la Mssion locale de Metz au Ministère du Travail : le parcours de Muriel Pénicaud », sur www.alternatives-economiques.fr (consulté le 19 juillet 2017)
  11. a et b Muriel Pénicaud, « L'enseignement professionnel, figure imposée de l'exception française », Formation Emploi, vol. 76, no 1,‎ , p. 39–49 (DOI 10.3406/forem.2001.2446, lire en ligne)
  12. JORF 255,TEFC9204830A.
  13. Agefi 25.2.2008.
  14. Site institutionnel Danone.
  15. Communiqué de presse Dassault Systèmes.
  16. a et b Liaisons sociales mai 2006
  17. « L'inspection du travail formée au son du Medef », sur actuchomage.org, (consulté le 30 décembre 2017)
  18. a b et c « Muriel Pénicaud, une patronne au ministère du Travail », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  19. JORF du 31 décembre 2008
  20. Communiqué de presse Danone du 19 février 2008.
  21. Stratégies Newsletter no 5034, La Tribune avril 2008.
  22. « Une pro du Social pour doper les RH de Danone », Liaisons sociales, avril 2008.
  23. Le Nouvel Observateur, 20 novembre 2011. Oriental Morning Post, 3 mars 2011.
  24. a et b « La juteuse plus-value boursière de Muriel Pénicaud chez Danone », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  25. « Qui est Muriel Pénicaud la nouvelle ministre du Travail? », sur Le Huffington Post (consulté le 19 juillet 2017)
  26. « La première DRH de France », sur liberation.fr,
  27. « Bien-être et efficacité au travail - 10 propositions pour améliorer la santé psychologique au travail - », sur ladocumentationfrancaise.fr, (consulté le 30 décembre 2017)
  28. « Rapport sur le bien-être et l'efficacité au travail - Etre Bien au Travail », sur etre-bien-au-travail.fr (consulté le 19 juillet 2017)
  29. « Femmes chefs d'entreprise, ensemble depuis 70 ans pour un leadership partagé! - EVE », sur www.eveprogramme.com (consulté le 19 juillet 2017)
  30. « Web TV TVDMA | Ecole de Droit et Management de Paris », sur mba-pantheon-assas.com (consulté le 19 juillet 2017)
  31. a et b « Muriel Pénicaud, ministre du travail - Carnet des décideurs », Le Moniteur,‎ (lire en ligne)
  32. « Décret du 29 juin 2015 portant nomination au conseil de surveillance de la SNCF », sur Légifrance, .
  33. « Pénicaud à Business France, faste et controverses », sur liberation.fr,
  34. « Macron Premier ministre de Hollande en 2016 ? Ce remaniement qui aurait tout changé », sur lci.fr, (consulté le 5 août 2018).
  35. « DIRECT - Annonce de la nomination du Gouvernement », sur Gouvernement.fr (consulté le 17 mai 2017).
  36. Jean-Christophe Chanut, « Réforme du code du travail : baptême du feu à l'Assemblée pour Muriel Penicaud », latribune.fr, 10 juillet 2017.
  37. Bertrand Bissuel, « Laurent Pietraszewski, un manageur à l’Assemblée nationale », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  38. Bertrand Bissuel, « Loi travail : députés et sénateurs trouvent un compromis », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  39. « Rénovation de notre modèle social : réforme de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de l’assurance chômage », sur Gouvernement.fr (consulté le 26 octobre 2017)
  40. « Réformes sociales: le patronat et les syndicats ont leur feuille de route... chargée », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  41. Sarah Belouezzane et Bertrand Bissuel, « Formation continue : premières pistes de réforme », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  42. a et b « Travailleurs détachés : la victoire européenne de Macron », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  43. Ludovic Lamant, « Travailleurs détachés : Paris lâche du lest, mais croit avoir sauvé l'essentiel », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  44. « Communiqué de presse du 21 mai 2014 »
  45. « Business France : « Libération » révèle de nouveaux éléments qui fragilisent la défense de Muriel Pénicaud », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  46. « Las Vegas : Muriel Pénicaud a informé son comité d'audit avec un rapport tronqué », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  47. Anne Michel et Simon Piel, « Soirée de Las Vegas : ce que savait Muriel Pénicaud », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  48. « Muriel Pénicaud convoquée dans l’affaire Business France », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  49. « Business France. Accablée par son ex-collaboratrice, Pénicaud se dit "sereine" », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  50. a et b « VIDEO. "Tout sauf humaine" : Muriel Pénicaud vue par des salariés de Business France », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  51. « Business France épinglé par l'inspection du travail, quand Muriel Pénicaud, actuelle ministre du Travail était présidente », 20minutes.fr, 20 décembre 2017.
  52. « Macron fait son mea culpa, Pénicaud risque la mise en examen et les cyclistes dépriment », France Inter,‎ (lire en ligne)
  53. J.C., « Les troublantes cachotteries de Pénicaud sur un marché de pub à 13 millions d'euros », Le Canard Enchaîné, no 5100,‎ .
  54. « Muriel Pénicaud a-t-elle profité d'un plan social pour réaliser une plus-value de 1,13 million d'euros? », sur BFM TV,
  55. « Stocks-options. La ministre du Travail touche le pactole sur le dos des emplois », sur humanite.fr,
  56. « Muriel Pénicaud a gagné 4,74 millions d'euros au cours de ses trois ans chez Danone », sur Lefigaro.fr,
  57. Dan Israel, « Muriel Pénicaud valide le licenciement d’un syndicaliste, contre l’avis de son ministère », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  58. a et b Ismaël Halissat, « La première DRH de France », sur Libération, .
  59. Marjolaine Koch, Isabelle Souquet, « Secrets d'info : Lobbies, dans la fabrique de la loi », sur France Inter, .
  60. Décret du 30 janvier 2008 portant promotion et nomination (lire en ligne)
  61. Voir sur legifrance.gouv.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]